Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com


Auteur Sujet: Photographier des tableaux  (Lu 32245 fois)

dioptre

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 10 945
Re : Re : Photographier des tableaux
« Réponse #25 le: août 27, 2015, 21:57:08 »
Bonjour

Photographe (très) amateur, je souhaiterais prendre en photo les oeuvres d'un membre de ma famille (principalement des peintures sur toile).
Je dispose d'un sony a6000 avec un objectif sigma 30mm 2.8, ainsi que 2 flash déportés avec soft-boxes (Elinchrom D-Lite RX ONE).
Je comptais placer les toiles contre un mur et l'appareil à +/- 2m, et les soft-boxes à 45 degrés sur une puissance assez faible pour limiter les reflets.

Question: pour une netteté optimale, vaut-il mieux que je ferme fortement à F10 voir plus et que je diminue un peu la vitesse en contre partie (l'appareil sera de toute façon sur un pied), ou que je reste sur un F4-F5 à une vitesse plus rapide? (le tableau ne risque t il pas dêtre un peu flou à 2m de distance à F4 ou F5?

Merci,

La puissance ne changera rien aux reflets, sauf que il faut éviter l'influence trop importante de la lumière naturelle, donc il faut se mettre dans la pénombre.

si tu es au flash, c'est lui qui décide de la durée d'expo ( celle de l'éclair ). Tu utilise une vitesse inférieure à la vitesse de synchro (1/200 ? J'ignore tout de l'appareil )
Et les flash décideront du diaph à utiliser suivant leur puissance ( réglable ) et la distance des flash au sujet.
F/10 est trop fermé, F/5,6 est mieux ( meilleure performance d'un objectif en général fermer de 2 diaph).
Les soft-boxes n'ont rien d'obligatoire.

Ne pas oublier de prendre avec le tableau une charte grise pour la balance des blancs ( ou sur une 2e vue )
Ce ne sont que quelques idées générales à affiner

dioptre

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 10 945
Re : Photographier des tableaux
« Réponse #26 le: août 27, 2015, 22:02:01 »
Citer
plus besoin d'avoir une chambre pour avoir un tableau qui ressort bien rectangulaire  Grimaçant

Sauf rare exception une chambre est toujours inutile. Tout est dans le bon réglage des parallélismes plan tableau - plan capteur et de l'orthogonalité plan tableau - axe optique
A soigner le mieux possible à la prise de vue

Franciscus Corvinus

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 15 292
  • Sexe: Homme
Re : Photographier des tableaux
« Réponse #27 le: août 27, 2015, 22:32:41 »
Il y a un autre fil sur le sujet avec des informations supplémentaires. Je suggere une petite recherche.

Pio2001

  • Très actif
  • *
  • Messages: 248
Re : Photographier des tableaux
« Réponse #28 le: août 30, 2015, 18:13:11 »
Bonjour,
J'ai parcouru les fils de discussions du forum sur la prise de vue de tableaux. J'en ai moi-même fait pour les tableau que fait ma mère.

Avoir une lumière uniforme et une balance des blancs étalonnée est en effet la moitié du problème. Je ne reviens pas dessus, il en a été question en long, en large et en travers.

L'autre moitié du problème n'a pratiquement pas été abordée : c'est d'avoir à la reproduction des couleurs identiques à l'original.
Il s'agit d'un problème extrêmement simple en l'état actuel de la technologie : un scanner bon marché est capable d'une fidélité colorimétrique excellente, et les traceurs jet d'encre pro font du très bon travail pour les tirages papier (les tirages photo classiques un peu moins).
Mais cela constitue un casse-tête épouvantable à partir du moment où l'on utilise un appareil photo au lieu d'un scanner !

La raison est que les appareils photo ne respectent pas la dynamique lumineuse exacte, ils adoucissent les hautes lumières et les basses lumières afin de capturer le maximum de dynamique lumineuse et de pouvoir la restituer sur le cliché. Faites cette expérience simple : scannez une photo, n'importe laquelle, sur un magazine, par exemple, et photographiez-la également. Normalement, le scan, affiché sur un écran étalonné, doit être relativement fidèle à l'original, alors qu'il est quasi impossible de faire aussi bien à partir d'une photographie.

L'ironie, c'est que la compression de dynamique opérée sur les photos est une opération très difficile à réussir, subtilement dosée par les constructeurs, alors qu'un rendu de type "scan" serait enfantin à obtenir. Il suffirait de faire une conversion directe de l'espace colorimétrique du capteur vers celui de sortie. UFRaw propose cette option, mais elle ne fonctionne pas : le logiciel ne tient pas compte du gamma de l'espace de sortie et l'image est beaucoup trop sombre.
Je n'ai pas d'i-phone, mais on m'a dit qu'ils disposaient d'une option pour reproduire de cette façon les couleurs de magazines ou photos imprimés. Qu'attendent les Canon, Nikon et ajutres ténors de la photographie pour ajouter un style d'image "scanner" sur leurs boîtiers et leurs logiciels raw ? C'est un style basique de chez basique et cela ne leur demandrait qu'un effort minime.

Pour ma part, j'ai pu obtenir un très bon résultat en utilisant une recette de cuisine pourtant assez infâme pour s'attendre à une catastrophe visuelle : j'ai préparé une mire numérique comportant plusieurs patchs de gris espacés régulièrement en niveaux RVB. Et, par chance, je dispose d'un vidéoprojecteur home cinema de type DLP. Par nature, la technologie DLP respecte parfaitement les écarts de niveau sur une échelle de gris. Le vidéoprojecteur étant réglé en mode neutre (mires de gamma impeccables sur un Blu-ray Disney) j'ai projeté la mire et je l'ai photographiée. j'ai ensuite chargé le raw dans Canon DPP et j'ai réalisé des corrections sur la courbe de conversion raw-rvb (celle qui ressemble à un S, pas la courbe de tonalité RVB, qui est droite) en ajustant les cuseurs de récupération de haute et basse lumière, et de contraste (l'édition directe de la courbe n'est pas possible dans DPP) jusqu'à ce que les barres de l'histogramme soient régulièrement espacées. Puis j'ai lissé la courbe obtenue pour éviter toute irrégularité  (mieux vaut une courbe lisse et des mesures pas totalement fidèles que le contraire).

J'ai enregistré l'ensemble des paramètres pour pouvoir l'appliquer ensuite sur d'autres clichés. Le résultat, sans être à la hauteur d'un simple scanner, est déjà un gros progrès par rapport aux rendus "neutre" ou "fidèle" proposés par défaut.

dioptre

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 10 945
Re : Photographier des tableaux
« Réponse #29 le: août 30, 2015, 20:19:22 »
Pour être une infâme bidouille c'est une infâme bidouille.
Mais si tu es content de toi tant mieux.
Sais-tu qu'il existe des mires en couleur qu'on peut photographier avec l'oeuvre et qu'on peut trouver des aides nombreuses pour apprendre à se servir correctement des logiciels développant les raw !

Pio2001

  • Très actif
  • *
  • Messages: 248
Re : Photographier des tableaux
« Réponse #30 le: août 30, 2015, 23:16:14 »
J'ai entendu parler de ces mires, en effet. J'imagine qu'on ne peut pas les utiliser avec Canon DPP, je ne vois aucune option correspondante dans le logiciel à part pour la balance des blancs. Mais surtout, est-ce qu'elles comportent une échelle de gris pour étalonner la courbe de luminosité ? Si c'est le cas, cela résoud le problème principal (quoique, j'y reviens, un style d'image "reprographie" dans le logiciel, ce serait encore mieux).


Pio2001

  • Très actif
  • *
  • Messages: 248
Re : Photographier des tableaux
« Réponse #32 le: août 31, 2015, 13:33:11 »
Merci pour les liens.

La charge QPCard 203 a l'air très intéressante.

Ceci dit, après avoir lu le CR d'Arnaud Frich, je vois qu'on charge un profil icc dans le logiciel pour étalonner les couleurs de l'appareil. Selon Arnaud Frich, la correction est subtile, mais utile dans les couleurs saturées.

Cela ne me semble pas correspondre à une linéarisation de la courbe de contraste, qui n'a vraiment rien de subtile.
Peut-on afficher la courbe de contraste (mesure du niveau de luminosité de sortie (0-255) en fonction de l'intensité lumineuse enregistrée par le capteur (en IL) après étalonnage ? Comme sur ces mesures de banc d'essai de dpreview, par exemple : http://www.dpreview.com/reviews/canoneos1dsmarkiii/21

Pour une reproduction de tableau, cette courbe doit être linéaire dans les luminosités moyennes, qui englobent les tons significatifs utilisés sur le tableau, comme par exemple la courbe rouge dans la partie "contrast settings" du banc d'essai ci-dessus. C'est l'opération que j'ai faite "à main levée" dans ma recette de cuisine maison.

L'étalonnage des couleurs par mire agit-il sur cette courbe ? C'est essentiel pour coller à la réalité et refaire un tirage vraiment ressemblant à l'original.

Attention, c'est nécessaire, mais pas suffisant. Le comportement près du blanc de la toile et près du noir de la peinture relève à mon avis d'un ajustement au cas par cas.