[ FORUM HARD, SOFT & MICRO Photo ] > Espace RAW - Dématriceurs

Luminar AI

(1/2) > >>

Bélisaire:
Bonjour tous.
Je ne savais pas trop si je devais poster dans Luminar 4 ou dans un nouveau fil... Voilà qui est décidé.
 
Depuis quelques mois, on parle beaucoup de Luminar AI, c'est une déferlante de critiques majoritairement positives sur YouTube.
J'ai reçu une version gratuite (avec clé officielle), ce qui m'a donné l'occasion de l'essayer, cela dit, pas d'une manière intensive. Voici des impressions.
 
Dans ce logiciel, le côté ludique l'emporte, et je n'imagine pas qu'un photographe rigoureux (a fortiori un professionnel) en fasse son unique outil de travail. On y repérera des effets sympathiques et on appellera le logiciel par le module (plugin) depuis Lightroom ou Photoshop.

L'IA est le plus souvent approximative. Quand je demande d'enlever les imperfections d'un visage, l'effaceur ad hoc m'enlève, à l'occasion, le lobe de l'oreille de mon modèle, quand il ne fait pas une tache à côté d'un grain de beauté ; quand je lui demande de changer la couleur des yeux, les iris ne sont pas colorés intégralement ; le recadrage intelligent est automatique (règle des tiers, a priori) et il n'est pas si intelligent concernant la photo donnée ; etc. Pas étonnant, donc, que Luminar confonde le ciel brumeux et le paysage embrumé (cf. post initial du fil Luminar 4). Le module doit se fier à la couleur ou au contraste, mais il ne « comprend » pas l'image. C'est peut-être trop lui en demander.

Un détail agaçant : l'image n'est pas sauvegardée (exportée) dans le dossier où l'on est allé la chercher. Incompréhensible. Même quand on transfère une image depuis Lightroom et qu'on l'y renvoie ensuite, Lightroom ne se synchronise pas (à la différence de Photolab). Le plugin depuis Photoshop fonctionne bien.
Défaut insupportable par ailleurs : sa lenteur. Il faut attendre à tous les étages. Chargement de l'image, zoom sur l'image, dé-zoom, traitement... Le pire, c'est l'exportation. Intolérable.
 
Pour moi, Luminar AI est un « finisseur » : on s'en servira après le dématriçage dans un logiciel approprié, après la retouche dans un autre logiciel ; histoire de donner un cachet particulier à son image. D'où l'intérêt du plugin... qui reste à améliorer dans son fonctionnement, au moins pour Lightroom.

Dans le fil Luminar 4, il a été question de calques, nécessaires à l'ajout d'objets. Je n'ai pas vu qu'on pouvait ajouter des calques dans Luminar AI. Si c'est une des différences avec Luminar 4 (si je ne me trompe pas), l'évolution, sur ce point, ne va pas dans le bon sens. Je ne suis pas parvenu à ajouter deux objets dans le ciel sur une même image.

Luminar AI est (à mon sens) un logiciel à vocation « familiale », faits pour ceux qui désirent embellir leurs images vite fait et sans se prendre la tête. Vite fait parce qu'il ne fait pas mieux que les autres (en l'occurrence Photoshop), et on n'a pas la même latitude d'intervention;  il faut accepter le résultat tel quel, ou alors passer du temps... comme dans Photoshop, mais avec des outils en moins.

C'est pourquoi les éloges quasi inconditionnels, qu'on en lit ici et là venus de la part de professionnels de l'image, m'étonnent. Possible que j'aie noirci le tableau (mais je n'ai pas été payé pour le faire). Comme on dit, tout cela n'engage que moi. Le potentiel acquéreur dispose d'une version d'évaluation de sept jours.

gibus:
Le diagnostic est un peu sévère, et peut-être vous n'avez pas encore entièrement maitrisé l'outil.
Comme vous l'avez dit c'est un outil de finition, il ne remplace pas les outils de développement, catalogage et retouche.
Il permet d'améliorer efficacement et rapidement certains clichés qu'on estime mériter un traitement particulier, sans y passer un temps excessif ou que cela nécessite des compétences pointues (sous photoshop). Par exemple un remplacement de ciel sera rapide (quelques secondes) et efficace, là ou je passe pas mal de temps sous Affinity pour un résultat qui peut etre moins bon en plus. Pour le portrait les essais que j'avais faits étaient efficaces, tenaient la route et étaient rapides (mais ce n'est pas mon domaine). La réactivité est moyenne effectivement (vu les traitements à effectuer) mais ne met pas à mal mon vieux Mac Mini 2012. Pas de calques effectivement, c'est dommage, mais ce n'est justement pas la philosophie de l'outil qui est d'arriver rapidement et facilement (y compris pour ceux qui ne pratiquent pas les logiciels de retouche comme photoshop/affinity) à des résultats.
Pour le recadrage effectivement ce n'est pas terrible mais c'est sans importance. Le logiciel est récent et a encore bien des progrès à faire mais c'est déja pas mal, et il est certain que l'intelligence artificielle va prendre de plus en plus de place dans les logiciels photo.
Par contre la façon dont ils ont largué Luminar 4 (qui était déja bien) n'est pas très correcte, il auraient du faire la continuité.

Bélisaire:
Dans mon propos, sans doute ai-je réagi, plus ou moins volontairement, aux éloges dont Luminar AI est l'objet, de manière, dirait-on, concertée. C'est pourquoi j'ai mis l'accent sur les aspects négatifs dont on parle peu.
 
Nous sommes d'accord sur le traitement facile et, à l'occasion, flatteur du résultat. Je l'ai souligné.
Pour ce qui est de la maîtrise du logiciel, dans la mesure où la tâche de l'intervenant consiste à cliquer sur un bouton  :)... C'est bien la philosophie du logiciel, de faire tout automatiquement.
 
Pour le remplacement du ciel, Photoshop est aussi rapide et globalement « plus intelligent » ; et les calques créés donnent la possibilité d'intervenir à son gré. Idem pour la retouche d'un visage. D'accord, la prise en mains n'est pas la même. Et puis, Photoshop, c'est Photoshop, et, à mon niveau, je ne lui connais pas de limites.
 
Ce que je voulais (surtout) dire, c'est que l'intervention globale de Luminar AI, sur une image, peut être satisfaisante, d'où son intérêt comme « finisseur » ; mais s'il s'agit d'entrer dans le détail, c'est au petit bonheur la chance. Tantôt ça marche, tantôt ça ne marche pas. Et le manque d'outils est frustrant : pour ne prendre qu'un exemple, l'outil « fluidité » (terme Photoshop) m'a manqué pour le portrait.

gibus:
Je ne pratique pas Photoshop, mais je doute quand même qu'on puisse faire un remplacement de ciel propre en quelques secondes.
Luminar est à juste titre réputé sur cet aspect. Pour le reste si vous avez une excellente maitrise de Photoshop et n'êtes pas avare sur le temps passé, Luminar présente surement moins d'intérêt. Ce dernier s'adresse à ceux qui ne veulent pas mettre les mains dans le cambouis et passer trop de temps, tout en obtenant de bons résultats. Par ailleurs pour certains outils d'améliorations, je ne suis pas sur d'arriver aux mêmes résultats en passant par Affinity, sans doute par manque de compétence entre autres.
Pour ceux que le sujet intéresse, je conseille la lecture de l'article dédié dans le dernier "Compétence Photo".

Bélisaire:

--- Citation de: gibus le avril 15, 2021, 15:09:36 ---Je ne pratique pas Photoshop, mais je doute quand même qu'on puisse faire un remplacement de ciel propre en quelques secondes.
(...)

--- Fin de citation ---

Ne doute pas. Quiconque pratique PS (par abonnement) confirmera mon propos.

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique