Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com

Auteur Sujet: une étoile à 6 branches  (Lu 423 fois)

Tadorne

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 731
  • Sexe: Homme
une étoile à 6 branches
« le: mai 17, 2018, 00:02:54 »
DP2M DP3M 5D 7D FZ1000 SDQ

marray

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 028
Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #1 le: mai 17, 2018, 09:14:56 »
Belle image de Pisaura mirabilis dans une attitude très habituelle . Mais comme il n'y a aucune question c'est peut-être une erreur de section.  ???

Tadorne

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 731
  • Sexe: Homme
Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #2 le: mai 17, 2018, 09:32:36 »
la question de son identité était sous entendue , sinon, je l'aurai mise sur un autre fil. Il est curieux de constater que je ne vois cette espèce que très récemment , alors qu'il est difficile de ne pas la voir .
Serait-elle liée à certaines variétés de plantes ?
En tout cas, merci pour son identification   :)
DP2M DP3M 5D 7D FZ1000 SDQ

marray

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 028
Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #3 le: mai 17, 2018, 11:10:07 »
Il est curieux de constater que je ne vois cette espèce que très récemment , alors qu'il est difficile de ne pas la voir .
Serait-elle liée à certaines variétés de plantes ?

On trouve parfois quelques remarques à ce sujet. Certains vont même jusqu'à avancer que cette prédilection serait liée à la composition chimique de la plante choisie. Mais ces assertions ne sont jamais étayées par une étude où des protocoles ont été suivis pour en apporter la preuve.
Pourtant Roberts a écrit en 1987 qu'on trouvait souvent Linyphia hortensis sur la Mercuriale pérenne. Et je pourrais dire, par exemple, que je ne trouve un certain Philodromus que sur les troncs de gros chênes.
Ce qui est recherché par l'araignée c'est la structure du support, son exposition, sa hauteur, la possibilité qu'il offre pour passer inaperçue ou se cacher etc. et pas l'espèce de plante en tant que telle.
La seule araignée actuellement connue dont on peut affirmer le lien avec une plante est Bagheera kiplingi, une très belle espèce des Salticidés d'Amérique centrale, décrite il y a 122 ans par le couple Peckham mais dont l'originalié de se nourrir en grande partie de secrétions de certaines espèces d'acacias n'a été découverte qu'assez récemment.  :)

Atriplex

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 7 796
  • Sexe: Homme
Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #4 le: mai 17, 2018, 11:47:21 »
Merci pour cette belle photo, Tadorne, et merci pour ce commentaire bien intéressant, marray…

Gérard

Tadorne

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 731
  • Sexe: Homme
Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #5 le: mai 17, 2018, 11:59:28 »
effectivement, avec le temps qui passe, certaines plantes prennent de l'ampleur et supplantent d'autres variétés dans le jardin. Il est logique que ce changement structurel amène un changement de population ....
jusqu'à ce que le jardinier fasse le ménage et induise un nouvel ordre    ;)
DP2M DP3M 5D 7D FZ1000 SDQ

marray

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 028
Re : Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #6 le: mai 17, 2018, 15:01:54 »
Merci pour cette belle photo, Tadorne, et merci pour ce commentaire bien intéressant, marray
Très heureux, Atriplex, que tu y trouves de l'intérêt.
Les "acacias" en question sont plutôt des Mimosas du genre Vachellia dont j'ai pu voir au Mexique l'espèce collinsii (qu'on devrait écrire collinsi) appelée aussi cornigera, que tu aurais pu voir au Costa Rica.
C'est un arbre singulier qui mène une vie symbiotique avec des fourmis auxquelles il fournit de petites sécrétions au bout des feuilles qui ressemblent aux sacs polliniques d'un Ophrys et qu'on nomme corps beltiens. Et ce sont ces sécrétions que les araignées Bagheera kiplingi viennent subtiliser aux fourmis dont elles doivent esquiver les attaques.

alyte

  • Très actif
  • *
  • Messages: 343
Re : Re : une étoile à 6 branches
« Réponse #7 le: mai 20, 2018, 18:35:59 »
On trouve parfois quelques remarques à ce sujet. Certains vont même jusqu'à avancer que cette prédilection serait liée à la composition chimique de la plante choisie. Mais ces assertions ne sont jamais étayées par une étude où des protocoles ont été suivis pour en apporter la preuve.
Pourtant Roberts a écrit en 1987 qu'on trouvait souvent Linyphia hortensis sur la Mercuriale pérenne. Et je pourrais dire, par exemple, que je ne trouve un certain Philodromus que sur les troncs de gros chênes.
Ce qui est recherché par l'araignée c'est la structure du support, son exposition, sa hauteur, la possibilité qu'il offre pour passer inaperçue ou se cacher etc. et pas l'espèce de plante en tant que telle.
La seule araignée actuellement connue dont on peut affirmer le lien avec une plante est Bagheera kiplingi, une très belle espèce des Salticidés d'Amérique centrale, décrite il y a 122 ans par le couple Peckham mais dont l'originalié de se nourrir en grande partie de secrétions de certaines espèces d'acacias n'a été découverte qu'assez récemment.  :)

avec un peu de retard...heureux d'apprendre cela, très beau Salticidé en plus et le nom latin me parle également...merci Marray pour ces infos :)
Amicalement Pierre