accueil Vie culturelle Clique clac #13

Clique clac #13

985
Partager

Égypte, Canada, États-Unis, Syrie… ce 13e Clique clac est résolument placé sous le signe du dépaysement. Mais pas que. Il y est aussi question de photogénie, des expos à voir à Paris, de Willy Ronis, de Sarah Moon, du Tour de France… Dernier coup de pédale avant la pause estivale.

> Parallèlement au palmarès de son concours annuel, Magnum Photos a révélé les noms des bénéficiaires de son programme pour la photographie documentaire arabe. L’ADPP apporte un soutien individuel à neuf jeunes photographes venus du Soudan, de Syrie, du Maroc, d’Algérie, d’Égypte ou du Liban (cette année du moins), l’idée étant de les aider à produire un reportage complet à l’issue de six mois d’accompagnement. On peut (re)découvrir les séries réalisées lors des sessions précédentes ici (coups de cœur pour “Just stop” de Eman Helal, “West of life” de Zied Ben Romdhane et “Never never land” de Arwa Alneami).

> Pour célébrer les 150 ans d’indépendance du pays, l’Office national du film du Canada a mis en ligne un formidable site, Générations 150, qui explore en treize volets et autant d’histoires le patrimoine et l’héritage canadiens. Les différent récits voient large (d’un groupe de tennismen septuagénaires aux Wiebe, famille mnémonite de retour au pays après un long exil) et font la part belle à l’illustration et à la photographie.

> Télérama a listé les onze expos photo à voir cet été à Paris. Et on n’a rien à redire.

> Pour sa série manifeste “Exils intra muros”, Marc Melki a demandé à des artistes et des intellectuels de se mettre, le temps d’une séance de prise de vue, dans la peau de sans-abri dormant à même le sol. Le résultat nous laisse partagés, mais la vérité réside sans doute dans les propos d’une des participantes au projet, la chanteuse Robi : “J’ai honte d’imiter la misère. Je suis gênée de l’effleurer pour l’image et de retourner tout de suite au confort, à l’oubli quotidien de la chance. 
Mais j’aurais eu plus honte encore de ne pas le faire.”

> Quand Sarah Moon raconte la photo qu’elle n’a pas prise

> Photographe pour Associated Press, Andrew Harnik partage son temps et son talent entre la politique et le football américain. Pour InFrame, il évoque son parcours et le travail de photojournaliste à la Maison Blanche.

> Dans un étonnant raccourci, la Bretonne Julie Hascoët unit blockhaus et free-parties. Quand les murs de béton répondent aux murs de son, cela donne une série en mode résistance : “Murs de l’Atlantique”.

> Le Château de Tours présente jusqu’au 29 octobre une rétrospective Willy Ronis. Profitons-en pour voir et réécouter le grand homme dans un passionnant entretien réalisé quelques jours avant son décès et mis en ligne sur le site du Jeu de Paume.

> Année 1932 : Mossoul est en paix. Un voyage dans le temps proposé par… Le Temps.

> Entre les commandes à honorer et la liberté autorisée par le terrain même de l’épreuve, Jeff Pachoud se plaît à suivre le Tour de France pour l’AFP. Il commente quelques-unes des photos qu’il a réalisées depuis le départ de l’édition 2017. Plus décalé est le regard de Christophe Darbelet qui a choisi de s’intéresser au public au bord des routes. Pour boucler la (grande) boucle, on ne résiste pas à citer cet article de Sylvain Mouillard consacré à Léon Van Bon, ancien coureur (10 Tours au compteur) devenu photographe.

> Dans le nouveau numéro de Chasseur d’Images, on vous parle (entre autres choses) du projet citoyen porté par le collectif grenoblois “Trait d’Union”. La série “Sortir du cadre” est visible dans son intégralité ici, agrémentée de sons et de textes.

> Rions un peu.

> Vous ne vous trouvez pas photogénique ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas le/la seul/e. Surtout il existe des raisons à cela, comme l’explique Daphnée Leportois.

> Concluons avec deux liens à méditer en ces temps de frénésie photographique. Et si on réfléchissait avant de déclencher ?  Telle est l’idée à l’origine de camera restricta, un appareil photo qui se bloque quand il fait face à un monument trop souvent mis en boîte, et de Gudak, une application qui empêche (momentanément) votre smartphone de déclencher après 24 vues. Contraignant ? Certes, mais la liberté ne naît-elle pas de la contrainte ? Vous avez quelques semaines pour plancher là-dessus. Remise des copies à la rentrée !