accueil Vie culturelle Clique clac #24

Clique clac #24

504
Partager

> La démocratisation de la photo dans les années 1960-70 s’est accompagnée d’une répartition sexuée des appareils photographiques au sein de la cellule familiale : reflex pour monsieur, Instamatic pour madame. C’est l’un des nombreux points soulevés dans le convaincant article d’Irène Jonas sur l’inégalité des rôles dans la photographie familiale.

> Jusqu’au 3 novembre, Magnum organise une vente exceptionnelle de tirages sur le thème des “Grands voyages” (tarif unique : 100$ le 15×15).

> “C’est le photographe le plus creux de sa génération.” Pour savoir de qui parle le critique d’art Florian Gaité, écoutez La Dispute.

> Dimanche dernier, de minuit à minuit (passage à l’heure d’hiver oblige), se déroulait “La 25e heure mondaine”, concours photo organisé dans le cadre du festival “Planche(s) Contact” de Deauville. Les résultats sont à découvrir ici.

> L’entreprise néerlandaise StyleShoots vient de lancer un studio photo entièrement robotisé. Doit-on s’en réjouir ?

> Photoshelter a eu la bonne idée de réunir dans un seul et même document les modalités d’inscription aux 30 prix de photoreportage les mieux cotés (et dotés).

> La ceinture de chantier va-t-elle devenir le nec plus ultra du photographe ? C’est en tout cas l’un des quatre objets cool repérés par la rédaction de Photo District News lors du récent salon Photo Plus de New York.

> Astucieux et attentif à son environnement, Denis Cherim fait des coïncidences le sujet de ses images.

> Après 15 ans d’activité, Nikon ferme son usine de Wuxi (Jiangsu, Chine). La faute aux smartphones, dit la marque.

> A propos de smartphones, voici un accessoire et une appli censés simplifier la vie et assurer les arrières des adeptes de la photophonie.

> Des montagnes de Tusheti aux plaines de Kakheti, Amis Chapple a suivi la transhumance d’un troupeau de moutons dans un coin reculé de Géorgie. Dit comme ça, rien de bien excitant. Mais ajoutez-y le décor grandiose, les aléas météorologiques, les histoires humaines, les 1200 têtes de bétail et vous obtenez un reportage aussi fort que le “chacha” bu par les bergers.