accueil Vie culturelle Clique clac #28

Clique clac #28

338
Partager

Internet fourmille de choses formidables… pour peu qu’on clique au bon endroit.

Le Centre international du photojournalisme propose ainsi une visite virtuelle de l’exposition sur le centenaire de la révolution russe, actuellement présentée au Couvent des Minimes (Perpignan).


Après quoi court Ghislain Simard ? Habitué des pages de Chasseur d’Images et de Nat’Images, l’auteur de Speed Flyers révèle à Aurélie Luneau son ultime défi photographique (dernier tiers de l’émission “De cause à effets“).


Les mots de Simon Roger et les photos de Paolo Verzone nous transportent à Samoïlov, îlot perdu au nord de la Sibérie pour un long format sur le réchauffement climatique, perceptible à la lente dégradation du permafrost.


“Le visiteur ne sait plus s’il est dans les allées d’une foire réservée à l’art contemporain ou dans celles d’une chaîne suédoise de mobilier standardisé.” Camille Bardin pose un regard critique sur la dernière édition de Fotofever.


On remercie 6 Mois de nous avoir fait découvrir Nima Taradji, photographe iranien aujourd’hui installé à Chicago, dont les centres d’intérêt sont pour le moins variées (les luttes des Indiens d’Amérique, le cabaret burlesque, l’investiture de Donald Trump vue depuis la rue, etc.). Vous aussi, abonnez-vous à la “Photo du lundi” de 6 Mois pour faire de belles découvertes et bien commencer la semaine.


Le contrepet comme remède, une histoire belge.


Comment montrer une maladie invisible, voire ignorée ? Atteinte d’endométriose, la photographe britannique Georgie Wileman livre une série d’autoportraits douloureux mais nécessaires.


Le 4 décembre prochain, Artcurial met en vente le fonds photographique d’Emile Zola. Seront mis aux enchères des épreuves papier, des albums reliés et des appareils ayant appartenu à l’écrivain.


Les gangs, la guerre, Sipa, Magnum… à travers les étapes de son parcours, Yan Morvan raconte son attachement à la photographie.


Durant une semaine, des photos de femmes battues ont été exposées dans la prison d’Amiens afin de susciter une prise de conscience chez les détenus (30% sont incarcérés pour faits de violence). Une opération choc à l’efficacité discutable.


Plus connu pour ses clips que pour sa musique, le groupe américain OK Go a fait appel à 567 imprimantes pour illustrer son nouveau titre, “Obsession”.