accueil Vie culturelle Clique clac #42

Clique clac #42

1566

Il y a trente ans presque jour pour jour paraissait Surfer Rosa, le cinglant (et un peu cinglé) premier album des Pixies. Un disque dont la pochette, fruit de la collaboration entre le graphiste Vaughan Oliver et le photographe Simon Larbalestier, a durablement marqué les esprits. Soul Kitchen profite de cet anniversaire pour poser quelques questions au photographe gallois (spoiler : non, il ne donne pas l’identité de la jeune femme qui lui servit de modèle). Si vous en voulez plus, on vous conseille d’aller faire un tour sur Snap Galleries où Simon Larbalestier commente (en anglais mais avec force détails techniques) quelques images réalisées pour le compte du groupe de Boston. Cette vidéo de 1988 d’une dizaine de minutes est aussi une bonne porte d’entrée pour comprendre ce qui anime le photographe et comment il utilisait les outils alors à sa disposition (ah, les montages au photocopieur).


Photographe de la maison Signatures, Hélène Jayet transpose sa condition de femme métisse et son parcours d’enfant adopté dans des séries de portraits engagés. Elle explique sa démarche à La Deuxième Page.


161e pays (sur 180 !) au classement RSF de la liberté de la presse, l’Égypte s’apprête à exécuter le photojournaliste Mahmoud Abou Zeid, arrêté en octobre 2013 au Caire alors qu’il exerçait son métier. La peine de mort par pendaison a été requise par le parquet égyptien, le jugement sera rendu le 17 mars.
Rappelons que la liberté de la presse est l’affaire de tous. Chacun, à son niveau, peut la défendre. D’abord en faisant circuler le plus largement ce genre d’informations, ensuite en soutenant l’action d’ONG comme Reporters sans Frontières (plusieurs options possibles : le don, l’adhésion, la signature de pétitions ou l’achat du dernier et très bon album « RSF – 100 photos pour la liberté de la presse » consacré à Françoise Huguier).


La Russie aurait-elle trouvé sa Vivian Maier ?


Certes James Nachtwey n’est pas connu pour ses reportages bucoliques, mais on prend quand même une claque dans « The opioid diaries », webdoc réalisé avec Paul Moakley, le directeur de la photographie du Time. Une traversée assez effrayante de l’Amérique des toxicos, même si le découpage en trois parties (la descente, ses conséquences, la guérison) tend vers l’optimisme. Attention, certaines photos peuvent choquer.


[121 Clicks] présente quelques extraits d’une série d’Alper Yesiltas, photographe stambouliote qui, douze années durant (de 2005 à 2017), a photographié la fenêtre qui faisait face à sa chambre. Dans le même registre, l’Anglais Toby Trueman a immortalisé un littoral anonyme à partir d’un même point de vue. Les idées les plus simples sont parfois les meilleures.


Le n°15 de 6 Mois vient de sortir. Au sommaire : Lagos par Jesco Denzel, les militants de Bure par Fabrice Catérini, les « Enfants de bohème » de Stephanie Gengotti ou encore la photobiographie de Gérard Depardieu. Disponible en librairie (25,50 €).


Le Colombien Oscar Muñoz succède à Rineke Dijkstra au palmarès du Prix international de la Fondation Hasselblad. Pour en savoir plus sur le « protographe », on vous renvoie à cette présentation du Jeu de Paume qui lui avait consacré une rétrospective en 2014 (à compléter par la lecture de cette chronique d’époque du blog Lunettes Rouges).


De même que les nuages radioactifs ne s’arrêtent pas aux frontières, les guerres ne cessent pas le jour où l’armistice est signé. Leurs effets continuent à se faire sentir durant de longues années, comme le souligne la journaliste Sara Terry, à l’origine du projet Aftermath qui soutient financièrement les reportages post-conflits. À l’occasion de la sortie de l’ouvrage rétrospectif War is only half the story, elle répond aux questions de Vice.


Nadar était multiple : dessinateur, portraitiste du tout Paris mais aussi amateur de catacombes et pionnier de la photo aérienne (qu’il pratiquait dans le plus simple appareil !). Au fil d’un récit riche en anecdotes, Michèle Dominici retrace le parcours de ce grand photographe du XXe siècle dans un documentaire de 53 minutes à voir ou revoir sur le site d’Arte jusqu’au 9 avril.

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.

Visuel d’ouverture : pochette originale de l’album Surfer Rosa (1988)