accueil Vie culturelle Clique clac #57

Clique clac #57

959

Les Rencontres d’Arles ont beau être le « premier festival photo au monde » (dixit Martine Robert dans un intéressant papier sur le développement artistique et budgétaire du rendez-vous camarguais), la 49e édition qui s’est ouverte lundi dernier suscite encore peu de commentaires. On parle presque plus de la tombola (il est vrai alléchante) organisée par les anciens élèves de de l’ENSP dans le cadre de l’événement. Et ce reportage de France 3 PACA, qui préfère s’intéresser aux visiteurs plutôt qu’aux expositions, finit de semer le doute : la programmation de cette année ne serait-elle pas à la hauteur ? Non, répondent en coeur Le Figaro et Culturebox qui focalisent leur attention sur l’éphémère pavillon de bambou qui accueille à Trinquetaille les photos de Matthieu Ricard. Non, affirme également Numéro qui s’est intéressé au cas Paul Graham. Non, confirme encore La Provence qui a interviewé Jonas Bendiksen à la chapelle Sainte-Anne où il présente « Le dernier testament », une étonnante série sur les pseudo messies. Non, renchérit enfin la RTS qui, quelques jours avant le début des festivités, avait interrogé le Lausannois Matthieu Gafsou sur « H+ », projet on ne plus contemporain sur la question du transhumanisme. Vous voulez en (sa)voir plus ? Une seule adresse : www.rencontres-arles.com


Vice a posé quelques questions au sociologue Bertrand Nivain, auteur de Selfie(s), analyses d’une pratique plurielle (éditions Hermann). Pour ceux qui préfèrent l’histoire à la sociologie, voici un bref rappel des origines du selfie. Et pour les maladroits, voir ici.


La photographie ne s’est jamais aussi bien portée en France, les photographes jamais aussi mal. #payetaphoto


Été oblige, il est beaucoup question d’astrophoto ces temps-ci (y compris dans les pages de C.I.). L’Agence spatiale européenne a mis en ligne l’album photo des exploits de la mission Rosetta. Le Very Large Telescope a immortalisé la naissance d’une planète. Ryan Smith raconte la formidable histoire des photos du sol lunaire prises par les sondes Lunar Orbiter dans le cadre du programme Apollo, quand Justin Peters malmène le satellite de la Terre dans des créations renversantes. Vous n’êtes pas rassasiés ? Rendez-vous à Fleurance du 4 au 10 août ou bien sur Ciel des Hommes, un site qui chaque mois depuis 18 ans (!) propose toutes sortes d’images astronomiques décryptées par des experts.


Qui a dit qu’une exposition estivale devait forcément jouer la carte de la légèreté ? Pas le Pavillon populaire de Montpellier.


Pour l’émission Xenius (Arte), Emilie Langlade et Adrian Pflug sont allés à la rencontre de Sebastian Reuter, photographe judiciaire spécialisé dans les scènes de crime. L’occasion de s’interroger sur ce que donne véritablement à voir une image.


Le football, cette religion.


Trois projets de livres à soutenir (ou pas) : Bobby Sands de Yan Morvan, Le fleuve Somme de Thibaut Cuisset et Marche ou rêve du collectif ITEM.


Le Japonais Tatsuya Tanaka n’est pas le premier à créer et photographier des mondes miniatures, mais il fait preuve d’une belle inventivité. On lui préfère quand même le duo zurichois Cortis/Sonderegger qui reconstitue et interroge les icônes de l’histoire de la photographie d’une manière étonnante et subtile.


Concluons avec ce message opportun de Pascal Miele : « Le jour où tu manques de matière pour ton « Clique clac », ce n’est pas une nouveauté, mais c’est intemporel : https://global.canon/en/c-museum. Nikon propose aussi le même genre de chose: http://imaging.nikon.com/history/«  Dont acte.

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.