accueil Vie culturelle Clique clac #71

Clique clac #71

563

Les tâches ménagères ne sont pas sans noblesse, les travaux de commande non plus. Et c’est pour le démontrer qu’a été créé le Ooshot Award, un prix visant à récompenser des visions d’auteurs et d’artistes mises au service de marques, d’entreprises et d’institutions. Les photographes intéressés ont jusqu’au 27 novembre pour présenter un travail de commande récent (moins de trois ans). Le jury, présidé par l’Américaine Alex Prager, (dont une monographie vient de paraître aux éditions Textuel – chronique dans C.I. n°406) se réunira le 3 décembre pour désigner le vainqueur.


Et si pour une fois c’était le photographe qui se désapait ? Trevor Christensen a tenté l’expérience. Plus d’images ici.


Le 5 octobre dernier, le docteur Denis Mukwege recevait le prix Nobel de la paix pour son action en faveur des femmes victimes de viol de guerre en République démocratique du Congo. Le Washington Post saisit l’occasion pour ressortir le reportage qu’avait réalisé Édouard Elias en 2014 dans sa clinique de Panzi. 


Quand on est photographe de mariage, on doit se faire respecter, surtout lorsqu’il s’agit d’immortaliser le premier baiser des nouveaux mariés. Et tant pis pour belle-maman !


Des femmes et des enfants d’abord, tel pourrait être le sous-titre de « Wood river blue pool », série lumineuse et inquiète de Jo Ann Walter débutée en 1985 à Alton (Missouri) et qui l’a poussée à visiter les coins les plus rustiques de l’Amérique des cols bleus : « Je me sentais obligée de regarder de près, de manière rituelle, encore et encore, la construction presque impénétrable et continue des stéréotypes entourant l’enfance, la petite enfance, la maternité et la féminité. »


Le selfie fait plus de dégâts que les attaques de requins, statistiques à l’appui. Si la mort n’était pas au bout de la perche, on en rirait.


Le Festival du film de Lamotte-Beuvron, qui s’est clos dimanche dernier, a récompensé Yves Lanceau et Nathalie Truchet pour leur documentaire sur François Merlet, pionnier de la photographie animalière disparu en 2006 et dont les images ont suscité bien des vocations. La bande-annonce est visible ici. François Merlet, déclencheur de passion sera projeté le 17 novembre à la Halle au Blé dans le cadre du 22e Festival de Montier.


La réforme des retraites semble le moindre des soucis de Mme Alix qui, à cent ans passés, continue de tenir sa boutique photo à Luchon.


On n’a pas encore vu l’épisode en question, mais Nan Goldin aurait fait une apparition remarquée dans l’excellente The Deuce, série de David Simon qui explore les débuts de l’industrie pornographique dans les années 70. Selon Artnews, le personnage que joue la photographe en vient, par des détours scénaristiques que nous ne connaissons pas, à commenter dans un bar une photo de… Nan Goldin période « Ballad of sexual dependency » (d’un laconique « Et ils appellent ça de l’art? ») tout en étant photographié par une actrice jouant le rôle de Nan Goldin jeune. Vous avez dit méta ?

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.

Photo d’ouverture : Extrait de « Red Ink » © Max Pinckers