accueil Vie culturelle Clique clac #79

Clique clac #79

549

La gronde ne s’exprime pas que dans la rue. Sur la plateforme change.org, par exemple, Odile Robinot attire notre attention sur la possibilité que la galerie toulousaine Le Château d’Eau (créée, faut-il le rappeler, en 1974 par Jean Dieuzaide) soit privatisée. Dans La Voix du Nord, c’est un collectif de cent photographes des hauts-de-France qui s’élève contre l’absence de figures régionales aux commandes du futur Institut pour la Photographie.


À l’heure où pas mal de projets déçoivent ou tombent à l’eau, le Pixii, appareil télémétrique 100% français, a au moins le mérite d’exister puisque 01Net a pu prendre en main un prototype.


Dans son récent « Projet Anthropocène », Edward Burtynsky révèle, par le biais de la photographie aérienne, les dommages causés par l’homme sur les paysages terrestres. Les prises de vues sont ciselées, le message limpide… et pourtant ça ne prend pas. Pourquoi donc ? Les chercheurs de « Climate Visuals » ont peut-être la réponse. Leurs études démontrent en effet que les images à portée écologique ont bien moins d’impact quand elles sont dépourvues de présence humaine.


Comment photographier le monde quand on souffre d’agoraphobie ? La Néozélandaise Jacqui Kenny a trouvé la solution.


Il faut apprendre la mise en pause de BoxSons pour s’intéresser enfin à ce site de podcasts. Parmi les 250 reportages produits, très peu de contenu photographique, à part ce long sujet sur Evgen Bavčar, photographe et aveugle (accès payant), et ces trois diaporamas sonores coécrits par Marie Guérin et Nicolas Krief (accès gratuit) : une immersion festive dans la Sarthe rurale.


DPReview a décerné ses « awards » pour l’année 2018. Sans surprise, tous les « gros » fabricants sont récompensés, mais une marque se détache.


Landscape Stories, magazine en ligne dont on vous parlait pas plus tard que la semaine dernière, vient de lancer son numéro 29. Encore un sommaire riche, cette fois-ci sur le thème transversal de la ville. On vous laisse découvrir…


La Photokina 2019 aura lieu en 2020.


Quoi de neuf du côté des cimaises ? Eleonore Bonneval présente un travail de commande sur… l’odorat au Musée de la parfumerie de Grasse ; Mélanie Wenger ; pour quelques mois, le Château de Tours accueille une rétrospective consacrée à l’œuvre du Néerlandais Koen Wessing ; le Musée des Beaux-arts de Quimper mise sur une valeur sûre ; les « Dramagraphies » de Michel Lagarde s’exposent au Carré Amelot de La Rochelle ; le photographe voyageur Juan Manuel Castro Prieto s’invite au Parvis Espace Culturel de Pau ; Julien Lachaussée présente ses clichés rock à Négatif+ (Paris 10e) ; et la galerie L’Aberrante de Montpellier réunit trois artistes photographes, Oleñka Carrasco, Camille Gharbi et Arianna Sanesi, pour une exposition sur les violences conjugales.


Bientôt un smartphone pourvu de 16 objectifs ? En tout cas, le fabricant sud-coréen LG a déposé un brevet qui va dans ce sens.


Réponse de la devinette de la semaine dernière : c’est lors d’une récente interview pour Clique TV que David LaChapelle a prononcé la phrase « Une photographie n’est finie que lorsque le spectateur la comprend ». La devinette de cette semaine pourrait d’ailleurs être une réponse adressée au photographe américain : « Je suis une intuitive, j’aime pas comprendre tout de suite le pourquoi des choses, même d’une émotion. Quand on est en plein dans l’émotion, on cherche pas d’explication. »

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.