accueil Vie culturelle Clique clac #83

Clique clac #83

1056

Pour quelques jours encore, on peut revoir sur le site d’Arte l’émission « La magie des grands musées » consacrée au Rijksmuseum d’Amsterdam. Un épisode du plus grand intérêt puisque la visite du musée est assurée par Erwin Olaf, photographe internationalement reconnu qui sait ce qu’il doit aux grands maîtres flamands : « La peinture m’a beaucoup appris du point de vue de la composition, de la lumière et de la façon de recréer une réalité. Je rêverais d’égaler le savoir-faire des peintres des siècles passés. » Sur tous les fronts, Erwin Olaf a aussi signé la carte de vœux du couple royal néerlandais. Un portrait de famille qui casse les codes et n’est pas du goût de tous les internautes si l’on en croit les commentaires postés sur le site spécialisé Noblesse & Royautés (« Trop froid ! », « Brrr… on dirait une affiche de X-Files », « Une publicité pour une compagnie aérienne ? », « Aliens, le retour ! », etc.)


Avec sa vue hyper-pixellisée de la ville de Shanghai la société Bigpixel s’est offert, à défaut de record, un joli coup de pub. Mais dans un pays où la reconnaissance faciale est utilisée pour repérer les infractions, l’exploit technique pose des questions d’ordre éthique. 


Produire des photos pour des banques d’images n’est pas le métier le plus palpitant qui soit, mais il offre des situations suffisamment absurdes pour imaginer un scénario de court-métrage. C’est ce qu’a dû se dire l’auteur et acteur Jeff Loveness quand il a écrit Stock, amusante comédie découverte sur le site de Vulture.


Présentée au printemps dernier au Mucem, l’exposition « Roman photo » fera bientôt escale au Musée de la photographie de Charleroi (Belgique). Dans ce cadre, les possesseurs de romans photos vintage sont invités à les donner ou les prêter au Musée.


Étudiant en photographie et fan de baseball, Mike Mandel eut la curieuse idée au milieu des années 1970 de demander aux grands photographes (et commissaires) de son temps de poser pour lui en tenue de baseball. Ed Ruscha, Les Krims, Imogen Cunningham, Ansel Adams et quelques autres se prêtèrent au jeu et permirent à Mandel d’éditer une collection de 134 cartes qui s’arrachent aujourd’hui à prix d’or. (VF ici)


Comment produire des images différentes dans un contexte identique ? Petite étude comparative des portraits d’un même homme politique réalisés par François Wavre et Niels Ackermann pour deux quotidiens suisses, Blick et Le Temps.


Suisse toujours, avec la disparition inattendue de Jean Revillard, à l’âge de 51 ans. Primé à maintes reprises (au World Press notamment), le photographe genevois s’était fait connaître par ses travaux documentaires sur la « jungle » de Calais, les personnes électro-sensibles, la prostitution et bien d’autres sujets.


Pourquoi prenons-nous tous les mêmes photos de voyage ? La réponse en 7000 signes (par Laura Mallonee) ou en un dessin (par Sempé).


Que nous réserve 2019 ? Un long-métrage sur Robert Mapplethorpe, un nouvel Olympus, le 10e numéro de NiépceBook, la possible fermeture de la Maison de la Photo de Lille, un nouveau rendez-vous à Metz et le retour du castor dans les Pyrénées.


On se quitte avec un dernier coup d’œil à 2018. Notre collaborateur Hervé Le Goff vous invite à une flânerie sans paroles (mais avec du Django Django) dans les allées du Grand Palais. Une vidéo simple et stylée (comme son auteur !), réalisée en novembre dernier à l’occasion de Paris Photo.

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Visuel d’ouverture : Le roi Willem-Alexander des Pays-Bas, la reine Maxima et leurs trois filles. RVD – Erwin Olaf