accueil Vie culturelle Clique clac #96

Clique clac #96

503

Jérôme Tanon se rêvait snowboardeur, mais rapidement il dut se rendre à l’évidence qu’il était moins doué que ses copains. Pour garder le contact avec la piste, il prit donc l’option de les photographier, mais rapidement il dut se rendre à l’évidence que ses photos n’étaient pas meilleures que celles de ses pairs. Alors, pour sortir du lot, il troqua son appareil numérique contre du matériel argentique, mais rapidement il dut se rendre à l’évidence qu’il tournait un peu en rond. Il s’essaya donc à une technique toute particulière au rendu proche de la peinture : le bromoil… mais rapidement il dut se rendre à l’évidence que « faire des photos de snow, ça rapporte que dalle. »


Dans son billet critique pour Télérama, Yasmine Youssi pointait déjà un air de « déjà-vu » dans les photos de Ren Hang (actuellement exposées à la MEP), mais on ne s’attendait pas à ce que les emprunts soient si nombreux.


L’image de l’année ?


On pourrait parler de « homeland-art » pour décrire les autoportraits de Meryl McMaster, artiste canadienne à l’imaginaire fécond qui met à contribution les espaces naturels et les matériaux du quotidien pour raconter son histoire personnelle.


Un an après le lancement du hashtag #Payetaphoto, Frédérique Founès, désormais à la tête du CLAP, fait le point sur la situation économique des agences et sur la juste rémunération des droits d’auteurs.
En complément, et pour bien mesurer la précarité des photographes aujourd’hui, on vous conseille de lire la tribune d’Alain Tendero publiée dans le dernier numéro d’Astérisque, le magazine de la SCAM (pages 18-19).


La recherche du terme « transgenre » a augmenté de 64% en un an chez le fournisseur d’illustrations Shutterstock, mais les résultats peinent à suivre la demande. C’est pourquoi le site américain Broadly a lancé une banque d’images montrant des personnes trans et non binaires dans des situations du quotidien.


Grâce au kit Vitalens, révélez le hipster en vous.


Un œil dans le rétro

• 22 octobre 1895 : les freins du train express Granville-Paris ne répondent plus.
• 17 mai 1861 : le physicien écossais James Clerk Maxwell présente la première photographie couleur à l’Institut Royal britannique.
• 17 décembre 1903 : les frères Auguste et Louis Lumière déposent le brevet du procédé autochrome.
• 4 novembre 1922 : l’équipe d’Howard Carter fait une découverte dans la Vallée des Rois.
• Septembre 1934 : Gerta Pohorylle et Endre Friedmann se rencontrent à Paris, au café A Capoulade.
• 1958 : l’Institut des hautes études des communications (IHEC) est créé à Tournai.
• 18 février 1967 : Jean Charpé explique le principe de la chambre noire sans éteindre la lumière.


Michael Andrew soulève un problème qui parlera à tous les photographes qui visent de l’œil gauche.


Vous avez trop d’argent ? Dépensez-le intelligemment en soutenant un projet photo. Sur les plateformes de financement participatif, on trouve des livres sur (vraiment) tous les sujets : le macareux moine, l’enfance éternelle, les objets mis au rebut, les bulles d’O ou le futur post-apocalyptique. Si la part d’aléatoire inhérente au crowdfunding vous ennuie, allez voir du côté de Wombat qui vient d’annoncer la parution prochaine d’un coffret autour des photographies de Stanley Kubrick.


On termine comme on a commencé, avec de la glisse et de la glace. Un reportage étonnant signé Olivier Martin.

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Visuel d’ouverture : capture d’écran du site Neufdixieme.com