accueil Vie culturelle Clique clac #101

Clique clac #101

677

Dans la série des doux-dingues, on appelle cette semaine à la barre Brendan Barry, photographe britannique mais surtout créateur d’appareils insolites (fabriqués à partir d’une bûche, d’une caravane, d’une pastèque, d’un ananas, d’une miche de pain…) et fonctionnels.


Le 14 mai, Hugues Fontaine a dévoilé au monde trois nouveaux clichés pris par Arthur Rimbaud il y a 132 ans jour pour jour près d’Addis-Abeba. L’occasion de rappeler que l’auteur du Bateau ivre ne fut pas le seul écrivain à s’intéresser à la photographie. Avant ou après lui, Lewis Carroll, Sophie Jablonska, Emile Zola, Jack London et Hervé Guibert, pour ne citer qu’eux, y ont vu, plus qu’un loisir, un complément à leur travail littéraire (avec la lumière ou autre chose, écrire toujours). Le prix Nobel Orhan Pamuk s’inscrit dans cette lignée en publiant ces jours-ci Balkon, recueil de photos d’Istanbul prises depuis son… balcon.
Avouons-le, cette information nous sert aussi de prétexte à sortir de nos cartons un article vieux de six ans mais toujours aussi pertinent sur cette drôle de pratique qu’est la photographie d’écrivain. Vous savez, ces portraits figés (et un rien gênants) qui illustrent les jaquettes des romans et essais. David Caviglioli aborde le sujet avec humour et légèreté, mais un traitement plus approfondi est possible, comme le montre ce livre-somme de 300 pages publié en 2017 aux Presses Universitaires de Rennes.


La gémellité est un sujet photographique porteur. De Saint-Mandé à Igbo-Ora, Jane Evelyn Atwood, Benedicte Kurzen et Saane Wilde l’ont brillamment démontré.


Comme un lointain écho à ce numéro de « Clique clac », Depeche Mode sortait il y a 30 ans 101, un album live enregistré au Rose Bowl de Pasadena qui contient une pelletée de tubes (mais pas « Photographic ») et a pour pochette un cliché d’Anton Corbijn.


Autre clin d’œil à ce numéro de « Clique clac » avec un livre au titre à rallonge, 101 Best picture comparisons from Liliput or Chamberlain and the beautiful llama, dans lequel Stefan Lorant s’amusait, dès la fin des années 1930, au jeu des rapprochements insolites.


Et si on allait à la piscine se faire une expo ?


Du côté des marques…
•  Les ventes d’appareils photo sont en recul de 17% chez Canon pour l’année 2019.
•  Fujifilm peut remercier ses Instax.
•  Le groupe Nikon a quasiment doublé son bénéfice net sur l’exercice 2018-2019, mais il accuse une baisse des ventes de près de 18% en ce qui concerne les appareils photo.
•  Le département Image d’Olympus ne se porte pas bien, ce qui n’empêche la marque de continuer à célébrer son centenaire.
•  Pour Hiroki Sugahara, directeur marketing chez Ricoh/Pentax, il ne fait aucun doute que les photographes récemment convertis à l’hybride reviendront tôt ou tard au reflex.


Lucille Solari est, à notre connaissance, la seule journaliste à chuchoter ses questions. Il faut dire qu’elle n’a pas le choix, puisque le principe même de son émission immersion radiophonique, « Prise de terre », est d’accompagner sur le terrain des amoureux de la nature. Dans un récent numéro, elle a suivi Michel et Vincent Munier dans une vieille forêt vosgienne. À écouter impérativement au casque pour entendre au loin, entre le plic ploc des gouttes d’eau, le chant de la petite Tengmalm. En plus, l’interview se se conclut sur un éloge du pic, tout à fait raccord avec le numéro de Nat’Images actuellement en kiosques.


N’oubliez pas que ce samedi, c’est le marathon « Clic-clac » et la Nuit des Musées.


David Hurn, Mark Power, Ian Berry, Stuart Franklin et Chris Steele-Perkins ont en commun d’être britanniques, d’être membres de l’agence Magnum, d’avoir vécu des temps forts de l’Histoire du XXe siècle et d’avoir été interviewés dans le cadre de l’émission de la BBC « Through the lens ». Cette page les réunit tous les cinq.

 

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Visuel d’ouverture : Pasteca obscura © Brendan Barry