accueil Vie culturelle Clique clac #117

Clique clac #117

611

Archiver, conserver et restaurer des tirages n’est pas une sinécure pour le particulier, alors imaginez la tâche titanesque que cela représente quand vous travaillez dans une institution comme le MoMA. Le temps d’une vidéo assez vivante (compte tenu du sujet), Sarah Meister (commissaire) et Ann Daffner (conservatrice) expliquent, exemples à l’appui, ce que recouvrent véritablement leurs métiers respectifs et nous invitent dans les coulisses du musée. La vidéo est évidemment en anglais, mais si le sujet vous intéresse, vous pouvez consulter le vade-mecum sur la prise en main d’un fonds photographique publié en 2016 par le Ministère de la Culture ou bien parcourir ce diaporama mis en ligne il y a quelques années par le Musée français de la photographie. Pour une vision plus concrète du métier, on vous renvoie à cette interview de Gwenola Furic, restauratrice de photographies à Redon (si le lien ne fonctionne pas, passez par le site de l’auteure). Sur une note plus générale, signalons pour finir la série « Palimpsest », travail photographique de Philippe Braquenier sur ces lieux où l’humanité stocke sa mémoire, de la bibliothèque royale de Belgique au data center Wikileaks de Stockholm.


À travers une dizaine de photos plus ou moins connues, Jean-Claude Delmas, George Gobet et Patrick Kovarik racontent « leur » Chirac. Un article à compléter par les interviews données à LCP par Jean-Claude Coutausse, à France Inter par Raymond Depardon et Bettina Rheims ou, plus anecdotique, par ce sujet de France 3 sur Christian Boyer, son photographe attitré de 1986 à 2002.


Rappelons que c’est Jacques Chirac qui a signé en 1972, lorsqu’il était ministre de l’Agriculture, la mise sur le marché aux Antilles du chlordécone, un pesticide qui contamine aujourd’hui plus de 90 % de la population adulte. Ce scandale sanitaire est devenu le « cheval de bataille professionnel » de Benoît Durand, jeune photojournaliste de 23 ans dont le travail documentaire a été salué lors de la dernière édition de Visa pour l’Image.


Profitons des mondiaux d’athlétisme pour effectuer un bond de cent ans en arrière, glorieuse époque où le record du triple saut culminait à 14 m et où les photographes produisaient déjà des clichés étonnants (en tout cas moins statiques qu’on pourrait le croire).


Si vous projetez de vous rendre prochainement à Papeete ou Tahiti, sachez que le code de l’environnement polynésien interdit désormais de photographier baleines, dauphins, pétrels ou fleurs de tiare. Et la peine encourue est très salée : deux ans d’emprisonnement et une amende de 17,8 millions de francs Pacifique (soit… 149290 euros).


Atteint du syndrome d’Usher, Ian Treherne perd peu à peu l’ouïe et la vue. La maladie ne lui laisse aujourd’hui qu’une fenêtre de lumière étroite mais il continue de pratiquer la photographie sans l’aide d’assistants et en relativisant sa condition : «Ma cécité m’a poussé à aller plus loin et à me concentrer davantage ». Même capacité de résilience du côté de Cédric Poulain qui, faute de voir les sujets qu’il photographie (il est quasiment aveugle), utilise le sens du toucher et la technique du light-painting pour créer ses « noctographies ».


Le compte Instagram « Respecte ton artiste » recense les offres douteuses auxquelles sont régulièrement confrontés les professionnels de la photographie (et d’autre domaines artistiques). Qui n’a jamais rêvé de couvrir un mariage pour 10 euros de l’heure ou d’être payé en burgers pour réaliser les photos d’un restaurant ?


Dans la présélection 2019 diffusée récemment par le concours Wildlife Photographer of the Year, la photo d’un bébé hippopotame dans la gueule d’un adulte a beaucoup fait causer au sein de notre rédaction. Acte d’affection d’une mère transportant son petit ou infanticide ? Et puis on a lu la légende… Adrian Hirschi, l’auteur de l’image, a raconté plus en détail à nos confrères du Matin l’histoire de cette photo choc. Il nous apprend, entre autres, qu’une telle observation est rarissime et qu’il a préféré quitter les lieux avant l’issue fatale.


En matière de photo de sports mécaniques, trouver le bon spot, celui qui vous donnera accès à des prises de vues un tant soit peu originales, est essentielle. Pour sa part, Andrew Jay Feustel a choisi de prendre de la hauteur, beaucoup de hauteur puisqu’il a pris ses photos depuis… l’ISS. Durant les 225 jours qu’a duré sa mission à bord de la station spatiale, il a ainsi photographié les circuits du monde entier, y compris celui du Castellet : « C’est un des circuits vraiment cool, situé le long de la côte Méditerranée. La piste est facile à trouver, car les couleurs vives y aident. La météo dans ce coin de la France aide aussi à avoir une belle vue dégagée. J’ai certainement plus de photos du Paul Ricard que n’importe quel autre circuit. »


Entre situations insolites et actualité brûlante, la sélection hebdomadaire de « Captured » (le photo-blog du magazine The Week) ne choisit pas. Et c’est peut-être ce qui fait sa force…


Les années ne semblent pas avoir de prise sur la musique de The Cure dont la tournée mondiale fait actuellement salle stade comble. Fidèle de la première heure, Richard Bellia raconte au site Section-26 quelques-unes des photos qu’il a prises de Robert Smith et sa bande depuis leurs débuts. Et comme le dit l’intro de l’article, le monsieur est brut de décoffrage : « Publier un livre sur Cure ? Pas du tout, et il y a plusieurs raisons qui sont toutes bonnes. La première, c’est que je ferais une utilisation commerciale du nom The Cure, sans qu’ils ne touchent quoi que ce soit. Avec leur nom sur la couverture, ce serait comme l’utilisation d’une marque qui ne m’appartient pas. (…) La deuxième, c’est qu’il faudrait aller voir Robert en disant : « eh, j’ai fait ça ». Et là, je crève de honte. « J’ai fait un bouquin pour toi, avec tes photos, regarde, je me fais de la tune sur ta gueule. » Et puis non, je ne suis pas marchand de photos de Robert, c’est pas mon métier. »


« Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Capture d’écran de la vidéo « Live Q&A with MoMA Photo conservator and curator »