accueil Vie culturelle Clique clac #143

Clique clac #143

627

Chaque jour depuis le début de la pandémie, on découvre des dizaines de nouveaux sujets photo sur le milieu hospitalier, les travailleuses et travailleurs en première ligne, les villes aux rues désertes, la vie en confinement, etc. Mais la grande oubliée de l’histoire, au final, c’est la mort. Certes on trouve ici ou là un reportage sur les pompes funèbres, mais le plus souvent la question est réduite à des chiffres et des courbes. Dans un intéressant article pour le New York Times, Sarah Elizabeth Lewis rappelle la mésaventure arrivée début avril à George Steinmetz, qui s’est vu confisquer son drone par la police de New York alors qu’il photographiait l’enterrement à la hâte de plusieurs dizaines de victimes du Covid-19. Puis l’historienne de l’art prolonge sa réflexion en convoquant les souvenirs de la Grande Dépression ou de l’épidémie de SIDA et en insistant sur l’importance des photographies mortuaires pour sensibiliser le public à la gravité d’une situation. « Les images, conclut-elle, nous obligent à affronter l’indicible. Elles aident à humaniser les statistiques cliniques, à les rendre compréhensibles. » De ce côté-ci de l’Atlantique, Amélie Cabocel, auteure d’un projet photo/vidéo sur la vieillesse (« Les Blanches Terres »), voit dans cette absence de traitement le dernier chaînon du processus d’invisibilisation que subissent les personnes âgées. Son texte est à écouter sur la page que le pôle de photographie Stimultania consacre à son travail (tout en bas).


Depuis le début de l’année, François Sola expose dans les couloirs du métro lyonnais une série d’images qui prennent vie dès lors qu’on les observe à travers l’écran de son smartphone. L’accès à cette exposition en réalité augmentée étant pour le moins compliqué ces temps-ci, le photographe vous propose de la recréer à domicile.


Dans la série « Je suis confiné mais j’ai des idées », bienvenue à Jordi Koalitic.


L’INA n’est pas qu’une base de données audiovisuelles, l’institution propose également des formations aux outils de production (tournage, montage audio, gestion de la couleur en vidéo) qu’elle met à disposition gratuitement pour un temps limité. L’occasion, pourquoi pas, de se former à la photographie au smartphone.


Une équipe de chercheurs a percé le mystère des photographies d’Edmond Becquerel, pionnier de la couleur.


COMME UNE ENVIE DE CHANGER D’AIR…
• …en explorant Kowloon Walled City
• …en regardant passer les saisons au bord d’une rivière (photos Noah Kalina)
• …en visionnant le film Mon arbre de Raymond Depardon et Claudine Nougaret
• …en suivant l’équipe d’Under the Pole
• …en cavalant crinière au vent sur les falaises d’Islande ou en survolant ses estuaires
• …en lisant les cartes postales du Japon de Pierre-Elie de Pibrac (Tokyo, Osaka, Yūbari)
• …en visitant les galaxies lointaines sans bouger de chez soi
• …en se baignant sous une cascade digne d’un conte de fée
• …en se perdant sur la planisphère de Terra Quantum


Le Musée de l’Élysée (Lausanne) annonce sa réouverture pour le 12 mai et prolonge l’exposition « L’explosion du regard ». Les fans suisses de René Burri apprécieront, les autres peuvent toujours se replier sur les vidéos et podcasts mis en ligne par le musée.


Après l’avoir laissé en sommeil pendant six ans, le Montréalais Jon Rafman a réactivé « Nine Eyes of Google street view », son projet d’archivage des photographies les plus drôles (au double sens amusantes et bizarres) prises par les Google cars à travers le monde.


Vous avez dévoré les derniers numéros de C.I. et de Nat’ et n’avez plus rien à lire ? Le magazine néo-zélandais f11, dont la parution a cessé au printemps 2017, a mis en libre téléchargement ses 66 numéros. Si cela ne suffit pas, vous pouvez également feuilleter le e-magazine que Photo London vient de consacrer à Edward Burtynsky. Vous avez encore faim ? Carnets de science, la revue éditée par le CNRS, propose un ou plusieurs portfolios photo dans chacun de ses numéros.


#WTF?
Femmes nues + trophées de chasse = Animal mythos
Toi aussi, construis ton objectif télécentrique !
• Genie Kausto élève l’autoportrait au rang d’œuvre barge.
• À quoi ressemble la saucisse du futur ?
• François Vogel éprouve l’élasticité des chats.
• Une incursion dans le quotidien de Sam Barsky, roi du tricot.
• Et si vous montiez votre télézoom sur un Raspberry Pi
• Serez-vous le « Potato photographer of the year » ?


« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : capture d’écran du site du New York Times (Cercueils© Bryan R Smith/Reuters). Haut de page : capture d’écran du compte Instagram de George Steinmetz