accueil Vie culturelle Clique clac #151

Clique clac #151

1572

C’est la belle histoire de la semaine. En 1966, le Sunday Times publie un reportage sur le bassin minier français réalisé par John Bulmer, 28 ans alors. Par les mystères d’Internet, une des images resurgit sur Twitter en octobre 2019 et suscite l’émotion et des interrogations dans le Nord-Pas-de-Calais : mais où donc la photo a-t-elle été prise et qu’est devenu ce garçon roux affalé sur son vélo ? Pris au jeu, les internautes mènent l’enquête, rapidement rejoints par les journalistes locaux. Le reste est à lire et à voir ici.


Contre une adresse mail vous pouvez vous procurer la nouvelle étude sociologique d’Irène Jonas « Et pourtant, elles photographient… », une enquête sur le sexisme ordinaire, étayée par les témoignages de 25 femmes photographes. À défaut de lire les 84 pages de ce pdf, prenez 24 minutes pour écouter la sociologue défendre son travail.


Double actualité éditoriale pour Laurent Ballesta qui a confié une centaine de ses photographies subaquatiques à Reporters sans Frontières pour le nouvel album de l’ONG, et qui figure également au sommaire du deuxième numéro de Sphères, luxueux magazine qui tous les trois mois aborde une passion sous divers angles. Après les pipes, les bulles donc. Une légende dit que Laurent Ballesta passerait sa vie dans l’eau… eh non, il sait aussi se mobiliser quand la sauvegarde du patrimoine terrestre est en jeu.


On savait que Fanny Arlandis avait un œil pour sélectionner les images (c’est elle qui s’occupe de la rubrique hebdomadaire de Slate « Une semaine dans le monde en 7 photos »), Le Pèlerin nous apprend qu’elle a aussi un œil pour prendre les photos. L’automne dernier, pendant plusieurs semaines, la journaliste est partie sur les chemins de Shikoku, haut-lieu de pèlerinage bouddhiste. Elle en est revenue avec les pieds endoloris (1200 km de marche en 42 jours) et une foule d’images et d’histoires sur les henro rencontrés.


LA FOIRE AUX QUESTIONS EXISTENTIELLES
• Les images violentes sont-elles nécessaires pour lancer le débat public ?
• Comment photographier la liberté ?
• Qui est photographe en 2020 ?
• Comment gommer les marques de bronzage avec Photoshop ?
• L’image la plus célèbre de Che Guevarra a-t-elle encore une signification ?
• Comment éviter les clichés en photographie ?
• Le surréalisme dénature-t-il l’art photographique ?
• Qu’est-ce qui rend une photo intéressante ?


Pour acter sa naissance, le collectif See in Black, qui réunit 80 photographes noirs américains, a lancé une vente de tirages au profit d’associations défendant les droits civiques, les arts et l’éducation ou encore la réforme de la justice. La mort de George Floyd est évidemment à l’origine de la création du collectif, tout comme elle est à l’origine du « paddle out » (rituel funéraire pratiqué par les surfeurs) organisé mi-juin par la Black Surfing Association et photographié par Carlos Jarmillo.


Contrairement à d’autres, Gwendal Le Flem n’a pas mis à profit sa période de confinement pour explorer sa créativité. Ce photographe spécialisé dans l’événementiel était bien trop préoccupé par des considérations pécuniaires : 5000 € de perte de chiffre d’affaires rien qu’avec l’annulation des festivals Art Rock, Hellfest et Les Eurockéennes. Et pourtant il a su rebondir en rejoignant le CAAP, même s’il craint que les budgets alloués aux photographes soient désormais revus à la baisse.


À la crise politique et économique que vit le Venezuela depuis 2018 s’ajoute aujourd’hui une crise sanitaire (due au Covid-19 et à la pénurie d’eau potable) qui pousse des millions d’habitants à fuir le pays pour rejoindre la Colombie. Le photographe italien Nicolo Filippo Rosso a suivi certains de ces « caminantes » dans leur périple.


Interrogé par Le Monde, Christoph Wiesner, successeur de Sam Stourdzé à la tête des Rencontres d’Arles, se laisse un peu de temps pour décanter la programmation 2020 du festival, « trouver ce qui fait encore sens l’année prochaine et composer une édition en écho ».


EN BREF
• Le Centre photographique de Marseille organise les 3 et 4 juillet une vente de tirages au profit des personnels soignants du pôle cardiovasculaire de la Timone.
• À l’issue sa réunion annuelle (via Zoom), Magnum Photos a renouvelé son bureau (Olivia Arthur assurera la présidence pour les trois prochaines années) et nommé ses nouveaux entrants, membres et associés.
• Les votes sont ouverts pour les Zooms du Salon de la Photo.
• Photoreporter apprécié de ses pairs, John Bompengo est mort le 20 juin du coronavirus. Il avait 52 ans.
• La mort d’Anna Blume sonne, quant à elle, « la fin d’une certaine photographie engagée, contre l’ordre établi des choses ».
• Le Festival Images Vevey, dont le lancement est prévu début septembre, commence déjà à s’afficher sur les bus de la ville.
• Il y a 50 ans, le réalisateur tchèque Oldrich Lipský inventait… la perche à selfie.


« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : A street in Northern France © John Bulmer
Haut de page : John Bulmer et Jean-Michel Longeois, 54 ans après © F. Giltay