accueil Vie culturelle Clique clac #153

Clique clac #153

813

Barbara Iweins est une femme de concepts. On l’avait repérée en 2016 avec « Au coin de ma rue », projet étalé sur cinq ans durant lesquels elle avait soumis des personnes de son voisinage à des séances de prise de vue très cadrées (les faisant poser avec leur meilleur ami, photographiant les objets auxquels elles tenaient le plus ou encore les photographiant à 7 heures du matin puis 7 heures du soir), le tout présenté dans des séries de diptyques. La Bruxelloise revient aujourd’hui avec Katalog, un travail où elle se met à nu en dévoilant tous ses biens: « Pendant 2 ans, 15h par semaine, j’ai mis en scène et photographié les 10 532 objets de ma maison. Ensuite, par un travail de classement encyclopédique, j’ai classifié chaque objet selon son matériau, son degré d’utilisation, sa couleur, etc. » Dis-moi ce que tu possèdes, je te dirai qui tu es…


La crise sanitaire a un mérite, celui de nous faire découvrir des publications étrangères. On vous conseille par exemple de télécharger (gratuitement) le dernier numéro de Dodho, un magazine indépendant créé en avril 2013 et qui propose des portfolios de photographes amateurs ou professionnels venus du monde entier.


Bernard Millet n’a pas cherché longtemps pour trouver le premier modèle de sa série « Poliomyelitis » : il a simplement demandé à sa mère de poser. C’est d’ailleurs elle qui lui a donné l’idée de ce projet qui met à nu les personnes atteintes de poliomyélite : « Je voulais montrer les corps qui se cachent derrière les vêtements, libérer les peurs et les traumatismes, afin de présenter ces personnes avec respect et courage. »


De Paris au Mont-Saint-Michel, la comète Neowise fait le bonheur des astrophotographes. Mais le ciel recèle bien d’autres beautés, comme le montrent le palmarès 2020 des NightScape Awards ou cette intrigante photo d’agitations mésosphériques


Parallèlement à ses travaux pour le monde de la mode, Charlie Engman a photographié pendant plus de dix ans sa mère Kathleen. Il en a tiré un livre, Mom, qui déroutera celles et ceux qui s’attendent à un émouvant album de famille. Engman ne regarde pas sa mère comme une figure bienveillante ou comme un symbole de l’autorité, ni même comme une femme d’un certain âge mais comme un « être humain de chair et de sang dans toutes ses contradictions et dans toute sa complexité ». Ce détachement apparent, qui dans les faits demande une grande complicité et une confiance mutuelle, fait tout l’intérêt de l’ouvrage. Mais le mieux est encore d’écouter l’auteur en parler tout en le feuilletant.


CABINET DE CURIOSITÉS
• Un portrait diablement pertinent
• Paul Nadar, côté
films.
• Can Dagarslani & Sophie Bogdan, dans la joie et l’absurdité.
• Ana Vallejo, confinée avec elle-même.
• Un jeu de cartes pour apprendre les bases de la photo.
• Quand les résidentes d’un foyer pour personnes âgées recréent des pochettes d’albums…
• Les « kaléidoscorps » d’Antoine Dubroux.
• La surprenante anatomie des insectes.
• La drôle de vie de Pierre Molinier, fétichiste assumé et précurseur du body-art.
• « Useless random shit » par Robin Lopvet.
• Les fausses paparazzades d’Alison Jackson.
• Prendre en photo le miroir que l’on veut vendre…
• Le « bazar zoulou » de Françoise Huguier.


Après s’être procuré une collection de cartes postales datant des années 1960, l’Américain Pablo Iglesias Maurer s’est rendu sur les lieux présentés sur les photos (et aujourd’hui abandonnés) pour les cadrer à l’identique. Un avant/après en mode « Retour vers le futurbex ».
C’est un peu la même idée qui a poussé Robin Lachhein et Judith Schneider à voyager à travers le monde… à un détail près : les lieux qu’ils cherchent à reproduire ne viennent pas de cartes postales vintage mais de
films et séries – et en plus ils imitent les acteurs !


À un mois et demi du lancement de Visa pour l’Image, la distribution des récompenses a déjà commencé : le Prix Camille Lepage revient à Olivier Jobard (pour son projet de documenter une voie de migration méconnue), le Prix Rémi Ochlik à Anthony Wallace (pour son reportage « Points de vue opposés » sur la révolte populaire à Hong Kong) et le Visa d’Or humanitaire du CICR à Alfredo Bosco (pour son travail sur les cartels mexicains).


Dans un tout autre genre, voici le palmarès 2020 des Audubon Photography Awards, concours international de photographie animalière.


Pour honorer la mémoire de Richard Martin (dont on vous parlait la semaine dernière), L’Équipe crée un prix photo en son nom. 


Depuis son studio de Brooklyn, Delphine Diallo commente six de ses photos, inspirées par Diane Arbus comme par Frantz Fanon et traversées par la question de la représentation des femmes noires. Mais la Franco-sénégalaise n’est pas la photographe d’une seule cause, comme le montre cet article de Katy Cowan autour de son travail sur les quinquas de la communauté LGBTQ+.


Le miroir d’eau, place de la Bourse à Bordeaux, attire de nombreux photographes. Certains, comme Cédric Guere (cf. la rubrique « Critique » du nouveau numéro de C.I.), l’exploite avec une certaine sobriété, d’autres cherchent le moment insolite… 


Quelques épisodes de l’emblématique émission Contacts sont de nouveau disponibles sur le site d’Arte. Au programme : Andreas Gurski, Duane Michals, Martin Parr, Thomas Struth et William Klein – qui, rappelons-le, a eu l’idée de cette série de formats courts (13 minutes) centrés sur les images et la parole des photographes.

 

« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : Katalog © Barbara Iweins