accueil Vie culturelle Clique clac #158

Clique clac #158

1223

Alors que le Liban traverse une crise sans précédent, une exposition virtuelle et immersive propose de nous éclairer, à travers les regards d’artistes et de photojournalistes, sur les bouleversements politiques, économiques et sociaux qui ont marqué le pays ces quatorze dernières années et ont conduit à la situation actuelle. Si vous voulez agir concrètement et aider les rescapés de l’explosion du 4 août dernier, sachez qu’une vente de tirages au profit de la Croix Rouge libanaise a été mise en place par Gulf Photo Plus (l’opération se termine le 26 août). Un appel aux dons a également été lancé par l’AFAC (Arab Fund for Arts and Culture).


La constance paie. Finaliste en 2016 et en 2019 du Prix Inge Morath (décerné chaque année par Magnum à une femme photojournaliste de moins de 30 ans), la Chilienne Tamara Merino a fini par l’emporter. Les 5000 $ de récompense vont lui permettre de poursuivre un vaste projet documentaire sur les communautés souterraines, « Underland », dont on peut déjà découvrir les chapitres australien et espagnol sur son site.


Actualité plus polémique pour l’agence Magnum qui s’est fait épingler pour avoir mis à la vente sur son site des photos de prostitution infantile. L’affaire, sortie par Fstoppers, est résumée en français ici.


Pour célébrer la journée internationale de la photographie (qui avait lieu hier, 19 août), TV5 Monde a ressorti de ses archives un chouette reportage sur Thomas Sauvin, artiste et collectionneur français qui durant ses années passées en Chine a fait les bennes à ordures pour sauver des négatifs promis à la destruction. Au total il en a récupéré 850 000, qui font aujourd’hui la matière première du site Beijing Silvermine.


#WorldPhotographyDay
Les lieux les plus photographiés
Autoportrait au chat, 1932
Team Paul ou team Céline ?
Il paraît que je suis photogénique
Le royaume des illusions
Homai Vyarawalla, pionnière du photojournalisme
Ficelle !
Pendant ce temps, en Belgique


Gros coup pour Sony qui vient de nouer un partenariat avec Associated Press : ses boîtiers et objectifs équiperont désormais tous les reporters photo et vidéo de l’agence américaine.


Dure la vie de mascotte au temps du Covid.


Chaque année depuis 2016, les Ateliers Médicis en coopération avec le Cnap lancent une commande photographique autour d’un thème précis sur le Grand Paris. Le thème retenu pour 2021, « Observer nos distances », fait écho à l’actualité. Cet appel à projets concerne les artistes pros et se termine le 15 septembre. Tous les détails ici.


Tati c’est fini. Souvenirs, souvenirs


Converti récemment à la fabrication d’ingrédients pharmaceutiques, Kodak pourrait voir ses plans contrariés par une enquête sur le prêt de 765 millions de dollars dont a bénéficié la firme américaine.


Le jury du « Potato photographer of the year », concours insolite dont on vous parlait il y a quelques mois, a rendu son verdict. Si le sujet est (pomme de) terre à terre, le palmarès montre l’inventivité des lauréats qui, faut-il le rappeler, ont dû réaliser leurs images pendant le confinement.


En préparation d’un nouveau corpus d’images, Nicolas Henry a fait une halte en forêt de Moulière, près de Poitiers. L’occasion d’observer comment l’artiste procède pour élaborer ses tableaux photographiques.


Connaissez-vous le moonbow ?


Yegan Mazandarani ne se décrit pas comme un photojournaliste, il est pourtant parti quasiment du jour au lendemain couvrir la guerre du Donbass… à sa manière : « Je n’ai pas du tout voulu venir comme photoreporter de guerre, prendre des armes et la misère en photo. C’est mon ressenti qui a conditionné ma photographie. Il y avait simplement beaucoup d’empathie. Je souhaite rapprocher les personnes qui regardent les photos aux gens vivant sur place. » Un témoignage plein de fraîcheur, mais qui peut effrayer aussi par sa candeur quand on sait que la guerre du Donbass a déjà fait plus de 13 000 morts et 1,5 million de déplacés.


Figure méconnue du grand public, Russell Kirsch est décédé le 11 août dernier à l’âge de 91 ans. On doit à ce pionnier de l’informatique ni plus ni moins que la création de l’image numérique. En 1957, Kirsch et son équipe ont mis au point le tout premier scanner permettant de transcrire une photo noir et blanc en une image numérique de résolution 176 x 176 pixels.

« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : Avant puis après la double explosion à Beyrouth. 2020 Maxar Technologies/via REUTERS