accueil Vie culturelle Clique clac #166

Clique clac #166

1368

Étudiant en master à l’université de Bristol, où il s’est spécialisé dans le documentaire animalier, Jack Mortimer n’a pas eu le temps de s’ennuyer durant son confinement en mars dernier : il avait un film à terminer. « Tandis que je trimais sur mon film, j’ai eu cette idée : et si je donnais aux autres un objectif à accomplir ? » C’est ainsi que sont nés les Isolation Wildlife Photography Awards, un concours de photos animalières réalisées à domicile (espèces sauvages uniquement). Le palmarès vient de tomber, et le premier prix ne devrait pas vous étonner…
Pour la version « en extérieur », on vous renvoie au Wildlife Photographer of the Year, concours
organisé par le Natural History Museum de Londres dont les résultats de la 56e édition viennent tout juste d’être dévoilés. Le Grand Prix revient au Russe Sergey Gorshkov pour une photo de tigresse frottant sa joue contre l’écorce d’un sapin de Mandchourie afin d’y laisser le marquage de ses glandes odorantes.


Le 5 octobre dernier, Isle of Man Today se réjouissait de voir l’enfant du pays, Chris Killip, remporter le très convoité Prix Erich Salomon. Las, le photojournaliste ne pourra recevoir le Leica gravé à son nom (récompense dudit prix). On a en effet appris hier la mort de ce grand chroniqueur des années Thatcher. Restent ses photos (voir également ici et ici), sa voix, son sens du récit et ses livres.


Durant l’été, la couverture que Vogue avait consacrée à la championne de gymnastique Simone Biles avait suscité la polémique outre-Atlantique, d’aucuns reprochant à la photographe (une certaine Annie Leibovitz) son incapacité à restituer la peau noire de l’athlète. Mannequin d’origine indienne installée à Edmonton, Suvi Sharma est elle aussi bien consciente du problème. C’est pourquoi elle s’est mise en quête de « photographes qui savent s’y prendre pour mettre en valeur les divers tons de peau », trouvant près de chez elle 26 noms (ou plutôt 26 comptes Instagram) répondant à ses exigences. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même !
Si vous voulez approfondir la question (et que l’anglais ne vous rebute pas), on vous conseille de visionner ce
podcast de This Week In Photo dans lequel Frederick Van Johnson et Chris Fenwick échangent arguments et exemples probants dans une ambiance décontractée.


Marina Gadonneix succède à Raphaël Dallaporta au palmarès, prestigieux, du Prix Niépce. La photographe n’a pas de site personnel, mais on peut se faire une idée de son travail en allant sur la page que lui consacre l’association Gens d’Images (organisatrice du prix) ou, mieux encore, en regardant cette vidéo de présentation concoctée par Marina Gadonneix elle-même pour le Centre Pompidou.


La bande-annonce du Minamata d’Anton Levitas (avec Johnny Depp dans le rôle de William Eugene Smith) vient de sortir. Le film, lui, sera projeté en salles en 2021. D’ici là, vous pouvez relire le dossier que nippon.com consacrait l’an dernier à cette histoire – dossier bien renseigné puisqu’il a été réalisé avec l’aide d’Ishikawa Takeshi, assistant d’Eugene Smith de 1971 à 1974.


« Circulation(s) » à Paris, « Présence(s) Photographie » à Montélimar, « Planche(s) Contact » à Deauville, « Portrait(s) » à Vichy… on ne compte plus les festivals qui usent et abusent du s final entre parenthèses. Une coquetterie qui se voulait sans doute originale au départ mais qui, sémantiquement parlant, n’apporte rien. Comme souvent avec les questions de langue française, on se tournera vers le Québec pour avoir un exemple du bon usage de la parenthèse enchâssée. À Longueuil, Laval et Sherbrooke est présentée actuellement une triple exposition autour des photos et vidéos d’Isabelle Hayeur. Son titre, « (D)énoncer », dit à lui seul la double voie dans laquelle s’est engagée l’artiste : documenter (énoncer) et militer (dénoncer). Sa démarche s’inscrit dans la perspective d’une critique environnementale, urbanistique et sociale. Elle a ainsi travaillé sur les paysages façonnés par l’hydroélectricité, sur la résistance citoyenne face aux exactions des compagnies pétrolières ou encore sur les chantiers d’urbanisation qui procèdent par effacement des particularismes locaux. Autant de reportages (et bien plus encore) à découvrir sur le site de l’intéressée.


Parallèlement à la sortie de son 20e numéro, 6Mois propose une nouvelle rubrique sur son site, « Les pépites de… », qui invite chaque mois une personnalité à partager ses coups de cœur photo. La première à s’y coller est l’éditrice et photographe américaine Maggie Steber. Ajoutons que le Prix 6Mois 2020 du photojournalisme a été remis à Marco Zorzanello pour un sujet sur le tourisme de masse à l’ère des défis écologiques.


Tilaxan Tharmapalan, photographe sri-lankais dont on vous parlait la semaine passée, a remporté le 1er prix du concours photo organisé par la Royal Society of Biology.


La pandémie a mis sous l’éteignoir d’autres actualités qui, déjà en temps normal, avaient du mal à se frayer un chemin dans le JT de 20h ou à la une des quotidiens. Saviez-vous, par exemple, qu’entre le 1er janvier et le 31 août 2020, 6200 réfugiés ont tenté de franchir la Manche pour rejoindre la Grande Bretagne (contre 2294 pour toute l’année 2019) ? Photojournaliste à l’AFP, Sameer Al-Doumy a documenté le parcours de Walid, un Koweïtien, Falah, un Irakien, et ses deux filles, depuis la ville de Grande-Synthe jusqu’à Douvres.


Vous avez des économies de côté ? Soutenez la création en contribuant à l’élaboration d’un livre photo ! Voici quelques propositions dans des styles très différents : Isle of Eigg de Charles Delcourt, Faces cachées de Malo, 24H en Réa de Géraldine Aresteanu, Après, on oublie de Bruno Dubreuil & Claire Joulin, Les dolls ont grandi d’Eva Marquet et Sine Die des photographes de l’agence MYOP. Citons pour finir la revue Les Passeurs (à laquelle contribuent les photographes de Neuf-Dixième) et le calendrier 2021 d’Adrien Favre, dont vous avez pu apprécier le travail sur la faune d’Amérique du Nord dans le dernier numéro de Nat’Images.


« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.

Photo d’ouverture : L’étreinte © Sergey Gorshov / Wildlife Photographer of The Year