accueil Vie culturelle Clique clac #167

Clique clac #167

1769

J’ai obtenu ma première parution dans Paris-Match à l’âge de 4 ans, j’ai joué et pris le goûter avec le jeune Prince Charles, je me suis bagarré avec Polanski, j’ai agressé Eddy Barclay avec une fourchette, j’ai été correspondant de guerre au Vietnam sous l’étiquette de Pif Magazine. Je suis ?… Je suis ?… Je suis ?… Patrick Chauvel, bien sûr. Invité d’À voix nue début octobre, le reporter de guerre est revenu sur une carrière de 50 ans, riche en anecdotes et en moments plus sombres. Plus qu’un photographe, un grand raconteur d’histoires.


Ce 22 octobre à 18 heures, connectez-vous à la chaîne Youtube de Leica si vous voulez assister en direct à la cérémonie de remise du Prix Oskar Barnack (le 40e du nom). Quel que soit le lauréat, on vous invite à vous balader parmi les reportages des 12 finalistes. Entre le sujet d’Anastasia Taylor-Lind sur les conséquences du conflit en Crimée, le « Space project » de Vincent Fournier, le travail de Matthew Abbott sur les incendies en Australie ou la série symboliste de Maïmouna Guerresi, le plateau est très éclectique et de haute tenue.


Après le Goerz Hypergon de 1903 et les Hologon de 1972 et 1996, l’objectif panoramique liquide inventé en 1859 par Thomas Sutton s’est trouvé un nouvel épigone.


Dans le Défi « À la manière de… » du dernier numéro de Chasseur d’Images, vous avez pu découvrir et apprécier la relecture de Corto Maltese par Marc Kozdeba. Jose Arroyo a, pour sa part, trouvé son inspiration chez un dessinateur beaucoup plus sulfureux qu’Hugo Pratt : Tom of Finland.
À toutes fins utiles, rappelons qu’il n’y a aucun mal à copier ses maîtres. C’est même une étape importante dans l’apprentissage de la photographie, comme le rappelle Sean Tucker dans cette vidéo (en anglais).


À travers le monde, la pandémie a conduit à la fermeture de dizaines de milliers d’écoles, laissant selon l’UNICEF au moins 463 millions d’élèves sans solutions d’apprentissage alternatives. Livrés à eux-mêmes et parfois dans l’obligation de subvenir aux besoins d’une famille touchée par la maladie, des enfants au Kenya, au Mexique, en Bolivie ou au Paraguay sont contraints de travailler. Pour Associated Press, Eduardo Verdugo, Juan Karita et Jorge Saenz ont ainsi suivi Andres Gomez, 11 ans, à la mine d’ambre ; Mariana Geovana, 6 ans, dans l’atelier de menuiserie ; ou Ronnie Godoy, 10 ans, à la briqueterie.


LA FOIRE AUX QUESTIONS
• Qui a remporté le 27e Prix Bayeux des correspondants de guerre ?
• Verra-t-on un jour les photos de l’ovni de Calvine ?
• Qui sont les 20 photographes expérimentaux et les 20 photographes africains à suivre ?
• Pourquoi finit-on toujours par acheter l’objectif qui nous fait envie ?
• Qu’est-ce que l’effet Thatcher ?
• Qui êtes-vous Cindy Sherman ?
• Quelle histoire se cache derrière « Lunch atop a skyscraper » ?
• Qu’est-ce qu’ils/elles mangent et qu’est-ce qu’ils/elles rejettent ?
• Et nous, qu’est-ce qu’on mange ?
• Qui veut une note d’espoir ?


Pour la deuxième année consécutive, le CNRS a lancé un concours photographique interne dans le but de « récompenser des images issues de travaux de recherche dans tous les domaines scientifiques ». Les 20 photos finalistes de « La preuve par l’image » ont été désignées, il ne vous reste plus qu’à voter pour votre favorite.


Récente lauréate du Prix Dior de la photographie, Pamela Tulizo raconte à Marie Claire les obstacles qu’elle a dû surmonter pour produire sa série « Double identité, femmes du Kivu » en insistant sur l’importance de s’approprier son histoire : « Tout ce qu’on dit du Congo est raconté par des étrangers, des gens qui ne sont pas congolais. Je trouve qu’il est temps que l’Afrique écrive sa propre histoire. Moi je suis de Goma, je suis congolaise, mon point de vue ne sera pas le même que celui de quelqu’un qui vit ailleurs, qui ne connaît pas la réalité de cette ville. Il fallait rendre visible ce jeu de regard, le miroir déformant de la presse, pour montrer cette double identité de la femme à Goma. »


Dans la désormais longue série des acteurs-photographes, Marion Géliot ajoute cinq nouveaux noms.


Les photos qui composent la série « In anxious anticipation » s’entendent autant qu’elles se regardent. Elles figent ces moments qui précèdent la chute, l’éclatement, la rupture, la tache… Notre cerveau en anticipe le dénouement fatal et secrète de l’adrénaline, soit exactement la réaction que souhaitent susciter Aaron Tilley et Kyle Bean, les deux créateurs de cette série.


Du Ansco Autoset emporté par John Glenn lors de son premier séjour dans l’espace au Nikon D5 utilisé de nos jours en passant par l’incontournable Hasselblad 500c, Scott Manley retrace (en anglais) l’histoire des différents appareils photo spatiaux, côté NASA.


Frank Horvat s’en est allé aussi discrètement qu’il était arrivé. «La photographie, disait-il, est l’art de ne pas appuyer sur le bouton.» À méditer…


« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.

Photo d’ouverture : Patrick Chauvel en Bosnie- Herzégovine, en 1993 © Patrick Robert – Corbis – Getty