accueil Vie culturelle Clique clac #193

Clique clac #193

579
Dimanche dernier on célébrait la journée mondiale du sténopé. Heather Oelklaus aurait aimé, comme chaque année, y prendre part, mais hélas son appareil l’a laissée en rade… sur le bas-côté de la route. L’Américaine pratique le sténopé depuis 1992, mais il y a dix ans, elle a voulu voir plus grand et a fait l’acquisition d’une pimpante camionnette Chevrolet de 1977 qu’elle a reconvertie en chambre noire. Elle lui a même donné un petit nom, « Little Miss Sunshine ». Par temps ensoleillée, l’exposition des 84 feuilles de papier photosensible nécessaires pour capturer la scène prend une douzaine de minutes, a-t-elle raconté à Isaac Huxtable du British Journal of Photography. Mais au-delà de la prouesse technique, la photographe retient surtout l’étonnement dans les yeux des personnes qu’elle croise (« beaucoup des gens que je rencontre ne savent pas ce que c’est de se retrouver à l’intérieur d’une camera obscura ») et son propre émerveillement au moment de la prise de vue : « Je fais de la photographie depuis 35 ans maintenant, et il en faut beaucoup pour me surprendre. Je sais à peu près à quoi va ressembler l’image lors du déclenchement. Mais Little Miss Sunshine me surprend toujours. Elle repère des choses que je ne vois pas au premier coup d’œil : elle est magique ! »

Les 5 et 6 mai prochains le ministère de la Culture organise la deuxième édition du « Parlement de la photographie ». Y seront abordées des questions aussi diverses que l’impact de la crise sanitaire, les conditions d’exercice du photojournalisme aujourd’hui, le droit d’auteur sur les plateformes numériques ou la crise de la critique photographique (programme complet ici). L’événement sera accessible à toutes et à tous via l’outil Livestorm (quatre sessions au programme, l’inscription à l’une d’elles donne accès à l’ensemble de l’événement). Le contenu sera ensuite disponible en replay.


Deux nouvelles qui rappelleront des souvenirs à celles et ceux qui ont grandi dans les années 1990 : le Tamagotchi revient, enrichi d’un écran couleur et d’un appareil photo ; et dans le nouvel épisode du jeu vidéo Pokemon Snap les dresseurs se transforment en chasseurs d’images.


Qu’elles soient prises en intérieur ou en extérieur, il ne se passe pas grand chose dans les photos de Todd Hido, et pourtant elles ont un pouvoir d’attraction indéniable. Tout tient à sa capacité à créer une atmosphère, comme l’explique Jamie Windsor dans une vidéo où il retrace les influences du photographe californien, des tableaux d’Edward Hopper aux films post-apocalyptiques.


Selon les latitudes et les cultures, le cheval est considéré avec plus ou moins d’égards. Fille et petite-fille de bouchers chevalins, Heleen Peeters a confronté sa vision de l’animal à celle d’autres pays, comme l’Argentine, les États-Unis, l’Italie ou le Kirghizstan. Un voyage au petit trot qui lui a procuré la matière d’un livre paru en fin d’année dernière : Horse. Attention, certaines images peuvent être éprouvantes pour les hippophiles.


En collaboration avec la bibliothèque municipale de Sotteville-lès-Rouen, le Frac Normandie propose de redécouvrir deux photos d’Hiwa K et Sébastien Reuzé par un biais original : celui du conte. Une confirmation que les photos les plus simples ont la capacité d’ouvrir les portes de l’imaginaire…


En 1920, sentant la fin de sa vie approcher, Jenny de Vasson brûla tous ses manuscrits mais épargna ses photographies. Circonstances de l’Histoire et invisibilisation des femmes artistes obligent, il faudra attendre 1980 pour que l’on redécouvre ces 5000 plaques et négatifs (portraits et vues paysagères de la meilleure eau), et 40 années de plus pour que lui soit consacrée une exposition monographique digne de ce nom. Exposition aujourd’hui terminée mais que l’on peut visiter virtuellement sur le site de La Sirène (qui a eu la bonne idée de compléter la visite par une page de jeux à l’usage des plus jeunes).


Le Monde inaugure sa nouvelle série vidéo « Flashback » avec un sujet intéressant sur les photomontages qui, du côté des insurgés comme du côté du gouvernement, ont émaillé le récit de la Commune de Paris, quitte à en réécrire l’histoire. Une vidéo à compléter par la lecture de cet article d’Eric Fournier sur la photographie des ruines de Paris après la « semaine sanglante » de mai 1871.


EN VRAC…

• Vous débutez et vous rêvez de présenter votre travail à Arles lors de la semaine d’ouverture des prochaines Rencontres ? C’est possible grâce à l’opération « Photo Slam »
• En 1908, Gabriel Lippmann recevait le Prix Nobel de physique pour un procédé de photographie couleur qui, un siècle plus tard, continue de livrer ses secrets.
• De l’art de maîtriser son image jusqu’au bout (et même après) : quelques jours avant son décès, le Prince Philip a demandé à Arthur Edwards de se cacher dans un faux pilier pour photographier sous le meilleur angle l’arrivée de son cercueil.
• Passent les années, Susana Giron continue de s’intéresser aux personnes âgées, dans leur vitalité insolente comme dans leur réclusion forcée.
« I wish it had beeen a dream », ou quand 16 photographes syriens signent un webdocumentaire nécessaire sur dix années de guerre civile.
• Lumière fluo, colorant rouge et gélatine au service d’un nouveau genre de photographie animalière.
• Le droit à l’image a-t-il atteint ses limites ? Démonstration par l’absurde de Gilles D’Elia.
• De George Hoyningen-Huene à Wilhelm von Gloeden, le nu au masculin en sept photos remarquables.
• Le collectif ITEM a mis une première pierre au projet « Hab(r)iter », exploration en trois parties des conditions de vie des mal-logés en région Auvergne Rhône-Alpes.
• Vu son titre, l’expo « Au bord du réel » de Jean-Christian Bourcart était prédestinée à n’être visible que de façon virtuelle.
• Y a-t-il un lien entre les chauves-souris et l’émergence du Covid-19 ? Adam Dean est parti en Thaïlande pour suivre les scientifiques qui enquêtent sur le sujet.
• Arnaud Brukhnoff a récupéré et numérisé 120 plaques montrant Bordeaux au début du XIXe siècle et il compte maintenant sur les mordus d’histoire pour l’aider à les légender.
 
 
« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Photo d’ouverture : Heather Oelkaus et Little Miss Sunshine © Heather Oelkaus