accueil Vie culturelle Clique Clac #226

Clique Clac #226

502
Découvrir les images enregistrées par un piège photographique, c’est un peu comme déballer ses cadeaux le matin de Noël. On soupçonne ce qui nous attend, mais on n’est jamais à l’abri d’une belle surprise (autre exemple ici). De là à croire au Père Noël

Le Chinois Li Wei a fait des portraits en lévitation sa marque de fabrique. Une orientation artistique qui remonte à l’enfance : « Quand j’étais jeune, j’enviais les oiseaux volant librement et j’aimais grimper aux arbres. À l’école primaire, je me tenais sur les épaules de camarades de classe plus âgés et je sautais d’une meule de foin de 2 à 3 mètres de haut jusqu’au sol. J’aime voir le monde depuis une certaine hauteur. Peut-être que j’ai commencé à jouer contre la gravité à cette époque. »


Sorti la semaine dernière au cinéma, Twist à Bamako est né d’un « choc esthétique », celui ressenti par Robert Guédiguian lorsqu’il a découvert fin 2017 à la Fondation Cartier les photos de la jeunesse bamakoise réalisées au début des années 1960 par Malick Sidibé.


L’ACTU PHOTO EN CHIFFRES

-17 : c’est la température moyenne en décembre à Vladivostok.
2 : c’est le nombre de prix reçus au dernier Festival international de la photo culinaire par Jonathan Thevenet, un photographe qui a le goût du détail.
3 : c’est le nombre de pas en arrière qu’a fait Patrick, fossoyeur au cimetière d’Ixelles, à la vue de son premier macchabée.
10 : c’est le nombre de mois qui nous séparent de la Coupe du monde de foot pour amputés, compétition à laquelle se prépare activement l’équipe palestinienne sous l’œil de Mahmoud Nasser.
10,50 : c’est le prix, en livres sterling, du carnet de timbres photo à la gloire des Rolling Stones mis en vente par la Royal Mail à partir du 20 janvier.
20 : c’est, en minutes, la durée moyenne des épisodes de « L’Instant i », podcast de Slate Audio qui propose des interviews de jeunes photographes français.
28 : c’est la focale de prédilection de Jean-Louis Courtinat, invité de la semaine de 9 Lives.
35 : c’est le nombre d’expositions accueillies par la Maison de la photographie des Landes depuis sa création.
40 : c’est le nombre de bougies soufflées samedi dernier par Kate Middleton, qui pour célébrer cet anniversaire s’est offert les services de Paolo Roversi.
60 : c’est l’âge minimum requis pour prendre part au Prix Vivian Esders, un concours présenté par sa créatrice dans le dernier numéro de Chasseur d’Images.
100 : c’est le nombre de photographes impliqués dans Vital Impacts, plateforme de vente de tirages dont 60% des bénéfices sont reversés à des associations de protection de la nature.
226 : c’est le numéro de ce « Clique Clac » et aussi celui de l’article du code pénal relatif, entre autres, à la protection du droit à l’image. Toujours bon à relire, nul n’étant censé ignorer la loi.
262 : c’est, en miles, la distance qui séparait la station ISS de la Terre quand a été prise cette photo de la Lune au-dessus de l’atmosphère terrestre, parfaite illustration de la diffusion de Raleigh.
300 : c’est la longueur focale utilisée par Renatas Jakaitis pour immortaliser une drôle de rencontre animalière.
717 : c’est, en gigapixels, la résolution record de la photo de La Ronde de nuit, célèbre tableau de Rembrandt exposé au Rijksmuseum d’Amsterdam (à l’initiative de cette opération).
1824 : c’est l’année où a été inventé le ballon de baudruche, un incontournable des fêtes réussies.
1973 : c’est l’année de sortie de Ne vous retournez pas, film préféré de Kourtney Roy comme nous l’apprend ce portrait chinois.
2021 : c’est l’année de sortie de l’EOS-1DX Mark III, qui restera à jamais le dernier reflex numérique 24×36 produit par Canon, comme l’a confirmé la marque.
6200 : c’est le poids en kilos du télescope James-Webb lancé dans l’espace le 25 décembre dernier, belle image à l’appui.
251956 : c’est le nombre de vues d’une vidéo du dénommé Jean Ward affirmant, d’après photo, qu’une soucoupe volante s’est écrasée sur Mars. Farfelu ? Oui.
500000 : c’est le nombre de civils et de soldats tombés (ou pas ?) durant la guerre d’Espagne.
 

Avis aux Savoyards et aux Savoyardes, Cluses accueille ce week-end le festival « Images & Neige », une 12e édition parrainée par Frédéric Larrey qui, outre ses images, présentera son documentaire sur la panthère des neiges ce samedi à 20 heures au Théâtres des Allos.


Avis aux Maralpins et aux Maralpines, le Centre de la Photographie de Mougins donne carte blanche à l’association Héliotrope pour un week-end de projections et d’expositions sous le signe de l’amour.


Avis aux pantouflards et aux pantouflardes, le documentaire Félins, noir sur blanc, qui suit Laurent Baheux au cœur de la brousse africaine dans sa quête du lion, du léopard et du guépard, sera diffusé samedi 15 janvier à 10h35 sur TF1. Le documentaire sera visible ensuite pendant sept jours sur MyTF1.


Celles et ceux qui ont vu The Beatles : Get back, le copieux documentaire de Peter Jackson sur l’enregistrement de l’album Let it be, se souviennent peut-être de ce moment où John Lennon lit dans le journal que George Harrison est accusé d’avoir agressé un photographe français à la sortie d’un restaurant niçois. Le guitariste des Fab Four échappera au procès et s’en sortira avec une amende de 1000 francs. Que s’est-il réellement passé cette nuit-là à la sortie de La Pignata ? Autant demander au premier intéressé, le toujours bien vivant Charles Bébert.
Les allusions à la photographie n’étant pas légion dans l’œuvre des Beatles (une mention dans Penny Lane, une autre dans A Day in the life, un « paparazzi » dans Sun King), on conclut avec une chanson du répertoire de Ringo Starr, cosignée par George Harrison. Pour l’anecdote (merci Wikipédia), les deux compères l’ont composée sur la Côte d’Azur en mai 1971 quelques jours avant d’assister au mariage de Mick et Bianca Jagger, mariage auquel Charles Bébert fut le seul photographe français invité. La boucle est bouclé.

 
 
« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : cardinal rouge © Carla Rhodes