accueil Vie culturelle Clique Clac #239

Clique Clac #239

909
Si Rubens avait été meilleur en apnée, ses tableaux auraient sans doute ressemblé aux compositions de Christy Lee Rogers, photographe hawaïenne qui s’est taillé une belle réputation dans la prise de vue subaquatique avec modèles. Tout en drapés et couleurs, ses séries utilisent les diffractions de la lumière dans l’eau pour créer des images oniriques qui doivent beaucoup à l’art baroque (et aux boutiques de vêtements).

Bien avant l’arrivée des logiciels de retouche, Jerry Uelsmann, dont on vient d’apprendre le décès à l’âge de 87 ans, a élevé le photomontage au rang d’art. Influencé par les surréalistes, le natif de Detroit jouait avec ses agrandisseurs comme d’autres jouent avec les calques. Mais malgré les succès, il ne s’est jamais reposé sur ses acquis. « L’illusion de la connaissance, disait-il en 2011 au New York Times, est plus préjudiciable que l’ignorance, car une fois que vous pensez savoir quelque chose, la remise en question s’arrête. (…) Je trouve passionnant de me remettre constamment en question sur le plan visuel. »


EN BLEU
& JAUNE

• Ce jeudi 14 avril à 19h, l’auditorium de la Maison européenne de la photographie (Paris 4e) accueille une soirée spéciale autour de la photographie ukrainienne, en présence notamment de Kateryna Radchenko, fondatrice et directrice du festival Odessa Photo Days. Plus de précisions ici.
• Kateryna Radchenko, justement, était la première invitée des « Ukrainian meetings », série d’interviews menées sur Zoom par Carine Dolek et diffusées par 9Lives. 12 rencontres ont déjà été mises en ligne.
• Teresa Suárez et Marie Fantozzi sont à l’initiative de l’opération « Photographes pour l’Ukraine », une vente de tirages courant jusqu’au 30 avril dont les bénéfices seront reversés à l’association Aide Médicale et Caritative France-Ukraine.
• Le ministère de la Culture a annoncé la mise en place d’un fonds de 1,3 millions d’euros pour accueillir les artistes ukrainiens ainsi que les artistes russes dissidents. L’opération « Trois jours pour l’Ukraine » organisée par Polka a, quant à elle, permis de récolter 110000 €.
• Vendredi 15 avril à partir de 20h, une vingtaine d’artistes internationaux, dont les photographes Jérôme Bryon, Marguerite de Tavernost et Yann Arthus-Bertrand, participent à #TogetherUkr, une vente caritative internationale de NFT au profit des victimes de la guerre.
• Entre autres reportages ayant marqué l’année écoulée, le jury du World Press Photo a tenu à saluer le travail au long cours de Guillaume Herbaut sur l’Ukraine. (travail actuellement exposé à Toulouse sur les grilles de l’Hôtel du Département de Haute-Garonne)
• Pour son prochain numéro, la revue artistique Facettes lance un appel à contributions auquel sont particulièrement conviés les artistes, critiques ou commissaires ukrainiens et ukrainiennes.
• Jusqu’au 10 mai, le Centre culturel d’Ukraine en France (Paris 8e) présente « Les Indomptables », une exposition collective mettant à l’honneur huit photographes qui « bravent les dangers pour révéler au monde ce qui se passe en Ukraine. »  
• En lien avec une expo virtuelle présentée par Plateforme 10, Bertrand Tappolet présente huit photographes symbolisant la diversité de la scène ukrainienne contemporaine.
• « Il n’y a pas forcément besoin d’être hyper vulgaire visuellement pour raconter des choses fortes. » William Keo, photographe de Magnum en mission dans le sud-est du pays.
• Chloé Sharrock, pour sa part, est postée sur l’autoroute E40, près de Kiev. La photojournaliste et membre de l’agence MYOP raconte son expérience
• Mardi 19 avril à 18h30, le Musée national de l’histoire de l’immigration propose une soirée exceptionnelle autour des violences de guerre et de l’exil, depuis les révolutions de 1917 jusqu’à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe en février 2022.

Lucas Leffer a démontré, dans les séries « Crescent » et « Zilverbeek », sa fine connaissance des procédés anciens et son goût pour l’expérimentation, chacune de ses œuvres s’évertuant à explorer la matérialité photographique. Sans surprise, sa démarche a permis au jeune Belge (même pas 30 ans) de remporter le deuxième appel à résidence Picto Lab/Expérimenter l’image. À l’annonce de la bonne nouvelle, Lucas Leffler a pris quelques minutes pour exposer le projet qu’il compte mener lors de sa résidence. Original et surtout intriguant : on a hâte de découvrir le résultat.


Depuis 2012, Yanis Ourabah parcourt les rues de Lyon accompagné de danseuses et danseurs professionnels de tous horizons. Pour son dernier projet, il a investi le chantier du prolongement du métro B. Un lieu insolite qui pourrait en appeler d’autres : « Je réfléchis à photographier dans de nombreux nouveaux lieux inédits. Je ne peux pas en dire plus, mais j’ai pas mal de choses en préparation. »


EN VRAC ET EN BREF…

• Grâce à SmallRig, votre précieux ne craindra plus les chutes.
• Surveillez la chaîne Youtube du Festival de l’Oiseau, certaines des conférences données dans le cadre des Rencontres de la Photo Nature y sont diffusées en direct.
• 5 choses à savoir sur ORLAN.
• Deux Français et un Tchèque se partagent le podium du World Jazz Photo 2022.
• Il y a une vie après la photo de mariage : la photo de divorcée !
• Le mousquetaire de la photographie est néozélandais (et plutôt talentueux pour son âge).
• Le Polaroid x Keith Haring Now est moins un coup marketing qu’un retour à l’envoyeur, l’artiste américain ayant beaucoup pratiqué le film instantané.
• Les Storm Photo of the Year Awards viennent de livrer leur verdict, et il y a du (ciel) lourd !
• Jasmine Clarke, Felicty Hammond, Cheril Sanchez et Rozette Rago racontent la photo qui leur a donné le plus de difficultés.
• Tous les perchoirs sont bons à prendre pour la chouette lapone.
• « Minute papillon ! », le podcast de 20 Minutes, s’intéresse dans son dernier épisode à la photographie politique

 

« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Photo d’ouverture : A dream dreamed in the presence of reason, 2018 © Christy Lee Rogers