accueil Vie culturelle Clique Clac #246

Clique Clac #246

679
Du parc Kruger (Afrique du Sud) au col du Marchairuz (Suisse), l’équipe de « Passe-moi les jumelles » a suivi Julien Régamey, ex-« cancre du village » devenu brillant photographe animalier, dans sa quête des lions et des loups. Au-delà du travail de prise de vue (finalement assez peu abordé), le reportage de la RTS est l’occasion d’évoquer les problématiques liées au braconnage et de souligner l’importance de démystifier les espèces mal-aimées. Un documentaire vivement conseillé… à part peut-être aux herpétophobes !

Qui dit premier week-end de juin dit foire photo de Bièvres. On souhaite à tous les iconomécanophiles d’y faire de bonnes emplettes et d’aussi jolies découvertes que celle qu’a faite Mathieu Beaulieu dans une braderie de Châtellerault.


Lauréate du Prix de la photographie nationale espagnole en 2005, figure majeure de la Movida madrilène, influence évidente des premiers films d’Almodovar, Ouka Leele est morte le 24 mai dernier à l’âge de 64 ans. Pour le plaisir des yeux, on peut faire défiler ce diaporama d’El País ou revoir ce sujet de France 3 sur l’exposition que la photographe présentait à Pau l’été dernier.


Le 26 mars dernier, Ithaque et l’association Gens d’Images ont organisé une « Nuit du Tirage ». Vous n’y étiez pas ? Nous, non plus, mais une vidéo mise en ligne cette semaine permet de revoir un riche échange entre la galeriste Agathe Gaillard et le fondateur de la MEP Jean-Luc Monterosso. Échange au cours duquel on peut entendre l’intarissable Agathe Gaillard traiter John Szarkowski de « connard », dire son peu de goût pour les galeries en ligne et insister sur l’importance du verre dans la présentation des tirages.


Le corps des femmes n’est pas un sujet de reportage comme les autres. Julie Balagué l’a appris à ses dépens quand elle a voulu réaliser un travail documentaire sur le déni de grossesse. Elle a essuyé de nombreux refus avant de comprendre qu’il fallait qu’elle passe par une formation en sociologie pour saisir la complexité du problème et faciliter ses rencontres avec les principales intéressées. Restait ensuite à trouver la forme la mieux adaptée. La photographe a opté pour l’origami, façon de montrer dans le pli des images « ce qui se dérobe au regard ou ce qu’on ne veut pas voir. »


ON AIME, ON PARTAGE…

• Les stars de la Croisette vues par Audoin Desforges.
• La vallée de l’Oise au début du XXe siècle, à travers les autochromes d’Antonin Personnaz.
• Entre autodérision et affirmation de son corps, les autoportraits de Iiu Susijara dénoncent les injonctions à la minceur.
• Les « Contructed realities » de Mark Petterman, petites maquettes à l’échelle 1:12 minutieusement éclairées.
• Avec « The truth is in the soil »,Ioanna Sakellaraki remet au goût du jour la tradition grecque des pleureuses.
• Le chevalier Icare et les siens en leur brinquebalant royaume, par Arthur Mercier.
• En avant-première d’un documentaire, Shaaz Jung dévoile quelques-unes de ses images de panthère noire.
• Flora Borsi révèle notre part animale dans ses portraits au (sur)naturel.
• Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es… ou quand Federico Ciamei inspecte nos frigos.
 

L’Inde est concernée au premier chef par le dérèglement climatique qui touche la planète. Non seulement le pays connaît des vagues de chaleur inédites mais il est confronté à la montée des eaux, notamment dans le delta du Bengale où les glissements de terrain sont devenus fréquents, comme a pu le constater Alexandra de Dives. N’hésitez pas à vous balader sur le site du collectif DR, auquel appartient la photographe, vous y trouverez de nombreux reportages sur des sujets aussi variés que le surmenage en Asie, la numérisation des archives municipales ou le deuil périnatal. Et si vous voulez en (sa)voir plus, rendez-vous sur la chaîne YouTube du collectif DR.


Le saviez-vous ? Les toques que portent les gardes de Buckingham Palace sont confectionnées à partir de peaux d’ours. L’information n’a pas échappé à l’association PETA qui a demandé des comptes au gouvernement britannique dans une lettre cosignée par dix photographes animaliers, dont les très engagées Britta Jaschinski et Jo-Anne McArthur.


Pour l’avoir appris à l’école, chacun sait que le Rhône prend sa source en Suisse (dans le glacier de la Furka) et se jette dans la mer Méditerranée 812 km plus loin. En élève zélé, Camille Moirenc a voulu vérifier sur place ses leçons de géographie. Du canton du Valais à la Camargue, en passant par Genève, Lyon ou Avignon, on peut suivre son périple sur ce joli site spécialement créé autour de son reportage. Un site dont l’ergonomie répond aux intentions initiales du photographe : « Le principe, c’était surtout de pouvoir présenter le fleuve de sa source jusqu’à la Méditerranée en le descendant à son rythme pour le comprendre et l’accompagner au gré de ses rencontres ». Note pour les parents et les professeurs : un espace jeunesse propose des fiches pédagogiques et un livret-jeu autour du Rhône mais aussi autour du métier de photographe.


Si vous êtes du côté de Toulouse ce jeudi 2 juin, ne ratez pas le vernissage au Château d’Eau de l’exposition « Des oiseaux », accrochage collectif réalisé en collaboration avec l’Atelier EXB qui a édité, dans la collection du même nom, plusieurs monographies autour de la photo d’oiseaux. Le douzième volume (à paraître le 23 juin) est l’œuvre de Christophe Maout ; il compile des images réalisées lors du confinement depuis la fenêtre de son appartement parisien. Faute de téléobjectif, nous apprend la newsletter d’EXB, le photographe a fait avec les moyens dont il disposait alors : « J’ai d’abord utilisé un appareil numérique compact, avec un petit zoom, mais j’étais trop loin. Puis, très vite, je me suis rabattu sur une paire de jumelles, en sachant que le diamètre de l’œilleton oculaire correspondait à la dimension de la lentille de mon appareil photo. Je tenais d’une main les jumelles et de l’autre l’appareil et, n’ayant pas de bague d’adaptation, je plaquais manuellement l’un contre l’autre. »


Goodbye Andrew Fletcher…

 

…et bravo au Stade Rochelais !


« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Photo d’ouverture : capture d’écran de l’émission « Passe-moi les jumelles » (RTS)