accueil Vie culturelle Clique Clac #247

Clique Clac #247

560

Une fois n’est pas coutume, on commence en musique. Parce que ce clip de « Make a picture », nouvelle chanson d’Andrew Bird, est sans doute ce qu’on a vu et entendu de mieux cette semaine (même si on ne comprend pas tout).

 


France 4 a consacré sa soirée de mardi à la diffusion de trois documentaires mettant chacun à l’honneur une femme photographe : Sabine Weiss, une vie de photographe de Franck Landron, Jenny de Vasson, le miroir inversé de Pascal Guilly et À la recherche de Vivian Maier de John Maloof. Ce dernier, contrairement aux deux autres, n’est pas disponible en replay sur le site de France TV (ou alors on a mal cherché). Mais ce n’est pas grave, il est régulièrement diffusé (sur Arte et même LCP). Tourné en 2021, le documentaire sur Jenny de Vasson fait appel à de nombreux intervenants qui recontextualisent son œuvre et s’essaient même à la reproduire. Cette approche polyphonique, dictée par le fait qu’on dispose de très peu d’informations sur Jenny de Vasson, est à l’opposé de l’option choisie par Franck Landron pour son documentaire de 2012 sur Sabine Weiss : « Je voulais la filmer en train de travailler… Je voulais la filmer simplement, le plus simplement possible, prendre le temps, me faire oublier, m’effacer, la montrer au travail et recueillir sa parole. »  


Le Prix Niépce – Gens d’Images a été décerné à Julien Magre, photographe discret qui a fait de son quotidien la matière première de son œuvre. On ne résiste pas à reproduire ici un extrait de la note d’intention qu’il a adressée au jury : « Je continue à photographier ma famille, des paysages et des choses minuscules qui m’ont sans doute sauvé la vie. Je ne cherche pas l’image spectaculaire. Tenter de rester humble et simple face au réél. Un hymne à la lumière, à la vie, à l’amour. Une respiration, un silence. Une nécessité. Un acte obligatoire. »


Au-delà des chiffres faramineux, la vente record du Violon d’Ingres de Man Ray serait, selon Élodie Palasse-Leroux, un signe de l’arrivée à maturité du marché de l’art photographique. Une bonne santé sur laquelle peu de collectionneurs aurait pariée il y a 50 ans de cela...


Un tiers de sa population a beau être d’origine étrangère, Genève ne traite pas mieux qu’une autre ville les personnes en exil. On peut même parler de traitement pernicieux, car si on refuse à ces exilés (au nombre de 10000) le permis de séjour, on tolère qu’ils travaillent. Stigmatisés et en état d’irrégularité, ils ne se déplacent pas ou peu dans l’espace publique, ce qui a rendu d’autant plus difficile l’enquête photographique menée par Laurence Rasti. Une fois le contact établi, s’est ensuite posée une question : comment tirer le portrait de gens qui ont tout à perdre à montrer leur visage ? Pour contourner le problème, la Suissesse a usé du flou, du contrejour, utilisé les feuillages ou simplement demandé à ses sujets de tourner la tête. L’ensemble des portraits qu’elle a réalisés et une partie des témoignages qu’elles a recueillis sont réunis sur le site delitsdesejours.ch.


PENDANT CE TEMPS…

…à Tokyo, Nakamura Osamu photographie les enseignes au néon avant leur disparition.
…à Londres, Mister Geez nous présente le quartier de Kentish Town et ses habitants.
…en Thuringe, Dana Mueller tente de retrouver son « Heimat » à travers les yeux de celles et ceux qui l’habitent aujourd’hui..
…à Teahupoo, Ted Grambeau et ses collègues ont bien failli prendre un bouillon.
…à Brasilia, Alice Aedy tire le portrait de peuples indigènes au futur toujours plus incertain.
…à Tucson, Bernhard Lang immortalise depuis le ciel un impressionnant cimetière d’avions militaires.
…à Bourg-Blanc, Yves Simon chante les louanges de sa collection d’appareils photo.
…à Ouagadougou, Sophie Garcia photographie les coulisses des défilés de mode nocturnes.
…à Namangan, Anzor Bukharsky documente un festival dont la notoriété mériterait de dépasser les frontières ouzbèkes.
…à Denver, Maureen Ruddy Burkhart magnifie les oiseaux en ajoutant une touche picturale à ses photos.
…à Monaco, les Environmental Photography Awards dévoilent leur palmarès 2022.
…à Amsterdam, Saskia van den Boom illustre le quotidien d’Ad, sexagénaire rongé par la dope.
…à Utqiagvik, en Alaska, Mark Mahaney révèle sous le blanc de la neige les pensées noires des habitants.
 

Si un magazine se reconnaît à sa ligne éditorial, alors Aesthetica se distingue à son goût pour une certaine photographie formelle où l’espace (irréel) et l’humain (réduit à une silhouette) cohabitent harmonieusement. La preuve par quatre avec ces sujets sur le duo américain Michelle Cho et June Kim, la Slovaque Natalia Evelyn Bencicova, le Japonais Hideaki Hamada et la Française Maia Flore.


Que faut-il espérer de Pixy, le mini-drone de Snapchat, vendu uniquement aux États-Unis et en France ? Ben, pas grand-chose si l’on en croit Numerama.


Le doyen de la photographie canadienne s’appelle Gabor Szilasi et on doit bien avouer qu’on n’avait jamais entendu parler de lui avant d’écouter l’interview qu’il a donnée à Radio Canada. On vous invite à faire de même car le nonagénaire a eu une vie des plus mouvementées, de son enfance hongroise sous le joug du nazisme puis du communisme à son exil au Canada en 1956, de l’achat de son premier appareil (un Zorki) à la rencontre avec Doreen, sa future femme. « Si javais reçu mon visa suédois avant le canadien, s’amuse-t-il, ma femme se serait appelée Ingrid et je ne parlerais ni le français ni l’anglais » …et, faute de comprendre le suédois, on ne relaierait pas ici l’interview qu’il aurait donnée à Radio Stockholm ! Le fonds Gabor Szilasi comporte 100 000 photos, quelques-unes sont visibles ici.
Un documentaire de Joannie Lafrenière racontant la drôle de vie du photographe est sorti fin mai dans les salles de cinéma québécoises. Et la bande-annonce donne très envie…

Le film a même un site dédié où l’on trouve plein d’infos sur le photographe et la réalisatrice.

« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Photo d’ouverture : capture d’écran du clip « Make a picture »