accueil Vie culturelle Clique Clac #250

Clique Clac #250

1478
En 1982, Robert Delpire a déjà une belle carrière derrière lui. Il a édité la première monographie de Brassaï, Les Américains de Robert Frank et quelques ouvrages essentiels de Koudelka, Cartier-Bresson ou Sarah Moon. Mais les livres qu’il élabore avec tant de minutie ne sont pas à la portée de toutes les bourses, il le sait. Fraîchement nommé à la tête du Centre national de la photographie, il soumet alors à Jack Lang son idée d’une collection de petites monographies consacrées à des photographes passés et contemporains. Emballé par les premières maquettes, le ministre de la Culture apporte son soutien au projet. 144 pages, 12,5 x 19 cm, 65 photos, prix unique : le cahier des charges est validé. Ainsi naît « Photo Poche », la première collection de livres de poche dédiée à la photographie. Quarante ans après sa naissance, cinq ans après la disparition de son créateur, la collection (aujourd’hui éditée par Actes Sud et dirigée par Géraldine Lay) est toujours vaillante et s’offre même un lifting : fini le noir brillant caractéristique des couvertures, place au blanc et au pastel. Aussi minime soit-il, ce changement d’identité graphique plaira-t-il aux fidèles de la première heure et aux « complétistes » qui scrutent, calepin en main, les rayons de la librairie de la MEP ? On ne sait. Ce que l’on sait en revanche, c’est que la collection devrait faire une place plus grande aux femmes photographes dans les mois à venir – preuve en est l’annonce de prochains volumes consacrés à Charlotte Perriand et Sophie Calle. Ce renouveau doit beaucoup au travail réalisé par Clara Bouveresse, historienne de la photographie qui avait supervisé en 2020, avec Sarah Moon, le triplet de Photo Poche (n°160, 161 et 162) consacré aux femmes photographes. Mais au fait qu’est-ce que ça fait d’être vivant et d’être publié dans la collection Photo Poche ? Klavdij Sluban, qui a la particularité d’avoir deux volumes à son nom (un tout juste paru et l’autre publié en 2005 dans la section « Société »), a répondu à cette épineuse question en remontant le temps : « Le CNP et la collection Photo Poche m’ont accompagné. C’est avec eux que j’ai fait mon éducation de l’œil ». Un propos que pourraient reprendre à leur compte bien des étudiants en photographie…

IL Y A 40 ANS LE PREMIER VOLUME DE LA COLLECTION PHOTO POCHE SORTAIT ET…

• Les 13e Rencontres d’Arles avaient pour invitée d’honneur Agnès Varda.
• Jean-Loup Chrétien (ou l’un des deux cosmonautes qui l’accompagnaient) photographiait le lac Malawi depuis l’espace.
• Les fabricants d’appareils rivalisaient d’audaces techniques pour conquérir des parts de marché, comme le prouve ce Top 10 concocté par Azriel Knight.
• Les éditions du Chêne recevaient le Prix Nadar pour Hommes du XXe siècle d’August Sander, livre somme réédité en mai dernier par La Martinière.
• À Paris naissait Leila Alaoui, photographe trop tôt disparue dont les séries « Les Marocains » et « Traversées » sont actuellement mises à l’honneur à Venise dans le cadre de la Biennale d’art.
• Cinq teenagers californiens posaient pour la première fois au bord du lac Copco.
• Mieux, au Texas, Nancy Floyd entamait le projet d’une vie : réaliser chaque jour un autoportrait en pied.
• Alors âgé de 88 ans, André Kertész recevait le Grand Prix national de la photographie, saluant une œuvre qu’on ne cesse depuis de redécouvrir.
• Kodak lançait le Disc Camera : « a brand new world », comme disait la pub… ou pas.
• Les hommes nus de Renée Cox s’affichaient en vitrine, au grand trouble des passants.
• Une toute jeune Madonna s’apprêtait à conquérir le monde devant l’objectif de Richard Corman.
• Après une guerre de 72 jours, Britanniques et Argentins comptaient leur morts.
• À Braddock (Pennsylvanie) naissait LaToya Ruby Frazier, photographe attachée à documenter les effets pervers de la désindustrialisation, du point de vue de celles et ceux qui la subissent de plein fouet.
• Denis Dailleux sortait de l’ETPA.
• L’insaisissable Diego Armando Maradona défiait les Diables rouges.
• Ambassadeur avant la date, Fred Conrad vantait les mérites du Canon AE-1 Program.
• Alain Keler couvrait la guerre civile au Salvador, l’élection présidentielle au Guatemala, l’évacuation de la péninsule du Sinaï, l’opération « Paix en Galilée », etc.
• Dans Boat People, Ann Hui racontait le Vietnam à travers les yeux d’un jeune photoreporter japonais.
• Bien avant Fred & Jamy, les « Sorciers de l’écran » exhumaient du grenier les appareils stéréoscopiques de leurs aïeux.
• Encore étudiant au Royal College of Art, Sunil Gupta traçait sa voie dans les rues de Londres.
• Gilles Villeneuve trouvait la mort sur le circuit de Zolder.
• Sophie Bramly commençait à documenter la scène hip-hop du Bronx.
• Côté rock, le cheveu se portait plutôt long et bouclé.
• À Téhéran naissait Morvarid K, artiste plasticienne dont le travail fait, notamment, rimer céramique et photographique.
• Pour un jeu télévisé de la RTS, un apprenti reporter proposait au président Mitterrand de jouer les photographes.
• Un cancer emportait Walter Carone, cofondateur du magazine Photo, portraitiste de stars et photojournaliste pour Paris-Match.
• Ian Berry visitait la paisible cité balnéaire d’Odessa.
 

On ne pouvait pas conclure ce « Clique Clac » vintage sans un tube d’époque. On a choisi l’imparable « Flou de toi » de Gilles Gabriel. Certes la chanson est sortie en 1984 et pas en 1982, mais comment résister…

Mais qu’est-ce qui nous arrive ?
J’ai perdu la diapositive
 
« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Visuel d’ouverture : assemblage de couvertures de la collection Photo Poche