accueil Vie culturelle Clique Clac #271

Clique Clac #271

1005

ÇA CARTOON !

Parents, grands-parents, voici quelques dessins animés (thématiquement orientés) pour faire patienter vos chères têtes blondes avant l’arrivée du Père Noël – et, qui sait, faire germer en elles le goût de la photographie. Ne nous remerciez pas ! (*)

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Pour se démarquer du tout-venant des photographes de glisse, Jérôme Tanon a très tôt fait le choix de l’argentique. Un choix payant puisque son travail est plébiscité par les riders les plus en vue. « Avec l’argentique, dit-il, tu te concentres pour que chaque photo compte. C’est ce qui est kiffant : j’ai vraiment la sensation de prendre une photo, et pas d’activer un mode rafale. Pendant que le rider grimpe, je passe des heures à me déplacer de 30 cm pour trouver l’angle parfait, celui qui va garantir au rider de ne pas avoir un arbre derrière lui. J’ai une fraction de seconde pour agir, et comme je suis un snowboardeur de niveau correct, je sais quel angle prendre en fonction de la figure de l’athlète. »


Le Festival international de la photographie culinaire, auquel participait notamment Laure Villain (cf. C.I. 444), s’est conclu début décembre sur l’annonce du palmarès par le chef multi-étoilé Éric Frechon, président du jury de cette 13e édition. Sur les six prix décernés, trois l’ont été à Claudia Albisser-Hund, photographe et styliste culinaire dont les images ont, depuis 2005, illustré plus de cent livres de cuisine.


En matière de photos tombées dans l’oubli puis retrouvées par hasard, les réseaux sociaux nous ont habitués à tant de miracles que l’on s’étonne quand une quête n’aboutit pas. Mathieu Beaulieu (cf. Clique Clac #246) n’a ainsi toujours pas retrouvé l’auteur des quatre photos présentes sur le film abandonné dans l’appareil qu’il avait acheté dans une braderie à Châtellerault. Partagez son histoire et faites marcher la magie de Noël !


« Net plus ultra » se demande si donner ses photos à un algorithme pour créer un portrait rigolo est une bonne idée. (spoiler alert : non)


Si Bob Dylan est devenu allergique aux photographes (celles et ceux qui ont assisté à ses récents concerts en savent quelque chose), ça n’a pas toujours été le cas. Fut une époque où il se pliait volontiers au jeu de la pose, face à l’objectif de Barry Feinstein, Jim Marshall ou Daniel Kramer. Ce dernier rappelle à Henri Gibier qu’une séance avec le chanteur relevait alors du sacerdoce : « Un travail d’amour car au début vous ne pouviez pas vendre une photo de Dylan« . Les choses ont bien changé !


Sale temps pour les licornes. Meero, le « Uber de la photographie » lancé en 2016, réduit la voilure et change de directeur. Cette restructuration se traduit par le licenciement de 72 salariés (qui s’ajoutent aux 350 du printemps dernier). La nouvelle n’a évidemment pas échappé à l’incisif Frozen Piglet.


Parce qu’on ne traite pas avec les mêmes égards, ni avec le même matériel, une graine de laitue d’un millimètre et une graine de coco-fesse de trente centimètres, Thierry Ardouin a dû jongler entre la loupe stéréomicroscopique et des objectifs macro classiques pour mener à bien son inventaire illustré des graines du monde. Ce travail de dix ans trouve aujourd’hui son aboutissement avec Histoires de graines, un ouvrage botanique mais aussi politique puisqu’il illustre indirectement les dérives de l’agriculture productiviste qui met à mal la variété des graines en imposant aux paysans le recours à des semences hybrides.


En cette fin d’année, l’association France PhotoBook organise un jeu-concours sur son compte Instagram. Le principe est simple : chaque jour, il faut deviner l’auteur ou l’autrice de l’image postée. L’heureux gagnant est tiré au sort parmi les bonnes réponses et annoncé le lendemain.


Jusqu’au 5 mars prochain, le musée d’art et d’histoire du Judaïsme présente « Les Tribulations d’Erwin Blumenfeld », une exposition couvrant, en près de 180 documents, la période la plus prolifique du photographe (les décennies 1930, 1940 et 1950). Comment ? Vous ne connaissez pas Erwin Blumenfeld ? Sa petite-fille Nadia, commissaire de l’exposition, vous en dit plus à son sujet.


LES TOPS D’UNE ANNÉE PAS VRAIMENT TOP

• Sans doute pour passer à autre chose au plus vite, Time a dégainé son Top 100 des images de l’année dès le 23 novembre.
• Guerre, sécheresse, émeutes, famine, etc. : les images d’une planète qui « éclate aux coutures » par les photographes d’Associated Press. 
• Entre activisme et artivisme, les années se suivent et se ressemblent pour Greenpeace
• De l’éruption du Hunga Tonga-Hunga Ha’apai à l’ouragan Ian, The Atlantic passe en revue l’actualité des 12 derniers mois.
• L’agence de presse européenne EPA vous laisse le choix : selon votre humeur, vous pouvez opter pour un des sept thèmes proposés (de la guerre en Ukraine au divertissement, l’éventail est large).
• Comme souvent, National Geographic nous gratifie d’un diaporama déroulant joliment mis en forme… tout comme Reuters.
• Éric Baradat, directeur de la photographie à l’AFP, présente Focus, l’album de l’année vue par les membres de l’agence.
• À quoi a ressemblé 2022 aux antipodes ? Aperçu éclectique avec le bilan du quotidien The Age.
• Entre commandes et reportages au long cours, la course du monde vue par Women Photograph.
• L’inoubliable côtoie l’anecdotique dans le résumé en trois temps (news, sports et entertainment) de Getty Images.
• Enfin, CNN passe en revue une année qui a commencé « comme une longue sortie d’hibernation » pour prendre un tour de plus en plus cauchemardesque.
 

Chanteur dans une vie précédente, Thibaut Derien s’est rendu compte lors de ses tournées en province que la fermeture des petits commerces n’était pas qu’une vue de l’esprit. Frontale et rigoureuse, la série photographique qu’il a tiré de ce constat (« J’habite une ville fantôme ») tient de l’inventaire à la Becher et témoigne de la disparition (inéluctable ?) des boutiques de centre-ville.
D’un musicien à l’autre, d’une disparition à l’autre, la transition est toute trouvée avec Terry Hall, chanteur britannique décédé cette semaine qui en son temps célébra, au sein des Specials, une autre ville fantôme.

 
 
« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images. Visuel d’ouverture : capture issue du dessin animé « Mister Bean photographe »

(*) Enfin, si vous tenez vraiment à nous remercier, n’hésitez pas à (vous) offrir un abonnement à Chasseur d’Images ou à Nat’Images. (retour)
 

Sur ce, on vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année. « Clique Clac » sera de retour le 5 janvier 2023 !