accueil Vie culturelle Clique Clac #274

Clique Clac #274

837
An ode to youth culture © Lois Cohen & Indiana Roma Voss / Portrait of Britain vol.5

Créé en 2016 par le British Journal of Photography en réponse aux tensions suscitées par le Brexit, le concours annuel « Portrait of Britain » offre en 99 photos un condensé de ce qui fait la diversité de la population britannique. Il fait aussi affleurer les évolutions de la société, comme ici avec les portraits de militaires transgenres réalisés par Rory Lewis (primés lors d’une précédente édition). Habitué du concours, l’Écossais Simon Murphy a eu, quant à lui, le plaisir cette année de voir deux de ses portraits retenus : « J’y ai participé plusieurs fois, mais avoir le portrait de Dylan récompensé est assez spécial et je sais ce que cela représente pour lui, je sais ce que cela représente pour sa famille aussi, donc c’est une belle chose. » Dylan, c’est Dylan Lombard, un jeune homme de 19 ans atteint du très rare syndrome MDP.

PLUS QU’UNE ICÔNE
Proie des paparazzi, Gina Lollobrigida passait de l’autre de côté de l’appareil dès qu’elle le pouvait, immortalisant les défilés de mode pour Vogue ou bien se grimant pour photographier incognito les gens dans la rue. On le sait moins, mais l’actrice a également marqué l’histoire du roman-photo puisqu’elle a participé en 1947, sous le nom de Giana Loris, au premier roman-photo jamais publié : Nel Fondo del Cuore (lire page 9 et voir page 13 du pdf).
 
ANNULATION
Prévues à la fin du mois (et annoncées dans les pages du dernier numéro de Chasseur d’Images), les 14e Rencontres photographiques organisées par Imag’in Béarn n’auront finalement pas lieu. Certaines marques, pourtant partenaires de l’événement depuis ses débuts, ont préféré concentrer leurs forces vives sur les championnats du monde de ski qui se tiendront une semaine plus tard à Courchevel-Méribel.
 
SPORT DE COMBAT
« Le football international est la continuation de la guerre par d’autres moyens. » La formule, que l’on prête à George Orwell, fonctionne aussi dans l’autre sens si l’on en croit Michaël Zumstein, photoreporter qui a constaté dans les pays africains en tension l’omniprésence des maillots de foot sur le dos des combattants. Il en a fait un livre, Aka Zidane.
 
FEMME FORTE
Vice-championne d’Europe de développé-couché, Julie Franch Guerra mène parallèlement une activité de photographe freelance, avec une prédilection – évidemment – pour les disciplines de Force athlétique : « On m’appelle pour couvrir des compétitions, ça marche plutôt bien. (…) J’ai baigné dans cet univers tout au long de ma jeunesse. J’ai connu le développement argentique et les chambres noires. J’ai commencé à m’y mettre à mon tour, puis je me suis laissé prendre au jeu. »
 
L’ART DU SOUS-TITRE
Adepte du « freelensing » et de la photo lo-fi, Camille Parenthoine cultive l’art du peu tout en ayant des ambitions cinématographiques. Une contradiction (apparente) qu’elle résout dans sa série « Cinema at first sight » dans laquelle « toute une narration se noue en une photo ». Hasard ou coïncidence, cette approche synthétique (une image, une ligne de texte) rappelle les « Story series » de Carolyn Marks Blackwood.
 
ÉDITION 
Ce jeudi 19 janvier, la maison d’édition IIKKI publie 7AM [Our recently acquired knowledge]. Comme les dix-huit précédentes, cette nouvelle référence du catalogue IIKKI fait dialoguer photographie et musique : d’un côté un livre conçu autour des images de Tereza Kozinc et Klavdij Sluban, de l’autre un support audio (vinyl ou cd) présentant les compositions minimalistes d’un autre duo, Observatories (aka Ian Hawgood et Craig Tattersall).
 
SENS DESSUS DESSOUS
Depuis près de trente ans, Philippe Ramette défie la pesanteur dans des compositions tourneboulantes dont on pourrait croire qu’elles sont le fruit de manipulations numériques. À tort, comme le prouve cette vidéo mise en ligne sur le site de son galeriste.
 

EN BREF…

• On a appris cette semaine le décès de Nicolas Guérin, portraitiste de stars du 7e et du 9e Art.
• Pour avoir documenté en 2019 et 2020 les manifestations dans les rues de Hong Kong, la Japonaise Michiko Kiseki est aujourd’hui interdite d’entrer sur le territoire. 
• Aménager une mare artificielle au fond de son jardin peut amener libellules et amphibiens à portée d’objectif… mais aussi conduire à l’adoption d’un chat haret !
• À celles et ceux qui doutent de l’intérêt du noir et blanc en photo nature, on conseille de jeter un œil à la magnifique série de Fenqiang Liu sur les grandes aigrettes de Floride.
• Depuis 22 ans, Cédric Pollet entreprend un vaste inventaire des plus belles écorces d’arbres du monde entier. Et y a du bouleau ! (mais pas que)
• Peintre officiel de la marine, Ewan Lebourdais adore Top Gun : Maverick, un film moins éloigné de son univers qu’on pourrait le croire.
• Comment appelle-t-on un photographe qui mitraille les chiens à tout va ? Un pupperrazzi, bien sûr !
 
MUSIQUE
Batteur et chanteur au sein du Yellow Magic Orchestra, groupe de synthpop japonais en avance sur son temps, Yukihiro Takahashi est décédé dimanche dernier à l’âge de 70 ans. Dans sa riche discographie (en groupe ou en solo), on trouve ce titre de 1983 où il est question de photographie (un peu) et de rupture amoureuse (beaucoup).
 
 
 
Traduction
 
Le ciel devient rouge à l’horizon
Le soleil se couche comme il le fera toujours
Mais je sais que quelque chose est différent
Ce sentiment qui brûle en moi
 
La rue est un éternel week-end
C’est là que j’ouvre l’obturateur
Retenant cette nausée
C’est là que je fais la mise au point
 
Au coin d’une rue, soudain
Je suis encore sous le coup de la jalousie
Le visage inconnu d’une ombre
Ce secret inoubliable
 
Tu brûleras d’un nouvel amour ce soir
Et je brûlerai de vieilles photos, dans mon esprit.
 
Le week-end inattendu
Écrasant tous mes efforts
Le dernier week-end de ce monde
Tu apparais au premier plan
 
Je te capture les yeux fermés
Ton sourire inatteignable
Alors je prends mon appareil photo
Maintenant que les filles deviennent des stars
 
Tu vas brûler avec un nouvel amour ce soir
Et je brûlerai de vieilles photos, dans ma tête.
 

« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.