accueil Vie culturelle Clique Clac #305

Clique Clac #305

1112

On ne juge pas un livre à sa couverture, un album non plus. Mais quand un écrin est à la hauteur du contenu, il mérite qu’on s’attarde sur sa conception. C’est ce que fait régulièrement Amateur Photographer dans des articles fouillés donnant la parole à celles et ceux qui ont contribué à des pochettes iconiques. On a eu droit à l’histoire de la cover de Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles (qui n’est pas un photomontage, contrairement à ce qu’on croit), à celle de Quadrophenia des Who (qui aurait pu être un photomontage des quatre têtes des membres du groupe), à celle de Wish you were here de Pink Floyd (qui coûta ses sourcils et sa moustache au cascadeur Ronnie Rondell), mais c’est la réalisation de la pochette de Sticky fingers des Rolling Stones qui fut assurément la plus épique : le projet avorté d’un château dépliant, l’implication d’Andy Warhol, les supputations sur l’identité du propriétaire du « paquet », l’introduction pour la première fois du logo Big Red Mouth, l’image de secours pour le marché espagnol, la braguette qui endommage les autres vinyles une fois les exemplaires empilés, etc. Autant d’anecdotes qui contribuent à la légende d’un grand disque.

LA BEAUTÉ EST UN PLEUR
Comme Diane Arbus avant lui, Jacques Sonck recherche « des gens qui se démarquent de la foule ». Ses « Archétypes » sont exposés à Vichy, dans le cadre du festival « Portrait(s) » de Vichy jusqu’au 1er octobre. Hâtez-vous ! Vous avez un peu plus de temps pour profiter de l’exposition « La beauté est un leurre », également présentée à Vichy. Afin de rendre hommage à son auteur, Erwin Olaf, elle a été prolongée jusqu’au 29 octobre. Souffrant d’emphysème, le photographe néerlandais est mort la semaine dernière à l’âge de 64 ans. Dans sa pléthorique production, on retiendra « Grief », série de 2007 dans laquelle affleurent sa mélancolie et son sens de la mise en scène.
 
BISBILLES À VISA
Lors de la projection de son sujet sur la montée de l’extrême-droite en Europe dans le cadre de Visa pour l’Image, Jordi Borràs s’est rendu compte que les organisateurs avaient supprimé certaines photos qu’il avait prises lors d’un meeting du RN, dont une de Marine Le Pen. Faut-il y voir une pression de la mairie de Perpignan, dirigée par Louis Aliot, ou une autocensure ? Jean-François Leroy avance des raisons esthétiques. Selon le directeur de Visa, ces images « affaiblissaient l’ensemble ». Ce que conteste Jordi Borràs : « Elles étaient du même style que celles de Viktor Orbán en Hongrie ou Andrzej Duda en Pologne. »
 
QUOI, MA GUEULE ?
Au Moyen-Orient, les internautes s’écharpent autour d’une photo d’un chauffeur routier dont une partie du visage est « plus vieille » que l’autre. Les uns clament que ce vieillissement est dû à l’effet du soleil à travers la vitre de la cabine, les autres hurlent au photomontage ou à l’IA. Pour répondre aux uns et aux autres, Joyce Hanna, journaliste AFP à Beyrouth, a sourcé ladite image en détaillant sa méthode. Une vidéo pédagogique à partager largement.
 
QUAND LA DIFFÉRENCE S’EXPOSE
Adolescente, Francesca Clayton ne comprenait pas les regards curieux voire pesants que portaient les gens sur une de ses amies atteinte de paralysie cérébrale. Le temps lui a permis d’analyser ce sentiment ambivalent (sont-ce les passants qui sont gênants ou moi qui suis gênée ?) et, devenue photographe, l’a poussée à sillonner la France pour tirer le portrait de personnes touchées par un handicap. « Different is beautiful 2.0 », la série qu’elle a tirée de ce road-trip va tourner dans dix-huit villes françaises et belges. En attendant d’être exposée aux J.O. de Paris ?
 
LA VIE SECRÈTE D’UNE FORÊT
Même s’ils aimeraient bien, les photographes de nature ne peuvent pas passer tout leur temps sur le terrain. C’est pourquoi ils disposent des pièges photo aux endroits où ils suspectent des passages d’animaux. En général, ils gardent pour eux les images qu’ils récoltent (elles sont de basse qualité et n’ont d’autres fins que le repérage). Adrien Favre, lui, a décidé de les partager.
 
REVIVAL 90’s
Photographe de mode pour Gucci, Nike ou la maison Margiela, John Yuyi est une artiste de son temps (nombre de ses photos jouent avec les codes des réseaux sociaux) qui se dit cependant très influencée par la décennie qui l’a vue naître : les années 1990. Il était donc écrit qu’elle croiserait un jour la route d’Olivia Rodrigo, chanteuse américaine dont le rock FM emprunte pas mal à ces années-là. C’est Rolling Stone (ou, plus précisément, Emma Reeves, la directrice du département photo) qui les a réunies pour la couverture et les pages intérieures de son numéro de rentrée.
 

RAPIDO…

• Présenté en avant-première mondiale au festival de Toronto, Lee, le biopic de Lee Miller par Ellen Kuras, a reçu des critiques mitigées.
• Marcel Drechsler, Yann Sainty et Xavier Strottner ont remporté le premier prix du Astronomy Photographer of the Year pour une photo montrant la galaxie d’Andromède et un arc de plasma qui, depuis, porte leur trois noms.
• Astro toujours, avec cette petite histoire de la première « photo » de Mars prise depuis l’espace par la mission Mariner 4 en 1965.
• Faisons une halte à Kirkenes, ville norvégienne où des dizaines d’Ukrainiens ont trouvé refuge. Elijah Hurwitz les a rencontrés.
• « La scénographie d’exposition est une facilitatrice, elle n’invente pas, elle permet de mettre au monde. » Intéressant billet d’Anne-Éléonore Gagnon, commissaire d’exposition.
• On peut être lent et avoir une vie trépidante, la preuve avec cette série signée Aleia Murawski et Sam Copeland.
• Vous êtes septuagénaire ? Vous n’avez pas froid aux yeux (ni au reste) ? Quentin Danel a une proposition à vous faire.

 
 
MUSIQUE
Terland, tout jeune groupe porté par Vincent Jouffroy et supporté par l’association La Souterraine, a sorti le 22 septembre son deuxième simple, « Les Parenthèses ». Il y est question des photos de famille et des souvenirs que l’on garde au fil du temps. Un sujet éculé, mais ici joliment mis en mots et en musique. Qu’on se le dise, Terland a du talent !
Avant qu’il ne soit trop tard
Photographiées au hasard
Les parenthèses
Tous ces riens tracent nos histoires…
 

« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.