accueil Vie culturelle Clique Clac #312

Clique Clac #312

916

Aujourd’hui 16 novembre débute le 26e Festival de Montier-en-Der, une édition qui met à l’honneur la Colombie-Britannique et l’Amazonie brésilienne, et a pour parrains Pascal Maître, Yves Fagniart et Olivier Larrey. Ces derniers présentent à la Halle au blé leur projet « Terre de loups », dont vous avez eu un aperçu dans le dernier numéro de Nat’Images. D’autres habitués de nos pages sont également présents, comme Joël Brunet, Stéphane Granzotto, Neil Villard, Olivier & Mathis Lépine ou Ghislain Simard. Comme d’habitude, la rédaction du magazine vous attend sous le Châpiteau. Venez nous saluer et nous présenter vos images ! Le programme des expos et des animations est disponible ici.
NB : le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) proposera un atelier photo gratuit aux abords du lac du Der pour observer les grues cendrées (elles arrivent, promet Christophe Pereira), encadré par un ornithologue, samedi 18 novembre de 15h à 17h. Inscription obligatoire à l’adresse suivante : info-fr@ifaw.org

DOUBLE COMMANDE
Lors de Paris Photo, la ministre de la Culture Rima Abdul Malak a annoncé le lancement en 2024 d’une nouvelle commande photographique. Celle-ci permettra à vingt photographes de réaliser un projet inédit autour de l’invention de la photographie, dont on célébrera le bicentenaire en 2026-2027. Le communiqué n’en fait pas mention, mais une commande photographique pour célébrer les 30 ans du titre Maître d’art a également été lancée (date limite de candidature : 15 décembre 2023).
 
SIX ANS AVEC LES LÉOPARDS
Pour lancer la deuxième saison de « Grand Format », l’équipe de Studio Jiminy a invité Nicolas Orillard-Demaire pour parler de « Pardus », un projet de six ans autour du léopard que le photographe a commencé au reflex et fini à l’hybride. « Je ne pensais pas que ça allait durer aussi longtemps, dit-il, mais j’étais conscient que, ne vivant pas en Afrique et ne pouvant m’y rendre toute l’année, le projet allait être morcelé. Ensuite pour obtenir la qualité à laquelle j’aspirais, il était nécessaire de multiplier les voyages tout en acceptant que certains soient infructueux. » L’interview commence à la 22e minute.
 
LES VISIONS DE NOLWENN BROD
Quoi de mieux pour lancer une carrière que de tirer le portrait de Jean-Claude… Carrière ? Si elle a décliné l’invitation à prendre le thé du scénariste, Nolwenn Brod a su ensuite saisir les opportunités qui s’offraient à elle, et surtout s’en créer. L’interview que la photographe et réalisatrice a donnée au podcast « Visions » est instructive à plus d’un titre. Il suffit de l’entendre parler de « La ritournelle », collaboration au long cours avec un couple breton, pour sentir l’implication qu’elle met dans ses projets.
 
TENDRES, DES PIÈGES
Pour aider la faune du Bugey à passer l’été, Kevin Flores a creusé une mare artificielle au cœur de la forêt. 45 jours plus tard, une myriade d’espèces l’avaient remercié en laissant leur empreinte sur la carte SD de son piège photo. Ou comment allier l’utile à l’agréable…
Autre piège infrarouge, autre lieu : Emmanuel Rondeau a placé un de ces dispositifs de capture au-dessus de l’autoroute A7 afin de vérifier l’efficacité de l’éco-pont du Col du Grand Bœuf, dans la Drôme. « Au niveau du son, résume-t-il, on a complètement l’impression d’être au-dessus d’une autoroute. Mais visuellement, pas du tout. L’évidence, c’est que les espèces se sont complètement habituées à ça et se sentent en sécurité. Les animaux passent même avec leurs petits. »
Sur la carte SD du dernier des 80 pièges photo qu’ils avaient fixés dans la forêt indonésienne, James Kempton et son équipe ont, quant à eux, fait une découverte qui rassurera les passionnés de monotrèmes.
 
MARCHÉ SUR LOL
L’historique des achats de Kyoko Takemura sur Amazon a de quoi laisser songeur. On y trouve pêle-mêle de l’eau bénite, des statuettes de la vierge Marie, des crucifix décorés et même une couronne d’épines « authentique ». Loin d’être une catholique pratiquante, la photographe a acheté ces bondieuseries pour nourrir « Born for such a time as this », série visant à montrer les liens qu’entretiennent le sacré et l’économie de marché. Si elle s’amuse du fait que la plupart des produits qu’elle a achetés sont fabriqués en Chine, Kyoko Takemura ne veut pas verser dans la dénonciation stérile : « J’utilise les arts visuels comme une boîte à outils pour enquêter sur ce qui m’intrigue, et l’œuvre qui en résulte est un témoignage de ma découverte. »
 

BRÈVES DE NATURE..

• ONG américaine œuvrant pour la protection de l’environnement depuis 1951, The Nature Conservancy a, comme d’autres, créé un concours photo afin de porter ses actions. Et c’est un triton qui trône au sommet (enfin, en surface) de son palmarès 2023.
• Août 1992. L’ouragan Andrew s’apprête à frapper la Floride. Au zoo de Miami, on protège les animaux comme on peut… mais que faire des flamants roses ?
• Conscient du pouvoir parfois néfaste des réseaux, Alain Prêtre a attendu plusieurs mois avant de partager ses images d’un chamois leucique.
• Avis aux ornithos : cette sélection des BirdLife Australia Photography Awards va vous donner envie de vivre aux antipodes (palmarès intégral ici).
• Plus près de chez nous, les lauréats du concours « La Photo d’oiseau de l’année » ont aussi du mérite.
• Bientôt tous entomophages ? À Bologne, on s’y prépare déjà, à en croire ce reportage de Luigi Avantaggiato.
 
MUSIQUE
À l’ombre des conflits russo-ukrainien et israélo-palestinien, l’Arménie peine à revenir sous les feux de l’actualité. Cela rend d’autant plus précieux le projet à six mains mené conjointement par Romain Poisot, Jean Daniel Henry et Stéphane Rault. Ensemble, le réalisateur, le photographe et le compositeur ont façonné un documentaire, Arménie : la valse macabre, qui prendra son plein essor à l’occasion d’un ciné-concert proposé le 23 novembre à 20h30 au !POC! d’Alfortville. Invités par la radio AYP FM, les trois auteurs ont expliqué ce qui les avait poussés à s’intéresser à ce pays à un moment (février 2022) où la situation avec le voisin azerbaïdjanais était déjà tendu. Pour autant, le reportage en noir et blanc de Jean-Daniel Henry relève plus du road-trip poétique que du récit d’avant-guerre.
Faute de vous rendre à Alfortville, vous pouvez écouter la bande originale du documentaire…
 
 
 
« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.