accueil Vie culturelle Clique Clac #314

Clique Clac #314

1063

On jurerait que « Le point de vue de ma fenêtre » est un énième fruit du confinement. S’il a bien été initié à cette période, le projet d’Ernesto Timor a été pensé avant la réclusion générale du printemps 2020. Pour le photographe et graphiste lyonnais, il s’agissait de poursuivre son travail sur l’étrangeté du quotidien et les lieux hantés par les présences passées. Tentaculaire, le projet se déploie en images, en sons, en films photographiques ou en expositions, mais s’apprécie dans sa totalité sur le site dédié. Posant chez eux devant une fenêtre, les gens qu’a croisés Ernesto Timor racontent leur relation à cette ouverture vers l’extérieur, et par ricochet, leurs inquiétudes et leurs aspirations. Loin de l’étrangeté promise, un projet au final bien ancré dans son époque. Pour en savoir plus sur l’auteur, on vous conseille l’interview qu’il a donnée à Muzeodrome : « Dans un double mouvement, les gens s’offrent au jeu du portrait et m’invitent à regarder par-dessus leur épaule, leur vue de tous les jours, « Oh, c’est comme ça que tu vois les choses ? ». De face ou quasi de dos, très présents ou à la limite de l’effacement, il y a place pour autant de postures que de personnalités. »

TOUS LES TERRAINS DU SPORT
L’Équipe Mag de samedi dernier a mis la photo de sport à l’honneur en présentant non seulement le palmarès du 3e Prix Richard Martin, mais aussi des interviews de Bernard Asset (autour de sa carrière sur les circuits de F1), Corinne Dubreuil (sur la photogénie de Rafael Nadal) ainsi qu’un portrait du photographe de breakdance Little Shao et un intéressant article sur la photo-finish. Ces contenus sont à retrouver sur le site du quotidien sportif moyennant abonnement. Le palmarès du concours est lui en accès libre, tout comme l’interview de l’acteur Anthony Bajon, président du jury. À celles et ceux qui trouvent que tout cela manque de basket, on conseille l’entretien qu’a accordé à ÀBLOCK Catherine Steenkeste, rare photographe française à avoir fait son chemin sur les parquets de la NBA. Quant aux indécrottables e-footeux, on les invite à regarder cet épisode du Dessous des images sur la nouvelle jaquette de FIFA… pardon, EA Sports FC.
 
VIRTUALITÉ VS. RÉALITÉ
Une interview d’Henri Cartier-Bresson par ChatGPT, vous n’en rêviez pas ? FeatureShoot l’a fait. Et le résultat de l’expérience n’est ni intéressant, ni drôle, au mieux lénifiant. Exemple : « L’avenir est une toile des possibles. L’IA et la photographie peuvent marcher de pair, apprendre l’une de l’autre, mais l’âme, l’esprit de la photographie, doivent être maintenus en vie par la main et l’œil humains. » Si vous voulez lire HCB (le vrai) dans le texte, on vous conseille plutôt Puis-je garder quelques secrets ?, livre compilant 41 entretiens donnés par le photographe tout au long de sa carrière.
 
À BONNE DISTANCE
À l’occasion de la sortie de Civilisation Tour, Felix AAA a raconté à France 3 Normandie la vie en tournée avec Orelsan et la difficulté de trouver la juste distance quand on connaît un artiste depuis plus de dix ans : « Il m’a fallu du temps pour comprendre que je ne peux pas tout prendre ». Quelques-unes des photos sont visibles sur le site de Felix AAA. Le rappeur caenais figure aussi au sommaire de Les OFF, deuxième livre de David Laplace, photographe d’expérience qui, les années passant, tend à délaisser les collaborations avec les grandes stars du genre : « Il y a des grosses équipes derrière, ça devient rapidement très technique de pouvoir proposer des avis, les convaincre, etc., ça devient vraiment complexe. Alors que quand je travaille avec des jeunes, c’est beaucoup plus facile et fluide. » De même, toutes choses égales par ailleurs, il était sans doute plus facile de tirer le portrait de Nas quand il vivait encore chez sa maman…
 
LÉVRIER SUR RESSORTS
Les cynophiles connectés ont sans doute vu passer sur leurs réseaux cette photo de Baboon. Aussi étonnante soit-elle, l’image n’a rien d’artificiel, comme l’a expliqué la propriétaire du lévrier afghan, Salla Kuikka : « Parfois, la réalité est BEAUCOUP plus étrange et plus drôle que n’importe quel élément généré par l’IA. » À propos de drôlerie canine, le calendrier 2024 des « Pooping pooches » vient de sortir.
 
 
LA VIE EN NOIR ET BLANC
• RIP Larry Fink, photographe partagé entre les mondanités et le monde ouvrier. « S’il est une chose que j’ai apprise, disait-il, c’est de ne pas avoir de hiérarchie. »
• Dans Companions, son nouveau livre, Yana Wernicke documente la relation qu’ont nouée deux jeunes femmes avec des animaux de ferme qu’elles ont sauvés de l’abattoir.
• Les incroyables photogrammes grandeur nature de Zana Briski, qu’elle appelle des « Animalogrammes« , nous invitent à contempler la beauté du monde sauvage à travers une perspective unique.
• Hundred Heroines s’intéresse au cas de Karimeh Abbud, première femme palestinienne à avoir embrassé la carrière de photographe.
• Nourries à l’expressionnisme, les images de Sissel Annett mettent en scène ses tourments personnels (la sœur jumelle qu’elle n’a jamais eue) et les expériences traumatisantes qu’ont vécues ses sujets.
 « Le noir et blanc ne cherche pas à rivaliser avec le monde extérieur. Je pense qu’il est plus calme et plus doux que la couleur et qu’il persiste plus longtemps dans notre mémoire visuelle. » Mickael Kenna, sage comme un paysage.
• 183 ans après sa réalisation, la plus vieille photographie de Lyon est de retour à la maison.
• Flashback en 1957, année où George Rodger et son épouse Jinx entreprirent de traverser le Sahara, au mépris du danger et du fesh-fesh, « une poussière fine comme du talc et traîtresse comme un marécage sans fond ».
• L’année 2023 marque les 40 ans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme, un événement que fait revivre le Musée de l’histoire de l’immigration grâce à des archives riches en illustrations.
 
MUSIQUE
Quand elle ne photographie pour son plaisir personnel ou pour les magazines de mode, Danique van Kesteren donne de la voix au sein de Donna Blue, duo aux sonorités aussi vintage que ses clichés. En attendant le prochain album du groupe, prévu pour mars 2024, on vous laisse apprécier deux titres qui montrent l’étendue de ses influences, de Gainsbourg/Birkin à Badalamenti/Cruise.
 
 
 
« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.