accueil Vie culturelle Clique Clac #319

Clique Clac #319

786
Zoom sur l’œil droit de Frans Banning Cocq, personnage central de La Ronde de nuit de Rembrandt

170 ans séparent la mort de Rembrandt de la naissance de la photographie, mais cette dernière doit beaucoup au peintre néerlandais. En premier lieu, il a donné son nom à une technique d’éclairage en studio (caractérisée par la formation d’un triangle de lumière sur la pommette du modèle). Ses tableaux servent aussi parfois d’arrière-plan, comme on l’a vu il y a quelques semaines avec le Grand Prix de la photographie politique décerné à Ludovic Marin pour une image réalisée au sein du Rijksmuseum d’Amsterdam. Ce musée abrite de nombreuses œuvres de Rembrandt, dont La Ronde de nuit qui, depuis un an, détient le record de la reproduction photographique la plus résolue au monde : 717 milliards de pixels ! On peut se perdre dans les craquelures de cette image ultradéfinie ou bien apprécier le tableau de façon indirecte, comme nous le propose Rineke Dijkstra dans Night Watching, installation vidéo qui se focalise sur les réactions de groupes de spectateurs confrontés à La Ronde de nuit. « Ce qui m’a intriguée, a expliqué la photographe et vidéaste à Metal Magazine, c’est d’observer comment chaque individu voit et interprète l’œuvre en partant de son point de vue personnel ou de son expérience. »

 
CORRESPONDANCES FRANCO-CANADIENNES (1)
Fondatrice de l’association « La Rue Tourne », Agy fait des maraudes dans Paris depuis une dizaine d’années dans le but d’apporter un peu de lien social aux personnes sans-abri qu’elle croise. Ces rencontres, elle a choisi d’en garder la trace par la photographie. Avec talent, même si « ce n’est pas juste pour la beauté de l’art ». De l’autre côté de l’Atlantique, Elisabeth Dekasongo mène un projet en tout point comparable. Depuis l’été dernier, elle sillonne les rues d’Ottawa pour changer le regard des gens sur celles et ceux qu’on appelle les itinérants. « La photo, dit la Canadienne, n’est pas une fin mais un commencement. »
 
CORRESPONDANCES FRANCO-CANADIENNES (2)
Interrogé par des élèves de CM1-CM2 de Beaumont-Saint-Cyr (Vienne), le photographe et documentariste animalier Jean-Michel Bertrand a parlé de son travail sur les loups au micro de Franceinfo Junior. Il en a même profité pour livrer une de ses astuces : faire pipi un peu partout pour marquer sa présence et indiquer aux loups qu’il n’est pas un danger pour eux. Le cinéaste dit tenir cette technique d’un éthologue canadien – éthologue que Jean-Pierre Parenty connaît peut-être, lui qui arpente les grands espaces nord-américains depuis des dizaines d’années, avec une prédilection là encore pour le loup : « Ce sont des animaux qui n’attaquent jamais les humains et du moment qu’ils voient que l’on est pas une menace, ils ne se sauvent pas, ils nous laissent aller assez proche, ils nous regardent. »
 
INCLASSABLE BETTINA RHEIMS
Des portraits de détenues, des clichés glamours, la photo officielle du président Chirac, des couvertures de magazine de mode, un travail de long terme sur la question du genre… bien malin celui qui saura tracer une ligne directrice dans l’œuvre de Bettina Rheims. Cette approche « dispersée » est complètement assumée par la photographe : « Chaque série prend une forme différente, ce qui a troublé beaucoup de gens qui disaient « Elle fait tout et n’importe quoi ». Non, chaque série, c’est une écriture. Vous n’écrivez pas la même chose selon que c’est un roman ou un récit. »
 
ICONOS, UN RÉPERTOIRE AU SERVICE DES CHERCHEURS
Après trois années de conception et de collecte des données, le répertoire Iconos Photo est enfin disponible. Conçu par la Société française de photographie, ce portail inventorie l’ensemble des collections, fonds et archives photographiques conservés par des institutions publiques. L’outil, assez aride (beaucoup de textes, peu d’images), se destine avant tout aux chercheurs, commissaires, conservateurs et étudiants. Mais il propose des compléments plus  « grand public », notamment dans le volet Ressources (glossaire technique, chronologie, bibliographie, etc.).
 

EN BREF…

• Active de 1953 à 2013, Felicia Ewuraesi Abban restera dans les mémoires comme la première photographe professionnelle du Ghana. Elle est décédée le 4 janvier à l’âge de 87 ans. Ce même jour a vu aussi le disparition de Kishin Shinoyama, photographe japonais a qui l’on doit l’un des plus célèbres portraits de John Lennon & Yoko Ono.
• Parce qu’il envisage la photographie comme un « moyen de soulager le stress », Zobayer Joati comprend l’exutoire que peut représenter un combat pour les adeptes des arts martiaux.
• Comment fait le Père-Noël pour remplir sa mission en une seule nuit ? Il se démultiplie, comme le montre ce reportage de Dina Litovsky réalisé en juillet à Branson, Missouri.
• Pour Valerio Minato, les étoiles étaient alignées le 15 décembre dernier… enfin, en l’occurrence, la basilique de Superga, le mont Viso et la Lune.
• Parce que le monde de la photo nature n’est pas peuplé que de tricheurs, Reporterre a demandé à sept photographes de raconter un de leurs clichés.
• Avec un atterrissage toutes les trois minutes, l’aéroport de Toulouse est le paradis des plane spotters.
• Le truck art fait florès sur l’île Maurice, où les bus sont couverts de paysages kitsch et d’inscriptions colorées. Un morceau de folklore auquel Sonia Reveyaz n’a pas résisté.
• Cet article de Clément Thiery nous souffle une question : est-ce parce qu’il est complexé par sa petite taille que Jean-Paul Goude a allongé artificiellement le corps de ses modèles ?
 
MUSIQUE

Si vous êtes fans des Beatles, le nom d’Angus McBean ne vous est peut-être pas étranger. C’est à lui que l’on doit les fameuses photos de couverture des compilations rouge et bleue (vous savez, celles où on voit les Fab Four poser dans la cage d’escalier de l’immeuble des studios EMI, à six ans de distance). Son nom apparaît aussi dans les notes de pochettes de disques de Cliff Richard ou Maria Callas. Pour autant, on aurait tort de réduire le photographe gallois à ces portraits de commande. Dans l’entre-deux guerres, il s’était illustré par ses collages discrètement surréalistes. On pense, par exemple, à cette photo réalisée en 1938, mettant en scène l’actrice Flora Robson. C’est en la découvrant que David Sylvian eut l’idée, en 1984, de s’en inspirer pour le clip de son premier simple, Red guitar. Mieux, il invita Angus McBean, alors âgé de 80 ans, à faire une apparition dans la vidéo (dirigée par Anton Corbijn, excusez du peu).

 
 
 
« Clique Clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.