[ Forum NATimages ] - > NAT'Images - Forum Photo Nature

Inquiet : diminution du nombre d’oiseaux et d’insectes volants

<< < (29/30) > >>

ELWOOD:
En ce qui concerne les mésanges, ( limite de mon observation, jardin en ville)

Mon "auberge" qui fournit le couvert avec au menu des cacahuètes durant la saison froide
Fait régulièrement le plein aux heures de repas.
Elles se rendent moins visibles dès la floraison du lilas qui sert de support d'envol.

Quelques pipistrelles tournoient en été dès la tombée de la nuit.
Les arbustes hébergent aussi quelques oiseaux, les graines disparaîssent en automne.
Je ne me plains pas de la rareté des moustiques et des guêpes.

Lieu de passage de chats, herissons, renards 🦊 😉

SPOTMATIK:
soleil et ciel bleu en littoral languedocien : bestiole noire virevoltant au tour du cyprès , puis 5 minutes plus tard , un brave Xylocope butinant dans quelques romarins en fleurs avec ses reflets métalliques indigo , grosseur 20/25 millimètres avec des ailes intactes , vu qu'il est peinard au soleil et tout seul à butiner : incontrôlable pour sortir une image nette ..... désolé  , pareil pour les piafs qui commencent à venir picorer la première boule de graisse/graines fraîchement suspendue ;)

Katana:
C'est vrai, que photographier un xylocope est très sportif. Ca ne reste pas en place cette bestiole  :o Chez les piafs, c'est plutôt les mésanges avec qui j'ai du mal. Elles arrivent a la maison, prennent une graine et hop, elles vont la décortiquer sur l'arbre voisin, et même là, il faut pas trainer pour les avoir.

Jorel:
Bonjour à tous

J'ai lu avec intérêt la presque totalité des post du fil...

Je photographie la nature depuis mes seize ans et plus particulièrement le "petit monde" au ras du sol... Le constat est dramatique et sur certains territoires il m'est impossible de retrouver certaines espèces disparues vraisemblablement à jamais... mais, paradoxalement il m'arrive quelques fois de découvrir dans des friches des insectes incroyables et pensés disparus depuis belle lurette... Je m'empresse de noter le lieu sans en parler autours de moi et de cacher ainsi un petit coin de paradis retrouvé...
Mais nous allons il me semble vers l'inéluctable, vers un néant prévisible ou l'humain n'est définitivement pas prévu pour survivre à la seule chance d'une nature possiblement recomposée après notre extinction. Car il faut bien comprendre que le seul nuisible à perdurer dans son imperturbable travail de destruction c'est l'homme... depuis néandertal, hommo sapiens a suivi un chemin de convoitise et de maîtrise sur tout son environnement... Aujourd'hui nous traduisons par des mots une inquiétude partagée seulement par une minorité d'humains... Lorsque celle-ci sera partagée par la presque totalité du globe, nous vivrons les tous derniers moment de l'humanité.
En attendant, je reste un rêveur photographiant la nature comme l'homme de néandertal la dessinait, en m'émerveillant d'une nature que j'aurais aimé laisser à mes enfants en partage pour le meilleur...

Philip

Harvey:
Beau message de ta part Jorel, merci.  ;)

Je viens de regarder si j'avais laissé un message sur ce fil et bien non ! Pourtant j'en aurais eu à dire... Trop ? surement.  ::) :(

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

[*] Page précédente

Utiliser la version classique