Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com

Auteur Sujet: photos de rue, le retour ! Autre question  (Lu 965 fois)

gaspardetmila

  • Très actif
  • *
  • Messages: 331
photos de rue, le retour ! Autre question
« le: septembre 04, 2019, 20:37:06 »
Je reviens sous un "autre angle" sur la photo de rue.
J'ai passé pas mal d'heures à regarder photographes pro contemporain ou amateurs sur flickr ou ailleurs. Aucune statistique n’existe bien sur mais je constate que la grande majorité des photos sont en N&B
Pour exemple https://www.flickr.com/photos/145105299 [at] N08/34682104880/ ce cliché que j'adore, pourquoi est -il en noir et blanc ?  Parce que la couleur ne sert à rien ? ou parce que la photo magnifie le sujet (je ne pense pas !) ?
Les photos en couleur existent la plupart du temps quand il y a un rappel de couleur, par exemple une devanture de magasin rouge et une personne en pull rouge qui passe devant. Évidemment, je généralise et caricature mais quand même, faites l'exercice et dites moi si vous avez le même sentiment ?
Donc en résumé :
- Partagez vous ce constat ?
- Le noir et blanc se prete t il mieux à la photo de rue pour limiter la "complexité" par construction de ce type de photo ? (il y a toujours une multitude de couleurs et un environnement plutôt chargé)
- d'autres raisons ? genre rattraper une photo pas convaincante ?
- Je trouve la question (surement traitée 1000 fois) intéressante !

yaquinclic

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 15 357
  • Sexe: Homme
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #1 le: septembre 04, 2019, 21:33:52 »
Salut gaspardetmila

Donc en résumé :
- Partagez vous ce constat ?

Mouais..., même si perso si je fais de la couleur c'est justement pour les couleurs avent tout, saturés/contrasté, ou plus doux/pastel ou simplement pour jouer avec elles.

Donc en résumé :
- Le noir et blanc se prete t il mieux à la photo de rue pour limiter la "complexité" par construction de ce type de photo ? (il y a toujours une multitude de couleurs et un environnement plutôt chargé)

Certainement pour moi, cela permet d'aller à l'essentiel directement sans être distrait par les couleurs. De plus, la perte des repères du aux aux couleurs m'oblige à bien décortiquer l'image afin d'identifier tout les éléments.

Donc en résumé :
- d'autres raisons ? genre rattraper une photo pas convaincante ?


Certainement pas, ou alors très peu de fois; une photo raté en couleur restera ratée aussi en n&b et inversement.

Donc en résumé :
- Je trouve la question (surement traitée 1000 fois) intéressante !

Bah en effet c'est une croyance assez récurrente.

A+ ;)

ChatOuille

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 287
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #2 le: septembre 04, 2019, 22:45:06 »
Je ne vois pas directement de lien entre la photo de rue et le N&B. Cela dépend du sujet quel qu’il soit. Parfois je prends des photos tout en sachant que ce sera du N&B. Pour des sujets qui n’ont pas des couleurs intéressantes ou que les couleurs pourraient distraire de l’essentiel. Dans ce cas il faut qu’on trouve du contraste, des formes, des ombres etc. Dans d’autres cas les couleurs apportent le 90% de l’information et elles sont donc indispensables. J’ai déjà fait mention de mon cas lorsque je suis allé avec un groupe prendre des photos dans un aéroport. Je suis plutôt fan du N&B, mais je me suis retrouvé devant un tas de sujets avec des couleurs chatoyantes. Je n’ai fait que de la couleur. Puis il y a aussi des situations intermédiaires. Des sujets qui se prêtent et à la couleur et au N&B. Des sujets qui se prêtent à des couleurs saturées et d’autres aux couleurs pastel. C’est tout un monde…

Si tu n’as pas encore d’expérience, essaye la version couleur et la N&B. Tu verras bien celle que tu aimes le plus. Essaye de déceler pourquoi.

fredkelder

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 109
  • Chacun sa route
    • balade-en-thailande
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #3 le: septembre 05, 2019, 04:54:16 »
- Partagez vous ce constat ?
Je ne vois pas la photo que tu cites. Pour le reste, ce sont 2 palettes différentes qui fonctionnent donc différemment, induisent des processus différents, et des lectures de l'image différentes. Et dans chacune des 2 palettes, couleur ou noir et blanc, les variables sont tellement nombreuses... par exemple quels sont, pour partir des photos célèbres de grands maîtres, les points communs entre le noir et blanc de Moriyama et le noir et blanc de Doisneau, à part le noir et blanc?

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 055
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #4 le: septembre 05, 2019, 19:07:09 »
Je reviens sous un "autre angle" sur la photo de rue.
J'ai passé pas mal d'heures à regarder photographes pro contemporain ou amateurs sur flickr ou ailleurs. Aucune statistique n’existe bien sur mais je constate que la grande majorité des photos sont en N&B

Bonjour,
C'est pour moi un "effet de mode culturel"

Mode parce que c'est un mimétisme : les autres font de la photo de rue en N&B donc je fais de la photo de rue en N&B.
Culturel parce que la photo de rue est un domaine ou nombre de photographes français se sont exprimés et on est dans la lignée.

Il n'y a rien de péjoratif dans cette "vision" : c'est juste un constat que je fais.

Pour exemple https://www.flickr.com/photos/145105299 [at] N08/34682104880/ ce cliché que j'adore, pourquoi est -il en noir et blanc ?  Parce que la couleur ne sert à rien ? ou parce que la photo magnifie le sujet (je ne pense pas !) ?
HCB s'est exprimé en N&B parce que c'était l'époque...

Il s'est exprimé en N&B parce que :"Cartier-Bresson n'aime pas la photographie en couleurs, il ne la pratique que par nécessité professionnelle. Contrairement aux pellicules noir et blanc, dont la sensibilité relativement élevée permet au chasseur photographe de tirer au bon moment, les pellicules couleur, beaucoup plus lentes, sont d'un usage contraignant. De plus, alors que le photographe dispose en noir et blanc d'une large gamme de gris permettant de traduire toutes les nuances de valeurs (degrés d'intensité lumineuse), les valeurs qu'offrent les pellicules trichromes sont, pour Cartier-Bresson, beaucoup trop éloignées de la réalité"

Autrement dit, les films couleurs de l'époque ne lui permettaient pas de photographier comme il entendait le faire (doux euphémisme) ;-) Donc, son choix est au moins en partie guidé par les contraintes de l'époque.

Les photos en couleur existent la plupart du temps quand il y a un rappel de couleur, par exemple une devanture de magasin rouge et une personne en pull rouge qui passe devant. Évidemment, je généralise et caricature mais quand même, faites l'exercice et dites moi si vous avez le même sentiment ?

Saul Leiter pour sa part a aussi bien travaillé en N&B qu'en couleurs. Avec les contraintes détestées par HCB... Le truc c'est que quand il fait de la couleur, c'est pour la couleur. Le sujet pourrait presque passer pour secondaire.

Donc en résumé :
- Partagez vous ce constat ?
- Le noir et blanc se prete t il mieux à la photo de rue pour limiter la "complexité" par construction de ce type de photo ? (il y a toujours une multitude de couleurs et un environnement plutôt chargé)
- d'autres raisons ? genre rattraper une photo pas convaincante ?
- Je trouve la question (surement traitée 1000 fois) intéressante !

En résumé ?

Non
Non
Non
Oui !

Je pense que vous prenez le problème dans le mauvais sens. Autrement dit, vous partez du résultat pour tenter d'expliquer l'action.

Si vous vous positionnez en termes de "projet" ; alors, naturellement, celui-ci devrait amener à la conséquence qui sera le choix du moyen.

Si vous dites comme Saul Leiter "je m'intéresse au rouge et au jaune" ; pas une seconde vous envisagez de traduire cela en N&B.
Si votre projet est de raconter une histoire de lumière ; alors, naturellement, vous vous dites qu'évacuer la couleur vous permettra de mieux guider l'attention de l'observateur.
Si votre projet est de raconter une histoire en une seule image ; vous pouvez le faire en N&B ou en couleur, mais en le faisant en N&B, vous focalisez l'attention de l'observateur sur le sujet : l'histoire que vous racontez. Vous retirez tout ce qui peut distraire.

Je crois que le mot "photographie de rue" est aujourd'hui un grand fourre-tout où tant que c'est en N&B, que cela se passe en ville, qu'il y a un (ou +) personnage on peut se proclamer artiste.
La photo que vous montrez est, à mes yeux, ratée. On ne sait pas bien si le personnage regarde la pub ou le distributeur, son visage est dans l'ombre et n'exprime rien.

Eut-il été surpris de se faire attraper à cet endroit, eussions-vu un regard libidineux à l'idée des cochoncetés auxquelles il entend se livrer que l'image aurait été vraiment plus forte. Mais là... pas grand chose, ou juste, avec un effort d'imagination, la question de savoir qui peut bien vouloir du ventripotent ;-)

Pour moi, une photographie de rue c'est une image unique qui raconte une histoire, qui met en relation un personnage avec le fond, qui finalement, invite à se questionner ou rire ou tout autre forme de sentiment et de réaction.

Le moyen pour y parvenir ne compte pas.

J

pichta84

  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 203
    • Photo 2 boîtiers en écharpe
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #5 le: septembre 05, 2019, 20:35:17 »

- Le noir et blanc se prete t il mieux à la photo de rue pour limiter la "complexité" par construction de ce type de photo ?

NON!

Il y a plusieurs raisons à l'utilisation du N&B citées précédemment par Ventdesable. Pour précision, il y a eu 2 attitudes face à l'apparition de la couleur :
1) Les artistes qui faisaient de la photo de rue depuis de nombreuses années, ne voulaient pas être "confondus" avec les amateurs et touristes qui se sont rués sur la couleurs (on ne mélange pas les torchons et les serviettes). Par la suite, les amateurs expérimentés ont considéré que ça faisait plus "pro" d'utiliser le N&B (par ailleurs, une infime minorité d'amateurs disposait d'un labo couleur argentique). C'est le courant majeur.
2) A titre d'exemple, dés les années 50 la photographe de rue, Helen Levitt, décide de prendre des cours pour utiliser la couleur. Bien que membre de l'agence Magnum et coachée par Henri Cartier Bresson, on en a jamais parlé, parce que probablement c'était une femme (donc considérée comme une "artiste" de seconde zone). C'est 10 ans après sa mort que les Rencontre d'Arles daigne lui rendre hommage.

Non, mille fois non, le N&B n'a rien a voir avec la photo de rue, si ce n'est que par des photographes qui se la pètent.

Le N&B peut être utilisé en numérique pour ce qu'il est : des traitements particuliers facilitent considérablement la mise en relief, l'atténuation ou la mise en valeur de certains objets, la conduite du regard du spectateur etc... D'ailleurs il me semble particulièrement "éducatif" de commencer par le N&B pour utiliser ces divers techniques, c'est plus simple qu'en couleur.

ChatOuille

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 287
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #6 le: septembre 06, 2019, 00:27:07 »
NON!
Non, mille fois non, le N&B n'a rien a voir avec la photo de rue, si ce n'est que par des photographes qui se la pètent.

C’est ce que je dis depuis le début.
Je ne vois pas directement de lien entre la photo de rue et le N&B.

Et n’oublions pas non plus Ansel Adams. Il faisait des merveilles bien qu’avec aucun rapport avec la photo de rue.

Et les photographes de l’époque comme HCB préféraient le N&B pour les raisons que tu évoques, et avec le N&B on pouvait faire des merveilles dans le labo, ce qui n’était pas possible en couleur. Je pense que bien que HCB avait refusé de faire de la couleur de son vivant, s’il vivait encore il ferait aussi de la couleur car maintenant les possibilités de traitement sont énormes. A moins qu’il aurait refusé le numérique, mais je ne crois pas. Au début de la technologie numérique (les années 90), beaucoup de photographes refusaient cette nouvelle technique et ils ne croyaient pas à son avenir. Pourtant actuellement, combien de photographes ne jurent que pour l’argentique ? Cela n’empêche que l’argentique peut persister malgré son déclin. Je m’émerveille aussi devant un daguerréotype, mais on ne sait plus les faire, et si on pouvait, sur Instagram on ne verrait pas sa qualité.

gaspardetmila

  • Très actif
  • *
  • Messages: 331
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #7 le: septembre 06, 2019, 09:35:22 »
Merci pour toutes vos réponses.
Je reste pas trop convaincu par certaines positions. Quand on fait un panorama global des clichés (et non exhaustif bien sur) des photographes pro ou amateurs avertis, le N&B domine et il domine parce qu'il se prête plus à la photo de rue. Mis à part, c'est certain, quand la couleur est le centre du sujet.

Pour cette vision/affirmation  « Pour moi, une photographie de rue c'est une image unique qui raconte une histoire, qui met en relation un personnage avec le fond »

Que ca raconte une histoire, ok, pour le reste on ne peut pas généraliser la mise en relation d’un personnage avec le fond !
Exemple ci-dessous : c’est une photo de rue et le fond n’a aucun intérêt ! Même si il est moche ! (auto critique)

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 055
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #8 le: septembre 06, 2019, 14:52:44 »
;-)

Ah bah ce n'était pas une question... C'était une affirmation.

Vous êtes libre de penser ce que vous voulez. C'est mieux si vous argumentez, comprendre autrement qu'en parlant de photographes pro ou amateurs avertis (est-ce à dire que les amateurs non-avertis ne peuvent prétendre faire de la photo de rue ?). En donnant des exemples un peu concrets parmi les photographe dont on dira simplement qu'ils "font autorité" par leur travail publié.

Pour ce qui est de la phrase : « Pour moi, une photographie de rue c'est une image unique qui raconte une histoire, qui met en relation un personnage avec le fond » vous aurez noté qu'il n'y a pas de "et" mais une virgule. Donc, c'est plutôt à lire "et/ou".

Il se trouve que les photos de rues les plus "connues" font justement la part belle au "fond" qui appuie et/ou soutient l'histoire racontée.

Prenez par exemple le baiser de l'hotel de ville de Douasneau. Ce qui rend cette image forte ce n'est pas le fait qu'ils s'embrassent. C'est le fait qu'ils s'embrassent au milieu d'un carrefour en oubliant le monde ; il n'y a plus qu'eux. Bien qu'entourés de la foule, il n'y a qu'eux. Enlevez le carrefour, mettez à la place un champ ; que devient l'urgence  de la situation ? Elle disparaît. Que devient la fougue et la passion : elles perdent la mise en danger.

pichta84

  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 203
    • Photo 2 boîtiers en écharpe
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #9 le: septembre 06, 2019, 15:23:51 »
Bonjour,
il faut noter que "le baiser de l'hotel de ville" de Doisneau, n'est pas une "photo de rue", mais une photo mise en scène. Les deux tourtereaux qui s'embrassent sont des modèles payés par Doisneau, voir ici :  https://www.timeout.fr/paris/art/5-choses-a-savoir-sur-le-baiser-de-lhotel-de-ville-de-robert-doisneau
L'expression "photo de rue" sousentend plus ou moins que le photographe déclenche à la volée lorsque le moment lui semble opportun. Certes le cliché a bien été pris dans la rue, mais en tant que décor.
Thomas Leuthard emploie l'expression : "Candid Street Portraiture" qui fait plutôt référence au portrait, mais qui me semble plus appropriée, ou plus significative.

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 055
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #10 le: septembre 06, 2019, 15:24:11 »
Ensuite :

Sur ces images de Vivian Maier, rien que les trois premières tiennent essentiellement par la situation dans laquelle se trouvent les personnages. Les quatre dames donnent l'impression qu'elles vont être fusillées. Enlevez le mur et il n'y a plus que quatre dames. Les bonnes soeurs sont intéressantes parce qu'on imagine que leur place est plus au couvent que dans une rue. Mettez un couvent derrière et la perception change. Les trois gamins qui jouent : on est dans Harlem et l'association de Gamins + Noir + Harlem évoque toute de suite des choses. Les deux gamines, toutes petites face à l'immensité de la ville et sans doute effrayées comme peuvent l'être les enfants. Mettez-les devant le vide... Pourquoi les deux mec regardent le chien ? Parce qu'il veille son maître parti dans le magasin. Retirez le magasin et l'impact disparaît. Un peu plus loin, il y a deux portraits d'hommes. Le premier porte un béret et le second une casquette. Ce n'est plus de la photo de rue. C'est du portrait posé.

regardez cette image d'Henri Cartier Bresson : si vous retirez la tenture que reste-t-il ?

Alors oui : toutes les photos que j'ai citées sont en N&B. Mais ce n'est pas le seul point commun qu'elles ont : elles sont aussi du siècle dernier ! Et, la question que l'on pourrait se poser est : existe-t-il encore des "street-photographers" ?

Pour ma part je ne connais pas la réponse. Mais, si vous en connaissez ; je serais curieux de voir leur travail. Il existe des plasticiens, des photographes de mode, des photographes de paysage ; mais des photographes de rue connus ? Je ne sais pas. N'hésitez pas à enrichir ma petite culture.

Concernant votre image : le sujet est intéressant. La mise en scène des touristes asiatiques pour se faire photographier devant un monument (et vous noterez qu'ils sont sans doute les seuls à recourir à un photographe "accrédité"... ) : ça c'est un sujet pour une histoire en une photo.

La posture de la photographe prête à "descendre une pente enneigée bien souple sur les genoux" vole presque la vedette aux touristes.

Le truc c'est que le fond non seulement ne s'accorde pas, mais il est une gêne. Le premier plan aussi... il cache les pieds de la photographe alors que ses genoux nous y mènent tout droit. D'autre part, je ne sais que les touristes sont asiatiques que parce que vous l'avez écrit en dessous. Ah s'ils avaient été en kimono... ;-)

Le reproche que l'on peut faire à votre photo est que vous n'ayez pas écouté HCB : si votre photo n'est pas bonne c'est parce que vous n'êtes pas assez près !!! Avez-vous tourné autour du groupe ? Dans l'autre diagonale vous supprimiez la présence des barrières, leviez le doute sur l’ethnicité des touristes et mettiez en avant "toute" la photographe.

Il y a peut-être une autre raison pour ce besoin de N&B dans la photographie de rue : les photos les plus connues sont toutes du sciècle dernier comme je l'ai écrit plus haut. Cela veut aussi dire que cela fait à appel à la nostalgie. Au c'était mieux avant, les trente glorieuses etc.

Les gens s'habillaient, les gamins étaient bien coiffés, les canons et critères de l'époque sont si éloignés de nos modes actuelles qu'ils ne peuvent que susciter une vision positive.

Est-ce toujours nécessaire aujourd'hui de faire des photos de rue en N&B ? Oui si cela est adossé à un projet définissant le N&B comme medium. Sans cela... j'ai peur que le justifier par "c'est ce que les pros & amateurs avertis font" soit un tantinet... léger.

Bonne journée

J

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 055
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #11 le: septembre 06, 2019, 15:31:12 »
Bonjour,
il faut noter que "le baiser de l'hotel de ville" de Doisneau, n'est pas une "photo de rue", mais une photo mise en scène. Les deux tourtereaux qui s'embrassent sont des modèles payés par Doisneau, voir ici :  https://www.timeout.fr/paris/art/5-choses-a-savoir-sur-le-baiser-de-lhotel-de-ville-de-robert-doisneau
L'expression "photo de rue" sousentend plus ou moins que le photographe déclenche à la volée lorsque le moment lui semble opportun. Certes le cliché a bien été pris dans la rue, mais en tant que décor.
Thomas Leuthard emploie l'expression : "Candid Street Portraiture" qui fait plutôt référence au portrait, mais qui me semble plus appropriée, ou plus significative.

Je sais, mais cela a été vendu comme tel. Et comme les gens se sont précipités...

ChatOuille

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 287
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #12 le: septembre 07, 2019, 00:03:33 »
il faut noter que "le baiser de l'hotel de ville" de Doisneau, n'est pas une "photo de rue", mais une photo mise en scène. Les deux tourtereaux qui s'embrassent sont des modèles payés par Doisneau

Je savais que c’était une mise en scène, mais pas qu’ils avaient été payés. Alors… être payé pour un baiser, je veux bien.

Ceci dit, j’ai quelques photos de rue qui n’ont pas été prises à la sauvette mais les gens s’y sont prêtés. Mais je n’ai jamais payé un sous.

Je reste pas trop convaincu par certaines positions. Quand on fait un panorama global des clichés (et non exhaustif bien sur) des photographes pro ou amateurs avertis, le N&B domine et il domine parce qu'il se prête plus à la photo de rue. Mis à part, c'est certain, quand la couleur est le centre du sujet.
Pour cette vision/affirmation  « Pour moi, une photographie de rue c'est une image unique qui raconte une histoire, qui met en relation un personnage avec le fond »
Que ca raconte une histoire, ok, pour le reste on ne peut pas généraliser la mise en relation d’un personnage avec le fond !

Je n’ai pas de position car il faut voir cas par cas. Parfois la couleur apporte de l’information ou de la beauté, parfois elle dérange. Je fais les deux. Voilà deux exemples de mon travail :

fredkelder

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 109
  • Chacun sa route
    • balade-en-thailande
Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #13 le: septembre 07, 2019, 02:41:15 »
Quand on fait un panorama global des clichés (et non exhaustif bien sur) des photographes pro ou amateurs avertis, le N&B domine et il domine parce qu'il se prête plus à la photo de rue. Mis à part, c'est certain, quand la couleur est le centre du sujet.
D'une part, le noir et blanc est aussi employé en photo de mariage, de paysage, d'architecture, de portrait, de reportage... et d'autre part, je crois plutôt que c'est la couleur qui prédomine dans la production globale.
D'ailleurs, si je ne suis pas bien votre raisonnement, je ne vois pas bien non plus son utilité. Faites 1 même photo en couleur et en noir et blanc, vous verrez qu'elles fonctionnent différemment, et c'est ça qui important.
Pour le reste, il est évident que "la photo de rue en noir et blanc" des amateurs lambdas résonne avec celles des grands maîtres de la discipline. L'essentiel est que l'amateur ne perde jamais de vue que le fait d'employer une même "technique" ne lui confère pas forcément les mêmes talents.

pichta84

  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 203
    • Photo 2 boîtiers en écharpe
Re : Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #14 le: septembre 07, 2019, 11:02:10 »
D'une part, le noir et blanc est aussi employé en photo de mariage, de paysage, d'architecture, de portrait, de reportage... et d'autre part, je crois plutôt que c'est la couleur qui prédomine dans la production globale.
D'ailleurs, si je ne suis pas bien votre raisonnement, je ne vois pas bien non plus son utilité. Faites 1 même photo en couleur et en noir et blanc, vous verrez qu'elles fonctionnent différemment, et c'est ça qui important.
Pour le reste, il est évident que "la photo de rue en noir et blanc" des amateurs lambdas résonne avec celles des grands maîtres de la discipline. L'essentiel est que l'amateur ne perde jamais de vue que le fait d'employer une même "technique" ne lui confère pas forcément les mêmes talents.

+1

Pour aller un peu plus loin : je pense qu'il est un peu idiot à l'ère numérique de photographier en mode N&B (exception faite avec un Leica Monochrome) parce qu'on se prive d'une possibilité, un peu comme refuser d'enregistrer en raw. Pour a part, j'aurais carrément jeté certains clichés si je n'avais pas enregistré en Raw+Jpeg. Il me semble plus prudent de photographier en couleur puisque l'appareil est conçu pour, puis traiter ses clichés en N&B si cela apporte quelque chose. Le faire soi-même me semble important aussi, le N&B n'est pas simplement une image composée de 256 nuances de gris, d'ailleurs en argentique, cela était déjà pris en considération.

gaspardetmila

  • Très actif
  • *
  • Messages: 331
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #15 le: septembre 07, 2019, 12:54:33 »
totalement d'accord, avec le numérique, c'est inutile de prendre en mode N&B, le RAW étant l'idéal pour tester
Même si perso je ne suis pas un fou de la retouche

ChatOuille

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 287
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #16 le: septembre 08, 2019, 00:00:10 »
Il ne s’agit pas d’une retouche mais d’une conversion. Cette conversion se fait soit à la prise de vue (le film le fait ou le Leica Monochrome), soit en PT. Chaque film peut avoir une sensibilité légèrement différente pour chaque couleur. Pour nous, les utilisateurs lambda, on shoote en Raw et en PT on a la possibilité d’administrer la sensibilité pour chaque couleur.

fredkelder

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 109
  • Chacun sa route
    • balade-en-thailande
Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #17 le: septembre 08, 2019, 03:32:57 »
totalement d'accord, avec le numérique, c'est inutile de prendre en mode N&B, le RAW étant l'idéal pour tester
Même si perso je ne suis pas un fou de la retouche
...RAW que l'on peut développer aussi en JPEG dans le boîtier, modes noir et blanc qui se sont notoirement développés ces dernières années avec des filtres divers et variés et des simulations de grains argentiques (preuve s'il en était que cette palette est en vogue).

Echo

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 173
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #18 le: septembre 08, 2019, 23:44:06 »
Ha mais même en animalier le N&B rend très bien , si le sujet s'y prête. Pourquoi faire du N&B plutôt ue de la couleur parce que la plupart des gens ,ceux qui ne photographient pas, disent que les photos en N&B sont de toute façon meilleurs et de meilleurs qualité vers l'art que les photos en couleurs. Donc pour eux, toute photo en N&B sera plus digne s'intérêt qu'une en couleur et méritera d'être encadrée ,et accrochée à un mur, qu'une en couleur. ;)

Pour autant si je me souviens bien et pour reprendre l'exemple de doisneau ,cité. Il me semble que les rares clichés couleurs qu'il a fait sont dans des tons pastels qui retiennent l'attention et même la référence.

pichta84

  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 203
    • Photo 2 boîtiers en écharpe
Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #19 le: septembre 08, 2019, 23:56:00 »
Pourquoi faire du N&B plutôt ue de la couleur parce que la plupart des gens ,ceux qui ne photographient pas, disent que les photos en N&B sont de toute façon meilleurs et de meilleurs qualité vers l'art que les photos en couleurs. Donc pour eux, toute photo en N&B sera plus digne s'intérêt qu'une en couleur et méritera d'être encadrée ,et accrochée à un mur, qu'une en couleur. ;)
Comme quoi, le snobisme a encore de beaux jours devant lui...  L'univers et la bêtise humaine ont un point commun : elles sont infinies.
Précision : Echo, ce n'est pas toi qui est visé, mais les personnes dont tu parles.

fredkelder

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 109
  • Chacun sa route
    • balade-en-thailande
Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #20 le: septembre 09, 2019, 03:46:52 »
Pour autant si je me souviens bien et pour reprendre l'exemple de doisneau ,cité. Il me semble que les rares clichés couleurs qu'il a fait sont dans des tons pastels qui retiennent l'attention et même la référence.
Pas rares et pas pastels. Ses travaux noir et blanc sont bien plus célèbres et passés à la postérité, de même qu'il est plutôt considéré comme un photographe urbain alors qu'il a beaucoup photographié la ruralité.
Sans doute en raison de la nostalgie qui peut s'en dégager, le noir et blanc a longtemps "marqué une époque", en quelque sorte. Mais nous n'en sommes plus là, et quantité de photographes contemporains expriment de remarquables talents en noir et blanc. C'est simplement une autre gamme, une autre technique, et une autre lecture.
Quant à l'absence de talent, de créativité, d'originalité ou de simple savoir-faire, ou quel que soit un autre terme employé, en noir et blanc ou en couleurs, elle s'étale et se remarque tout autant. Donc je ne vois pas où est le problème. ;D

Jean-Claude

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 29 346
  • Sexe: Homme
  • Multiformats - Multimarques
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #21 le: septembre 11, 2019, 16:01:16 »
Ce que l'on appelle photo de rue est bien souvent posé chez Doisneau qui a été un grand spécialiste du posé et pas seulement pour le baiser de l'hôtel de ville.

Quand à HCB il faut bien distinguer son métier de photographe de son oeuvre.
Son métier à Magnum après guerre est constitué en majorité de diapos couleur avec pour équipement 2 boitiers, 3 focales et un flashe, qu'il disait pourtant détester.
Son oeuvre est elle en noir et blanc avec un Leica et une optique sans flashe.

J'aime bien utiliser la méthode HCB qui consiste à repérer un lieu, pour le décor qui se prête et ou il pourrait se passer quelque chose, puis d'attendre parfois longtemps, et quand quelque chose se passe réagir comme l'éclair.

Sur cette image la décor avec la voute me convenait et il y passait toujours du monde. J'étais posté à une certaine distance pour ne pas interférer avec les gens qui passent. Le cadrage était choisi, les réglages faits, il n'y avait qu'à viser et déclencher si quelque chose d'intéressant se passait.
Je m'occupais à consulter des mails sur mon phone de la main gauche avec dans la main droite le X1D et son 90mm équivalent 70mm en FF, lorsque j'entendis un bruit insolite devant moi, un gars venait de lancer en avant sur son board une amie assise dessus, là je porte le boitier à l'oeil de la main droite et je déclenche.

 Et là tout colle ce qui est statique est piqué malgré le 1/40s au 90mm MF, j'ai le flou de mouvement de ce qui bouge et l'expression différente des 3 amis répartis dans l'espace comme je l'aime.
Pour le moment je ne l'ai pas travaillée, je ne suis pas sur que le noir et blanc apporterait quelque chose à cette image.

egtegt²

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 6 285
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #22 le: septembre 11, 2019, 16:50:39 »
En dehors des considérations de mode et de snobisme, le noir et blanc apporte tout de même une distance à la réalité qui peut être intéressante. C'est pour moi le principal intérêt du noir et blanc quand j'en fais.

Jean-Claude

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 29 346
  • Sexe: Homme
  • Multiformats - Multimarques
Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #23 le: septembre 11, 2019, 20:05:26 »
Mais d'où vient cette idée qu'en argentique le n&b était flexible et la couleur ?

On peut agir sur le développement d'un film couleur, les films pros existaient en version technique très neutres, contrastés et piqués fins et en version portrait plus chauds, doux, certaines marques de papiers couleur étaient plus dures que d'autre, sous l'agrandisseur les masquages couleur se font comme en noir et blanc etc ...

NeoBeo

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 7 309
Re : Re : photos de rue, le retour ! Autre question
« Réponse #24 le: septembre 11, 2019, 20:11:19 »
En matière de photos de rue, Vivian Maier se positionne... :)