Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com


Auteur Sujet: Proposition pour enrayer la baisse du nombre d'espèces d'oiseaux et d'insectes  (Lu 2778 fois)

daguet

  • Super actif
  • *
  • Messages: 580
Irréaliste...il existe pourtant un système proche... les MAEC  (mesure agro-environnementale et climatique ) mais basé sur le volontariat.

Exemple pour les grandes cultures :
 Diversité des cultures sur les terres arables :
■ la culture majoritaire ne peut représenter plus de 60 %
en année 2 et 50 % à partir de l’année 3 ;
■ quatre cultures différentes au moins en année 2 et 5 cultures différentes à partir de l’année 3
Limitation des traitements phytos

Rémunération : dépend des régions (paramètres régionaux pris en compte pour le calcul) et du niveau d’exigence dans lequel l’agriculteur souhaite s’engager.
■ Niveau 1 : de 100 €/ha à 131 €/ha
■ Niveau 2 : de 162 €/ha à 244 €/ha

il faudrait peut être juste rendre le système obligatoire?

January

  • Super actif
  • *
  • Messages: 605
  • Sexe: Homme
Bonjour,

C'est trop tard, nous sommes dans le phase de non retour.

 [at] +

daguet

  • Super actif
  • *
  • Messages: 580
Comme dirait psbez, ton optimisme me laisse pantois...

KERARN

  • Très actif
  • *
  • Messages: 154
Bonjour,

C'est trop tard, nous sommes dans le phase de non retour.

 [at] +

Bah, comment dire, tu as vraisemblablement et surtout malheureusement raison......

wll92

  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 575
  • Sexe: Homme
Bonjour,

C'est trop tard, nous sommes dans le phase de non retour.

 [at] +
Je pense qu'il faut au contraire se battre. TOUT n'est pas perdu.

psbez

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 223
Salut à tous,
Après quelques "digressions" ne serait-il pas intéressant de revenir au sujet principal que j'avais soulevé ? Le voici :
<< C’est la société, toute entière, qui doit assumer la protection de la nature. Ce n’est pas aux agriculteurs de décider, par obligation technique, de faire des traitements avec tel ou tel produit. Je les vois, pas tous effectivement, faire des traitements qui ont des conséquences fortes sur la biodiversité : cette responsabilité est trop importante et dépasse celle de l’individu isolé. >>

SPOTMATIK

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 8 615
quand les électeurs responsables n'ont pas été foutus de lire en entier les 2 traités européens dont le dernier , pourtant refusé nous fut quand même vaseliné pour soit disant les bonnes causes , il ne faut pas s'étonner d'en subir les conséquences néfastes pour la biodiversité qu'essaye de survivre aux incendies ,marées noires , algues vertes , inondations , etc .... entre autres éruptions volcaniques incontrôlables  ;D

KERARN

  • Très actif
  • *
  • Messages: 154
Salut à tous,
Après quelques "digressions" ne serait-il pas intéressant de revenir au sujet principal que j'avais soulevé ? Le voici :
<< C’est la société, toute entière, qui doit assumer la protection de la nature. Ce n’est pas aux agriculteurs de décider, par obligation technique, de faire des traitements avec tel ou tel produit. Je les vois, pas tous effectivement, faire des traitements qui ont des conséquences fortes sur la biodiversité : cette responsabilité est trop importante et dépasse celle de l’individu isolé. >>

Pardon .....

Monte ton entreprise épandage industriel de produits phytosanitaires que la agriculteurs ne savent pas faire, avec mes impôts et tout ira bien, bon vent !!


psbez

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 223
Je pense qu'il vaut mieux clôturer ce fil..

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 677
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
On sait tous ce qui est plutôt favorable ou néfaste à la biodiversité. Malheureusement certaines choses sont devenues presque impossible à changer. Le problème c'est qu'à moyen terme, nous allons dans un mur.
L'agriculture intensive est l'un des problèmes mais autre chose est possible...
https://www.bing.com/videos/search?q=ferme+de+cagnolle&&view=detail&mid=AE07ED03BEEB31DE75EFAE07ED03BEEB31DE75EF&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3Dferme%2Bde%2Bcagnolle%26FORM%3DHDRSC3
Il faut faire avec dame nature, jamais contre elle sinon un jour ou l'autre elle envoie sa facture.
Pour en venir à l'agriculture intensive, oui jusqu'à présent cela a permis de nourrir la quantité déraisonnable d'humains habitants notre trop petite terre. jusque-là...
voir aussi Alain Peeters agroécology
https://www.facebook.com/100063596911553/videos/738217913707767
les hommes, les anges, les v..

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 63 978
  • Sexe: Homme
On sait tous ce qui est plutôt favorable ou néfaste à la biodiversité. Malheureusement certaines choses sont devenues presque impossible à changer. Le problème c'est qu'à moyen terme, nous allons dans un mur.
L'agriculture intensive est l'un des problèmes mais autre chose est possible...
https://www.bing.com/videos/search?q=ferme+de+cagnolle&&view=detail&mid=AE07ED03BEEB31DE75EFAE07ED03BEEB31DE75EF&&FORM=VRDGAR&ru=%2Fvideos%2Fsearch%3Fq%3Dferme%2Bde%2Bcagnolle%26FORM%3DHDRSC3
Il faut faire avec dame nature, jamais contre elle sinon un jour ou l'autre elle envoie sa facture.
Pour en venir à l'agriculture intensive, oui jusqu'à présent cela a permis de nourrir la quantité déraisonnable d'humains habitants notre trop petite terre. jusque-là...
voir aussi Alain Peeters agroécology
https://www.facebook.com/100063596911553/videos/738217913707767
Exactement, et encore elle nourrit très mal.
Technophile Père Siffleur

mb25

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 661
    • michel balanche photographe de nature
Dans ma region  la rémunération des agriculteurs est tres élevée. A 65 centimes d'euros le litre de lait en zone comté celà laisse des bénéfices appréciables  auxquelles s'ajoutent des primes pac montagne.
Pourtant la biodiversité est en péril. Pourquoi / parce que ce n'est jamais assez et s'il reste quelques metres carrés de friches, d'affleurements rocheux ou de zone humide il faut passer le casse cailloux et grignoter la zone humide etc.
Chez nous ce n'est pas un problème de revenus mais de volonté des acteurs du monde paysan et des politiques.  Et là rien ne bouge.
Personnellement je ne demande pas grand chose / Juste de  ne pas aller plus loin et de laisser les quelques zones encore sauvages en l'état.
mb

KERARN

  • Très actif
  • *
  • Messages: 154
Dans ma region  la rémunération des agriculteurs est tres élevée. A 65 centimes d'euros le litre de lait en zone comté celà laisse des bénéfices appréciables  auxquelles s'ajoutent des primes pac montagne.
Pourtant la biodiversité est en péril. Pourquoi / parce que ce n'est jamais assez et s'il reste quelques metres carrés de friches, d'affleurements rocheux ou de zone humide il faut passer le casse cailloux et grignoter la zone humide etc.
Chez nous ce n'est pas un problème de revenus mais de volonté des acteurs du monde paysan et des politiques.  Et là rien ne bouge.
Personnellement je ne demande pas grand chose / Juste de  ne pas aller plus loin et de laisser les quelques zones encore sauvages en l'état.
mb

Je te rejoints sur le problème de la destruction des biotopes, la terre n'est plus qu'un support "hors sol", cependant tu es hors sujet (comme moi d'ailleurs) puisque la question de l'auteur porte sur les produits phytosanitaires mal utilisés et pour lequel la création d'une entreprise privée d'épandage payée avec tes impôts semble être la solution......

""Salut à tous,
Après quelques "digressions" ne serait-il pas intéressant de revenir au sujet principal que j'avais soulevé ? Le voici :
<< C’est la société, toute entière, qui doit assumer la protection de la nature. Ce n’est pas aux agriculteurs de décider, par obligation technique, de faire des traitements avec tel ou tel produit. Je les vois, pas tous effectivement, faire des traitements qui ont des conséquences fortes sur la biodiversité : cette responsabilité est trop importante et dépasse celle de l’individu isolé. >>""

Jean-Pierre_22

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 149
  • Sexe: Homme
Ici en Bretagne  comme dans toutes les régions françaises  les cultures de betteraves fourragères pour le bétail ont totalement disparu au profit d'énormes surfaces de maïs (ce que j'appelle désert vert) . Sur ces déserts verts il n'y a aucune biodiversité ; y compris  lorsque le maïs est en fleurs ; ces fleurs ne reçoivent aucune visite d'insecte .
Alléger le traitement phytosanitaire de cette plante revient à accepter un rendement moindre

Je me souviens d'un agriculteur qui me disait voici quelques années : je cultive très peu de maïs et mes bovins sont très heureux avec mes betteraves. Mes vaches laitières en raffolent !!!  Ce raisonnement est rarissime !!!

 

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 63 978
  • Sexe: Homme
C'est une simple question de rentabilité minimale et souvent de survie.
Technophile Père Siffleur

Katana

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 6 548
    • Patrick Aubé Photographie
C'est une simple question de rentabilité minimale et souvent de survie.

Peut être, mais j'aimerais savoir si c'est aussi rentable que ça, par rapport à tout ce que demande le maïs (eau, traitement, etc...) par rapport à d'autres choses comme la betterave par exemple.

Pour la question de survie, il faudra bien que le monde agricole évolue, car les cultures actuelles ont un énorme besoin en eau, et je ne t'apprendrais pas que cette ressource va se faire de plus en plus rare et chère. Alors il va bien falloir réfléchir à des cultures moins gourmandes, parce que ça commence à coincer à droite et à gauche sur l'utilisation (sur utilisation) de l'eau.
La survie des agriculteurs passera aussi par là, qu'ils le veuillent ou non.

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 63 978
  • Sexe: Homme
Peut être, mais j'aimerais savoir si c'est aussi rentable que ça, par rapport à tout ce que demande le maïs (eau, traitement, etc...) par rapport à d'autres choses comme la betterave par exemple.

Pour la question de survie, il faudra bien que le monde agricole évolue, car les cultures actuelles ont un énorme besoin en eau, et je ne t'apprendrais pas que cette ressource va se faire de plus en plus rare et chère. Alors il va bien falloir réfléchir à des cultures moins gourmandes, parce que ça commence à coincer à droite et à gauche sur l'utilisation (sur utilisation) de l'eau.
La survie des agriculteurs passera aussi par là, qu'ils le veuillent ou non.
Il faudra certainement évoluer, mais il faudra également que les acheteurs évoluent aussi.
Contrairement aux salariés les agriculteurs ne peuvent pas se mettre en grève pour améliorer leur situation et demander en plus le paiement des jours de grève.
 S'ils veulent que leurs revenus ne diminuent pas chaque année, il leur faut produire plus et travailler plus.
C'est au consommateur de bouger en exigeant la réduction des marges de la distribution et la fin du racket permanent dont ils sont les victimes.
Technophile Père Siffleur

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 677
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
pour rester dans le domaine agricole : autre chose est possible et faisable. non au lieu de produire toujours plus, on peut produire mieux, meilleurs, ne plus gaspiller, etc.
Par contre la qualité a un prix.  il faut arrêter de vouloir pleins d'objets inutiles, consommer pour consommer et râler de devoir payer 1 e de plus pour de la nourriture de qualité (+ nutritif, meilleur pour la santé, plus de goûts, etc)
https://www.youtube.com/watch?v=T6cFPxLRkTs&t=1917s
il faut faire avec dame nature, jamais contre elle. On a fait bcp de conneries et bousillé bcp de choses.
avant l'agriculture intensive, les rendements étaient certes pas toujours très bons, mais on a maintenant des connaissances que l'on avait pas avant
les hommes, les anges, les v..

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 63 978
  • Sexe: Homme
Certes ce serait bien, mais difficile .
En très, très gros, multiplier le prix du blé par 7.

« Entre 1815 et 1940, le rendement moyen national du blé montre une progression régulière mais modeste, passant de 8-10 q/ha avant 1850 à 12-14 q/ha avant 1945. L’essentiel de cette progression est attribuable à la mécanisation des tâches, à l’amélioration des machines, à l’introduction de variétés sélectionnées, d’engrais et d’amendements minéraux.
Entre 1945 et 1995 environ, le rendement moyen des blés français a connu près d’un demi-siècle de hausse continue, passant de 14-15 q/ha à 70 q/ha. On peut rattacher cette progression considérable à la génétique qui bénéficie d’un emploi cohérent des fertilisants, des produits de protection (herbicides, fongicides et régulateurs en particulier) et du perfectionnement des méthodes de travail du sol, de semis ou de moisson.
Technophile Père Siffleur

CHENEROSEAU

  • Actif
  • *
  • Messages: 68
Nous devons :
1. diviser la population mondiale minimum par 2 ;
2. Arrêter l'étalement urbain ;
3. abandonner le modèle de la révolution industrielle ;
4. cesser de dire que nos enfants sont l'avenir de nos retraites ;
5. avoir le courage de renoncer.

Cheps

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 6 767
  • Sexe: Homme
    • Club Photo Bischoffsheim
Ne plus se laisser influencer par les lobbys de l’industrie chimique et ceux de la chasse, les 2 grands responsables de la disparition des insectes et avifaune pour le premier et les oiseaux pour le second.

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 63 978
  • Sexe: Homme
Ne plus se laisser influencer par les lobbys de l’industrie chimique et ceux de la chasse, les 2 grands responsables de la disparition des insectes et avifaune pour le premier et les oiseaux pour le second.
La chasse est certainement responsable de la disparition des insectes.
Technophile Père Siffleur

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 677
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
Le Monsieur a pourtant été clair : les oiseaux pour le second.
oui la chasse est une pression négative de plus (le plus souvent parfaitement évitable) sur l'avifaune ou la faune.
les hommes, les anges, les v..