+  Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com
|-+  [ Forum MATERIEL ]
| |-+  Forum DRONES et ACTION-CAM
| | |-+  Aide sur le choix d'un drone pour filmer en basse lumière
Identifiant
Passe
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Aide sur le choix d'un drone pour filmer en basse lumière  (Lu 2880 fois)
TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« le: Juillet 12, 2017, 20:59:37 »

Bonjour à tous,

Voilà, j'ai dans le projet de suivre une équipe de volley qui joue dans un gymnase. Or dans ces lieux fermés, la lumière n'y est jamais vraiment bonne.
Le but de la manœuvre est de pouvoir faire des films en basse lumière mais je n'espère pas de les filmer en train de jouer, je pense que j'irai au devant de grosses déceptions.
La 4K n'est pas une priorité, les films seront à disposition sur Youtube et le Full HD 1080p est largement suffisant.
Dans ma tête, je me pose les questions suivantes:
 - Quel drone à votre avis serait le mieux adapté à cette prise de vue ?
 - Un drone équipé d'une Go Pro serait suffisant ?
C'est une idée en cours, l'acquisition de ce matériel devra patienter le début de la prochaine saison en octobre et il faudra aussi le temps d'apprendre à piloter l'engin !
Signaler au modérateur   Journalisée
Crinquet80
Pilier du forum
*
Messages: 11 534



« Répondre #1 le: Juillet 12, 2017, 22:21:38 »

Es tu certain d'avoir les autorisations des équipes et autres personnes pour filmer avec un drone pendant des phases de jeu ? Perso , je n'aimerai pas ça du tout !  Choqué
Signaler au modérateur   Journalisée
TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« Répondre #2 le: Juillet 12, 2017, 23:25:56 »

Es tu certain d'avoir les autorisations des équipes et autres personnes pour filmer avec un drone pendant des phases de jeu ? Perso , je n'aimerai pas ça du tout !  Choqué
Je les photographie déjà, avec parfois les remerciements individuels du coach aux joueurs en passant par le kiné... Et les arbitres qui sont parfois de bons potes.
C'est plus aussi pour faire des vidéos d'apprentissage au volley (block, récep, passe, attaque et jeu sans ballon). La vidéo est très ludique pour les jeunes et j'ai remarqué que mes GIF animés leur étaient plus parlants qu'un long discours pour appréhender défauts et qualités de leur mouvement.
Pour le reste, j'ai les portes ouvertes chez les équipes professionnels lors des grands matchs mais au début, il n'est pas question d'utiliser le drone pendant le match ou filmer avec les équipes mais plutôt à la limite déjà faire des prises de vue sur leur public et ensuite affiner.
Chaque chose en son temps:
 - Choisir un drone pour sa maniabilité et la qualité de sa camera
 - Apprendre à le maitriser
 - Tester les prises de vue en off
 - Voir ce que ça peut donner dans un match calme
 - Abandonner si la réticence est trop forte

Entre temps j'ai fait mes devoirs, j'ai regardé quelques vidéos et les avis convergent vers les produits suivants:
 - DJI Spark (Full HD 1080p)
 - DJI Mavic Pro (4K)
 - DJI Phantom 3 (2,7K)
 - DJI Phantom 4 Pro (4K)
 - Yuneec Typhoon H (4K
D'après les vidéos en basse lumière, le DJI Phantom 4 Pro semble au dessus du lot mais le DJI Mavic Pro est 300 euros moins cher tout en proposant une qualité quasi similaire...

Je veux bien d'autres avis, je n'ai pas posé cette question pour avoir des avis de geeks mais bien d'utilisateurs réguliers de ces matériels. Les youtubeurs et autres tests, c'est bien mais ça ne veut pas dire que sur le terrain, ça serait le meilleur.
Signaler au modérateur   Journalisée
photodrone33.com
Hyper actif
*
Messages: 7 766



WWW
« Répondre #3 le: Juillet 13, 2017, 00:05:52 »


D'après les vidéos en basse lumière, le DJI Phantom 4 Pro semble au dessus du lot mais le DJI Mavic Pro est 300 euros moins cher tout en proposant une qualité quasi similaire...

Je veux bien d'autres avis, je n'ai pas posé cette question pour avoir des avis de geeks mais bien d'utilisateurs réguliers de ces matériels. Les youtubeurs et autres tests, c'est bien mais ça ne veut pas dire que sur le terrain, ça serait le meilleur.

là tu y vas un peu fort, as tu réellement vu des vidéos issues de ces 2 drones en 4K ? le P4PRO est bien au dessus...
Signaler au modérateur   Journalisée

TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« Répondre #4 le: Juillet 13, 2017, 00:13:16 »

là tu y vas un peu fort, as tu réellement vu des vidéos issues de ces 2 drones en 4K ? le P4PRO est bien au dessus...
Oui, le P4P monte en fait à 6400 ISO alors que le Mavic Pro est bloqué à 3200 ISO. Outre cette différence à ISO égaux, les deux sont très similaires, amha !
Après le fait de capturer du sport me fera monter en vitesse et là, j'ai peur que le 6400 ISO fasse surement bruiter méchamment. Mais je peux avoir tort.
Signaler au modérateur   Journalisée
photodrone33.com
Hyper actif
*
Messages: 7 766



WWW
« Répondre #5 le: Juillet 13, 2017, 08:53:05 »

Le capteur du p4pro est 5 fois plus grand que celui du Mavic.
Signaler au modérateur   Journalisée

seaseb
Actif
*
Messages: 68



WWW
« Répondre #6 le: Juillet 13, 2017, 10:08:13 »

Il faut comparer ce qui est comparable.
mavic: CMOS 1/2.3”
P4 pro/adv: CMOS 1"

Le cam du P4 a une tenue en iso sans comparaison et facile 1.5 il de dynamique en plus. Ca ne boxe absolument pas dans la même catégorie. Donc coté critère images il n'y a pas de question à se poser.

Aprés si le vol en intérieur vous dédouane des arrétés de 2015 il faudra chercher les contraintes légales correspondants à cette usage (surtt à proximité de personnes). Et en principe s'il y a du public c'est mort vous basculez dans le registre de la démonstration aérienne et il doit y avoir un filet de protection entre le public et la machine (ce qui soit dis en passant est juste une logique élémentaire). Soyez bien conscient aussi des risques sur les tiers et de la presque impossibilité de vous assurer (à moins de répondre à des règles strictes de protections des tiers inenvisageables en "reportage"). En cas de blessures cela relève trés vite du pénal (dépend de la durée de l'ITT consécutif) et ça va vite piquer au civil si pas assuré ...
Enfin sur le plan opérationnel ça ne va pas se faire tout seul non plus. Suivant la perméabilité du bâtiment aux signaux GPS, l'efficacité parfois aléatoire des capteur opto en basse lumière, les mouvement d'air dans le bâtiments (que l'on ne soupçonne pas) le pilotage va franchement pas toujours être évidents. Protection d'hélice OBLIGATOIRE pour se prémunir des chocs) . Quand en plus il s'agit de suivre une action vous pouvez oubliez de le faire seul. Tous les tournages en intérieurs que j'ai fais jusqu'ici on était 2. On préparait le plan à l'avance, j'ouvrais mon volume de vol progressivement pour "tater" l’environnement et les effets de sol, je faisais la trajectoire plusieurs fois et la personne surveillait le cadre et me disait si c'était bon ou non et ce qu'il fallait corriger. Quand on perd le GPS et que l'assistance opto déraille on se retrouve en ATTI simple et la machine est une savonnette qu'il ne faut pas lâcher des yeux un instant. Le nez sur l’écran on ne voit que le secteur 90° avant et la stab nacelle filtre la notion de prise d'inclinaison et donc de vitesse sans compter une trés mauvaise perceptions des distances relative. On perd conscience de l'environnement spatiale de la machine en quelques secondes ce qui est ultra-dangereux en intérieur avec la multitudes d'obstacles potentiels.

Donc en qualité d'image ne vous posez pas de questions, P4 pro ou ADV le reste est loin derrière. Sur le coté pratique et de l'acceptation par le public un mavic fera moins peur et sera moins bruyant. Oubliez le spark, nacelle 2 axes seulement, Thyphoon H trop gros, P3 assistance opto et anti-colission moins bonne/absente)
A titre perso je vous déconseillerais instamment ce genre d'usage en solo et à proscrire complètement en présence de public (autres que les 2 équipes).
Signaler au modérateur   Journalisée

animaux, sépia, sports et nature
http://www.meys-photo.fr
TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« Répondre #7 le: Juillet 13, 2017, 11:03:00 »

Le capteur du p4pro est 5 fois plus grand que celui du Mavic.
Ah au temps pour moi. J'avais cru que c'était les mêmes caméras embarquées.

Il faut comparer ce qui est comparable.
mavic: CMOS 1/2.3”
P4 pro/adv: CMOS 1"
Effectivement, mon habitude est de comparer les capteurs mais je n'avais pas les bonnes informations en main.
Et aussi un grand merci pour les conseils qui ont suivi autant en sécurité (c'est une priorité évidemment) qu'en pilotage en intérieur. Je verrai déjà ce que je vaux en intérieur et ensuite avec un minimum de maitrise, je tenterai les prises de vue avec les entrainements des séniors sans ballon (et oui au volley, y'a pas que le jeu avec le ballon qui compte, on apprend à se déplacer et aussi on développe le physique).
Signaler au modérateur   Journalisée
photodrone33.com
Hyper actif
*
Messages: 7 766



WWW
« Répondre #8 le: Juillet 13, 2017, 11:32:22 »

J'ai réalisé quelques essais avec le p4pro en intérieur chez moi et il se débrouille pas mal du tout le tout en atti donc sans aucune assistance satellite. Bien sûr personne à proximité ça va de soit, beaucoup trop risqué. Ne pas chercher à passer une porte mais on peut le faire se déplacer assez facilement.
Signaler au modérateur   Journalisée

TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« Répondre #9 le: Juillet 13, 2017, 11:56:01 »

J'ai réalisé quelques essais avec le p4pro en intérieur chez moi et il se débrouille pas mal du tout le tout en atti donc sans aucune assistance satellite. Bien sûr personne à proximité ça va de soit, beaucoup trop risqué. Ne pas chercher à passer une porte mais on peut le faire se déplacer assez facilement.
Et une question qui me semble importante: le mécanisme anticollision est très réactif ?
En tout cas, en vidéo extérieur, il a l'air efficace.
Signaler au modérateur   Journalisée
Negens
Super actif
*
Messages: 1 590


« Répondre #10 le: Juillet 16, 2017, 16:55:58 »

Heu, attention, le survol de personnes est interdit en drone en amateur, en professionnel scénarios S1, S2 et S4.

Il est extrêmement contrôlé en scénario S3 (As tu l'homologation S3 de la DGAC ? ). C'est à dire que chaque personne qui sera dans la zone d'opération doit spécifier par lettre écrite que sa présence dans la zone d'opération du drone sera dans l'activité particulière du tournage.
Pour être homologué S3, il faut passer le théorique ULM ou avion, déclarer son drone pour voir si il est homologué, rédiger le manuel d'activités particulières qui fait une cinquantaine de pages et qui est très rigoureux, faire une déclaration de compétence (DNC) avec les formations de pilotage suivies, souscrire à une assurance spécifique.
Le tournage doit être préalablement déclaré à la DGAC en déclarant quelles seront les moyens de sécurisation de la zone d'opération. La DGAC préviendra alors la préfecture pour autoriser le tournage si tout est OK.

Si tu filmes un entrainement ou un tournoi, cela ne rentre plus dans le cadre de l'activité particulière et tu te mets hors la loi. L'activité des joueuses doit être exclusivement le tournage.

Si il y a un ou plusieurs blessés à cause d'un crash ou d'une hélice, sans l'homologation, la déclaration d'activité particulière et sans l'assurance civile spécifique à l'opération du drone, tu va au devant de très graves problèmes.
Je rappelle qu'un quadcoptère, ce sont 4 hachoirs à viandes en déplacement.

Et il faut apprendre à piloter en mode manuel au cas où tes baromètres/compas/gps/altimètres tombent en rade (Parce que là, finis la stabilisation ou le maintien d'altitude et crois-moi, c'est très dur à manœuvrer).
Ce n'est pas que je veuille faire mon rabat-joie, mais un drone, c'est RÉELLEMENT dangereux; et donc très réglementé en France.
Imaginez la suite sur une jugulaire... Ne mettez pas autrui en danger svp :

Signaler au modérateur   Journalisée
Eric 02
Super actif
*
Messages: 745


« Répondre #11 le: Juillet 16, 2017, 19:32:48 »

Bon, il va falloir faire de la même façon que sur les paquets de cigarettes.
Sur chaque face de la boite du drone lorsque tu l'achètes, il y aura une photo d'une blessure grave et même d'une amputation sur la face supérieure.
Lorsque tu allumeras la radiocommande, il y aura aussi des photos de blessures avec le message suivant: VOLER TUE.
Cela devrait aider les inconscients à mieux appréhender le risque.
Eric 02
Signaler au modérateur   Journalisée
TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« Répondre #12 le: Juillet 16, 2017, 21:14:22 »

J'ai une légère expérience en hélicoptère (avec des petits Raptors) en RC. Les drones ne sont pas que des jouets, ce sont des appareils qui sont anxiogènes en plus pour les autorités publiques. Cela me rappelle que c'est pour cela que mes amis avaient arrêté de piloter sur des coins publiques et que j'ai d'autant pas poursuivi ce hobby.
Le but est de faire des images sympas, pas de vivre dangereusement. Ca retardera d'autant la mise en pratique pendant un match et s'il faut une saison pour maîtriser la bête et mériter toutes les autorisations, il faudra prendre ce temps a minima. Je comprends tout à fait et je ne compte pas griller les étapes.
En tout cas, ces interventions sont importantes, merci.
Signaler au modérateur   Journalisée
Negens
Super actif
*
Messages: 1 590


« Répondre #13 le: Juillet 16, 2017, 21:40:06 »

Lorsque tu allumeras la radiocommande, il y aura aussi des photos de blessures avec le message suivant: VOLER TUE.
Cela devrait aider les inconscients à mieux appréhender le risque.
Eric 02

Quand je vois le nombre impressionnant de crashes et de Fly aways d'inconscients qui essaient de faire voler leur dernier craquage de Noel, je me demande si ce ne serait pas mieux. Mais surtout parce que beaucoup de personnes ne savent pas ! Ils voient ça juste comme un jouet inoffensif, un peu comme le gamin à qui on offre un scooter 50 et qui n'a jamais été sur la circulation avant et n'aurait jamais eu de sensibilisation à la sécurité routière

Et un drone multirotors, contrairement à une voilure fixe, une fois les moteurs coupés, perd sa portance brutalement et tombe à pic. Et leurs hélices n'étant pas à pas variable, il n'y a aucune chance de limiter les dégâts avec une autorotation.
Un objet < 2Kg qui tombe de 150m (hauteur maximale autorisée en France) sur la tête de quelqu'un, compte-tenu de l'accélération, c'est potentiellement fatal.

Eviter les accidents permet aux autorités (DGAC, DSAC et législateurs) de ne pas restreindre d'avantage une législation déjà très restrictive.
En faisant de la prévention parmi nous, nous pouvons leur prouver que nous sommes conscients et responsables. C'est comme cela que nous pourrons éventuellement obtenir une législation un peu plus souple.
Signaler au modérateur   Journalisée
Negens
Super actif
*
Messages: 1 590


« Répondre #14 le: Juillet 16, 2017, 21:44:31 »

J'ai une légère expérience en hélicoptère (avec des petits Raptors) en RC. Les drones ne sont pas que des jouets, ce sont des appareils qui sont anxiogènes en plus pour les autorités publiques. Cela me rappelle que c'est pour cela que mes amis avaient arrêté de piloter sur des coins publiques et que j'ai d'autant pas poursuivi ce hobby.
Le but est de faire des images sympas, pas de vivre dangereusement. Ca retardera d'autant la mise en pratique pendant un match et s'il faut une saison pour maîtriser la bête et mériter toutes les autorisations, il faudra prendre ce temps a minima. Je comprends tout à fait et je ne compte pas griller les étapes.
En tout cas, ces interventions sont importantes, merci.

L'ouvrage de référence pour se former au théorique ULM est "Le manuel pratique du pilote ULM" actuellement à sa 12ème édition. Clin d'oeil
De ce que j'en ai entendu, en bachotant 2 mois à raison de 2h minimum par jour, et en faisant beaucoup de QCM (il y en a plein en ligne), on obtient les bases requises pour l'épreuve.
C'est un QCM de 40 questions et il faut 75% de bonnes réponses.

J'ai décidé il y a à peine quelques jours de m'y préparer aussi. Clin d'oeil
Signaler au modérateur   Journalisée
seaseb
Actif
*
Messages: 68



WWW
« Répondre #15 le: Juillet 17, 2017, 09:21:31 »

Petit rappel législatif, les vols envisagés ici sont des vols en intérieurs. Ils n'entrent pas dans le cadre de la réglementation drone courante. Vous pouvez donc remisez les arrêtés de 2015 et leurs cortège de contraintes (théorique ULM, scenario d'usage, etc etc).
L’arrêté aéronef précise clairement qu'il ne s'applique pas "aux aéronefs utilisés à l’intérieur d’espaces clos et couverts."
Et l’arrêté espace qui détermine les règles d'insertion dans l’espace aérien est logiquement non applicable.
Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de règles (spécialement en considérant la proximité des tiers et la présence possible de public) mais il faut chercher ailleurs. De mémoire on rentre alors dans le cadre des manifestations aériennes public en cas particulier de vol intérieur mais sans garanties cela mérite une étude approfondie des règles et contraintes propres à ce genre d'activité.
Signaler au modérateur   Journalisée

animaux, sépia, sports et nature
http://www.meys-photo.fr
Jean-Etienne V
Hyper actif
*
Messages: 3 741



« Répondre #16 le: Juillet 17, 2017, 10:19:16 »

Heu, attention, le survol de personnes est interdit en drone en amateur, en professionnel scénarios S1, S2 et S4.

Il est extrêmement contrôlé en scénario S3 (As tu l'homologation S3 de la DGAC ? ). C'est à dire que chaque personne qui sera dans la zone d'opération doit spécifier par lettre écrite que sa présence dans la zone d'opération du drone sera dans l'activité particulière du tournage.
Pour être homologué S3, il faut passer le théorique ULM ou avion, déclarer son drone pour voir si il est homologué, rédiger le manuel d'activités particulières qui fait une cinquantaine de pages et qui est très rigoureux, faire une déclaration de compétence (DNC) avec les formations de pilotage suivies, souscrire à une assurance spécifique.
Le tournage doit être préalablement déclaré à la DGAC en déclarant quelles seront les moyens de sécurisation de la zone d'opération. La DGAC préviendra alors la préfecture pour autoriser le tournage si tout est OK.

Si tu filmes un entrainement ou un tournoi, cela ne rentre plus dans le cadre de l'activité particulière et tu te mets hors la loi. L'activité des joueuses doit être exclusivement le tournage.

Si il y a un ou plusieurs blessés à cause d'un crash ou d'une hélice, sans l'homologation, la déclaration d'activité particulière et sans l'assurance civile spécifique à l'opération du drone, tu va au devant de très graves problèmes.
Je rappelle qu'un quadcoptère, ce sont 4 hachoirs à viandes en déplacement.

Et il faut apprendre à piloter en mode manuel au cas où tes baromètres/compas/gps/altimètres tombent en rade (Parce que là, finis la stabilisation ou le maintien d'altitude et crois-moi, c'est très dur à manœuvrer).
Ce n'est pas que je veuille faire mon rabat-joie, mais un drone, c'est RÉELLEMENT dangereux; et donc très réglementé en France.
Imaginez la suite sur une jugulaire... Ne mettez pas autrui en danger svp :



Très bonne analyse sur la sécurité des personnes.
Malheureusement, toutes ces règles sont loin d'être toujours respectées, notamment la spécification écrite de chaque personne survolée.
D'accord également avec la nécessité de savoir piloter en mode manuel (j'y reviens un peu plus bas).
Pour ce qui est des images de blessures, tu es resté très très soft : elles sont parfois bien pires !

[...]
Le but est de faire des images sympas, pas de vivre dangereusement.
[...]

Exact !
Mais la différence entre les deux tient à très peu de choses.
Un évènement inattendu, l'attitude d'une personne extérieure, un gros coup de vent, une panne comme l'a évoqué plus haut Negens, ...
Des tas de choses peuvent rapidement transformer la prise d'image sympas en accident et le minimum est de parfaitement contrôler son engin, y compris en manuel.
Le gros problème des appareils RTF est qu'ils ne nécessitent aucune connaissance du fonctionnement de l'engin et que le maniement en est tellement simple que l'on se sent immédiatement en confiance.
Et cet excès de confiance, rajouté à un incident de fonctionnement, peut conduire rapidement à l'accident.
Signaler au modérateur   Journalisée

Je ne tolère l'intolérance...
Negens
Super actif
*
Messages: 1 590


« Répondre #17 le: Juillet 17, 2017, 20:10:49 »

Petit rappel législatif, les vols envisagés ici sont des vols en intérieurs. Ils n'entrent pas dans le cadre de la réglementation drone courante. Vous pouvez donc remisez les arrêtés de 2015 et leurs cortège de contraintes (théorique ULM, scenario d'usage, etc etc).
L’arrêté aéronef précise clairement qu'il ne s'applique pas "aux aéronefs utilisés à l’intérieur d’espaces clos et couverts."
Et l’arrêté espace qui détermine les règles d'insertion dans l’espace aérien est logiquement non applicable.
Cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de règles (spécialement en considérant la proximité des tiers et la présence possible de public) mais il faut chercher ailleurs. De mémoire on rentre alors dans le cadre des manifestations aériennes public en cas particulier de vol intérieur mais sans garanties cela mérite une étude approfondie des règles et contraintes propres à ce genre d'activité.


En effet, c'est exact, vous avez raison ! Il y a là un vide juridique, et on doit compter sur le bon sens.
Signaler au modérateur   Journalisée
EscapeLand
Discret
*
Messages: 2


« Répondre #18 le: Juillet 18, 2017, 09:48:54 »

Très honnêtement, pour ce genre d’événement, j’opterais plus pour un système sur câble.
Moins de liberté de mouvement c'est sur, mais moins de risque. (Nacelle sur un câble + ligne de vie)
Et là encore, il faut aussi être à deux. Un pour faire les aller retour sur le câble et suivre le jeux et un pour s'occuper du cadrage avec le gimbal et le zoom pilotable a distance.

Signaler au modérateur   Journalisée
zoxygen
Discret
*
Messages: 22


« Répondre #19 le: Juillet 20, 2017, 10:01:13 »

Bon, il va falloir faire de la même façon que sur les paquets de cigarettes.
Sur chaque face de la boite du drone lorsque tu l'achètes, il y aura une photo d'une blessure grave et même d'une amputation sur la face supérieure.
Lorsque tu allumeras la radiocommande, il y aura aussi des photos de blessures avec le message suivant: VOLER TUE.
Cela devrait aider les inconscients à mieux appréhender le risque.
Eric 02

C'est facile de faire de l'ironie. J'ai vu une personne se faire tailler la joue et c'est pas beau à voir. Il venait de mettre en route son Phantom 3. Il l'a mis en vol automatique, l'a monté à 1,50 m, lui a fait faire 2 ou 3 avant-arrière et il se l'est pris dans la figure en le faisant revenir. Même pas 20 secondes de vol et emmené à l'hopital.

Alors, rigole, mais les protections d'hélices devraient être obligatoires et ne devraient pouvoir être démontées qu'àprès 10 heures de vol sans accident!
Signaler au modérateur   Journalisée
TomZeCat
Pilier du forum
*
Messages: 15 637



« Répondre #20 le: Juillet 20, 2017, 10:37:56 »

C'est facile de faire de l'ironie. J'ai vu une personne se faire tailler la joue et c'est pas beau à voir. Il venait de mettre en route son Phantom 3. Il l'a mis en vol automatique, l'a monté à 1,50 m, lui a fait faire 2 ou 3 avant-arrière et il se l'est pris dans la figure en le faisant revenir. Même pas 20 secondes de vol et emmené à l'hopital.

Alors, rigole, mais les protections d'hélices devraient être obligatoires et ne devraient pouvoir être démontées qu'àprès 10 heures de vol sans accident!
Du calme, du calme, la sécurité des personnes, hommes, femmes, enfants voire des animaux est importante. Cette problématique existe déjà depuis très longtemps avec les hélicoptères RC (Radio-Commandé).
Après le second degré ou le troisième degré ne nuit pas et parfois sensibilise les esprits les plus intelligents.
Mais je suis étonné pour avoir vu quelques vidéos:
 - Que les drones ne soient pas mieux designés pour protéger les hélices
 - Que les drones fassent autant de bruit alors qu'il y a moyen de faire plus silencieux
Par contre, les capteurs anti collision, la stabilité, l'autonomie a beaucoup évolué dans le bon sens.
Signaler au modérateur   Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à: