Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com

Auteur Sujet: Utilisation d un posemetre  (Lu 4261 fois)

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Utilisation d un posemetre
« le: septembre 28, 2017, 15:33:18 »
Salut

Mon utilisation :argentique pour du portrait en pied ou rapproché, pour de la photo de rue et en numérique aussi.
 
Concernant l utilisation, il y a une scène typique qui est un bon cas d école je pense : le portrait a côté dune fenêtre.
Il faut diriger le dôme vers la source de lumière; Donc vers la fenêtre. La photo sera t elle correctement exposée ? En théorie oui ?
J ai vu un photographe dans cette situation utiliser la sekonic 358, dôme "in" et faire des mesure vers l appareil photo tantôt sur la partie clair du visage et sur la partie sombre.
La 358 permet de faire une moyenne je crois. Il privilégiait quand même la partie clair.
La 358 semble vraiment très complète et didactique, mais a t on besoin de toutes ces fonctions ?
Autre question : l utilisation en lumière réfléchie a t elle un interet et un sens ?
On acheté un posemetre pour faire des mesures en lumière incidente pour justement pallier aux problèmes de la mesure reflechie; quoiqu il est apparemment utile d interpréter aussi la mesure incidente...

Autre cas de figure : une scène de rue. Ici il n y a pas sujet proche. Pour peu que la lumière ne soit pas uniforme , Comment s y prendre ?

Enfin, question sur le choix de la cellule: l308s 358 ou une autre . Budget 200e max

Merci

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #1 le: septembre 28, 2017, 19:36:47 »
Salut

Mon utilisation :argentique pour du portrait en pied ou rapproché, pour de la photo de rue et en numérique aussi.
 
Concernant l utilisation, il y a une scène typique qui est un bon cas d école je pense : le portrait a côté dune fenêtre.
Il faut diriger le dôme vers la source de lumière; Donc vers la fenêtre. La photo sera t elle correctement exposée ? En théorie oui ?
J ai vu un photographe dans cette situation utiliser la sekonic 358, dôme "in" et faire des mesure vers l appareil photo tantôt sur la partie clair du visage et sur la partie sombre.
La 358 permet de faire une moyenne je crois. Il privilégiait quand même la partie clair.
La 358 semble vraiment très complète et didactique, mais a t on besoin de toutes ces fonctions ?
Autre question : l utilisation en lumière réfléchie a t elle un interet et un sens ?
On acheté un posemetre pour faire des mesures en lumière incidente pour justement pallier aux problèmes de la mesure reflechie; quoiqu il est apparemment utile d interpréter aussi la mesure incidente...

Autre cas de figure : une scène de rue. Ici il n y a pas sujet proche. Pour peu que la lumière ne soit pas uniforme , Comment s y prendre ?

Enfin, question sur le choix de la cellule: l308s 358 ou une autre . Budget 200e max

Merci


Citer
Autre question : l utilisation en lumière réfléchie a t elle un interet et un sens ?

Autre réponse : l'utilisation de la mesure incidente a-t-elle un intérêt et un sens ?

Ce sont deux choses différentes. Pour les deux types de mesure, l'idée de moyenne est juste... idiote.

Pour la scène de rue : si vous faites une mesure incidente vous mesurez la lumière qui tombe sur la scène. autrement dit, vous vous mettez au niveau du sujet et vous mesurez la lumière qui vous arrive. La restitution de votre image sera fonction de la capacité de votre support sensible à encaisser les contrastes.

Si vous faites une mesure réfléchie, en fonction de votre support sensible vous mesurez soit les ombres que vous voulez voir détaillées (typiquement pour le N&B) et vous exposez en conséquence. Soit les hautes lumières que vous voulez voire protégées (typiquement pour la diapo et les apn) et vous exposez en conséquence.

Citer
J ai vu un photographe dans cette situation utiliser la sekonic 358, dôme "in" et faire des mesure vers l appareil photo tantôt sur la partie clair du visage et sur la partie sombre.
La 358 permet de faire une moyenne je crois. Il privilégiait quand même la partie clair.

Vous avez vu un photographe qui ne maîtrise pas ses mesures ou au mieux qui contrôle l'écart qu'il y a entre ces deux extrêmes. Faire plusieurs mesures en incidente n'a pas de sens : c'est toujours la même source (et ici il n'y a pas de flash). Et, ce qui est certain, c'est qu'il doit avoir utilisé les données issues de la mesure de la fenêtre. C'est peut-être ce que vous voulez dire dans votre dernière phrase.

Pour revenir sur l'idée de moyenne : pourquoi faire une moyenne ? Vous avez des valeurs extrêmes. Parfois, parce qu'il y a trop de contraste, il vous faudra choisir : préserver les hautes lumières ou trouver du détail dans les ombres. Si vous choisissez la moyenne : vous choisissez de ne pas choisir et vous coupez les deux extrémités : le détail des ombres et la protection des hautes lumières. Une moyenne est absurde.

Je ne suis pas un tenant de la mesure incidente. Mais il parait qu'elle fonctionne. Faut juste la respecter.
Je suis un tenant de la mesure réfléchie sélective (spot) et elle fonctionne très bien.

J

PhillippeB

  • Actif
  • *
  • Messages: 85
    • Flick
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #2 le: septembre 28, 2017, 23:14:13 »
Perso j'utilise la mesure incidente ,j'habite dans le sud,je ne photographie pratiquement que quand il y a du soleil et donc souvent de grands contrastes.
Ne vous en déplaise VentdeSable,je fais parfois deux mesures en incidente,non par fantaisie mais par expérience après divers échecs .
Vous dites que vous ne pratiquez pas la mesure incidente,mais puisque vous êtes un grand théoricien il vous suffit de réfléchir juste un peu pour comprendre pourquoi.
Je lis souvent vos cours et longues leçons ,surtout ici et dans la rubrique scanner.
Très bien Monsieur le Professeur,mais j'aimerais savoir où l'on peut admirer vos oeuvres,
nul doute qu'on perd beaucoup .
Je ne suis qu'un tout petit amateur qui n'aime guère la théorie et préfère apprendre directement sur le terrain et des photos des maitres.
Mais nul doute que je ne serai pas le seul à admirer vos photographies.
Merci de nous faire parvenir un lien.

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #3 le: septembre 28, 2017, 23:34:07 »

Je ne suis pas un tenant de la mesure incidente. Mais il parait qu'elle fonctionne. Faut juste la respecter.
Je suis un tenant de la mesure réfléchie sélective (spot) et elle fonctionne très bien.

J

Citer
Ne vous en déplaise VentdeSable,je fais parfois deux mesures en incidente,non par fantaisie mais par expérience après divers échecs .

;-)

CQFD !

C'est assez bref ?

J

PhillippeB

  • Actif
  • *
  • Messages: 85
    • Flick
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #4 le: septembre 29, 2017, 00:20:33 »
Je n'attendais pas réponse pour la première partie de mon post .

Par contre je ne vois toujours pas de réponse à ma question:où peut-on voir les photos de Ventdesable?

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #5 le: septembre 29, 2017, 15:38:32 »
Je ne pense pas que le photographe dont je parle soit un blaireau  :) ces photos parlent pour lui en tous cas
moi aussi ca m a un peu choqué cette histoire de moyenne en mesure incidente, mais bon
Vos mesure en spot m interesse. cLairement je ne maitrisse pas bien les differents modes de mesures. A part pour les contres jours je sais que selon la difference de luminosite entre le sujet et le fond il faut recentrer la mesure...et que la mesure evaluative couvre 80% des sujets. C est la toute mes connaissance en la matiere, et bien sur qu il faut surex ou sous ex si le sujet et clair ou sombre.
Je sais aussi que les pros utilisent beaucoup la mesure spot.
Donc, cmment procedez vous ? ici il faut bien faire une moyenne, a moins de visée le fameux 18% , qui franchement est compliqué a trouver
J'ai un eos3, dont je vais me servir ce we. J'ai decouvert qu il peut faire une moyenne de 3 mesure spot ! ombre, moyenne, haute lumiere. Mais le resultat est identique a une mesure evaluative ...c est un peu logique d ailleur, mais du coup je ne vois pas trop l interet. Peut etre peut on faire la moyenne entre deux valeurs ? Ou le mieux est peut etre de faire ca soit meme. On vise differentes valeures et on se fait une idee

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #6 le: septembre 30, 2017, 16:22:17 »
;-)

Je n'ai pas dit qu'il était un blaireau. J'ai dit que soit il ne savait pas utiliser son posemètre (ce qui est le cas s'il tente de faire une interprétation des deux mesures) soit il cherchait juste à avoir une idée du contraste de la scène. Auquel cas... il sait utiliser mais pas communiquer les raisons de sa deuxième mesure et vous avez alors du mal à interpréter ce qu'il s'est passé.

Nonobstant l'opinion arrêtée de l'autre intervenant qui semble ne pas avoir compris ses errements, on va parler un peu théorie. Juste parce que ce que je fais n'intéresse personne, mais par contre si peux vous aider à tenir le bon raisonnement ; alors, vous avancerez.

De façon courte, je considère que la mesure incidente induit une acceptation et une mesure réfléchie : une interprétation.

Autrement dit, en incidente on mesure la lumière qui tombe sur la scène. On en obtient une information directement exploitable. Il ne faut pas commencer à réfléchir ; juste accepter et déclencher selon les préconisations du posemètre. Le plus souvent il fait bien son travail, mais sans contrôle de la part du photographe. L'information donnée par le posemètre est complète et finie.

C'est là où faire une deuxième mesure et "interpréter" induit nécessairement une dose d'erreur.

Une mesure réfléchie (et, tout particulièrement une mesure spot) donne une information partielle à laquelle il convient de réfléchir un instant. Selon que je mesure les ombres que je veux détaillées ou les hautes lumières que je veux préservées, l'information qui me sera donnée sera "décalée". Le résultat proposé sera celui visant à rendre la zone mesurée comme un gris à 18%. Il me faut donc alors replacer ce résultat au bon endroit.

Si j'ai mesuré les ombres ; je ne veux pas qu'elles soient au centre de l'histogramme. Je veux qu'elles soient à leur place. Soit, si je considère que je dispose de cinq diaph utiles, il me faut les décaler de deux diaph vers la gauche en fermant l'objectif ou en diminuant le temps de pose.

Si j'ai mesuré les hautes lumières ; je ne veux pas qu'elles soient au centre de l'histogramme. Je veux qu'elles soient à leur place. Soit, si je considère que je dispose de cinq diaph utiles, il me faut les décaler de deux diaph vers la droite en ouvrant l'objectif ou en diminuant le temps de pose.

Rien de très sorcier.

Cela ne fera pas gagner l'image en dynamique. Cela permettra de contrôler ce que je fais. Ce n'est en aucuns cas un outil "HDR" ;-)

Traditionnellement, avec un film négatif N&B, je vais poser pour les ombres (et développer pour les hautes lumières mais c'est la phase d'après) et les hautes lumières se placeront là où elle le pourront. Le négatif N&B étant assez tolérant, il est fréquent que l'on arrive à garder toute l'information (même si... il sera difficile de la restituer sur le papier).

Avec un film positif couleur (diapositive), ma grande crainte est de brûler les hautes lumières. Raison pour laquelle je les mesure et les place là où il le faut en ouvrant de deux diaph.

Cette correction -2 ou +2 est "la mienne" (et celle de nombres d'autres...). Vous pouvez décider de décaler un peu plus en fonction de votre support.

Ce qui est certain, c'est que c'est ce que vous allez mesurer qui sera bien calé. Le reste allant là où il peut.

Vous mesurez le visage de votre fiancée en contre-jour dans le soleil couchant, la calez à +1, elle sera bien exposée et le soleil brûlé. Vous mesurez le soleil couchant et le calez à +2 ; elle sera en ombre chinoise.

Exposer c'est choisir et, choisir c'est souvent... sacrifier. Pas votre fiancée bien sûr.

J


PhillippeB

  • Actif
  • *
  • Messages: 85
    • Flick
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #7 le: septembre 30, 2017, 23:07:22 »
Vendesable a écrit:
"Nonobstant l'opinion arrêtée de l'autre intervenant qui semble ne pas avoir compris ses errements, on va parler un peu théorie. Juste parce que ce que je fais n'intéresse personne, mais par contre si peux vous aider à tenir le bon raisonnement ; alors, vous avancerez. "

Je suppose que je suis "l'autre intervenant".
Ventdesable vous ne me connaissez pas et de ce fait ne savez pas ce que je peux connaitre ou non en photo.
Tout ce que vous pensez m'apprendre ,je le sais déjà et l'ai pratiqué.
Je pratique la photo depuis suffisamment longtemps .J'ai aussi un spotmètre ,quelques notions de sensito.
De toute manière je n'ai aucun problème avec l'exposition ,quand j'ai des photos ratées ce n'est pas pour cette raison.
Je change d'ailleurs de type mesure suivant ce que je veux faire.
En fait d'opinion arrêtée c'est plutôt de votre côté ,car vous n'avez même pas essayé de comprendre .
Vous détenez la science universelle ,c'est vrai.
C'est en fait typique de l'autre forum (ou d'un des autres forums) où vous intervenez.
D'ailleurs avez-vous vraiment pratiqué la mesure incidente ?J'en doute.
Peut-être pas assez valorisante,pas assez aristocratique et non conforme aux préceptes du gourou ?

En fait comme parfois sur les forums,vous vous inventez un personnage,vous jouez le rôle que vous
croyez interpréter.Un exutoire comme un autre.
Le prof,le cador,le spécialiste qui en met plein la vue ,de l'ironie parfois,de la suffisance là ,voire du mépris et j'en passe.

Un proverbe dit que c'est au pied du mur qu'on voit le maçon.
Quand il n'y a pas de mur , on a de quoi être méfiant.
Etonnant qu'avec une telle science vous n'ayez pas quelques photos à montrer.
Je serai le premier à retirer ce que j'ai pu dire à votre intention mais je crains de ne pas en voir.

Le problème c'est que le demandeur, Tirando, n'a que faire de votre confiture,ce qui l'intéresse c'est de résoudre simplement le problème
qu'il a et qu'il pose sur différents forums et avec vos tirades vous vous faites plaisir mais l'embrouillez d'avantage.

J'arrête là,je ne viens pas souvent sur les forums et j'ai autre chose à faire que polémiquer mais je voulais simplement
mettre en évidence votre incapacité à produire un résultat quelconque qui prouve votre réelle connaissance,en parallèle
à votre manière déplacée de traiter certains intervenants .

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #8 le: octobre 01, 2017, 06:08:03 »
La photographe en question
https://youtu.be/WMefsmp98L4
Ce que vous dites semble très intéressant, mais j aimerai etre sur de bien comprendre.
Pour preserver (les hautes lumières films, diapo) ou mettre en valeur (les detaile dans les ombres pour les films nb) il faut faire une mesure spot sur lune ou l autre de ces zones pour lexposer de façon juste (18%), c est a dire en replaçant cette valeur la ou je veux quelle soit dans la dynamique de la scene (5 diaph ). Les autres valeurs se placeront alors la ou elles peuvent.

Autrement dit, si la valeur mesurée était au milieu de l histogramme elle serait soit surex soir sous ex. Mais pour éviter que cette valeur se retrouvent classiquement aux extrémités de l histogramme, il convient de les placer au bon endroit (tout du moins à celui qu on lui assigne) sur l histogramme grâce à cette méthode. Ça me semble facile à dire mais peut etre moins facile à faire. Mais peut etre plus facile que de chercher à faire une mesure spot sur ce fameux 18%
Jai en effet deja eu ce genre de discussion sur des forums, mais jen suis ressortit peut convaincu par lefficacité de la methode et encore moins par sa praticité (en numerique faire la mesure sur la zone la plus clair de la scene et sous ex de 2 a 3 diap selon les appareils) Mais ca m embête j ai bien l impression de passer à côté de quelque chose.

Pour revenir à ce que vous dites il y a des points que jaimerais bien voir éclaircir.
Si je considère que je dispose de 5 diaphs utiles ? C est a dire ? Que la dynamique de la scene correspond aux valeurs de f2.8 a f11 ?
C est a dire utiles ? Comment savoir qune scène a tant de valeurs ? Il y a aussi j imagine la capacité du film qui entre en jeux ?
Après ce qui reste mystérieux, c est que vous dites que classiquement la methode consiste à surexposer ou sous ex la valeur mesurée de 2 diaphs. Mais si la scene couvre 2 ou 8 diaphragmes qu en est il ?
La ou je suis perdu c est avec cette phrase :
"Avec un film positif couleur (diapositive), ma grande crainte est de brûler les hautes lumières. Raison pour laquelle je les mesure et les place là où il le faut en ouvrant de deux diaph"
Si vous faites une mesure spot sur les hautes lumieres, elles seront sous ex. En ouvrant de 2 diaph, elles seront peut etre bien exposées, mais je serais étonné qu elle soient sur ex !
Ce qu il y a détonnant avec ces méthodes, cest que ce n est jamais vraiment simple. Sinon je ne serais pas ici
Vous ne m avez pas dit : c est simple : tu fais une mesure spot sur les ombres et tu sous ex de 2 diaph et le tour est joué ! Ou sur les hautes lumières et tu sur ex de 2 diaphs.

Lexemple que vous donnez me perd encore davantage :
Vous mesurez le visage de votre fiancée en contre-jour dans le soleil couchant, la calez à +1, elle sera bien exposée et le soleil brûlé. Vous mesurez le soleil couchant et le calez à +2 ; elle sera en ombre chinoise
Ici la dynamique de la scene est faible : un clair obscur (je ne sais pas à combien de diaphs ca correspond)
Ici vous décidez de sur ex les 2 valeurs.
Les ombres (visage) de +1 (pourquoi pas +2?),pour que mon sujet soit bien exposé
Et en surexposant les hautes lumières de +2 elle sera toujours en ombres chinoises...on aurait pu penser que c était le pendant de l autre méthode et qu elle aurait donner le même resultat.

Dans cette situation j aurais fait une mesure spot sur le visage et c est tout et si j avais voulu faire des ombres chinoises une mesure spot sur le ciel.
Jai devant moi une télé (eteinte) bien noire sur un mur blanc.
Si je fais une mesure spot sur la télé, les ombres vont être surex (au milieu de l histogramme) il faut donc que je les sous ex de 2 diaph (si tenté que la scene aie 5 diaphs de dynamique !?) Et le mur blanc se caler par rapport à ca. J aurais fait le choix de la télé. Et inversement si j avais choisi d exposer pour le mur??

Autre question :
Comment fait on pour Developper pour les hautes lumieres ?
Merci

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #9 le: octobre 01, 2017, 08:25:24 »
Ajout..
Si la mesure incidente ne demande pas à être interprétée, peut on dire qu elle est juste ?
Dans ce cas, les ombres ne seront pas bouchées ni les hautes lumières cramée? 

Grains de sel

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 408
    • site personnel
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #10 le: octobre 01, 2017, 09:30:09 »
Personnellement j'utilise cette méthode : https://www.youtube.com/watch?v=RnZoSmkn1w0
C'est du Zola mon commandant

Jean-Claude

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 507
  • Sexe: Homme
  • Multiformats - Multimarques
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #11 le: octobre 01, 2017, 16:51:36 »
Faire une moyenne ombre lumière n’est pas forcément idiot si on sait ce que l’on fait

Notre ami a vu mesurer calotte rentrée la lumière incidente côté lumière et côté ombre.

Une mesure calotte rentrée est une mesure de lumière et pas d’exposition. Cette mesure va donner un renseignement précis sur l’intensité d’éclairage côté lumière et celui côté ombre.
Si la différence d’éclairage n’est pas supérieure à 6x à 8x la moyenne des deux donne une exposition équilibrée.
Si la différence est plus grande on peut en noir et blanc opter pour un sous développement qui ramène les lumières en arrière en se calant en 3 IL sous la mesure des ombres par ex. On peut aussi décider de sacrifier les nuances d’un côté ou de l’autre selon ou se va se placer par rapport à la moyenne.

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #12 le: octobre 02, 2017, 00:37:37 »
Personnellement j'utilise cette méthode : https://www.youtube.com/watch?v=RnZoSmkn1w0
Ici il s'agit de savoir interpréter une scène  (ou pas)  et d utiliser le bon mode de mesure a bon escient

Simon Gay

  • (Loggué sous identité réelle)
  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 016
  • Sexe: Homme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #13 le: octobre 02, 2017, 09:50:09 »
ne pas oublier le carton gris de kodac . j'en ai toujours un sur moi

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #14 le: octobre 02, 2017, 10:30:32 »
Vent de sable ?

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #15 le: octobre 04, 2017, 00:50:26 »
Je suis là... Parfois je quitte l'écran... Et c'était pour de très agréables raisons.

A la demande générale d'un intervenant, il y aura des images... Je ne doute pas qu'elles auront un intérêt pédagogique.

Je vous propose de reprendre vos questionnements de dimanche.

Citer
Pour preserver (les hautes lumières films, diapo) ou mettre en valeur (les detaile dans les ombres pour les films nb) il faut faire une mesure spot sur lune ou l autre de ces zones pour lexposer de façon juste (18%), c est a dire en replaçant cette valeur la ou je veux quelle soit dans la dynamique de la scene (5 diaph ). Les autres valeurs se placeront alors la ou elles peuvent.

Autrement dit, si la valeur mesurée était au milieu de l histogramme elle serait soit surex soir sous ex. Mais pour éviter que cette valeur se retrouvent classiquement aux extrémités de l histogramme, il convient de les placer au bon endroit (tout du moins à celui qu on lui assigne) sur l histogramme grâce à cette méthode. Ça me semble facile à dire mais peut etre moins facile à faire. Mais peut etre plus facile que de chercher à faire une mesure spot sur ce fameux 18%
Jai en effet deja eu ce genre de discussion sur des forums, mais jen suis ressortit peut convaincu par lefficacité de la methode et encore moins par sa praticité (en numerique faire la mesure sur la zone la plus clair de la scene et sous ex de 2 a 3 diap selon les appareils) Mais ca m embête j ai bien l impression de passer à côté de quelque chose.


Presque. Vous confondez "mesure" & "exposition". Sur un appareil photo numérique, quand vous le sollicitez, il fait une mesure et choisit une exposition en fonction des critères prédéfinis. Votre posemètre lui va simplement collecter l'information. A vous de l'intégrer au système d'exposition.

Le posemètre, lui, il est très basique. On lui dit "mesure la lumière qui est réfléchie et il le fait. Il trouve un nombre qui est traduit en IL. Les échelles qui sont fournies avec sont là pour vous dire : pour exposer correctement ce nombre d'IL il faut, en fonction de la sensibilité et du diaphragme tel temps de pose.

Mais pour lui, le "correctement", c'est de façon à rendre cette lumière comme un gris 18%. On va décréter que c'est sur votre correcteur "IL0". Mais vous, vous savez ce que vous avez mesuré.
Ce sont les ombres ; alors vous le décalez en fermant le diaphragme de 2 crans ou en augmentant la vitesse  d'autant.
Ce sont les hautes lumières ; alors vous le décalez en ouvrant le diaphragme de 2 crans ou en diminuant la vitesse  d'autant.

C'est exactement ce que vous voyez sur mon spotmètre dans l'image si dessous*

IMG_8290 by N07/]Jérôme Buiret, Minute Papillon les œuvres de l'artiste vont venir

Nombre d'IL en rouge, diaphragme en bleu, temps de pose en blanc et sensibilité en vert. Suffit de lire l'autre valeur en fonction du diaph ou de la vitesse choisie.

En dessous j'ai collé une bande papier avec des formes géométriques. Un truc du temps du zone système qui n'a plus de raison d'être aujourd'hui mais qui me parait faciliter la lecture.
Imaginez que la mesure donnée par les ombres est "EV10"** je l'ai placée deux diaph en dessous du centre. Ou bien que les hautes lumières sont à "EV14" Je l'ai placée deux crans au dessus du centre. Et si j'ai une image ou les HL sont à 14 et les BL à 10 ; alors j'ai un contraste général de 5 diaph (c'est juste pour que vous fassiez le lien).

Donc la valeur que vous mesurez n'est nulle part dans l'absolu. Tout est relatif et, elle est là où vous la placerez. Enfin, je sais repérer les ombres les plus sombres. Les hautes lumières les plus lumineuses. Mais je n'ai aucune idée de ce qui, dans mon image, correspondra à un gris 18% (même si le sage Verso vous dira que l'herbe l'est). Mais, surtout, cela ne présente aucun intérêt. Parce que si le contraste est important ; on coupe, sans savoir quoi, dans  les valeurs extrêmes. Hors, vous vous voulez pouvoir choisir.

Chercher le milieu revient à faire une moyenne : ça n'a aucun intérêt. Cherchez donc les extrêmes : ils sont faciles à trouver et choisir.

** Le fruit de la mesure est en EV (Exposure Value) et le décalage en IL. C'est juste une convention ; les deux se rapportent à la même chose.

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #16 le: octobre 04, 2017, 01:07:21 »
Citer
Pour revenir à ce que vous dites il y a des points que jaimerais bien voir éclaircir.
Si je considère que je dispose de 5 diaphs utiles ? C est a dire ? Que la dynamique de la scene correspond aux valeurs de f2.8 a f11 ?
C est a dire utiles ? Comment savoir qune scène a tant de valeurs ? Il y a aussi j imagine la capacité du film qui entre en jeux ?
Après ce qui reste mystérieux, c est que vous dites que classiquement la methode consiste à surexposer ou sous ex la valeur mesurée de 2 diaphs. Mais si la scene couvre 2 ou 8 diaphragmes qu en est il ?
La ou je suis perdu c est avec cette phrase :
"Avec un film positif couleur (diapositive), ma grande crainte est de brûler les hautes lumières. Raison pour laquelle je les mesure et les place là où il le faut en ouvrant de deux diaph"
Si vous faites une mesure spot sur les hautes lumieres, elles seront sous ex. En ouvrant de 2 diaph, elles seront peut etre bien exposées, mais je serais étonné qu elle soient sur ex !
Ce qu il y a détonnant avec ces méthodes, cest que ce n est jamais vraiment simple. Sinon je ne serais pas ici
Vous ne m avez pas dit : c est simple : tu fais une mesure spot sur les ombres et tu sous ex de 2 diaph et le tour est joué ! Ou sur les hautes lumières et tu sur ex de 2 diaphs.

Si c'est simple. C'est juste une gymnastique à laquelle on n'est pas habitué. Pour ce qui est de l'amplitude, cela reste simple si on ne considère que les extrêmes. Il est une image que je vais faire un soir. Un terrain de basket. En extérieur éclairé par une paire de projecteurs la nuit. Lumière crue blanche on voit l'herbe autour et bien le panneau de dos. A la mesure, le panneau est EV5+2/3, les projecteurs EV6 et l'herbe EV4. Tout le reste (de ce qui est visible) entre les deux. Autrement dit, j'ai une scène avec seulement 2IL de contraste général. Où la placer ? Eh bien c'est simple : mon projecteur est sensé être lumineux. Non ? Alors je le met à +2. Ce qui "oh magie" fait tomber l'herbe à IL0 - donc le fameux gris 18% - Et Verso voit sa constatation une fois de plus vérifiée !

Pour vous donner une idée, EV4 ça donne un TDP de 1' à f1:16. Et, pour la Velvia, on est, avec la réciprocité, à un temps de pose total de 2'15" ou 2'30". J'hésite entre les deux.
Nan j'déconne... les 15 secondes compteront pour peanuts.

Temps d'aller dormir. Pour les œuvres d'art ce sera pour plus tard.

J

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #17 le: octobre 04, 2017, 15:27:27 »
Citer
Lexemple que vous donnez me perd encore davantage :
Vous mesurez le visage de votre fiancée en contre-jour dans le soleil couchant, la calez à +1, elle sera bien exposée et le soleil brûlé. Vous mesurez le soleil couchant et le calez à +2 ; elle sera en ombre chinoise
Ici la dynamique de la scene est faible : un clair obscur (je ne sais pas à combien de diaphs ca correspond)
Ici vous décidez de sur ex les 2 valeurs.
Les ombres (visage) de +1 (pourquoi pas +2?),pour que mon sujet soit bien exposé
Et en surexposant les hautes lumières de +2 elle sera toujours en ombres chinoises...on aurait pu penser que c était le pendant de l autre méthode et qu elle aurait donner le même resultat.

Dans cette situation j aurais fait une mesure spot sur le visage et c est tout et si j avais voulu faire des ombres chinoises une mesure spot sur le ciel.
Jai devant moi une télé (eteinte) bien noire sur un mur blanc.
Si je fais une mesure spot sur la télé, les ombres vont être surex (au milieu de l histogramme) il faut donc que je les sous ex de 2 diaph (si tenté que la scene aie 5 diaphs de dynamique !?) Et le mur blanc se caler par rapport à ca. J aurais fait le choix de la télé. Et inversement si j avais choisi d exposer pour le mur??

Hum... Faut pas vous perdre... ni votre fiancée.

L'idée était de vous faire comprendre que tout est relatif. Il y a une information que je ne vous ai pas donnée.

Selon sa carnation une peau va plus ou moins réfléchir la lumière. Assez arbitrairement, mais, c'est une bonne approche, on accepte l'idée qu'une peau caucasienne correspond à une zone VI (soit +1IL), une peau africaine est plus proche de la zone IV (soit -1IL) et, les peaux méditerranéennes ou asiatiques se situent entre les deux autour de zone V (soit IL0). Bien entendu, ça n'a rien d'une science exacte, et cela dépend des circonstances. Mais c'est une base de départ.

Et, visage +1 est différend de soleil +2. Parce que ce ne sont pas les mêmes choses qui ont été mesurées. Quand vous calez bien une partie du sujet ; le reste tombe un peu où il peut. Et, comme la dynamique est parfois très grande ; alors il n'y a pas de correspondance entre les deux zones mesurées. C'est aussi pour ça qu'il est intéressant de parler en EV(IL) parce qu'immédiatement on voit le delta. Imaginez que là le soleil couchant peut être à EV15 tandis que le visage de votre fiancée sera à EV7. Même si vous le remontez d'un cran, ça le positionnera à EV8 et le soleil remonté de deux EV17 : reste 9 diaph entre les deux. Difficile de tout avoir lumineux sur le capteur. Non ?

Temps de voir ça en images... Et Attention.... Tadaaaa ! Images de Ventdesable (comment il lui arrive aussi d'en faire ?) Va savoir. C'est moi qui les poste. Mais est-ce moi qui les ai faites ?

Sur cette première image, j'ai utilisé mon spotmètre (celui qui est visible au dessus, un Pentax Digital Spotmeter V - un truc barbare qui pour seule information me donne un nombre dans l’œilleton et des abaques sur les couronnes : une obligation de réfléchir sur la lumière réfléchie).

J'ai cherché la partie la plus lumineuse du ciel et ajouté 2 diaph au résultat trouvé. Sur l'appareil, j'ai reporté les informations 1/125 et ce devait être f1:8 et fait la photo.

Spot by N07/]Bois de Cise_CE1, Quelle arnaque une capture d'écran...

Regardez attentivement les métadonnées. Distortion de l'expo : 0 et surtout l'histogramme. Bien contenu à droite.

D'autre part, sauf si précisé dans les commentaires, toutes les images que je vais montrer ici n'ont pas été modifiées : les réglages  d'exposition et autres restent à "0".

CE2_0EV by N07/]Spot_CE2, Que d'la gueule

Comme vous le voyez, l'histogramme est bien complet. Contenu à droite dans les hautes lumières, mais aussi à gauche dans les ombres. C'est lié au ciel couvert et au contraste, certes présent, mais néanmoins limité de la scène.

L'image complète :

_IGP1855 by N07/]Bois de Cise, Chic de l'Art

Pour résumer : Avec mon spotmètre j'ai mesuré le point le plus lumineux du ciel, trouvé EV15 (pour info, la façade est à EV13+2/3 et la falaise à EV12) Calé mon expo (manuelle) à 1/125ème f1:8 et roule.

Sur la suivante, j'ai fait la même mesure avec le mode spot de l'appareil photo numérique. L'image est plus sombre. C'est lié au fait que la précision de mesure avec l'apn est moins grande (on ne sait pas trop bien où elle se fait dans la croix représentée sur le verre de visée). Et, comme les zones de plus fortes luminosité étaient de petite taille ; il est certain que j'ai tapé à côté. On verra plus bas que parfois on peut être très précis.

+2 by N07/]CE_appareil photo numérique+2, le r'vla avec ses captures d'écran

Ici, vous voyez que l'exposition a été modifiée de +2IL. Ne vous arrêtez pas à la sensibilité - TDP : la lumière avait sensiblement changé et il n'y pas de rapport entre les deux.

L'image entière :

_IGP1861 by N07/]Bois de Cise_2, Toujours la même chose. C'est lassant...

Alors, autant la première me va bien comme ça. Elle reflète bien l'ambiance qui régnait à ce moment là. Autant cette deuxième mériterait un coup de "boost" notamment dans les ombres. On le verra plus bas sur une autre image. Mais et c'est ce qui est important : toute l'information est là. Rien n'a été écrêté. C'était l'objectif. Ma préférence va à la première et elle a été faite avec une seule mesure.

J

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #18 le: octobre 04, 2017, 18:02:12 »
Citer
La photographe en question
https://youtu.be/WMefsmp98L4

Interlude

J'ai regardé la vidéo proposée. Il parle de deux sources différentes. Et fait effectivement deux mesures.
Je suis loin d'être un spécialiste du flash. Il ne précise pas si ces deux sources sont des projecteurs ou des flashs. Mais, grosso modo, on doit pouvoir tenir le même raisonnement.

Le truc c'est que je vais encore apporter de la contradiction. Désolé.

Il a une source principale : elle fait l'éclairage de base. Il a une source secondaire : elle éclaire une autre zone. La seule chose qui doit l'intéresser c'est la lumière qui tombe sur le visage.
C'est là que se trouve son exposition. Non ?

Il fait sa mesure "calotte rentrée" et donc se prive de l'ensemble de la scène en n'en conservant qu'une partie. D'autre part, il la fait en pointant la cellule vers la source principale. Partant de là, il paraîtrait logique qu'il ait un résultat non pas sous-exposé, mais sur-exposé : il n'a mesuré et tenu compte que d'une partie de la lumière reçue par le sujet. Cela vaut bien-sur si la deuxième source vient s'ajouter pour partie à la première source (mais pas dans l'axe mesuré). Mais imaginons que sa source principale n'éclaire que le côté droit du visage portraituré. Il fait sa mesure en orientant son dôme rentré vers cette source. Le côté droit du visage ne peut qu'être bien exposé. Évidemment, si la deuxième source est suffisamment parallèle pour éclairer l'aile droite du nez et que la calotte rentrée n'ai pas eu un angle de vue suffisamment large pour apprécier cette autre source. alors le nez risque d'être sur-exposé. La partie gauche du visage sera elle exposée selon le ratio d'éclairage de la seconde source. No prob.

Le truc c'est ce mot "moyenne" qui perturbe le raisonnement. Il le dit : Calotte sortie, "il obtient une moyenne". C'est faux. Il obtient une mesure de la lumière qui éclaire sa cellule. Et, jusqu'à preuve du contraire, mais bien entendu je peux me tromper, en mesure incidente on mesure la lumière qui tombe sur le sujet et on reporte sans autre forme de procès l'information obtenue.

Cette histoire de cellule à calotte mobile, c'est juste pour permettre au photographe d'estimer le contraste général. Exactement comme l'a dit Jean Claude : "connaître l'écart entre l'ombre et la lumière". Et, quand comme lui on a une bonne expérience de la lumière ; il est facile d'estimer si on peut gagner en trichant dans un sens ou un autre. Mais sorti de là...

Donc, si votre utuber l'avait fait sa mesure toute calotte sortie, en orientant la cellule vers l'appareil et non pas la source (en milieu d'article), il aurait eu la bonne information et fait la bonne expo sans coup férir ! Seulement voilà : il l'oriente vers la source principale, néglige l'autre et fausse la mesure.

La mesure incidente n'est pas faite pour réfléchir ;-)

Quand vous aurez acheté votre cellule, vous pourrez refaire l'expérience par vous même : Deux sources de puissante différentes se mélangeant un peu au milieu du sujet. Mettez vous au plus près du sujet en orientant le dôme vers l'appareil. Votre mesure sera bonne. Et vous aurez vos deux parties éclairées selon les sources normalement. Mais peut-être le mieux serait de ne pas répéter ce qu'il fait dans sa vidéo. Sauf à vouloir tâtonner pour trouver la bonne expo...


VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #19 le: octobre 04, 2017, 18:20:57 »
Ajout..
Si la mesure incidente ne demande pas à être interprétée, peut on dire qu elle est juste ?
Dans ce cas, les ombres ne seront pas bouchées ni les hautes lumières cramée? 

Elle est juste. Mais ça n'est pas suffisant. c'est une condition nécessaire mais pas suffisante.

Elle ne tient pas compte du contraste. Si la dynamique du capteur encaisse le contraste elle est parfaitement juste. Mais comme la plupart du temps la scène a une dynamique nettement supérieure à ce que peut encaisser le capteur (et je ne parle pas du medium de sortie) ; elle sacrifie ombres et hautes lumières de façon systématique. Le truc c'est qu'on ne peut pas choisir si on veut conserver les unes ou les autres. On coupe tout.

Imaginez : votre scène fait 13 diaph de Delta E. Vous mesurez la lumière qui tombe dessus et reportez les infos dans l'appareil. Vous avez mis de la Velvia dans votre appareil. Elle n'encaisse que 5 diaph de Delta E. Votre mesure incidente va vous donner un gris à 18% sur la en plein milieu. Et vous enregistrerez les deux crans au dessus ainsi que les deux au dessous.

Ça peut se représenter comme ça :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 En gras, les informations que vous gardez. Le reste vous le jetez.

J'ai grossi un peu le trait, et en fait, la cellule donnerait probablement une expo plus "vers la droite". Mais l'idée est là.

Ça ne veut pas dire qu'avec un autre mode de mesure vous serez plus juste ou vous ne jetterez rien. Ça veut dire qu'avec un autre mode de mesure vous serez capable de savoir ce que vous voulez jeter.

J

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #20 le: octobre 06, 2017, 07:32:14 »
C'est donc du zone systeme tout ca et franchement c'est pas simple
c est aussi relatif a l appreil. Je compte acheter un 6d. Je crois que ca dynamique s etend de 9 EV
Franchement je suis paumé
Je pige pas cette mesure sur le ciel
le posemetre ou l apn indique soit un nombre EV soit un couple vitesse siaph auquel il faut ajouter 2 diaph ou 2 vitesse et ont a une expo juste ??
Quant a l utilisation de la cellule difficile d avoir une seule et meme information selon les sources : certains disent calotte vers l appareil, d autres disent vers la source de lumiere . Y a de quoi en perdre son latin
le youtuber obtient deux mesures differentes avec ce procédé. J'imagine qu il les mets en rapport avec la mesure globale et en tire ses conclusions. Est ce utile ? je ne sais pas
Par contre la partie "medium" est tres clair
"Elle ne tient pas compte du contraste. Si la dynamique du capteur encaisse le contraste elle est parfaitement juste. Mais comme la plupart du temps la scène a une dynamique nettement supérieure à ce que peut encaisser le capteur (et je ne parle pas du medium de sortie) ; elle sacrifie ombres et hautes lumières de façon systématique. Le truc c'est qu'on ne peut pas choisir si on veut conserver les unes ou les autres. On coupe tout...."
ce qui expliquerait la manip du youtubeur.

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #21 le: octobre 06, 2017, 07:57:12 »
C'est donc du zone systeme tout ca et franchement c'est pas simple
c est aussi relatif a l appreil. Je compte acheter un 6d. Je crois que ca dynamique s etend de 9 EV
Franchement je suis paumé
Je pige pas cette mesure sur le ciel
le posemetre ou l apn indique soit un nombre EV soit un couple vitesse siaph auquel il faut ajouter 2 diaph ou 2 vitesse et ont a une expo juste ??
Quant a l utilisation de la cellule difficile d avoir une seule et meme information selon les sources : certains disent calotte vers l appareil, d autres disent vers la source de lumiere . Y a de quoi en perdre son latin
le youtuber obtient deux mesures differentes avec ce procédé. J'imagine qu il les mets en rapport avec la mesure globale et en tire ses conclusions. Est ce utile ? je ne sais pas
Par contre la partie "medium" est tres clair
"Elle ne tient pas compte du contraste. Si la dynamique du capteur encaisse le contraste elle est parfaitement juste. Mais comme la plupart du temps la scène a une dynamique nettement supérieure à ce que peut encaisser le capteur (et je ne parle pas du medium de sortie) ; elle sacrifie ombres et hautes lumières de façon systématique. Le truc c'est qu'on ne peut pas choisir si on veut conserver les unes ou les autres. On coupe tout...."
ce qui expliquerait la manip du youtubeur.

je n avais pas lu ca
"
Imaginez que la mesure donnée par les ombres est "EV10"** je l'ai placée deux diaph en dessous du centre. Ou bien que les hautes lumières sont à "EV14" Je l'ai placée deux crans au dessus du centre. Et si j'ai une image ou les HL sont à 14 et les BL à 10 ; alors j'ai un contraste général de 5 diaph (c'est juste pour que vous fassiez le lien).

Donc la valeur que vous mesurez n'est nulle part dans l'absolu. Tout est relatif et, elle est là où vous la placerez. Enfin, je sais repérer les ombres les plus sombres. Les hautes lumières les plus lumineuses. Mais je n'ai aucune idée de ce qui, dans mon image, correspondra à un gris 18% (même si le sage Verso vous dira que l'herbe l'est). Mais, surtout, cela ne présente aucun intérêt. Parce que si le contraste est important ; on coupe, sans savoir quoi, dans  les valeurs extrêmes. Hors, vous vous voulez pouvoir choisir.

Chercher le milieu revient à faire une moyenne : ça n'a aucun intérêt. Cherchez donc les extrêmes : ils sont faciles à trouver et choisir.

** Le fruit de la mesure est en EV (Exposure Value) et le décalage en IL. C'est juste une convention ; les deux se rapportent à la même chose. "

Ca j aimerai vraiment comprendre...
ca n 'a aucun interet de caler son expo sur le fameux 18% d'autant plus qu'il est impossible de le trouver. ok
Ca n a pas de sens car le capteur ou la pellicule n'a pas la meme dynamique que la scene photographiee.ok
Donc en reportant le resultat de la mesure d un posemetre en lumiere incidente, il y aura forcement des blanc un peu cramé et des ombres un peu bouchées, mais ca sera dans l absolu, la moins pire des expo,, ou en tous cas celle qui respecte au mieux la dynamique de la scene (par rapport au medium)...Ok
Avec  la mesure réflechie (spot) avec l appareil on peut arriver au meme résultat ?
Plus la scene est contrastée (etendue en dynamique ??) moins la mesure sur l hypotetique 18 %n est pertinente. toujours ok
Donc je fais ma mesure sur les ombres ou sur les HL pour bien les placer par rapport a la dynamique de la scene. La pas ok


Simon Gay

  • (Loggué sous identité réelle)
  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 016
  • Sexe: Homme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #22 le: octobre 06, 2017, 09:21:27 »
pour toute , il faut un étalon (même le mètre a un étalon ) et l'étalon c'est le carton gris . Après ,si tu ne connais pas la dynamique de ton capteur ,la différence de la paume de ta main si tu as oublié ton carton , la correction à apporter pour une fleure jaune ou pour la neige ,ect : Tu as du pain sur la planche avant de pouvoir sortir une image correcte de ton appareil . Faut pas désespérer , tu y arriveras .

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #23 le: octobre 06, 2017, 09:43:38 »
Ca j aimerai vraiment comprendre...
ca n 'a aucun interet de caler son expo sur le fameux 18% d'autant plus qu'il est impossible de le trouver. ok
Ca n a pas de sens car le capteur ou la pellicule n'a pas la meme dynamique que la scene photographiee.ok
Donc en reportant le resultat de la mesure d un posemetre en lumiere incidente, il y aura forcement des blanc un peu cramé et des ombres un peu bouchées, mais ca sera dans l absolu, la moins pire des expo,, ou en tous cas celle qui respecte au mieux la dynamique de la scene (par rapport au medium)...Ok
Avec  la mesure réflechie (spot) avec l appareil on peut arriver au meme résultat ?
Plus la scene est contrastée (etendue en dynamique ??) moins la mesure sur l hypotetique 18 %n est pertinente. toujours ok
Donc je fais ma mesure sur les ombres ou sur les HL pour bien les placer par rapport a la dynamique de la scene. La pas ok

18% c'est statistiquement la moyenne la plus fréquemment rencontrée pour l'ensemble des scènes photographiées. Ca ne veut pas dire qu'il faut absolument rechercher un sujet avec une réflectivité de 18%, simplement qu'en général en faisant une mesure en lumière réfléchie, la mesure sera souvent correcte (le plus souvent d'ailleurs).
La scène a souvent un contraste inférieur à la dynamique du capteur et donc ça ne pose pas de problème particulier. Encore faut-il qu'elle ait un contraste inférieur à celui du médium final (écran ou papier) mais là aussi c'est souvent le cas.
On lit souvent que la mesure en lumière incidente permet de s'affranchir d'effectuer des corrections, en fait elle nécessite souvent aussi une interprétation et n'est pas du tout adaptée à certains éclairages.

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #24 le: octobre 06, 2017, 10:57:59 »
Hello,

Je vais essayer de remettre les choses dans l'ordre, l'une après l'autre parce que là beaucoup de mélanges sont faits.

Mon objectif depuis le début n'est pas d'obtenir que vous me croyez sur parole. Mais de vous donner les outils pour vous faire votre propre opinion. Mais pour vous la faire faut tester. Et ça je ne le ferai pas à votre place.

Au tout début vous avez dit "je veux acheter un posemètre" Soit une L308S ou une L358. Je suis allé voir à quoi elles ressemblaient.
Les deux sont nativement faites pour la lumière incidente. Seule la deuxième peut se voir ajouter (en option) un aditif pour une mesure spot (vérifier si c'est 1° ou 5° parce que si c'est 5° d'autres solutions moins chères existent).

Donc, en gros, si c'est pour de la mesure réfléchie, je passerais mon chemin. Si c'est pour de la mesure incidente ; les deux doivent fonctionner pareillement. Même si la grosse calotte m'attirerait plus. Les histoires de mémoire n'ont que peu d'intérêt puisque la mesure incidente c'est "une mesure & basta !".

Concernant l'acquisition d'un posemètre, je ne saurais que trop vous conseiller de savoir ce que vous voulez faire avec pour déterminer ce qui vous conviendra. Vous pouvez trouver un comme le mien pour 2-300 € (mais il ne fait pas la mesure incidente). Ou une Lunasix 3 (attention à la pile) ou Lunisix Pro (pile 9 volt) pour moins de 100 €. Comptez 50 € pour l'additif "spot" (en fait il passe l'angle de champ de 30° à 15° puis 7,5° ce qui en fait presque un spotmètre et une solution moins chère que la L358 si comme je le crois elle est à 5°). La Lunasix trois est nyctalope : elle arrive à mesurer de très faibles lumières. La Pro fait aussi "flashmètre". Les deux ont nativement une mesure réfléchie & incidente. Bien sûr aucun des appareils cités n'est "digital" ; mais tous permettent d'interpréter très facilement les informations données et c'est ce qui compte.

Bon ça c'est pour quand vous vouliez acheter une cellule. Maintenant vous voulez acheter un apn...

Peut-être serait-il bien que vous redéfinissiez votre projet. Que vous nous disiez ce que vous avez ou pas. Pourquoi vous vous intéressez aux moyens de mesure externes et dans quel but.
En clair, si vous achetez un apn moderne il vous permettra d'exposer correctement sans vous poser de question. C'est sur que cela ne fait pas votre compréhension, mais qu'importe puisque vous aurez le résultat.
Autrement dit, utiliser un posemètre aujourd'hui n'a vraiment de raison d'être que pour les appareils alternatifs (mf, chambres...) et dans des buts précis.

Le 6D fera ça tout bien sans avoir besoin de se casser la tête.




Simon Gay

  • (Loggué sous identité réelle)
  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 016
  • Sexe: Homme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #25 le: octobre 06, 2017, 18:22:23 »
le 6D fera cela bien tout seul ? va savoir ?? il va deviner si tu veux traiter ton contre jour en ombre chinoise ?? ou si tu préfère le bleu des yeux de valentin ?

stratojs

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 8 163
  • Sexe: Femme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #26 le: octobre 07, 2017, 15:17:12 »
...Quand on préfère le bleu des yeux, le contre-jour est-il indispensable? Une cellule à main, saurait-elle mieux faire le même choix?  ;)
La dernière question reste valable pour n'importe quel appareil de mesure, en d'autres termes, est-ce au photographe ou à l'appareil de faire des choix?

parkmar

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 9 142
  • Sexe: Homme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #27 le: octobre 07, 2017, 15:50:38 »
A stratojs

Complétement hors sujet: je n'ai pu retrouver le post dans lequel tu fais état de piles au mercure russe, toujours fabriquées.
Merci de me communiquer les coordonnées: photograveatorangepoint fr

stratojs

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 8 163
  • Sexe: Femme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #28 le: octobre 07, 2017, 18:19:32 »
...suite du HS
C'est un russe qui en vends sur ebay. P.Jammes lui en a acheté, contacte le sur le fil rétro ma collection Nikon.
fin du HS

parkmar

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 9 142
  • Sexe: Homme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #29 le: octobre 07, 2017, 18:47:18 »
Merci!

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #30 le: octobre 08, 2017, 22:45:08 »
Hello,

Je vais essayer de remettre les choses dans l'ordre, l'une après l'autre parce que là beaucoup de mélanges sont faits.

Mon objectif depuis le début n'est pas d'obtenir que vous me croyez sur parole. Mais de vous donner les outils pour vous faire votre propre opinion. Mais pour vous la faire faut tester. Et ça je ne le ferai pas à votre place.

Au tout début vous avez dit "je veux acheter un posemètre" Soit une L308S ou une L358. Je suis allé voir à quoi elles ressemblaient.
Les deux sont nativement faites pour la lumière incidente. Seule la deuxième peut se voir ajouter (en option) un aditif pour une mesure spot (vérifier si c'est 1° ou 5° parce que si c'est 5° d'autres solutions moins chères existent).

Donc, en gros, si c'est pour de la mesure réfléchie, je passerais mon chemin. Si c'est pour de la mesure incidente ; les deux doivent fonctionner pareillement. Même si la grosse calotte m'attirerait plus. Les histoires de mémoire n'ont que peu d'intérêt puisque la mesure incidente c'est "une mesure & basta !".

Concernant l'acquisition d'un posemètre, je ne saurais que trop vous conseiller de savoir ce que vous voulez faire avec pour déterminer ce qui vous conviendra. Vous pouvez trouver un comme le mien pour 2-300 € (mais il ne fait pas la mesure incidente). Ou une Lunasix 3 (attention à la pile) ou Lunisix Pro (pile 9 volt) pour moins de 100 €. Comptez 50 € pour l'additif "spot" (en fait il passe l'angle de champ de 30° à 15° puis 7,5° ce qui en fait presque un spotmètre et une solution moins chère que la L358 si comme je le crois elle est à 5°). La Lunasix trois est nyctalope : elle arrive à mesurer de très faibles lumières. La Pro fait aussi "flashmètre". Les deux ont nativement une mesure réfléchie & incidente. Bien sûr aucun des appareils cités n'est "digital" ; mais tous permettent d'interpréter très facilement les informations données et c'est ce qui compte.

Bon ça c'est pour quand vous vouliez acheter une cellule. Maintenant vous voulez acheter un apn...

Peut-être serait-il bien que vous redéfinissiez votre projet. Que vous nous disiez ce que vous avez ou pas. Pourquoi vous vous intéressez aux moyens de mesure externes et dans quel but.
En clair, si vous achetez un apn moderne il vous permettra d'exposer correctement sans vous poser de question. C'est sur que cela ne fait pas votre compréhension, mais qu'importe puisque vous aurez le résultat.
Autrement dit, utiliser un posemètre aujourd'hui n'a vraiment de raison d'être que pour les appareils alternatifs (mf, chambres...) et dans des buts précis.

Le 6D fera ça tout bien sans avoir besoin de se casser la tête.



salut
Je vais faire des essais...mais de quoi ? Admettons mesure sur le ciel et les ombres et de compenser pour bien les placer
Oui je souhaite acheter un posemetre, mais je ne suis pas fixé sur lequel choisir. C'est pour de la mesure incidente. Grosse calotte ? Laquelle a une grosse calotte ?
Si la lunasix pro fait le meme boulot qu une sekonik l308 ou 358 came va ! Ca doit etre un peu moins pratique (a une main ?), mais pour commencer
Mes projets sont multiples et franchement desordonnés il est vrai. Difficile de me definir des priorités tellement mes envies et besoins sont diverser
Je vais avoir besoin de m equiper serieusement 6d, 24-70, 35, 50, 85 et j'aimerai aussi beaucoup m'attaquer au moyen format, il y a tellement d appareils qui me font envies (pentax 67, bronica 645 rf, fuji ga 645, mamiya 645, polaroid 600 etc...) J'ai tenu en main ce we un pentax 67 , super ! Je pense que je vais commencer par louer ces appareils


VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #31 le: octobre 10, 2017, 01:30:18 »
Hum... Je ne sais pas trop quoi vous répondre. Désordonné ? Oui ! ;-)

salut
Je vais faire des essais...mais de quoi ? Admettons mesure sur le ciel et les ombres et de compenser pour bien les placer

Ben oui. C'est un peu pour ça que je vous ai demandé ce que vous aviez comme apn. Pour vérifier qu'il possède une mesure réfléchie spot.

A un moment, c'est vous qui devez vous y coller. Et, la meilleure façon d'y parvenir c'est de tenter de ne pas toujours tout remettre en cause à l'aveuglette. Mais essayer de reproduire ce que je vous ai expliqué. Vous manquez de curiosité. Non ?
 
Citer
Oui je souhaite acheter un posemetre, mais je ne suis pas fixé sur lequel choisir. C'est pour de la mesure incidente. Grosse calotte ? Laquelle a une grosse calotte ?

Euh... vous avez cité deux modèles. Observez-les bien.

Citer
Si la lunasix pro fait le meme boulot qu une sekonik l308 ou 358 came va ! Ca doit etre un peu moins pratique (a une main ?), mais pour commencer

Vous pouvez l'utiliser à deux mains. Mais c'est plus simple à une.

Citer
Mes projets sont multiples et franchement desordonnés il est vrai. Difficile de me definir des priorités tellement mes envies et besoins sont diverser
Je vais avoir besoin de m equiper serieusement 6d, 24-70, 35, 50, 85 et j'aimerai aussi beaucoup m'attaquer au moyen format, il y a tellement d appareils qui me font envies (pentax 67, bronica 645 rf, fuji ga 645, mamiya 645, polaroid 600 etc...) J'ai tenu en main ce we un pentax 67 , super ! Je pense que je vais commencer par louer ces appareils

Il vous est toujours possible de vous re-concentrer sur votre question de départ...

J

Lagann

  • Super actif
  • *
  • Messages: 688
    • salut
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #32 le: octobre 11, 2017, 15:48:43 »
A la vue de ton posemètre, je vois un fan d'Ansel Adams et de son zone system :p

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #33 le: octobre 12, 2017, 10:13:34 »
A la vue de ton posemètre, je vois un fan d'Ansel Adams et de son zone system :p

;-)

Il est des choses intemporelles qui permettent de se faciliter la vie. Mais le Zone System de St Ansel n'est plus aussi nécessaire qu'à l'époque. Les films ont plus de dynamique et les papiers sont multigrades.
Cela n'interdit pas la sensitométrie et la réflexion au moment du développement pour faire entrer les HL dans la boîte quand c'est possible.

J

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #34 le: octobre 12, 2017, 13:40:14 »
Avant de faire quoique ce soit betement je prefere comprendre ce que je fais
J'ouvre ma fenetre je prend la mesure spot de mon 5dc. Je pointe la zone la plus lumineuse (le ciel) a 100 isos f 14 je suis a 1/1600eme, je pointe les ombres 1/20eme
Et alors ? Je diminue de 2 vitesses les hautes lumieres 1/1000eme et je devrais etre bien exposé ??
Quant a la mesure incidente je lis que c est une mesure un point c est tout et aussi qu elle est interpretable. Je suis basique si on me dit une chose et son contraire je ne comprend pas.:)
Autre chose, j'ai deja lu et on me l a confirmé oralement que l argentique (noir et blanc comme couleur) devait etre exposé pour les ombres. Personellement je pointe une valeure moyenne avec la mesure ponderee centrale et je suis toujours a +1 en correction d expostion. Est ce que la mesure incidente nous permet de nous affranchir de cette gymnastique ?
Il n ya donc pas de methode simple efficace et vraie tout le temps ?? Je comprends qu en mesure spot que cela demande un peu de reflexion mais faut il comprendre le fonctionnement. Il faut aussi que ca soit un automatisme, on ne peut pas tout le temps passer 10 minutes a chercher son expo


VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #35 le: octobre 12, 2017, 16:31:01 »
Hello,

Citer
Avant de faire quoique ce soit betement je prefere comprendre ce que je fais

Certes. Mais il y a un moment où il faut confronter la théorie à la pratique. Et, vous n'êtes pas en train de tester des armes nucléaires...

Citer
J'ouvre ma fenetre je prend la mesure spot de mon 5dc. Je pointe la zone la plus lumineuse (le ciel) a 100 isos f 14 je suis a 1/1600eme, je pointe les ombres 1/20eme
Et alors ? Je diminue de 2 vitesses les hautes lumieres 1/1000eme et je devrais etre bien exposé ??

Selon vous ? Si vous ne pouvez deviner la réponse, peut-être pourrez-vous la trouver en expérimentant ?
Si j'ai bien compris votre action, vous mesurez les hautes lumières puis les ombres. Qu'en déduisez-vous ? Qu'est-ce qui vous est utile ?

Citer
Quant a la mesure incidente je lis que c est une mesure un point c est tout et aussi qu elle est interpretable. Je suis basique si on me dit une chose et son contraire je ne comprend pas. :)

Je vous comprends !

Si vous relisez attentivement, le sujet vous verrez que hormis un intervenant qui soutient qu'on peut faire une moyenne sans argumenter ou justifier ; tous ont convenu que la réflexion venait au moment où la mesure incidente montrait ses limites. Et Dieu sait qu'elle n'est pas universelle ! Seuls les vrais croyants savent que la vraie lumière est dans la mesure spot*.
Mais un forum est un lieu d'échange où chacun est libre d'avancer ses idées. Votre mission à vous est de trier le bon grain de l'ivraie. La mesure incidente lorsque elle est faite comme il se doit, s'accepte sans... réfléchir.

Citer
Autre chose, j'ai deja lu et on me l a confirmé oralement que l argentique (noir et blanc comme couleur) devait etre exposé pour les ombres.

Eh bien je vous confirme "scripturalement" que cela peut être une bêtise. Exposez les diapos pour les ombres et il vous restera vos yeux pour pleurer quand vous verrez les résultats. Parfois les généralités mènent aux ennuis. Vous notez que j'ai écrit "parfois" parce que si j'avais écrit les généralités mènent toujours aux ennuis... j'en aurais tiré une.

Citer
Personellement je pointe une valeure moyenne avec la mesure ponderee centrale et je suis toujours a +1 en correction d expostion.

Mesurez le tas de charbon dans votre cave éclairé par un soupirail et vous verrez que cette pratique a ses limites.
Vous voyez je l'écrit avec diplomatie et douceur. Mais en gros, comment justifiez vous votre choix ; sur quelles bases ?

Citer
Est ce que la mesure incidente nous permet de nous affranchir de cette gymnastique ?

Elle peut vous affranchir de toute forme de gymnastique puisque si vous remontez de quelques lignes, vous relirez : "La mesure incidente lorsque elle est faite comme il se doit, s'accepte sans... réfléchir." ce qui sous entend qu'elle ne nécessite pas d'interprétation. Mais elle a des limites. La première est que vous devez avoir un outil permettant de faire cette mesure que vous n'avez à priori pas pour le moment. La deuxième est que pour avoir une information correcte il faut se mettre au plus près du sujet pour faire la mesure. Quand vous photographiez un paysage avec des lointains cela peut vous amener à faire 3 heures de marche dans la pampa en espérant qu'un malandrin ne vous subtilisera pas l'appareil que vous avez laissé sur son trépied. La troisième est que lorsque vous prenez la mesure depuis le délicat visage de votre fiancée, tellement près d'elle qu'il se crée une forme de tension sexuelle pleine de promesses, eh bien vous ne tenez pas compte du contraste global de la scène et notamment du soleil couchant dans son dos. Et si vous aviez voulu la laisser mystérieuse dans l'ombre... comment auriez vous mesuré la lumière qui éclaire le soleil ?

Il est vrai qu'avec une mesure spot effectuée à quelques mètres de distance, vous vous éloignez de la rencontre et de la tension qui... mais je m'égare.

Citer
Il n ya donc pas de methode simple efficace et vraie tout le temps ??

Il y en a plein des méthodes. Mais, pour rappel c'est vous qui avez ouvert ce sujet avec la question :

Utilisation d un posemetre
"Salut
Mon utilisation :argentique pour du portrait en pied ou rapproché, pour de la photo de rue et en numérique aussi. [...]


Vous avez un appareil numérique. Il possède un système de mesure matricielle qui vous permet d'être juste a plupart du temps. Et, quand ce n'est pas le cas, par une simple consultation de l'histogramme, vous pouvez en quelques coups de molette apporter la correction nécessaire pour amener l'histogramme là où vous le voulez. Il vous suffit de savoir ce que vous voulez obtenir (en fait c'est souvent ça le plus dur...)

Donc, ce qui différencie une spot d'une incidente et d'une matricielle ? Seule la "spot" et toujours fiable du moment que vous savez quoi mesurer et pourquoi. Et ça... c'est toujours vrai !

Citer
Je comprends qu en mesure spot que cela demande un peu de reflexion mais faut il comprendre le fonctionnement.

Eh bien disons que c'est ce que j'essaie de vous aider à faire depuis quelques jours maintenant. Non ?

Citer
Il faut aussi que ca soit un automatisme, on ne peut pas tout le temps passer 10 minutes a chercher son exp

Vous déplacez plus vite que la lumière ?

Si non, et quand vous ne passez pas tout le temps de l'ombre à la lumière ; vous fixez votre mesure et tant que vous restez dans le même axe par rapport au soleil, vous n'avez rien à changer. Sinon, comment auraient fait les générations de photographes de rue avec leurs Leica règlés sur l'hyperfocale et à l'exposition mesurée une fois pour toute.

Et puis, c'est là que le passage de la théorie à la pratique permet de mieux saisir les choses, combien de temps vous faut-il pour repérer par exemple le point le plus lumineux de votre scène, le viser et actionner la mesure ? Certainement moins de temps qu'il ne vous en a fallu pour lire ces deux lignes.

La démarche avait été anticipée. Vous aviez déjà mis votre appareil sur manuel, choisi votre ouverture et décalé l'expo de +2EV.

Je le fais de manière continue avec mon apn. Pas parce que je pense que c'est mieux ainsi. Mais parce que j'utilise des optiques de génération trop ancienne pour qu'ils communiquent avec l'appareil sur simple pression du déclencheur. Je peux vous garantir que cela fonctionne aisément. Et comme je peux contrôler et corriger à la demande... ça va très vite.

Quand j'utilise mes systèmes argentiques qui n'ont pas de système de mesure, je sors mon posemètre rigoureusement de la même façon. Et, entre nous, quand je ne sors que mon apn, le posemètre reste bien sagement dans son rangement. Pas la peine de doubler les outils quand on sait se servir de celui qu'on a à disposition.

J

* "Arme nucléaire", "Dieu", "Vrais Croyants"... si avec tout ça nous ne sommes pas lu par les gens d’Échelon...


stratojs

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 8 163
  • Sexe: Femme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #36 le: octobre 12, 2017, 16:50:49 »
... oui, mais on tombe plus vite et de plus haut, quand on est en haut de l'Echelon!..  :D

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #37 le: octobre 12, 2017, 16:52:38 »
;-)

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #38 le: octobre 12, 2017, 17:04:56 »
J'ouvre ma fenetre je prend la mesure spot de mon 5dc. Je pointe la zone la plus lumineuse (le ciel) a 100 isos f 14 je suis a 1/1600eme, je pointe les ombres 1/20eme
Et alors ? Je diminue de 2 vitesses les hautes lumieres 1/1000eme et je devrais etre bien exposé ??
Quant a la mesure incidente je lis que c est une mesure un point c est tout et aussi qu elle est interpretable. Je suis basique si on me dit une chose et son contraire je ne comprend pas.:)
Autre chose, j'ai deja lu et on me l a confirmé oralement que l argentique (noir et blanc comme couleur) devait etre exposé pour les ombres. Personellement je pointe une valeure moyenne avec la mesure ponderee centrale et je suis toujours a +1 en correction d expostion. Est ce que la mesure incidente nous permet de nous affranchir de cette gymnastique ?
Il n ya donc pas de methode simple efficace et vraie tout le temps ?? Je comprends qu en mesure spot que cela demande un peu de reflexion mais faut il comprendre le fonctionnement. Il faut aussi que ca soit un automatisme, on ne peut pas tout le temps passer 10 minutes a chercher son expo

Tu as vraiment mesuré une partie très lumineuse du ciel (des nuages à côté du soleil je pense).
Pour la mesure incidente, si l’éclairage n’est pas trop latéral elle est OK la plupart du temps mais si le sujet est très clair ou très sombre la photo risque de ne pas être satisfaisante. Par exemple si le sujet est un champ de neige, il ressortira bien blanc mais ça va manquer de « matière ». D’où une interprétation à effectuer.
Si l’éclairage est majoritairement latéral je trouve que la mesure incidente n’est pas adaptée.
Pour l’argentique, on a l’habitude de lire qu’il faut exposer pour les ombres, mais ça concerne les négatifs. Pour la diapo, les parties cramées passent très mal et il faut plutôt exposer pour les hautes lumières.
Bien exposer n’est pas toujours évident. Si le sujet est peu ou moyennement contrasté, exposer correctement n’est pas très difficile quitte à corriger un peu après coup (et il aura une certaine latitude d’exposition).
Si le sujet est très contrasté, l’exposition devient critique. Et je crois qu’il n’y a pas de recette miracle.

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #39 le: octobre 12, 2017, 17:05:07 »
Juste pour vous montrer deux autres exemples faits le même jour.

Ici, la mesure est faite sur le ciel. Mais je suis dans les bois.

Couvert_CE1 by N07/]Couvert_Part, Attention... Y a une ruse

Comme vous le voyez : mesure spot et décalage de +2+1/3IL

Et voilà l'image complète

_IGP1897 by N07/]Couvert, C'est quoi le Delta E ici ?

Ce que vous n'avez peut-être pas vu c'est qu'il y a plus de dix diaph entre le ciel et les ombres des haies en bas à gauche. Le ciel est à EV14+2/3 et les haies... EV4.
C'est là que le capteur est sollicité. Pas de bruit dans les ombres. Marche bien cet appareil.

Évidemment, faut corriger un peu dans LR.

Remontada by N07/]Couver_Correc, Avant/Après

Dans ce cas, j'ai choisi de préserver les hautes lumières pour ne pas avoir un ciel brûlé et fait confiance à la dynamique de mon apn. D'autres choix étaient possibles.

Le deuxième :

_IGP1911 by N07/]fougères &..., Ou comment leurrer les autres mesures

La mesure a été faite sur la fleur blanche placée en haut +2IL. Les fougères moins lumineuses ont gardé leur profondeur. Si j'avais utilisé une mesure centrale pondérée ou probablement aussi pour une mesure matricielle ; le résultat aurait été plus... délavé. A cause des deux zones d'ombre autour de la fleur du milieu.

Voilà une partie de ce que l'on peut faire avec une mesure spot tranquillement menée. Peut-on faire la même chose avec une mesure incidente ? Sans doute mais la maison sur la falaise... faut y aller. La maison dans la forêt... aurait pu être trompeuse.

J


tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #40 le: octobre 13, 2017, 14:54:42 »
D abord meci pour votre patience :) vous etes tres pedagogue mais l 'eleve est reveche

La troisième est que lorsque vous prenez la mesure depuis le délicat visage de votre fiancée, .... eh bien vous ne tenez pas compte du contraste global de la scène et notamment du soleil couchant dans son dos.
Il est vrai qu'avec une mesure spot (sur le visage ) effectuée à quelques mètres de distance...aurait ete preferable

C'est a dire que ma fiancé va etre bien exposée mais comme elle est en contre jour la dynamique est faible donc j aurais des hautes lumieres cramees et certainement quelques ombres bouchees.
Et /ou le resultat sera une imagne etheree a la fine art...?
Donc, ce qui différencie une spot d'une incidente et d'une matricielle ? Seule la "spot" et toujours fiable du moment que vous savez quoi mesurer et pourquoi. Et ça... c'est toujours vrai !

Oui ca jai bien compris quant a savoir l utiliser cest autre chose

Tu as vraiment mesuré une partie très lumineuse du ciel (des nuages à côté du soleil je pense).

Oui on m adit mesure la partie la plus lumineuse de la scene

Pour l’argentique, on a l’habitude de lire qu’il faut exposer pour les ombres, mais ça concerne les négatifs.

oui je parlais des negatifs
L'exemple de la fleur est tres parlant et c est exactement le cas de figure auquel je pense. Enfin ca pourrait etre une ambiance dans une rue en inde. Jerage souvent car contrairement a ce que j ai dit plus haut j utilise (en apn) 90% du temps la mesure matricielle et je me retrouve avec une scene de rue ou de payasage qui ne retranscrit pas du tout ce que j ai vu ou l'ambiance luineuse que je voulais avoir

Le probleme c est qu il y a aussi la scene qui se deroule sous mes yeux et qu il faut a un moment figée : le chat qui passe a tel endroit pendant qu 'une femme ajuste son turban etc...

Il faudrait que je m entraine d abord sur des sujets plus mobiles

Avec mon x100s j avais deja fait des test car jhe vois directement l exposition dans le viseur. Ma methode consistait a trimbaler la mesure spot un peu au hasard de la scene jusqu a ce que l expo me plaise, et je memorisais l expo, eventuellement avec une un legere correction d expo
Parcontre avec un reflex j ai plus de mal a envisager la methode. Grosso mode : on veux preserver les HL , mesure spot dessus et +2 a 3 diaph. Pour les ombres c est idemne avec -2 a 3 diaphs...il faudra que je fasse des essais

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #41 le: octobre 13, 2017, 18:32:46 »
Hello,

Une mesure spot sur le visage n'aurait rien apporté de plus qu'une mesure incidente au plus près de son visage. Mais vous auriez pu décider de mesurer le couchant et volontairement exposer pour celui-ci ce qui aurait eu pour conséquence de faire d'elle une ombre chinoise. En mesure incidente vous ne pouvez pas le faire parce que vous ne pouvez pas vous mettre à côté du soleil. Ou plutôt vous ne pouvez mesurer la lumière qui l'éclaire puisque c'est lui le soleil qui fournit la lumière.

Vous avez comme vous le dites mesuré la zone lumineuse. Tout est bien. Mais vous vous êtes planté dans votre conversion. 1/1600ème divisé par deux fois deux (à chaque diaph on double ou divise par deux) ça n'a jamais fait 1/1000. 1/1600 / 2= 1/800 1/800 / 2 = 1/400ème de secondes. Votre image devrait être sous-exposée si vous la prenez au 1/1000ème.

Si votre image ne retranscrit pas ce que vous avez vu, si c'est sur-exposé : beaucoup de détail dans les ombres et le turban trop lumineux ; c'est que votre système de mesure s'est planté dans l'interprétation (matricielle) ou a été décalé (pondérée). Si votre sujet c'est la dame au turban ; vous la mesurez et ajoutez 1/3 ou d'IL (elle est indienne avec une carnation plus foncée) et le reste se posera comme il le pourra. Ou bien, si elle est dans le soleil, vous mesurez vos hautes lumières et ajoutez 2IL. Et, selon la façon dont elle est éclairée elle sortira plus ou moins lumineuse. Votre premier choix favorise votre sujet : la femme au turban. Le deuxième, l'environnement. Dans le deuxième cas, il vous faut attendre qu'elle passe dans le soleil pour être visible.

Ce qu'il faut bien retenir de "la photographie de rue en zone contrastée" (tout un programme) c'est que vous devrez faire de choix. Et choisir c'est sacrifier. Dans le premier cas, vous aurez des ombres un peu moins présentes, mais des hautes lumières brûlées. Ce qui n'est pas forcément rédhibitoire parce que notre cerveau est habitué à interpréter cela. Dans le deuxième cas, parce que vous aurez attendu que la dame passe dans la lumière, vous l'aurez à peu près correctement exposée, des ombres... ombreuses et des hautes lumières respectées. Et là, il n'y a que le spotmètre qui me permette de faire cela. A moins d'arriver à aller au pieds de la dame, mais là il est possible que vous sortiez du cadre de la photographie de rue pour entrer dans le portrait posé.
Les deux visions sont respectables. C'est la deuxième qui vous donnera les couleurs les plus saturées et les contrastes les plus marqués.

Le cas que vous décrivez est celui que j'ai montré plus haut. Une mesure matricielle n'aurait pas tenu compte des deux fleurs blanches. Trop petites dans le cadre. Elles auraient été brûlées et les fougères nettement plus lumineuses. En choisissant exactement ce qui devait être lumineux ; j'ai obtenu le résultat que je voulais.

Vous le voyez ici dans les exifs :

EV+2 by N07/]Foug_Bib, une mesure sur la fleur

Et je n'ai rien corrigé dans LR : tout est à zéro.

Pour les ombres ça marche de la même façon. En sens inverse. Mais, avec une contrainte supplémentaire : il est assez facile de récupérer des ombres (la bicoque dans les arbres en est un exemple flagrant) mais beaucoup plus difficile de contrôler les hautes lumières. Alors, avec un apn, autant se cantonner à mesure les HL sauf quand on sait qu'on n'a pas de HL trop gênantes.

C'est le cas dans l'image ci-dessous.

J'ai fait la mesure sur le bas de la deuxième porte. Cela a fonctionné par ce qu'il n'y avait pas de HL ingérables. Si vous regardez très attentivement vous verrez une moulure horizontale tout en bas de la porte.

_IGP1869 by N07/]-2IL, ça fait déjà cinq images différentes sans compter la première... Y'en a un qui va être content

Ce que vous pouvez essayer de faire, et surtout parce que vous êtes dans une zone de forts contrastes, c'est vous limiter, en extérieur, à la mesure des hautes lumières +2IL. Avant de sortir, vous réglez votre correcteur à +2IL, vous mettez en mode ouverture, choisissez votre diaphragme et votre sensibilité. Sur site, vous pointez, faites votre mémorisation des hautes lumières et laissez l'appareil faire les calculs (1600/4=400. Pas 1000...).

Reste plus qu'à déclencher. Et si vous changez d'orientation : vous pointez de nouveau les HL et mémorisez. 1 seconde et demie.

Quand vous amenez la dame au turban à venir poser pour vous pour un portrait "à la Vermeer", vous choisissez une fenêtre au nord, vous la mettez devant et mesurez la lumière qui tombe sur sa joue éclairée. Vous corrigez votre expo (de +1/3IL à +1IL) en fonction de sa carnation et de votre goût. Ce qui est certain c'est que cette partie de son visage sera correctement exposé, l'autre joue sera dans l'ombre, les couleurs du turban bien saturées et tout le reste, si vous êtes bien proche de la fenêtre, sera dans l'ombre. Les choses importantes à retenir sont "fenêtre au nord" (pas d'exposition à un rayon de lumière directe) et proximité de la fenêtre. Comme la lumière décroît du carré  de la distance parcourue, si les murs sont éloignés ; ils sont dans l'ombre. Si vous trouvez que le contraste est trop violent (pas de lisibilité de l'autre joue), il vous suffit de placer un support blanc à 45° dont vous ferez varier la distance pour éclairer son autre joue.

Pour le chat qui passe... vous avez réglé votre expo avant et cela ira. Rien ne dit, selon sa taille dans le cadre, que l'appareil avec la matricielle comprenne que c'est votre sujet principal. Donc, rien ne vous assure de bien l'exposer comme ça.

Par contre, il est dans un environnement. Et c'est cet environnement que vous avez appréhendé par la mesure des HL avant qu'il ne pointe le bout de son museau. Enfin, c'est de la photo de rue. Il vous faut vous concentrer sur votre cadre et votre mise au point. Le seul vrai frein que vous pouvez exprimer c'est : mais si je change de diaph ? Oui. Dans ce cas là, faut mesurer à nouveau. 1 seconde et demie. Je ne sais pas pour vous, mais j'ai bien l'impression que dans la plupart des cas on se fixe un diaph et on le conserve longtemps sans le changer. "Aujourd'hui je vais faire du bockey. Tout à 1,4" ou "Mon meilleur diaph est à 8 ; pas question de transiger sur la qualité !". Bref, pas tant de contraintes que ça.

J

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #42 le: octobre 13, 2017, 18:49:11 »
L'exemple de la fleur est tres parlant et c est exactement le cas de figure auquel je pense. Enfin ca pourrait etre une ambiance dans une rue en inde. Jerage souvent car contrairement a ce que j ai dit plus haut j utilise (en apn) 90% du temps la mesure matricielle et je me retrouve avec une scene de rue ou de payasage qui ne retranscrit pas du tout ce que j ai vu ou l'ambiance luineuse que je voulais avoir

Oui il arrive souvent qu'une photo soit bien exposée mais ne traduise pas l'ambiance lumineuse. A priori c'est normal.
Mais si la photo est bien exposée au départ, en numérique il sera facile de la modifier pour coller au mieux à l'ambiance perçue.

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #43 le: octobre 13, 2017, 20:07:21 »
La j ai compris !  :) y a plus qu a faire des tests pour en etre sur. Merci ! Il faut donc prendre en compte l intensite des HL . le turban est moins surexpose que le ciel
 Pour revenir a l argentique (negatif) on peut utiliser la meme methode en ajoutant 3 il ? sachant qu il faut exposer pour les ombres ?

Oui il arrive souvent qu'une photo soit bien exposée mais ne traduise pas l'ambiance lumineuse. A priori c'est normal.
Mais si la photo est bien exposée au départ, en numérique il sera facile de la modifier pour coller au mieux à l'ambiance perçue.


on m a en effet deja dit que lors de la prise de vue il ne fallait pas chercher a traduire l ambiance lulineuse mais qu il fallait avoir une photo "bien exposée" Je ne me souviens plus des termes exactes : Il faut restituer toute la dynamique que le capteur est capable de saisir. Celai permettra au post traitement de pouvoir interpreter la photo dans un sens ou dans l autre ou tout simplement coller a l ambiance lumineuse.
On m a aussi dit : tu mesure la lumiere selon ce que tu veux montrer, mettre en valeur. Je comprends maintenant cette phrase a la lumiere des explications de vent de sable
Les deux affirmations sont vraies. Mais quand on est a la limite de son appareil (1600 isos grand max pour mon 5dc) mieux vaut ne pas se rater, sinon le post traitement sera destructeur. Dans l ideal je preferai etre bien exposé tout de suite en respectant l ambiance lumineuse

tirando

  • Super actif
  • *
  • Messages: 504
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #44 le: octobre 20, 2017, 21:23:19 »
J ai fait des tests. Les résultats sont inégaux.
Il ne faut pas visée des zones trop reflechissantes (nuages ou autre matières blanches)
Avec cette technique (Quand on a bien visee) on a un raw bien "neutre" c est a dire ou les hl ne sont pas cramees ni les ombres bouchées. Je me suis vite rendu compte que c était mieux exposé qu qu' avec la mesure evaluative. Mais il ne faut pas se louper
Avec une image type ombre chinoise on n a pas l aspect contrasté que l on aimerait avoir mais au post traitement on se sent beaucoup plus a l aise : pas besoin de remonter les noirs ou de récupérer les blancs et on dose notre effet comme on veut
http://www.cjoint.com/c/GJutiZ1wq6C
ici j ai vise le bithume, pas les bandes blanches
Mais j ai utilisé cette technique de façon très automatique, alors que c'est plutot une methode "reflechie" : je vise les hl (mais attention aux zones reflechissantes) + 2 sur le correcteur d expo, je recadre et bing
cela demande encore d autre essais en particuler en argentique
2 remarques
si j ai bien compris , cette methode permet d avoir grosso modo les memes resultats qu avec une mesure reflechie
+2 en corresction signifie de diviser la vitesse par 2 : 1/800 au lieu de 1/1600, f8 au lieu de f16...ok
Je vois souvent des photos argentiques avec +2,+3 stop Est ce que c est la meme chose ?
IL et EV sont la meme chose
+2IL signifie 1/800 au lieu de 1/1600 aussi ?
Merci

--

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #45 le: octobre 21, 2017, 08:48:28 »

;-)

Recommencez !

Mais utilisez le correcteur d'exposition plutôt que de faire le calcul vous même. Il ne se trompe pas lui.
Citer
Il ne faut pas visée des zones trop reflechissantes (nuages ou autre matières blanches)
Avec cette technique (Quand on a bien visee) on a un raw bien "neutre" c est a dire ou les hl ne sont pas cramees ni les ombres bouchées. Je me suis vite rendu compte que c était mieux exposé qu qu' avec la mesure evaluative. Mais il ne faut pas se louper

si vous avez fait comme vous le dites : "+2 en corresction signifie de diviser la vitesse par 2 : 1/800 au lieu de 1/1600" ; c'est normal.

A vous de trouver pourquoi.


Citer
2 remarques
si j ai bien compris , cette methode permet d avoir grosso modo les memes resultats qu avec une mesure reflechie

C'est une mesure qui s'intéresse à la lumière réfléchie par le sujet (ici le nuage). Donc on peut dire que c'est "précisément" le même résultat qu'une mesure réfléchie. Parce que c'est une mesure réfléchie.

Citer
+2 en corresction signifie de diviser la vitesse par 2 : 1/800 au lieu de 1/1600, f8 au lieu de f16...ok

C'est ce qui fait que vos nuages sont : on a un raw bien "neutre" c est a dire ou les hl ne sont pas cramees et c'est... sous exposé ;-)

Pour vous aider dans votre réflexion, relisez le début de ma dernière intervention. Votre explication est là.

Citer
Je vois souvent des photos argentiques avec +2,+3 stop Est ce que c est la meme chose ?

Oh là ! Comme vous y allez... +3 stops !

+2 je vois bien : c'est ce que je vous ai proposé de faire par rapport à un référent. Mais plus trois... par rapport à quoi ? Dans quel but ? Le chiffre ne signifie rien s'il est seulement relatif. Il faut qu'il soit ancré à un référent. Les gars sont en train de s'étriper sur exposer à droite dans l'autre forum avec des propositions délirantes du type : "le capteur est systématiquement sous exposé de 1+1/3IL". Ou encore, il faut systématiquement ajouter "3+1/3IL pour obtenir le résultat espéré" bref, tout un tas d'oukases qui ne sont motivés par rien. Juste des oukases. C'est ce qui vous complique la vie. Et, vous lisez tout un tas de bêtises non justifiées ou expliquées. C'est ce qui vous complique la vie.

Heureusement, il vous reste la possibilité d'expérimenter et c'est ce que vous faites et faites bien. Vous tâtonnez, mais c'est normal. C'est le chemin de la compréhension qui vous oblige à passer par là.

+3 par rapport à une mesure sur une ombre donnera une image sous exposée. Par rapport à une mesure sur une haute lumière donnera une image sur exposée. Mais il y a peut-être un référent auquel je ne pense pas qui lui fonctionne (t'as senti le doute épais qui m'étreint sur ce coup là ?)

Citer
IL et EV sont la meme chose

oui & non.

Oui, l'échelle est là même. "IL, EV, Cran, Diaph, Stop", quand on passe de l'un à l'autre on double ou on divise par deux la quantité de lumière transitant par l'objectif.

Non par ce que cela doit évoquer chez vous à chaque fois une chose précise différente selon son nom. Disons que c'est une richesse de vocabulaire.

"Diaph" et "Stop" vont être les moyens de contrôler cette quantité de lumière soit par l'ouverture ou par le temps de pose.
"Cran" vous laisse le choix entre "Stop" et "Diaph" "Ferme d'un cran coco !" vous laisse le choix de la bague ou molette que vous allez tourner d'un clic pour parvenir à diviser par deux la lumière qui va transiter par l'objectif.
"IL" est l'indice de correction induit par l'appareil pour vous permettre d'arriver à vos fins. Selon que vous ayez donné une priorité à l'ouverture ou à la vitesse, l'appareil agira sur l'autre facteur pour doubler ou diviser par deux la lumière qui transite par l'objectif.   
Et, pour tout cela, "EV" sera le référent. Une sorte de valeur absolue. Vos ombres sont à EV4 et vos HL à EV14. Cela vous donne un contraste de 10 diaphs ou stops. Et, si vous avez mesuré les HL, vous allez les décaler de 2IL sur votre correcteur EV en ouvrant de deux crans...

C'est juste une histoire de convention. Ce qui est important c'est de retenir qu'entre chaque valeur il y a deux fois plus ou deux fois moins de lumière qui passe. Oh, ben tiens je viens de vous donner l'explication de votre début de message...

Votre image est intéressante. Elle amène une contrainte nouvelle : le contraste est l'objet de la photo. Vous constatez que vous ne pouvez régler le point blanc et le point noir ensemble. L'un dépend de l'autre. Du coup, plutôt que de mesure le noir ou le blanc, vous avez mesuré le gris... Vous ne dites pas d'ailleurs si vous avez apporté une correction (ce que vous n'avez sans doute pas fait).

C'est là que l'interprétation entre en compte. Après la prise de vue. Je veux un blanc bien blanc et un noir bien noir. Mais si je mesure le blanc et le monte (+2), ça fait aussi monter les ombres et donc vous n'obtenez pas l'effet escompté.
A l'inverse, mesure les ombres et les décaler de 2 crans (-2) les place bien, mais rend les blancs... gris. Idem, vous n'avez pas l'effet escompté.

J'aurais mesuré les HL, et, après coup, tant que mon LR fonctionne, baissé les ombres dans le logiciel.

Mais, votre image fonctionne, ce qui veut dire qu'il peut y avoir plusieurs façons de faire les choses.

Ici, toujours au Bois de Cise, j'avais voulu préserver les HL et donc, pour ce faire mesuré le ciel et ajouté la bonne dose de lumière (+2IL). Mais les ombres étaient trop basses. C'est le cas de l'herbe qui manquait de lumière. je les ai remontées dans LR

Banc_CE2 by N07/]Bois de Cise, Tons_foncés_+40

Et le résultat :

_IGP1941 by N07/]Bois de Cise, un peu de douceur...

Dans ce cas là, j'ai été confronté au même problème que vous : placer les hautes lumières décalait le placement des ombres. Et dans ce cas là... merci LR (ou les maquillages sous l'agrandisseur : les moyens sont différents, mais les buts identiques).

Vous êtes dans la bonne démarche. Votre nuage ne vous a pas donné satisfaction soit par ce que vous avez fait la mauvaise correction, soit parce que vous n'avez pas mesuré la partie la plus lumineuse du nuage (ce n'est pas toujours facile : les viseurs ne sont pas toujours précis. Faites plusieurs mesures et gardez celle qui vous donne le temps de pose le plus court).

Bonne continuation.

J

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #46 le: octobre 21, 2017, 09:03:50 »
"IL" est l'indice de correction induit par l'appareil pour vous permettre d'arriver à vos fins. Selon que vous ayez donné une priorité à l'ouverture ou à la vitesse, l'appareil agira sur l'autre facteur pour doubler ou diviser par deux la lumière qui transite par l'objectif.   
Et, pour tout cela, "EV" sera le référent. Une sorte de valeur absolue. Vos ombres sont à EV4 et vos HL à EV14. Cela vous donne un contraste de 10 diaphs ou stops. Et, si vous avez mesuré les HL, vous allez les décaler de 2IL sur votre correcteur EV en ouvrant de deux crans...

IL (indice de lumination) et EV (exposure value), c'est la même chose.
Par exemple, si le sujet a une luminance de 4100 cd/m² et la sensibilité est de 100 ISO, l'IL (ou l'EV) sera égal à 15.
Pour la même luminance et 200 ISO, l'IL sera égal à 16.
Etc.

On applique la formule IL = log(LS/12,5)
L en cd/m² , S sensibilité ISO , log en base 2

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #47 le: octobre 21, 2017, 12:09:36 »
C'est ce qu'on peut voir ici : pour indiquer les limites de fonctionnement de l'AF par exemple, au lieu d'indiquer la luminance du sujet, les fabricants indiquent l'IL pour une sensibilité donnée (en général 100 ISO). Ce qui permet de calculer la luminance.
Ici c'est l'IL et pour les pages anglophones ce sera l'EV.

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #48 le: octobre 21, 2017, 12:11:51 »
Les magazines aussi indiquent l'IL pour ce genre de mesure, mais ils n'ont toujours pas compris que l'IL sans préciser la sensibilité ne veut rien dire.

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 21 833
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #49 le: octobre 22, 2017, 15:24:41 »
Une fois l'IL n'a pas été indiqué (l'auteur a peut-être été perturbé car la sensibilité n'est pas égale à 100 ISO).
Questions : quel est l'IL dans ce cas ? Quelle est la luminance du sujet ?

rickey87

  • Très actif
  • *
  • Messages: 363
  • Sexe: Homme
    • 500px
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #50 le: janvier 26, 2018, 19:53:38 »
Bon ben voilà j'en ai un , un spotmeter pentax V, et ça à cause de Ventdesable lol

rickey87

  • Très actif
  • *
  • Messages: 363
  • Sexe: Homme
    • 500px
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #51 le: janvier 27, 2018, 08:30:17 »
Par contre j'ai une interrogation, voilà désirant essayer l'argentique je me suis acheté un Nikon F3 HP , une pellicule Tri X 400, et, parcourant plusieurs forum il ressort que beaucoup la charge en la réglant sur 200 iso
D'où mon interrogation , avec l'utilisation du spotmeter si je mesure par exemple le ciel et que je décide de le mettre en zone VII soit + 2 il, dois je tenir compte du + 1 que j'ai déjà mis d'office en réglant la pellicule à 200 iso ou pas?
Merci de vos avis éclairés   

stratojs

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 8 163
  • Sexe: Femme
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #52 le: janvier 27, 2018, 10:04:59 »
Voici tout ce qu'il faut savoir de la TriX actuelle!
http://imaging.kodakalaris.com/sites/prod/files/files/products/f4017_TriX.pdf


rickey87

  • Très actif
  • *
  • Messages: 363
  • Sexe: Homme
    • 500px
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #53 le: janvier 27, 2018, 10:24:57 »
Voici tout ce qu'il faut savoir de la TriX actuelle!
http://imaging.kodakalaris.com/sites/prod/files/files/products/f4017_TriX.pdf

Merci , mais le problème c'est que je ne vois pas où cela réponds à la question, surtout que je ferai développer la pellicule à sa sensibilité de 400

Pierre Collin

  • Exclu
  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 123
    • Photo sport
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #54 le: janvier 27, 2018, 10:26:57 »
Par contre j'ai une interrogation, voilà désirant essayer l'argentique je me suis acheté un Nikon F3 HP , une pellicule Tri X 400, et, parcourant plusieurs forum il ressort que beaucoup la charge en la réglant sur 200 iso
D'où mon interrogation , avec l'utilisation du spotmeter si je mesure par exemple le ciel et que je décide de le mettre en zone VII soit + 2 il, dois je tenir compte du + 1 que j'ai déjà mis d'office en réglant la pellicule à 200 iso ou pas?
Merci de vos avis éclairés  

Si tu démarres l'argentique, tu commences par utiliser la sensibilité nominale (400) et ensuite tu adapteras, ou pas, des traitements exotiques.

Si tu fais référence au zone system de A. Adams ce n'est pas adapté au film en rouleau, seulement pour les plans film, ou alors si tu fais 24x ou 36x la même photo.

Et pour finir tous ces réglages et mesures ne seront valables que si tu maitrises le développement.

rickey87

  • Très actif
  • *
  • Messages: 363
  • Sexe: Homme
    • 500px
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #55 le: janvier 27, 2018, 10:48:06 »
Si tu démarres l'argentique, tu commences par utiliser la sensibilité nominale (400) et ensuite tu adapteras, ou pas, des traitements exotiques.

Si tu fais référence au zone system de A. Adams ce n'est pas adapté au film en rouleau, seulement pour les plans film, ou alors si tu fais 24x ou 36x la même photo.

Et pour finir tous ces réglages et mesures ne seront valables que si tu maitrises le développement.

Alors là je ne suis pas, mais pas du tout d'accord , pour moi il s'agit d'exposer juste. lorsque je suis en numérique par exemple , si je spot les HL du cadre, je compense pour les placer au bon endroit, le fait de mesurer celles ci avec un spotmeter rend la mesure plus précise et du coup appliquer la compensation qui va bien soit +2 ou +3 IL, après je développe le raw sous LR

Et donc en argentique je suppose que l'exposition doit etre également compensé en fonction de la scène au départ de la prise de vue , et j'ai pas envie que ma photo soit sous ex

d'où ma question de comment dois je compenser si je règle ma pellicule à 200 iso

Pour finir j'adhère tout a fait aux explications de Vent de sable plus haut ds le post

En utilisant ma pellicule à 400 , mesure sur les HL et compensation de +2 , pas de soucis je le comprends , par contre par rapport à ce que j'ai pu lire que cette pellicule se comportant mieux à 200 , dois je compenser de +1 ou +2 sur la même mesure

Apres ce que je comprends en numérique je le comprends peut etre pas en argentique

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #56 le: janvier 27, 2018, 11:29:06 »
Citer
Si tu démarres l'argentique, tu commences par utiliser la sensibilité nominale (400) et ensuite tu adapteras, ou pas, des traitements exotiques.

Si tu fais référence au zone system de A. Adams ce n'est pas adapté au film en rouleau, seulement pour les plans film, ou alors si tu fais 24x ou 36x la même photo.

Et pour finir tous ces réglages et mesures ne seront valables que si tu maitrises le développement.

Hello,

Oui et non.

Choisir d'exposer sa tri-x à 200 c'est juste décaler sa sensibilité. Il n'y a à ce moment là aucune considération du contraste de ou plutôt des images que l'on va faire. Normalement, on arrive à cette décision parce que l'on a testé son ensemble et que l'on a constaté que l'on obtient les densités que l'on cherche. Le plus souvent, on en arrive à exposer la tri-X à 200.

Le résultat entre un négatif exposé à 200 et un autre exposé à 400 est que les ombres sont mieux définies et les hautes lumières plus denses. Cela donne plus de confort au tirage (fon faut pas avoir un agrandisseur cacochyme...)

Après, l'adage est : "on expose pour les ombres et on développe pour les hautes lumières". Ce qui dans le cas d'une bobine est parfois complexe. Pas toujours : ici aujourd'hui, il fait gris avec des contrastes peu élevés. Si je passe le rouleau dans la journée, je pourrais décider de sur-développer pour faire venir les hautes lumières et compenser le manque de contraste. Mais c'est vrai que c'est plus facile avec les PF puisque à chaque image il peut y avoir un traitement particulier.

Toutefois, il convient de se demander si cela a toujours une raison d'être. En effet, la Tri-X d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec celle des années 30. Notamment en termes de dynamique. Il est donc nettement moins nécessaire de contrôler le développement.

En conclusion, choisir 200 iso comme sensibilité de base est une décision qui n'influe pas sur le contraste global des images, mais uniquement sur son positionnement. Un décalage.

J


VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #57 le: janvier 27, 2018, 11:33:46 »
Citer
Par contre j'ai une interrogation, voilà désirant essayer l'argentique je me suis acheté un Nikon F3 HP , une pellicule Tri X 400, et, parcourant plusieurs forum il ressort que beaucoup la charge en la réglant sur 200 iso
D'où mon interrogation , avec l'utilisation du spotmeter si je mesure par exemple le ciel et que je décide de le mettre en zone VII soit + 2 il, dois je tenir compte du + 1 que j'ai déjà mis d'office en réglant la pellicule à 200 iso ou pas?
Merci de vos avis éclairés   

Sur un négatif N&B, les hautes lumières trouvent toujours de la place. Les ombres elles sont plus "fugaces". Donc, comme le problème ce sont les ombres, rien ne sert de mesurer les hautes lumières.

Vous mesurez les zones d'ombre pour lesquelles vous voulez voir du détail, décalez le résultat obtenu en fermant de deux diaph et le reste suivra. Les ombres en question seront juste discernables (vous y verrez du détail) et tout le reste suivra.

J

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #58 le: janvier 27, 2018, 11:39:35 »
Et, partant de là, au moment de développer le film, vous ne direz rien au laboratoire.

Si vous lui dites : "j'ai exposé à 200" et que lui en conséquence retiens le développement d'un diaph pour vous ramener à 400... c'est  comme si vous aviez exposé à 400. Non ?

Si par contre vous êtes dans une situation où vous avez largement sous-exposé votre film (genre exposé à 3200 iso pour conserver de la vitesse), alors il faut le préciser au labo pour qu'il augmente le temps de développement et trouve de l'information sur le film. Au prix d'une montée importante des contrastes et du grain. There is no free lunch !

J

rickey87

  • Très actif
  • *
  • Messages: 363
  • Sexe: Homme
    • 500px
Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #59 le: janvier 27, 2018, 11:41:18 »
Sur un négatif N&B, les hautes lumières trouvent toujours de la place. Les ombres elles sont plus "fugaces". Donc, comme le problème ce sont les ombres, rien ne sert de mesurer les hautes lumières.

Vous mesurez les zones d'ombre pour lesquelles vous voulez voir du détail, décalez le résultat obtenu en fermant de deux diaph et le reste suivra. Les ombres en question seront juste discernables (vous y verrez du détail) et tout le reste suivra.

J


Ok merci beaucoup , donc je laisse ma pellicule sur 400 et avec le pentax je recherche les ombres et le les mets en zone IIV, alors qu'en numérique je fais l'inverse j'expose pour les HL

VentdeSable

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 869
  • Sexe: Homme
  • Tout est plus facile avec un canon de marine...
Re : Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #60 le: janvier 27, 2018, 11:47:45 »
Ok merci beaucoup , donc je laisse ma pellicule sur 400 et avec le pentax je recherche les ombres et le les mets en zone IIV, alors qu'en numérique je fais l'inverse j'expose pour les HL

;-)

IIV ?

Vous vouliez sûrement écrire : II

Un article bien complet... Jean Claude Mougin

J

rickey87

  • Très actif
  • *
  • Messages: 363
  • Sexe: Homme
    • 500px
Re : Re : Re : Re : Utilisation d un posemetre
« Réponse #61 le: janvier 27, 2018, 12:39:56 »
;-)

IIV ?

Vous vouliez sûrement écrire : II

Un article bien complet... Jean Claude Mougin

J
Oops oh le naze que je suis non zone III je ferme de 2 diaphs par rapport à ce que me dit le spotmeter pointé sur la zone la plus plus sombre