Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com


Auteur Sujet: Question technique  (Lu 36241 fois)

hetocy

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 9 107
  • Sexe: Homme
Re : Question technique
« Réponse #200 le: octobre 07, 2019, 16:18:16 »
Bon pour passer à quelque chose de plus trivial , pourquoi je n'ai pu faire que 200 photos à 1/64 eme de la puissance maxi sans utiliser la fonction hss, ( en restant donc à la limite de la synchro du boitier )  alors que l'autonomie de mon flash est donné pour plus de 300 éclairs à pleine puissance ... 
j'ai utilisé la lampe pilote à 100 % de sa puissance par contre ...
La batterie etait bien entendu chargée à 100% au début de la séance .

Nicolas Meunier

  • (Loggué sous identité réelle)
  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 11 016
  • Sexe: Homme
  • We don't cure cancer, we make fashion
    • NicolasMEUNIER.com
Re : Re : Question technique
« Réponse #201 le: octobre 07, 2019, 16:54:41 »
Bon pour passer à quelque chose de plus trivial , pourquoi je n'ai pu faire que 200 photos à 1/64 eme de la puissance maxi sans utiliser la fonction hss, ( en restant donc à la limite de la synchro du boitier )  alors que l'autonomie de mon flash est donné pour plus de 300 éclairs à pleine puissance ... 
j'ai utilisé la lampe pilote à 100 % de sa puissance par contre ...
La batterie etait bien entendu chargée à 100% au début de la séance .
"j'ai utilisé la lampe pilote à 100 % de sa puissance par contre ..."
suivant la techno de la lampe pilote elle peut vider ta batterie sans faire la moindre photo en 30min. Avec de la LEd c'est beaucoup plus long mais ca vide quand même.

jesus

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 357
  • Sexe: Homme
    • Photographe
Re : Re : Question technique
« Réponse #202 le: octobre 07, 2019, 18:25:52 »
Bon pour passer à quelque chose de plus trivial , pourquoi je n'ai pu faire que 200 photos à 1/64 eme de la puissance maxi sans utiliser la fonction hss, ( en restant donc à la limite de la synchro du boitier )  alors que l'autonomie de mon flash est donné pour plus de 300 éclairs à pleine puissance ... 
j'ai utilisé la lampe pilote à 100 % de sa puissance par contre ...
La batterie etait bien entendu chargée à 100% au début de la séance .

C'est pas beaucoup en effet.
Il faudrait essayer sans la pilote ...
labelleimage.net

hetocy

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 9 107
  • Sexe: Homme
Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #203 le: octobre 07, 2019, 19:34:57 »
"j'ai utilisé la lampe pilote à 100 % de sa puissance par contre ..."
suivant la techno de la lampe pilote elle peut vider ta batterie sans faire la moindre photo en 30min. Avec de la LEd c'est beaucoup plus long mais ca vide quand même.
C'est du led sur le flash concerné .

jenga

  • Super actif
  • *
  • Messages: 599
Re : Re : Question technique
« Réponse #204 le: octobre 08, 2019, 09:55:17 »
Bon pour passer à quelque chose de plus trivial , pourquoi je n'ai pu faire que 200 photos à 1/64 eme de la puissance maxi sans utiliser la fonction hss, ( en restant donc à la limite de la synchro du boitier )  alors que l'autonomie de mon flash est donné pour plus de 300 éclairs à pleine puissance ... 
j'ai utilisé la lampe pilote à 100 % de sa puissance par contre ...
La batterie etait bien entendu chargée à 100% au début de la séance .
L'énergie nécessaire pour émettre l'éclair est stockée dans un condensateur, qui se décharge très rapidement dans le tube Xénon au moment de l'éclair.

Deux moyens permettent de fonctionner à énergie réduite:
  • cas des flashs cobra et de certains flash studio: le condensateur est toujours chargé à bloc, et la décharge dans le tube est interrompue avant vidage complet. Deux possibilités pour cela:
    -soit couper net le courant, ce qui est techniquement difficile (fort courant, coupure rapide) mais préserve l'énergie restant dans le condensateur;
    -soit dévier le courant pour qu'il ne passe plus dans le tube, et ensuite le diminuer progressivement, ce qui gaspille tout ou partie de l'énergie résiduelle du condensateur. Les flash peu coûteux comme les cobra chinois à 50 euros semblent utiliser ce moyen, d'où leur réputation de "bouffeurs de piles".
  • les autres flashs studio chargent le condensateur de façon variable, avec l'énergie requise pour le prochain éclair (1:1, 1:2, 1:4, etc.), et le condensateur est vidé intégralement dans le tube au moment du déclenchement. Cela pose un problème si le condensateur est chargé à bloc et qu'on décide finalement de n'utiliser qu'une fraction de l'énergie: il faut d'abord le vider complètement, puis le remplir au niveau requis.

A voir selon le type de flash que tu utilises (si la piste de la lampe pilote ne suffit pas).

Nicolas Meunier

  • (Loggué sous identité réelle)
  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 11 016
  • Sexe: Homme
  • We don't cure cancer, we make fashion
    • NicolasMEUNIER.com
Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #205 le: octobre 08, 2019, 10:43:45 »
L'énergie nécessaire pour émettre l'éclair est stockée dans un condensateur, qui se décharge très rapidement dans le tube Xénon au moment de l'éclair.

Deux moyens permettent de fonctionner à énergie réduite:
  • cas des flashs cobra et de certains flash studio: le condensateur est toujours chargé à bloc, et la décharge dans le tube est interrompue avant vidage complet. Deux possibilités pour cela:
    -soit couper net le courant, ce qui est techniquement difficile (fort courant, coupure rapide) mais préserve l'énergie restant dans le condensateur;
    -soit dévier le courant pour qu'il ne passe plus dans le tube, et ensuite le diminuer progressivement, ce qui gaspille tout ou partie de l'énergie résiduelle du condensateur. Les flash peu coûteux comme les cobra chinois à 50 euros semblent utiliser ce moyen, d'où leur réputation de "bouffeurs de piles".
  • les autres flashs studio chargent le condensateur de façon variable, avec l'énergie requise pour le prochain éclair (1:1, 1:2, 1:4, etc.), et le condensateur est vidé intégralement dans le tube au moment du déclenchement. Cela pose un problème si le condensateur est chargé à bloc et qu'on décide finalement de n'utiliser qu'une fraction de l'énergie: il faut d'abord le vider complètement, puis le remplir au niveau requis.

A voir selon le type de flash que tu utilises (si la piste de la lampe pilote ne suffit pas).

la seconde solution n'est pas compatible avec le HSS. Profoto (je parle de ce que je connais) charge a bloc tout le temps, balance une partie de l'energie dans le tube pour faire la puissance selectionner et  comme tu dis, il y a de la perte, mais ce courant en trop revient dans les condo (il y a eu un brevet là dessus). Ca explique la diminution des batteries Profoto tout en augmentant le nombre d'éclairs possibles.

hetocy

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 9 107
  • Sexe: Homme
Re : Question technique
« Réponse #206 le: octobre 08, 2019, 12:26:14 »
Je pense que je vais déjà réduire l'intensité de la lampe pilote à 50 % .
Je verrai ensuite  :)
Merci pour vos retours !

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 372
Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #207 le: octobre 08, 2019, 12:59:42 »
-soit couper net le courant, ce qui est techniquement difficile (fort courant, coupure rapide) mais préserve l'énergie restant dans le condensateur;

Ca se fait couramment (et systématiquement) depuis l'adoption des thyristors, non ?

jenga

  • Super actif
  • *
  • Messages: 599
Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #208 le: octobre 08, 2019, 13:15:11 »
Ca se fait couramment (et systématiquement) depuis l'adoption des thyristors, non ?
Les thyristors GTO permettent de couper le courant, mais il faut en plus une circuiterie d'aide à la commutation, sinon les surtensions générées par une coupure rapide le claquent (phénomène équivalent au coup de bélier dans une tuyauterie).

jenga

  • Super actif
  • *
  • Messages: 599
Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #209 le: octobre 08, 2019, 13:17:48 »
la seconde solution n'est pas compatible avec le HSS.
Ah oui, merci. En effet, l'intérêt de cette solution est la connexion directe et permanente entre le condensateur et le tube, il n'y a donc aucun moyen d'interrompre l'éclair une fois le tube amorcé (par une électrode spécifique), et donc pas de HSS.

Question naïve: on utilise le mode HSS, en studio?

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 372
Re : Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #210 le: octobre 08, 2019, 13:34:50 »
Les thyristors GTO permettent de couper le courant, mais il faut en plus une circuiterie d'aide à la commutation, sinon les surtensions générées par une coupure rapide le claquent (phénomène équivalent au coup de bélier dans une tuyauterie).

Quand j'ai acheté mon premier flash en 1977, un Sunpak Autozoom 3000, la notice indiquait que grâce au thyristor (un avantage assez récent à l'époque pour les flashes, suffisamment important pour le mentionner), le condensateur était déchargé juste ce qu'il fallait.
J'imagine que 42 ans plus tard, on n'est pas revenu en arrière.

Nicolas Meunier

  • (Loggué sous identité réelle)
  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 11 016
  • Sexe: Homme
  • We don't cure cancer, we make fashion
    • NicolasMEUNIER.com
Re : Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #211 le: octobre 08, 2019, 13:47:36 »
Ah oui, merci. En effet, l'intérêt de cette solution est la connexion directe et permanente entre le condensateur et le tube, il n'y a donc aucun moyen d'interrompre l'éclair une fois le tube amorcé (par une électrode spécifique), et donc pas de HSS.

Question naïve: on utilise le mode HSS, en studio?

Le HSS en studio a un intérêt très limité en effet, il est plus utile dès qu'on veut mixer avec une ambiance, mais ca devient de plus en plus en norme d'utiliser des flashs de studio partout... moi le pire que j'ai fait c'est dans la jungle.

jenga

  • Super actif
  • *
  • Messages: 599
Re : Re : Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #212 le: octobre 09, 2019, 07:57:58 »
J'imagine que 42 ans plus tard, on n'est pas revenu en arrière.
Je ne sais pas, il faudrait ouvrir pour le savoir.
Le Yongnuo 560 coûte 63 euros en ligne et offre tout ce qu'il faut, sauf le HSS.  La version permettant le HSS (Yongnuo 568) est identique, au HSS près, et coûte 94 euros chez le même vendeur.
Le second nécessite un circuit de coupure rapide de l'éclair (qui permet le HSS mais aussi l'économie d'énergie à "puissance" réduite), et pas le premier.

Cela explique peut-être la différence de prix, et la réputation de consommateur de piles du premier.
Je n'en sais pas plus.


jenga

  • Super actif
  • *
  • Messages: 599
Re : Re : Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #213 le: octobre 09, 2019, 07:58:40 »
Le HSS en studio a un intérêt très limité en effet, il est plus utile dès qu'on veut mixer avec une ambiance, mais ca devient de plus en plus en norme d'utiliser des flashs de studio partout... moi le pire que j'ai fait c'est dans la jungle.
Merci!

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 372
Re : Re : Re : Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #214 le: octobre 09, 2019, 08:10:57 »
Je ne sais pas, il faudrait ouvrir pour le savoir.

Le temps de recyclage est un bon indice.
Sans thyristor, le temps de recyclage est toujours maxi quelle que soit la puissance de l'éclair.
Avec thyristor, le temps de recyclage diminue avec la puissance de l'éclair.

Laure-Anh

  • Naturaliste
  • Hyper actif
  • ***
  • Messages: 8 132
  • Sexe: Femme
Dans ton post initial, 7,8 j était l'énergie émise par le flash , ce qui était faux.
Maintenant, ce serait l'énergie dont "bénéficie" le capteur,.

Que signifie "bénéficier"?
Je n'imagine pas qu'il s'agisse de l'énergie reçue par le capteur, qu'on ne peut pas déterminer sans connaître la distance et la nature de la scène, l'ouverture de l'objectif, etc.


 
 :'(
Tu manques d'imagination.
Quand Gilala achète un  flash de 400 J, quand Nicolas Meunier dit qu'il peut tout faire avec 1000 J, etc, etc,...
ils imaginent très bien l'énergie qui va bénéficier au capteur de leurs boîtiers respectifs. C'est le B-A-BA en matière d'achat de flash approprié aux besoins de chacun.
D'autant que les 7,8 J désignent non pas n'importe quelle quantité mais très précisément l'énergie max du B10 à pleine puissance en synchro HSS à 1/8000è s.
 
Que représente cette valeur?

 :o
Faut prendre l'habitude de lire les spécifications techniques constructeurs...
Tu me prends encore et toujours la tête quant au nombre d'éclairs alors que je ne m'en soucie pas le moindre du monde.
En pratique, on n'en a rien à cirer. Et comme dit et redit, je raisonne niveau CM1/CM2. Au dessus, je plante, je ne pige plus.
 
Mébon, je t'ai fait un tableau. 
Si après çà, tu ne sais toujours pas ce que représentent mes 7,8 J...ouvre un fil à part.
C'est du B-A-BA en matière de flash. Rien que des notions on ne peut plus basiques et terre-à-terre.
Cordialement,
 
 

Puissances maximales disponibles (en synchro-X standard et) en synchro HSS en fonction du temps de pose.
(Pour voir le tableau sans la compression automatique du forum, faire un clic droit puis choisir "afficher l'image")

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 372
Re : Question technique
« Réponse #216 le: octobre 10, 2019, 07:18:04 »
Mais ces deux schémas ne sont pas à la même échelle.

Laure-Anh

  • Naturaliste
  • Hyper actif
  • ***
  • Messages: 8 132
  • Sexe: Femme
Re : Re : Question technique
« Réponse #217 le: octobre 10, 2019, 23:54:36 »
Mais ces deux schémas ne sont pas à la même échelle.

Et pour cause ! Ce ne serait pas vendeur.
Cela reviendrait à claironner à la ronde la réclame suivante :
"investissez dans un flash TTL HSS de 400 Joules (soit l'équivalent de 8 flashes cobras haut de gamme) compatible avec nos boîtiers,
et vous aurez le privilège de photographier au flash à 1/8000è s en synchro HSS/FP en bénéficiant de 12,5 Joules grand max ( soit l'équivalent de un quart de flash cobra haut de gamme),
...avant tout ajout de modeleur, notez-le bien."
 

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 372
Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #218 le: octobre 11, 2019, 06:30:33 »
Et pour cause ! Ce ne serait pas vendeur.

Mais ce serait intéressant.
Superposer les deux courbes à l'échelle (temps et intensité). Qui s'y colle ?

jenga

  • Super actif
  • *
  • Messages: 599
D'autant que les 7,8 J désignent non pas n'importe quelle quantité mais très précisément l'énergie max du B10 à pleine puissance en synchro HSS à 1/8000è s
:D :D
L'énergie du flash est la même en synchroX et en HSS.

Dans les deux cas, la réserve d'énergie (le condensateur) est vidée intégralement dans le tube Xénon. En une fois en SynchroX, en plusieurs fois en HSS.

C'est l'obturateur de l'APN qui fait la différence. En synchroX il est entièrement ouvert et toute l'énergie captée par l'objectif arrive au capteur.
Au-delà, en HSS, c'est une fente qui défile devant le capteur, et masque une partie de l'énergie captée par l'objectif. Exactement comme en lumière continue: en augmentant la vitesse... on réduit l'expo.

Laure-Anh

  • Naturaliste
  • Hyper actif
  • ***
  • Messages: 8 132
  • Sexe: Femme
:D :D
L'énergie du flash est la même en synchroX et en HSS.

Dans les deux cas, la réserve d'énergie (le condensateur) est vidée intégralement dans le tube Xénon. En une fois en SynchroX, en plusieurs fois en HSS.

C'est l'obturateur de l'APN qui fait la différence. En synchroX il est entièrement ouvert et toute l'énergie captée par l'objectif arrive au capteur.
Au-delà, en HSS, c'est une fente qui défile devant le capteur, et masque une partie de l'énergie captée par l'objectif. Exactement comme en lumière continue: en augmentant la vitesse... on réduit l'expo.

Il faut toujours être un photographe débutant dans l'âme.
En éternel débutant, on se réfère à ses bases.
Cela évite de raconter n'importe quoi.
 
1 - En synchro-X dans le cas où 1/250è s est le temps de translation max du 1er rideau, le capteur est entièrement découvert entre bulb et 1/250è s max,
(à 1/250è s max parce que à cet instant qui marque à la fin de la translation du 1er rideau, le 2d rideau amorce son mouvement et commence à recouvrir ledit capteur)
aussi rien ne fait obstacle à l'apport du flash.

2 - Au delà de 1/250è s, c'est une fente qui défile du fait du recouvrement partiel du capteur par le second rideau lequel second rideau court après le 1er rideau avant la fin de la translation de celui-ci.
Le capteur étant en partie masqué par le second rideau quand il y a émission du flash, il y a apparition d'une bande noire. C'est le B-A-BA en matière de photo au flash.
En augmentant la vitesse (= en réduisant le temps de pose), le second rideau masque de plus en plus le capteur quand il y a émission du flash et la bande noire s'étend de plus en plus.
Pour autant et à la condition que la durée d'éclair du flash est plus brève que le temps de pose mis en oeuvre, la fente est exposée comme l'est la totalité de la surface du capteur à 1/250è s.
En augmentant la vitesse, on ne réduit par conséquent pas l'expo liée au flash.

3 - On réduit l'expo au flash via la vitesse si et seulement si la durée d'éclair du flash est plus longue que le temps de pose mis en oeuvre.
 
4 - Quel que soit le flash utilisé, c'est une fente qui défile quand le temps de pose mis en oeuvre est plus bref que 1/250è s,  1/250è s étant le temps de translation max du 1er rideau.
Auquel cas le défi consiste à exposer uniformément la totalité du capteur au moyen du flash sans apparition de la bande noire.
Et pour réussir cela, on doit de façon pragmatique sacrifier l'expo : on doit se résigner à ce que le capteur soit uniformément insolé avec une énergie lumineuse moindre...
parce que exposer le capteur uniformément quand c'est une fente qui défile avec la même énergie que celle qui bénéficie au capteur en l'absence de fente requiert un NG en conséquence : à savoir un NG énorme.
Un NG énorme et invendable parce que totalement hors de portée de la bourse de 99,99% des clients, photographes amateurs de leur état.
De leur côté, les pros équipés de MF n'utilisent pas de flash HSS, n'ont pas besoin de flash HSS et ne verseront pas/jamais un centime pour la synchro HSS.

Verso92

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 111 895
  • Sexe: Homme
  • Expert en bavardages
    • La galerie photo de Verso
Re : Question technique
« Réponse #221 le: octobre 12, 2019, 12:17:59 »
De leur côté, les pros équipés de MF n'utilisent pas de flash HSS, n'ont pas besoin de flash HSS et ne verseront pas/jamais un centime pour la synchro HSS.

Attention, Laure-Anh : tous les MF ne sont peut-être pas équipés d'objectifs à obturateur central ?

Laure-Anh

  • Naturaliste
  • Hyper actif
  • ***
  • Messages: 8 132
  • Sexe: Femme
Edit : j'utilise au quotidien un temps de pose compris entre 1/250è et 1/4000è s en synchro standard non HSS, cela m'a fait énoncer une particularité et non pas une généralité.
Les mots justes sont ceux-ci après.


Il faut toujours être un photographe débutant dans l'âme.
En éternel débutant, on se réfère à ses bases.
Cela évite de raconter n'importe quoi.
 
1 - En synchro-X dans le cas où 1/250è s est le temps de translation max du 1er rideau, le capteur est entièrement découvert entre bulb et 1/250è s max,
(à 1/250è s max parce que à cet instant qui marque à la fin de la translation du 1er rideau, le 2d rideau amorce son mouvement et commence à recouvrir ledit capteur)
aussi rien ne fait obstacle à l'apport du flash.

2 - Au delà de 1/250è s, c'est une fente qui défile du fait du recouvrement partiel du capteur par le second rideau lequel second rideau court après le 1er rideau avant la fin de la translation de celui-ci.
Le capteur étant en partie masqué par le second rideau quand il y a émission du flash, il y a apparition d'une bande noire. C'est le B-A-BA en matière de photo au flash.
En augmentant la vitesse (= en réduisant le temps de pose), le second rideau masque de plus en plus le capteur quand il y a émission du flash et la bande noire s'étend de plus en plus.
Pour autant et à la condition que la durée d'éclair du flash soit plus brève ou égale à la vitesse synchro-X max, la fente est exposée comme l'est la totalité de la surface du capteur à 1/250è s.
En augmentant la vitesse, on ne réduit par conséquent pas l'expo liée au flash.

3 - On réduit l'expo au flash via la vitesse si et seulement si la durée d'éclair du flash plus longue que la vitesse synchro-X max.
 
4 - Quel que soit le flash utilisé, c'est une fente qui défile quand le temps de pose mis en oeuvre est plus bref que 1/250è s,  1/250è s étant le temps de translation max du 1er rideau.
Auquel cas le défi consiste à exposer uniformément la totalité du capteur au moyen du flash sans apparition de la bande noire.
Et pour réussir cela, on doit de façon pragmatique sacrifier l'expo : on doit se résigner à ce que le capteur soit uniformément insolé avec une énergie lumineuse moindre...
parce que exposer le capteur uniformément quand c'est une fente qui défile avec la même énergie que celle qui bénéficie au capteur en l'absence de fente requiert un NG en conséquence : à savoir un NG énorme.
Un NG énorme et invendable parce que totalement hors de portée de la bourse de 99,99% des clients, photographes amateurs de leur état.
De leur côté, les pros équipés de MF n'utilisent pas de flash HSS, n'ont pas besoin de flash HSS et ne verseront pas/jamais un centime pour la synchro HSS.

Laure-Anh

  • Naturaliste
  • Hyper actif
  • ***
  • Messages: 8 132
  • Sexe: Femme
Re : Re : Question technique
« Réponse #223 le: octobre 12, 2019, 15:39:22 »
Attention, Laure-Anh : tous les MF ne sont peut-être pas équipés d'objectifs à obturateur central ?

Un pro équipé de MF pourvu d'objectifs à obturation centrale ouvrant au plus à f2,8 et d'une vitesse d'obturation max comprise entre 1/800 et 1/2000è s n'a pas besoin de synchro HSS.
Un pro qui choisit d'investir dans un MF limité par une synchro-X max de 1/125è s (type Pentax 645Z ou Fuji GFX) a nécessairement pesé le pour et le contre avant achat, et décidé
qu'il n'aura pas souvent besoin de synchro HSS depuis une distance source-sujet importante en pratique quotidienne.
 
Par ailleurs, un amateur ne possédant que des objectifs ouvrant au maximun à f4 a-t-il besoin de synchro HSS par beau temps ensoleillé d'indice 15 pour 100 ISO ?...Pas vraiment.
On peut photographier au flash à f8 & 1/500è s à 100 ISO en mode jpeg et à f5,6 & 1/500è s & 100 ISO en mode raw (sous-entendu raw optimisé par ajout de seulement + 1IL à la prise de vue).
Il suffit d'un filtre neutre ND1 qui consomme 1IL pour opérer à f4 & 1/500è s & 100 ISO : en perdant seulement 1 IL en matière d'apport de flash.
Pourquoi s'embarquer par beau temps ensoleillé d'indice 15 pour 100 ISO dans la photographie au flash à f4 & 100 ISO en mode synchro HSS en perdant beaucoup beaucoup plus ?
 
PS : Cette photo avec les modèles positionnés totalement à découvert aurait pu être faite par beau temps ensoleillé d'indice 15 pour 100 ISO aux commandes d'un APS-C de vitesse synchro max 1/250è s
en y associant un flash modeste de type Elinchrom D-Lite Rx One 100 J muni d'un bol réflecteur standard 21 cm et/ou d'un bol "beauté argent" 70 cm : à f8 depuis une distance source-sujet de 2,5m.
Sans recourir à un fond artificiel coûteux, qui plus est.

seba

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 26 372
Re : Re : Re : Re : Question technique
« Réponse #224 le: octobre 12, 2019, 18:36:38 »
Ca se fait couramment (et systématiquement) depuis l'adoption des thyristors, non ?

Les flashes à thyristor (appelés parfois à récupération d'énergie) existent depuis 1971 ou 1972, le premier était un flash Rollei ou Braun semble-t-il.
Ca s'est rapidement généralisé.