Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com


Auteur Sujet: Petit comparatif : Nikkor 50mm f1,2 AI-S vs Zeiss 100mm f2 vs Nikkor 200mm f3,5  (Lu 1510 fois)

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Bonjour.
Quelques uns ici commencent à connaître mon goût pour les comparatifs entre optiques ; et même entre objectifs de focales/ouvertures parfois très différentes et donc par voie de conséquence, d’usages « conventionnels » très éloignés.
Je sais que cela « choque » et déplait à certains : ce n’est pas grave et peu m’importe.
Je suis bien conscient que ces petits tests ne révèlent le comportement du couple objectif/capteur que dans une situation donnée qui n’est pas forcément celle rencontrée par ces différentes configurations une fois sur le terrain.
Ces périodes de confinement sont propices à ce type de divertissement... alors :
Admiratif du piqué de mon AIS 50mm f1,2 une fois atteint l’ouverture de f2,8 j’ai voulu le confronter avec un de mes objectifs les plus résolus et contrastés, le Zeiss makro planar 100 f2... quelle drôle d’idée n’est-ce pas ?
J’ai déjà montré (sur le récent fil consacré aux180mm) cette cible utilisée pour mes tests en intérieur à distance courte ou relativement courte : ce logo IGP figurant sur une étiquette de Pélardons des Cévennes mesure 9mm de diamètre pour le cercle jaune, l’épaisseur de ce cercle est de 1,5mm, la partie rouge a 6mm de diamètre, les lignes figurant des sillons font entre 1/3et 1/4 de mm, les étoiles à peine un demi mm en tout et les points dans le jaune et sur les sillons sont de l’ordre du 1/10ème de mm voire moins, et sont très difficiles à discerner sous forte lumière et avec des lunettes loupes pour ceux qui sont affectés de presbytie. A titre de comparaison, la pièce de 1 centime d’euro, la plus petite, mesure 16,25mm, près du double...
Mine de rien ce sujet est très exigeant pour le couple objectif/boîtier.
Mes tests sont réalisés sur un très robuste trépied Berlebach Uni16C (plus que suffisant ici...), MaP en live view avec plusieurs prises pour chaque ouverture et mise au point refaite à chaque fois, éclairage par panneau LED, miroir relevé et déclenchement par télécommande.
A ce propos notez que lors du passage au 50mm, le dernier testé,  la luminosité du panneau baissait à vue d’œil et cela l’a peut être un peu défavorisé même si j’ai compensé par le temps de pose évidemment.
Le boîtier est le D7200, lui aussi très exigeant avec ses photosites de 3,9µ. Bien entendu c’est la zone centrale de l’optique qui est ici testée car avec une mire plane les problèmes d’orthogonalité sont trop difficiles à maîtriser dans ces conditions et nécessiteraient de disposer appareil et mire sur un banc...
Voici le résultat du Zeiss à f2,8:
Puis ceux du 50mm lui aussi à f2,8 :
Le 100 Zeiss fait un peu mieux... Mais le 50 est déjà très proche du Zeiss !

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Puis le Zeiss à f4 :
Et 50 à f4:
(f5,6 n’est pas mieux, ensuite cela baisse graduellement comme attendu sur le D7200, conséquence de la diffraction ainsi que de la courbe « en cloche» de la plupart des optiques) :
Même si je connaissais l’excellence de cet ultralumineux une fois un peu fermé, je dois admettre que je ne m’attendais pas à cela : au diaphragme f4 aucune différence notable avec l’excellent Makro planar, en visionnement 100% et même 200/300% ! Notez que le sujet est très légèrement plus gros au 50 qu’au 100 ce qui avantage très légèrement le 50 (mais l’éclairage était bien moins intense pour lui)
Avec le 50mm la distance plan capteur était à environ 70cm et à peu près 1,4m pour le 100mm ; si le makro planar est à l’aise ici puisque quand même calculé pour le domaine macro, il n’est pas certain que ce soit l’optimum pour le 50 ultralumineux, les optiques de ce type accusant souvent de mauvais résultats aux courtes distances...


GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Enfin, dans la foulée j’ai fait également le comparatif avec le Nikkor 200mm f3,5 ED IF acquis récemment.
Cet objectif est l’une des deux optiques fabriquées spécialement pour le F3AF et intègre un moteur de mise au point totalement inopérant sur les boîtiers actuels. Cela faisait longtemps que j’avais envie de cet objectif, mais le risque d’endommager mes boîtiers en raison de la présence de ses contacts électriques spécifiques et aussi parce que Nikon le dit incompatible, m’avaient fait hésiter : aucun problème sur D7200/750/810
Mon exemplaire fabriqué en 1984 est en excellent état mais contient pas mal de poussières internes ; probablement une propension à « avaler » les particules comme bon nombre d’anciennes optiques...

Voici ses résultats à Pleine ouverture:
Et à f5,6 :
Notez que le sujet est très légèrement moins gros qu’avec les deux précédents ce qui le désavantage légèrement.
La distance sujet/plan capteur est ici d’environ 2.5/2.6m en raison de la perte de focale due au système de mise au point interne dont ne disposent pas les deux autres
L’image est un peu moins détaillée que les autres. Mais ne nous méprenons pas : ce 200mm est optiquement excellent.

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
A pleine ouverture il est nettement meilleur à courte distance que mon AIS 180 f2,8 et que le Sigma 180 f2,8 macro HSM qui sont tous deux un peu nimbés à PO, et légèrement supérieur au Nikkor 400mm f2,8G et comparable au Leica 4/400 Apo...
Mais il perd un peu à courte distance, alors que de plus loin il est quasi à son maximum dès la pleine ouverture et sur l’intégralité du format 24x36 ; cette homogénéité des performances est d’ailleurs son point fort.
L’aberration chromatique est très faible et extrêmement facile à corriger et d’ailleurs le Zeiss 100 n’en est pas lui-même exempt.
Hélas –et comme souvent- si Nikon a parfaitement réussi la formule optique (avec 2 verres ED en frontal), le mécanisme de mise au point est bâclé comme pour beaucoup d’objectifs du début de l’ère autofocus. La bague est très étroite mais ce n’est pas le plus grave, car c’est le « touché » la sensation de la rotation qui est déplaisant : On est très loin de cette rotation « grasse » et très démultipliée qu’on trouve par exemple sur des objectifs fabriqués par Cosina pour les Zeiss ou les Voigtlander, ou encore des AI-S de la bonne époque ; là ça tourne avec à la fois une résistance « molle » et une imprécision dans la recherche du point lorsque l’on repart dans l’autre sens ; de plus, la netteté arrive et disparaît immédiatement...
Dommage, vraiment !
Ce n’est donc pas du tout l’optique à conseiller à ceux qui ont l’habitude de l’autofocus car faire le point avec demande beaucoup de « doigté » et d’habitude dans ma MaP manuelle.
Je regrette aussi beaucoup l’absence d’un collier de pied, mais je vais y remédier, car il supporte avec maestria le TC1,4X ainsi que le TC2x comme le montre les 2 crops à 100% suivants obtenus sur D7200 à pleine ouverture :
Avec TC14 (résultant 280mm f4,9)
 
Avec TC2x (résultant 400mm f7)
Attention ces deux images ont été réalisées à un autre moment que la série ci-dessus !

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Ici le point sur mon vieux protrekker de 1997 à pleine ouverture par lumière grisâtre (D810)

A 100% on voit tout, y compris l’usure !

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Bon, quelques remarques :
-Le piqué et contraste « exacerbé » du 100mm Zeiss est bien connu ; il est déjà très élevé à PO et atteint très vite son maximum vers f4 (sur D7200)
-Mais la surprise vient du vieux 50mm f1,2 AIS commercialisé à partir de 1978 pour la version AI; certes, comme bien (tous ?) des ulralumineux à formule optique relativement simple, dépourvue de verres spéciaux et/ou surfaces asphériques, il a tendance à être vaporeux, nimbé à PO et f1,4
Comme toujours dans ce cas, il faut lui éviter les forts contrastes, les prises en plein soleil évidemment, mais dans d’autres situations sa pleine ouverture peut être parfaitement utilisable avec un rendu des détails pas si mauvais que ça sur le plan de MaP et une transcription particulière de l’avant et arrière plan pouvant donner de beaux effets.
Dès f2 les choses changent avec un contraste bien plus élevé et l’objectif est dès lors capable de montrer des tuiles sur des toits à 1,5km... au centre car les bords ne sont pas bons.
A partir de f2,8 le piqué est de très haut niveau proche de celui du 100 Zeiss et égale ce dernier à f4, sacré performance ! Et ses excellents résultats obtenus près de sa distance de MaP mini m’incitent à penser qu’il peut éventuellement être très performant avec bague allonge en macro/proxi (d’ailleurs je crois avoir vu des retours là-dessus). Je n’ai jamais essayé disposant déjà du non moins excellent 55 micro dans cette gamme de focale...
-Enfin le Nikkor 200mm f3,5 ED est un objectif remarquable et ce dès sa pleine ouverture, du niveau de mes 2 excellents 400mm, et son homogénéité est étonnante. Seul son très mauvais mécanisme de mise au point rend son utilisation incommode. Pour des photographies tranquilles et notamment en paysage il devrait par contre être très efficace.

Voilà, j’espère que ce petit comparatif aura intéressé quelques uns et un peu réhabilité ce 50mm que les tests de CI avaient jadis assez fortement dénigré pour ses performances...

AlainNx

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 265
  • Sexe: Homme
Merci d'avoir pris la peine de faire ce comparatif.
Le 50mm/1,2 reste mon préféré, toujours soudé sur le boitier, surtout en visite de musées et en promenade "légère".
J'ai eu aussi l'excellent Zeiss 100mm, revendu car trop spécial comme usage, je n'ai gardé pour la macro que le 70-180, les deux 55mm et le 200mm/4.
En macro, sur banc de repro de diapos, je préfère quand même le 55/2,8 ;-)

Encore bravo.

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Merci Alain !
Oui, ce genre de tests demande toujours un peu de travail lorsque l’on s’efforce d’être un tant soit peu rigoureux ; rigueur indispensable d’ailleurs...
Mais ils sont toujours riches en enseignement et réservent parfois de belles surprises !
J’ai des milliers d’images consacrées à ce genre de comparatifs.
Et notamment des tests de résolution aux super-téléobjectifs sur des sirènes de sécurité placées à 1800m ; mais dans ce cas on est particulièrement tributaire de la turbulence atmosphérique et il faut beaucoup de persévérance... mais j’ai d’ores et déjà enregistré des détails d’environ 10mm avec le vieux Nikkor AI-S 5,6/800+TC2x sur D7200 à pleine ouverture.
Un jour, peut être, je posterais les résultats...
En effet tu disposes d' un bel équipement pour la macro ! Et le 70/180 micro Nikkor doit être particulièrement pratique pour peaufiner le cadrage.

AlainNx

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 265
  • Sexe: Homme
En effet tu disposes d' un bel équipement pour la macro ! Et le 70/180 micro Nikkor doit être particulièrement pratique pour peaufiner le cadrage.
Le charme du 70-180, c'est qu'une fois la mise au point faite en AF, tu cadres selon la taille du sujet.
C'est très souple quand tu fais des séries de photos de documents ou d'objets.

L'autre truc sympa, c'est le 200mm Micro, tellement bon que sur un V1, il fait son job comme un gros télé.

namzip

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 278
  • Sexe: Homme
    • Mes photos N&B
Merci pour ce comparatif.
Je n’ai pas la chance d’avoir le 50, j’ai juste le 55 f:1,2 et j’ai été surpris par sa qualité fermé de deux diaph.

Buzzz

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 118
  • Sexe: Homme
Le 50mm/1,2 reste mon préféré, toujours soudé sur le boitier, surtout en visite de musées et en promenade "légère".
+1

Excellent objectif, très versatile dès lors que l'on connaît ses limites. Probablement mon préféré aussi.

Buzzz

gros minet

  • Actif
  • *
  • Messages: 97
Merci pour ces tests comparatifs.

Je possède un nikkor 200/3.5 F3-AF et je peux témoigner de sa qualité à PO qui me permet de l'utiliser en photo d'astronomie (homogénéité sur tout le champ) sans avoir à faire d'importants traitements après prise de vue.  Je dispose une languette de scotch transparent standard sur les contacts de l'objectif pour éviter tout désordre sur le boîtier.

J'ai aussi son frère, le 80mm f/2.8 qui est aussi de très haute qualité et plus agréable à manipuler que le 200 en mise au point manuelle.

Concernant le 50/1.2 Ai-S, je le trouve bon mais je trouve le rendu du 58/1.2 Ai-S plus agréable car moins "dur".
Pour info, Roland Vinck m'avait écrit il y a quelques temps que c'était le nikkor manuel le plus acheté neuf encore aujourd'hui parmi les quelques Ai-S encore en vente et ceci surtout en Asie. Les japonais sont, parait-il, très "accro" à cet objectif !


GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Merci pour ces tests comparatifs.

Je possède un nikkor 200/3.5 F3-AF et je peux témoigner de sa qualité à PO qui me permet de l'utiliser en photo d'astronomie (homogénéité sur tout le champ) sans avoir à faire d'importants traitements après prise de vue.  Je dispose une languette de scotch transparent standard sur les contacts de l'objectif pour éviter tout désordre sur le boîtier.

J'ai aussi son frère, le 80mm f/2.8 qui est aussi de très haute qualité et plus agréable à manipuler que le 200 en mise au point manuelle.

Concernant le 50/1.2 Ai-S, je le trouve bon mais je trouve le rendu du 58/1.2 Ai-S plus agréable car moins "dur".
Pour info, Roland Vinck m'avait écrit il y a quelques temps que c'était le nikkor manuel le plus acheté neuf encore aujourd'hui parmi les quelques Ai-S encore en vente et ceci surtout en Asie. Les japonais sont, parait-il, très "accro" à cet objectif !
Merci !
Oui, nul doute que ce 200mm doit donner d’excellents résultats en imagerie de champs stellaires et nébuleuses étendues, notamment grâce à l’homogénéité de ses performances.
Moi je ne me soucie pas de ses contacts électriques... ai-je tord ?
Au départ j’ai fait un essai avec un morceau de scotch sur les plots mais maintenant je laisse tel quel : après bien des recherches j’ai fini par glaner des infos d’utilisateurs disant qu’ils n’avaient pas de problèmes.
Je ne suis guère étonné que le 50 1,2 AIS se vende encore bien en neuf.
Effectivement le Noct est connu pour être encore un bon cran au dessus, notamment en raison de ses bien meilleures corrections optiques à grande ouverture (coma, aberration de sphéricité, chromatisme peut être...) mais il ne jouait pas dans la même catégorie de prix et encore moins aujourd’hui en occasion...

AlainNx

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 265
  • Sexe: Homme
Il est remarquable que le trio 50/1,2 55/1,2 et 58/1,2 sont en filtre de 52mm !
Quand on voit les modernes, ça fait drôle.
J’ai beau avoir aussi un 58/1,4-G , le 50/1,2 reste mon standard le plus polyvalent, et le 58 reste au placard.
Malgré ses qualités, il partira un jour., d’ailleurs.

gros minet

  • Actif
  • *
  • Messages: 97
Le Noct n'est pas si bon que ça en photo astro, le 58/1.4G est bien supérieur : moins de coma, même si le Noct en avait déjà moins que les autres.

Par contre, à PO et à faible distance, la définition centrale du Noct est supérieure à celle du 58/1.4G et son flou arrière est agréable pour les portraits en visage ou en buste.

Le 50/1.2 reste le plus polyvalent des trois en photo de jour en tout venant.

Chacun a son domaine d'application.

J'avais lu autrefois que certains bloquaient la bague de diaf de leur 50/1.2 à PO, tellement ils aimaient son rendu !

waverider34

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 095
Ce 50f1.2 ainsi que le 85f1.4 Ais sont des Nikkor exceptionnels.

Le premier des deux pourrait-être mon optique préférée, à n'en garder qu'une.
Mon second choix se porterait sur le 85 f1.4 Afd.

Le 180 f2.8 Ed pourrait naturellement compléter ce duo de focales de rêve mais à la réflexion les 105 f1.8 et 135 f2 sont tout aussi efficaces et plus lumineux.  >:D

Bref, 50f1.2, 105f1.8 ou 135f2 sont parmi les plus belles réalisations de la gamme Ais. Le 85 f1.4 Afd, étant l'ovni de la gamme, seul capable de rivaliser avec les antiques Ais, à mon sens.

J2M

  • Très actif
  • *
  • Messages: 256
Re : Petit comparatif
« Réponse #16 le: mars 27, 2020, 13:47:49 »
Intéressant ces tests, car c'est en fait ceux qu'on fait tous, mais plus ou moins consciemment et en tout cas sans aller jusqu'au bout de la procédure. Bravo, donc !
Je conclus que c'est totalement indépendant de la focale et de la marque.
Et qu'il y a bel et bien… une hiérarchie dans le fourre-tout.
On pourrait aussi faire un classement avec :
- Les culots (de bouteille) , ou les nanars : perso, le 43-86 dernière version, le 3.3-4.5/35-70 AIS, le 3.5/28 AI, un Sicor 4.5/80-200 (ouais, bon…).
- Les regrets éternels : le Tamron 3.5/35-70 à 1 bague, le 3.5/55 micro-Nikkor, le 2.5/105 AIS (racheté depuis).
- Ceux que je ne lâcherai jamais, même en cas d'indisponibilité durable de PQ, de spaghettis et de chocolat noir : le 1.8/55 SMC Takumar, le 1.8/85 k et le 4.5/300 k Ed non IF.
- Les bonnes surprises : les Schneider-Kreuznach pour Kodak Retina en 4/35, 1.9/50 et 4/85, le 2/50 du Retina IIIC, le 2.8/135 F  4 lentilles, les  2/28, 1.4/35 et 1.4/50 F (avec des variantes sensibles et intéressantes, mais pas des bémol, selon qu'ils sont ou non traités NIC).

J'observe également, à la lumière de ce fil, de celui sur les essais de 50mm (très intéressant) qui suit et de l'exhumation des tests de JMS de "110 objectifs pour le Nikon D3", que les formules modernes (disons moins de 10 ans) rattrapent le retard parfois considérable des optiques "compacifiées" au début des années 80 (le ressenti des Nikkor fixes que je cite s'est ainsi trouvé confirmé par son étude). Mais à quel prix..

AlainNx

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 265
  • Sexe: Homme
Mon fourre-tout standard, c'est Df + 50mm/1,2 + 105/2,5 + 300PF + 18-35-G, n'ayant pas trouvé de grand angle qui tienne la comparaison. J'ai les 24/2 et 28/2 avec des puces Dandelion, très pratiques pour opérer en modes ASMP, mais moins piqués que le 18-35 finalement. Je sais, c'est indélicat de déroger aux manuels AIS, mais le 18-35 est exceptionnel et léger.
Parfois quand je me sens en forme, je prends le D810.

namzip

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 278
  • Sexe: Homme
    • Mes photos N&B
Je ne suis pas loin de cet équipement.
Dans le sac d’épaule (hé oui, à l’ancienne) j'ai ce 18 x 35, le 55 1,2, le 85 AFD et le 180 AFD. Je prends au choix le 600 ou le 800 (boitier hein! Pas les longs télés)  :)

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Ce 50f1.2 ainsi que le 85f1.4 Ais sont des Nikkor exceptionnels.

Le premier des deux pourrait-être mon optique préférée, à n'en garder qu'une.
Mon second choix se porterait sur le 85 f1.4 Afd.

Le 180 f2.8 Ed pourrait naturellement compléter ce duo de focales de rêve mais à la réflexion les 105 f1.8 et 135 f2 sont tout aussi efficaces et plus lumineux.  >:D

Bref, 50f1.2, 105f1.8 ou 135f2 sont parmi les plus belles réalisations de la gamme Ais. Le 85 f1.4 Afd, étant l'ovni de la gamme, seul capable de rivaliser avec les antiques Ais, à mon sens.
Oui, le AIS 2/135 et encore un objectif que les anciens tests CI avaient assez fortement dénigré. Pourtant son comportement ressemble pas mal à celui du 1,2/50 : « particulier » à pleine ouverture, mais tout à fait utilisable en lui évitant les trop forts contrastes et avec déjà une certaine résolution (et même une résolution certaine), nettement mieux 2,8, puis très piqué à partir de f4. Hélas mon exemplaire commence à avoir sa graisse qui durcit...
Bref, toujours ce comportement des (bons) anciens ultralumineux, que l’on rencontre aussi avec l’excellent AIS 1,8/105 et sans doute le AIS 1,4/85 (qu’il est beau celui-ci !)
Oui, qu’ils sont beaux tous ces AIS faits de bon métal et verre... et puis c’est tout !

waverider34

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 095
Je me permets de te répondre.  ;)

Je suis assez étonné des remarques formulées sur le 135 f2, je vais apporter plus loin des précisions. Notamment sur son éventuelle comparaison avec le 50 f1.2.
Personnellement n'ai pas connu les tests contemporains des Ais et ce ne sont pas ceux-ci qui ont décidé de mon orientation vers ceux-ci. Lors de mon entrée dans la photographie numérique, je n'étais alors uniquement équipé d'un D80 et de son zoom 18-70. Je cherchais alors un complément optique plus lumineux et relativement peu onéreux.
Je fis tout de même l'effort financier pour acquérir un 50 f1.4 Afd. Le graaâl, venant d'un f1.8 argentique Zuiko.

A l'usage, c'était pas fou-fou. Une pleine ouverture faiblarde secondée d'une Map imprécise. Le tout renforcé par du flaire induit par le filtre UV de protection et l'absence de pare-soleil. Et puis une construction bien en deçà du plus modeste des Zuiko!

A cette même époque, découvrant le forum Chassimage, je complète ma seule référence écrite (Réponse photo Spécial tests) par les premiers commentaires de forumeurs. Ceux-là semblent dithyrambiques concernant les Nikkor manuels Ai/Ais.

Je repère alors un 80mm f2 de cette génération dans une petite boutique déserte! Je reviens vers les forumeurs pour recevoir leur avis. Etonnament ceux-ci me détournent de l'optique qui, serait assez faible, et bien moins performante qu'un mythique 105mm.
Déçu mais têtu je retourne voir le vendeur pour tenter une dernière négociation.. tout bonnement inacceptable. A ma grande surprise ce dernier accepte l'offre et je repars aussi satisfait que perplexe.

Dès les premiers essais je fus sous le charme! Un rendu optique remarquable, une finesse progressive, une qualité mécanique maîtrisée: mon premier Nikkor digne de ce nom!

Aujourd'hui encore aucune optique, motorisée, ne me procure autant de plaisir. La génération dorée des optiques à mon sens.

Progressivement je suis monté en gamme: testés les f2.5/f2.8 j'ai voulu tenter les f1.8/f2. Pfff, c'est du tout excellent là encore!
Le 135 f2 n'est en rien moins remarquable que le 105 f1.8, lui même aussi performant que le mythique 105 f2.5 tout en offrant une ouverture supplémentaire parfaitement exploitable!!

Seul le 50 f1.2 fait bande à part dans la gamme, lui seul capable d'atteindre l'ouverture extra-lumineuse. C'est là toute la complexité de l'optique et de son rendu.
A cette époque j'étais équipé du Zeiss f1.4, très grassement critiqué mais offrant une signature inégalée. J'ai longuement patienté à ne vouloir risquer de comparer le Zeiss au Nikkor.

Bref, ce Nikkor est le mythe de la gamme! Une finesse exceptionnelle dès sa pleine ouverture (qui oserait encore parler de l'Afd f1.4) et toute une palette de rendus encore inconnue dans la gamme des Nikkor Ais! pour rejoindre et sublimer celle-ci dès f2.8! Un vignetage tout aussi phénoménal qu'esthétique.
Et puis ces cotes, cet encombrement à faire définitivement complexer son équivalent Canon aussi encombrant qu'un 24-70!

Tout passionné Nikon doit s'essayer au 50 f1.2 Ais. On ne peut faire l'impasse sur cette optique aussi singulière et sexy.  :angel:

J'Aime également le 85 f1.4 Ais. Il tient effectivement du 50f1.2 dans son comportement, mais est plus erratique et désordonné. Sublime  ;)
L'Afd f1.4 est sa version plus finement corrigée et disciplinée. Un must également.  >:D


waverider34

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 095
Je précise mes derniers propos sur deux points:

Il est évident que chacune des optiques Ais "lumineuses" gagne à être fermée. Aucune n'est aussi fine à PO qu'aux crans supérieurs. Excepté le 180 Ed qui semble plafonner dès sa pleine ouverture.
Néanmoins toutes sont pleinement utilisables dès la PO. Contrairement à certaines Afd, 50 f1.4 et 85 F1.8 notamment pour illustrer.

Concernant le 50 f1.2 Ais, souvent nimbé lorsque la lumière n'est pas favorable orientée, il excelle néanmoins dès sa PO plein centre. Ses bords étant plus limites et noyés dans un vignetage "présent" (!).

waverider34

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 095
Bref, toujours ce comportement des (bons) anciens ultralumineux, que l’on rencontre aussi avec l’excellent AIS 1,8/105 et sans doute le AIS 1,4/85 (qu’il est beau celui-ci !)
Oui, qu’ils sont beaux tous ces AIS faits de bon métal et verre... et puis c’est tout !

Tu sembles habiter le Gard.

Je peux te proposer une rencontre pour un essai du 85 f1.4. Il en impose et pourrait facilement intimider un 50 f1.2 pourtant  déjà magnifique! Seule contrainte, si tu l'acceptes, me présenter une optique, manuelle, tout aussi séduisante.  :P
Celle de ton choix, pas nécessairement un tromblon mais j'avoue un faible pour un Ais 300 ou 500mm. Pour donner une idée.  ;D

En réalité je possèdes deux exemplaires de ce mythique 85mm.

Le premier exemplaire était dans un triste état: sérigraphie éteinte, caoutchouc générique grossier et passablement détendu.
Son histoire est également en partie liée à celle du 50 f1.2:

Initialement intéressé par l'achat d'un 50 f1.2 "mint", je découvre lors de ma rencontre avec le vendeur, plusieurs optiques Ais non mentionnées dans l'annonce de vente. Au milieu de celles-ci figure le 85mm f1.4 Ais! Feignant de ne m'intéresser qu'au 50 f1.2, je profite alors de prendre en main le 85 mm, sans plus d'enthousiasme.
J'accepte alors de ne pas négocier le prix du 50 f1.2 tout en formulant une proposition d'achat concernant les deux optiques groupées, 50 et 85mm, en insistant sur une décote du 85mm non prévu initialement.

En réalité, je n'avais le budget que pour une seule optique. Cruel dilemme car je découvrais ce jour là ces deux superbes Ais, aussi mythiques l'une que l'autre! La première, le 50mm, superbe en état "mint", la seconde, le 85mm, plutôt fatiguée et peu reluisante dans sa robe "tunée".

L'essai du 85mm fut pourtant décisif: la claque! Ca ne trompe pas! Une optique visiblement usée tant elle avait su donner de satisfaction à ses utilisateurs!! Pour conclure, mais l'affaire était déjà pliée dans mon esprit, je savais ce 85 f1.4Ais introuvable en occasion, alors que le 50mm est plus commun et accessible.

Au final, après un nettoyage minutieux, je parvenais à raviver la sérigraphie et une aimable assistante de Nikon France me fit parvenir gracieusement un caoutchouc d'origine, accompagné d'un message adorable! Une belle rencontre d'autant que mettre la main sur ce dernier fut délicat et elle dut s'y employer plusieurs jours. Impossible au début puis recontact inespéré, une fois trouvé. Perdu par La Poste. Recontact de ma part après un long mois d'attente. Elle accepte de trouver un nouvel exemplaire et me l'expédie avec toujours autant de passion!

Depuis je possède un autre exemplaire "Mint" et optiquement les deux se valent.  ;)

Plus tard, je remis la main sur un 50 f1.2 "Mint". Et je me suis marié depuis avec l'assistante de Nikon France.  :-*

Non, là je déconne pour l'assistante.

GLR30

  • Super actif
  • *
  • Messages: 930
Bonsoir.
Que de détails... ! Il semble que tu apprécies beaucoup ce 1,2/50 et ce 1,4/85 et je te comprends.
Je te remercie pour ta proposition, cependant je connais le AIS 85 puisqu’un collègue me l’a prêté pour un week-end, il y a déjà bien longtemps car à l’époque argentique (pour moi du moins) et lorsque cet objectif figurait encore au catalogue au début des années 2000; j’avais fait quelques rouleaux et bien sûr beaucoup apprécié son maniement et la qualité des résultats.
Mais il se vendait assez cher comme tous les "beaux" AIS (de mémoire plus de 1000euros).
Je ne possède ni 300 ni 500mm AIS (ce dernier n’ayant existé qu’en AIP d’ailleurs mais c’est un détail)

MBe

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 3 183
Puis le Zeiss à f4 :
Et 50 à f4:
(f5,6 n’est pas mieux, ensuite cela baisse graduellement comme attendu sur le D7200, conséquence de la diffraction ainsi que de la courbe « en cloche» de la plupart des optiques) :
Même si je connaissais l’excellence de cet ultralumineux une fois un peu fermé, je dois admettre que je ne m’attendais pas à cela : au diaphragme f4 aucune différence notable avec l’excellent Makro planar, en visionnement 100% et même 200/300% ! Notez que le sujet est très légèrement plus gros au 50 qu’au 100 ce qui avantage très légèrement le 50 (mais l’éclairage était bien moins intense pour lui)
Avec le 50mm la distance plan capteur était à environ 70cm et à peu près 1,4m pour le 100mm ; si le makro planar est à l’aise ici puisque quand même calculé pour le domaine macro, il n’est pas certain que ce soit l’optimum pour le 50 ultralumineux, les optiques de ce type accusant souvent de mauvais résultats aux courtes distances...

Merci GLR30 pour ce sujet, j'apprécie tes interventions. Je suis également un amateur de l'AI-S 50mm f1,2.