accueil Vie culturelle Clique clac #89

Clique clac #89

883

2019 est une année chargée pour Jonathan Lhoir. Début janvier, il présidait le jury du concours photo organisé dans le cadre du Festival de l’Oiseau et de la Nature. Il y a quelques jours encore, il était à Kuusamo (Finlande) pour y superviser un voyage photo sur le thème des chouettes et des aurores boréales. Et en mars, il animera près du pic Saint-Loup un stage intitulé « Créativité et originalité », deux qualités omniprésentes dans son travail personnel, comme le montre son nouveau projet Flamingo, un livre édité à compte d’auteur qui pousse la photographie de flamants roses dans ses retranchements les plus poétiques… et qui n’attend que votre soutien pour voir le jour.


En 16 ans, 180 titres et un Prix Nadar, Xavier Barral, dont on a appris le décès en début de semaine, aura fait de sa maison d’édition un fleuron du genre. Les photographes et les amateurs de beaux livres ne s’y trompent pas et saluent la disparition d’un éditeur passionné, d’un amoureux de la mer et d’un Terrien fabuleux. Pour le plaisir, réécoutons « l’ivre d’images » se confier en avril 2017 au micro de Marie-Hélène Fraïssé.


Bras de fer entre la National Portrait Gallery de Londres et Nan Goldin. La première projetait de présenter en ses murs une rétrospective de la seconde, mais avant de donner son accord la photographe exige que le musée refuse le don d’un million de livres que lui a fait la famille Sackler. Celle-ci doit en effet sa fortune à l’OxyContin, un antalgique accusé d’être à l’origine de milliers de morts.


Mezzanine, le troisième album de Massive Attack, fête ses 21 ans cette année. Mais savez-vous qui signe la photo de scarabée qui lui sert de couverture ?… Et ce n’est pas le premier photographe de mode à œuvrer pour l’industrie phonographique.


Beaucoup de pionniers de la photographie furent des pionnières. L’histoire a oublié (effacé ?) leurs noms, mais leurs visages restent.


Vous doutez de l’authenticité d’une photo et ne parvenez pas à retracer son origine via l’outil inversé de Google Images ? Sachez qu’il existe d’autres utilitaires aux possibilités plus évoluées, comme TinEye. Démonstration par « les observateurs » de France24.


The Telegraph propose une interview rare et riche de Raghu Rai, sans doute le plus célèbre des photographes indiens vivants. Le pensionnaire de Magnum y dit l’intérêt qu’il a trouvé à passer au numérique, mais ne mâche pas ses mots quand il s’agit d’évoquer Instagram ou le selfie (des « maladies »). Il y raconte aussi sa toute première photo (un âne qui finira quelques jours plus tard dans le Times britannique) et parle des photographes qui l’ont influencé (HCB, bien sûr, mais aussi le trop méconnu Jerry Uelsmann). L’interview est en anglais (il y a même quelques passages en hindi), mais elle mérite l’effort.


Jeux d’échelle, moments insolites, heureuses coïncidences : 36 photos dont le seul but est de vous faire sourire.


Comment redonner un coup de jeune à votre vieil appareil argentique ? Deux solutions : le customiser avec une poignée fluo et/ou lui redonner un coup de peinture.


À ceux qui n’habitent pas Paris et ne pourront donc voir l’expo que la galerie Les Douches consacre au travail en couleur de Vivian Maier, Le Figaro propose une visite virtuelle en 3D.


À l’âge respectif et respectable de 75 et 90 ans, Wendy Watriss et Fred Baldwin se penchent sur leur passé de photographes et, plus particulièrement, sur leurs reportages au long cours dans le Texas rural des 70’s. Une exploration des communautés noire et blanche sans pathos ni sensationnalisme, et en toute complicité : « Nous prenons des photos tous les deux et nous ne mentionnons pas qui a fait quoi. »


Si vous séchez sur le thème du Défi 412 de C.I., il y a peut-être des idées à piocher du côté de la Sud-Coréenne JeongMee Youn.

“Clique clac”, c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Visuel d’ouverture : Flamingo © Jonathan Lhoir