accueil Vie culturelle Clique clac #180

Clique clac #180

1240

Menahem Kahana couvre le Moyen-Orient, et plus particulièrement les tensions entre Israël et la Palestine, pour l’AFP. Un travail souvent éprouvant, mais le photographe a trouvé dans la murmuration des étourneaux son sas de décompression : « C’est peut-être parce que je prends trop de photos d’enterrements ou de gens en train de se faire tuer et que j’aime faire des choses complètement différentes. »


En catimini, le 31 décembre dernier, le ministère de la Culture a relégué la délégation à la photographie au rang de simple «bureau». Mise à jour, vendredi 22 janvier, 15 heures : Polka a interrogé Roselyne Bachelot sur ce déclassement, et une pétition a été lancée sur change.org.


Connu pour ses sujets au long cours, d’abord diffusés par l’agence Gamma puis en indépendant dans des magazines prestigieux (Paris Match, GÉO, Le Figaro Magazine ou National Geographic), Patrick Chapuis est décédé le 13 janvier à l’âge de 71 ans. GÉO se souvient de ce grand professionnel, amoureux de l’Égypte, qui avait reçu en 2015 le prix du meilleur reportage de l’année du SEPM (syndicat des éditeurs de la presse magazine) pour un travail sur les mines d’uranium du Niger, réalisé en collaboration avec la journaliste Alissa Descotes-Toyosaki. Pour en savoir plus sur le parcours de Patrick Chapuis, les fidèles lecteurs de Chasseur d’Images peuvent aussi se reporter à l’interview qu’il nous avait accordée en décembre 2012 (C.I. n°349), dans laquelle il racontait les dessous de certains de ses reportages.


Recevoir un prix en Facebook Live, c’est un peu comme battre le record du monde du triple saut devant un stade (quasi) vide, on se demande si tout ça est bien réel. Que Cristina de Middel se rassure, elle a bien remporté l’édition 2020 du Prix Virginia pour « Journey to the Center », travail documentaire sur la route migratoire d’Amérique centrale. Si le doute persiste, la photographe espagnole peut même se repasser la cérémonie.


Son arrière-grand-père, Auguste, était peintre ; son grand-père, Pierre, était acteur ; son père, Claude, était directeur de la photographie ; et son oncle, Jean, cinéaste. Jacques, lui, a choisi la voie de la photographie, avec une prédilection pour les paysages alpins dont il essaie de restituer la splendeur à travers des cadrages verticaux et en portant une attention particulière aux éléments qui se trouvent à ses pieds.


II S’EN PASSE EN BRETAGNE !
• Inauguré le week-end dernier, le festival Pluie d’Images a dû délocaliser l’exposition de Nicolas Portnoï (portfolio du dernier C.I.) parce qu’une de ses photos (pourtant bien inoffensive) choquait les Brestois.
• Sur le modèle de leurs deux titres précédents sur les Landes et la Gironde, les éditions Laurent Signoret lanceront fin février un livre collectif, La Bretagne en 500 photos, auquel contribuent Nathalie ChauvignaultCharlotte GoubinMickaël Morvan et 97 autres photographes.
• Les images lumineuses de Madeleine de Sinéty font revivre un village d’Ille-et-Vilaine des années 1970. À voir au centre GwinZegal de Guingamp.
• Adepte de l’afghan box, Thibaut Piel est passé à la vitesse supérieure en aménageant un triporteur en chambre noire et en sillonnant la Bretagne sous le nom de Bruzklyn Labz.
• Le Festival de La Gacilly lance un prix récompensant les « nouvelles écritures de la photographie environnementale ».
• L’émission Littoral s’intéresse à Pierre Jamet, photographe parisien attaché à Belle-Île où il revenait chaque été capter les joies balnéaires (à partir de 14’45 »).
• Étienne Bernard, directeur du FRAC Bretagne, explique le rôle de cette institution culturelle publique en temps de pandémie.
• Romain Saillard vide son sac.
• Jusqu’au 14 août, l’exposition « REPORT’Images », conçue par le Club de la presse de Bretagne, va se balader à Rennes, Saint-Malo, Brest et Douarnenez. À défaut de vous y déplacer, vous pouvez vous promener dans les galeries des dix photographes exposants sur le site de l’événement et même les écouter présenter leur travail.
• Catherine et Yann Faucher remporteront-ils le championnat du monde de photographie, catégorie « Mariage » ?


Lancé par le Samu Social de Belgique et exposé actuellement à Bruxelles au Parlement Européen, le projet « Femmes » dresse, à travers les mots d’Anne-Cécile Huwart et les photos de Gaël Turine, le portrait de quinze femmes à la vie cabossée (sdf, victimes de violences, malades, exilées, toxicomanes…) dont la précarité a été exacerbée par la pandémie. Le Parlement est actuellement fermé aux visiteurs, mais une partie de l’exposition est visible ici en version augmentée (photos et témoignages audio).


« Si on veut s’intégrer quelque part, il faut d’une manière ou d’une autre participer à la construction de l’histoire du lieu, chacun avec ses propres moyens ». Photographe amateur, Franck Horand a mis ses paroles en actes lorsqu’il s’est installé il y a un an à Hoerdt, petite commune du Bas-Rhin.


La République démocratique du Congo est souvent réduite aux guerres, aux enfants soldats ou à l’exploitation des ressources minières, c’est pourquoi Bernadette Vivuya s’évertue dans ses photos et vidéos à montrer la réalité multiple du pays, choisissant des angles inédits, comme l’impact du Covid sur le cours de la monnaie locale ou sur la créativité des danseurs de Goma. Et pour d’autres angles originaux sur la RDC, baladez-vous sur le site Congo in Conversation.


La crise sanitaire a au moins un avantage : faute de pouvoir se donner en public, les conférences se font en ligne et peuvent donc toucher une audience plus large. On peut, par exemple, voir et revoir celle que Michel Poivert a donnée le 14 janvier dernier à l’invitation de l’Espace Mendès-France de Poitiers. Durant un peu plus d’une heure, le professeur et historien d’art y raconte comment les jeunes artistes contemporains se réapproprient les procédés anciens, du cyanotype au collodion, en passant par l’anthotype. (le son n’est pas terrible dans les premières minutes, mais il s’améliore nettement quand Michel Poivert prend la parole)


On ne s’en étonnera pas : Jean-Pierre Bacri avait horreur des photos (à 43’10 »).
 
 
 
« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : Murmuration d’étourneaux qui affluent au-dessus de la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée juste avant de se poser pour dormir le long de la frontière avec la Jordanie, 10 janvier 2021 © Menahem Kahana – AFP