Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com

Auteur Sujet: Cohabitation touristes et vie sauvage?  (Lu 14548 fois)

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #100 le: novembre 13, 2016, 16:29:31 »
les personnages près de l'arbre en bas à droite donne l'échelle du caillou
Technophile Père Siffleur

Crinquet80

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 15 003
  • Sexe: Homme
Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #101 le: novembre 13, 2016, 17:37:49 »
Houla !!!
Shame on me!
Je me couvre la tête de cendres.
 Il faut dire en guise d'excuse, que je suis entraient de traiter le célèbre rocher rouge d'Australie et la chaine de sécurité qui borde le seul chemin pour monter

C'est un sacrilège pour les aborigènes de gravir Uluru , ainsi que de le photographier !  8)

Je suis bien dans le titre du fil !  ::)

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #102 le: novembre 13, 2016, 18:21:09 »
C'est vrai que des cours de naturalisme pareils, je comprends que le belge soit en train de s'étrangler, le summum étant atteint avec la caresse au perroquet, comme démonstration de ce qu'on peut faire avec la faune sauvage.
Alors un sacrilège envers Uluru... ::)
Bon allé, reprends l cours de ton fil. Je pense que bientôt on va avoir droit à la caresse au kangourou, que tu as été le seul à savoir prodiguer.

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #103 le: novembre 13, 2016, 18:39:33 »
Non, je craignais peut-être d’attraper ses puces,
et puis les kangourous c'est réservé aux camions.    :D :D :D
Technophile Père Siffleur

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #104 le: novembre 13, 2016, 18:46:20 »
C'est un sacrilège pour les aborigènes de gravir Uluru , ainsi que de le photographier !  8)

Je suis bien dans le titre du fil !  ::)
Viens sur place.
Ils sont ravis d'encaisser pour guider loger et nourrir les touristes, ce qui est du reste tout à fait normal.
Le reste est du folklore à destination des touristes. Lorsque tu dis que c'est interdit tout en laissant en place tout ce qui permet de monter en sécurité, tu as quel objectif? Empêcher les gens de passage de monter ou les inciter à monter? La tentation de l'interdit est toujours un bon moyen de pub.
Tu penses bien que s'ils ne voulaient pas de touristes, il y a longtemps qu'ils auraient enlevé la chaîne et les piquets.
Technophile Père Siffleur

Crinquet80

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 15 003
  • Sexe: Homme
Re : Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #105 le: novembre 13, 2016, 19:17:56 »
Viens sur place.
Ils sont ravis d'encaisser pour guider loger et nourrir les touristes, ce qui est du reste tout à fait normal.
Le reste est du folklore à destination des touristes. Lorsque tu dis que c'est interdit tout en laissant en place tout ce qui permet de monter en sécurité, tu as quel objectif? Empêcher les gens de passage de monter ou les inciter à monter? La tentation de l'interdit est toujours un bon moyen de pub.
Tu penses bien que s'ils ne voulaient pas de touristes, il y a longtemps qu'ils auraient enlevé la chaîne et les piquets.


J'y suis allé il y a 4 ans !  ;)

Ils ont du se résoudre à installer ces barrières pour éviter les accidents qui ne manquaient pas de se produire avec tous ces touristes en pays conquis à Ayers Rock !  ???

Cela reste un sacrilège pour eux quoique tu dises , une sorte de profanation !

 


kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #106 le: novembre 13, 2016, 19:33:22 »
Aujourd'hui, plus de barrière; une simple corde de temps en temps et pas partout.
Je n'ai pas vu de panneaux interdisant de monter, mais il y en a peut-être?
Lorsque les croyances anciennes virent au folklore, ou sont utilisées pour revendiquer sa spécificité, ou encore faire des $ australiens,quant ce n'est pas les trois à la fois, on a du mal à savoir qui est quoi.
Mais nous nous éloignons du sujet, et je ne garderai pas une souvenir impérissable de ce coin.
Technophile Père Siffleur

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 573
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #107 le: novembre 14, 2016, 11:29:02 »
  Tes pourcentages pifométriques me semblent un poil exagérés .
Il suffit de les retourner :
Si d'après tes suppositions (1% de 2 millions) =10.000 chasseurs, tiraient les aigles, combien en resterait-il en vol?
Ce n'est pas parce que tes raisonnement sont faussés que je ne partage pas ton objectif de maintenir une vie sauvage.
Pour faire avancer tes idées, il te faut rester crédible.
ce n'est pas mes %, j'ai juste tiré 2 citations sur le site de la LPO.
aucun ne resterait en vol (pour d'autres espèces dans le passé, cela s'est passé)...  tous "les crétins" n'ont pas la possibilité de tirer un aigle, il en reste si peu, il sont susceptible de le faire et se baladent armés  dans la (=notre) nature! je souligne juste qu'un petit % sur un grand chiffre, ce n'est pas négligeable  comme vous le souhaiteriez...
en gros: " il n'y a que 0,0000000001% de brebis galeuses, y'a pas de problèmes". vous estimez faire partie "des bons" je suppose?
vos propos sur les grands prédateurs (espèces protégées je rappelle) en témoigne! ;)
je connais votre vision de la vie sauvage: canalisée, dominée, domptée, parquée,  au service ou pour le bon plaisir de l'homme...
les hommes, les anges, les v..

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 573
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #108 le: novembre 14, 2016, 11:58:49 »
il semblerait que ces chiffres soient à géométrie variable car d'après le ministère de l'écologie en 2014  la destruction volontaire représentait environ 5 % des entrées de rapaces diurnes dans les centres de sauvegarde. 

quand on compare des pommes avec des poires, c'est normal! la vraie question est: est-il normal que des espèces protégées soient encore si souvent braconnées? certains préfèrent mégoter sur les chiffres et/ou minimiser. Cela n'a pas l'air de les révolter, moi oui...
sur mon lien on parle de 2010/2011, ce n'est pas 2014
le braconnage durant la période de chasse n'est pas les entrées de rapaces diurnes dans les centres (toute l'année?)
il me semble que c'est les stats pour un centre de buoux vs tous les centres
voir http://paca.lpo.fr/association-protection-nature-lpo-paca/toute-l-actualite/132-communiques-de-presse/978-18112011-des-especes-protegees-toujours-victimes-de-tirs-en-paca
les hommes, les anges, les v..

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 573
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #109 le: novembre 14, 2016, 12:08:49 »

Tu sembles tout mélanger.
Je dis depuis le départ que tous les animaux ne réagissent pas de la même manière alors que tu sembles présenter des règles générales. Tu reviens en permanence à l'homme vilain. Mais quant on te montre que l'homme a parfois comme les animaux, la tentation de traverser alors qu'il ne faudrait pas, et que c'est inné chez lui comme chez beaucoup d'animaux, est-ce encore la faute de l'homme?
Il y a probablement chez les hérissons une légende qui assure que les hérissonnes sans piquants, de l'autre coté de la route, pour qu'ils s'entêtent à traverser au printemps.  ;)
S'il y a une responsabilité de l'homme vis à vis des animaux qui causent des accidents, c'est bien de ne pas les avoir parqués sérieusement. Heureusement les autoroutes sont grillagées. mais ce n'est jamais parfait.


votre règle général à vous n'est pas nous ne sommes responsable de rien, jamais? pas même que les animaux ont généralement tendance à fuir/se cacher quand ils nous repèrent et que cette tendance diminue quand la faune finit par comprendre que nous ne sommes plus une menace?
"parqué sérieusement, vive les grillages" non nous ne partageons pas "le même objectif de maintenir une vie sauvage"
les hommes, les anges, les v..

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 573
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #110 le: novembre 14, 2016, 12:12:19 »
pour nermod ps: ce n'est peut-être pas le lien originel (je dois retrouver l'article...)

pas encore lu, mais moi je ne trouve pas cela marginal du tout:
http://paca.lpo.fr/images/mediatheque/fichiers/section_soins_animaux/bilan_veille_braconnage_2012_2013_bd.pdf
les hommes, les anges, les v..

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #111 le: novembre 14, 2016, 14:45:47 »
ce n'est pas mes %, j'ai juste tiré 2 citations sur le site de la LPO.
aucun ne resterait en vol (pour d'autres espèces dans le passé, cela s'est passé)...  tous "les crétins" n'ont pas la possibilité de tirer un aigle, il en reste si peu, il sont susceptible de le faire et se baladent armés  dans la (=notre) nature! je souligne juste qu'un petit % sur un grand chiffre, ce n'est pas négligeable  comme vous le souhaiteriez...
en gros: " il n'y a que 0,0000000001% de brebis galeuses, y'a pas de problèmes". vous estimez faire partie "des bons" je suppose?
vos propos sur les grands prédateurs (espèces protégées je rappelle) en témoigne! ;)
je connais votre vision de la vie sauvage: canalisée, dominée, domptée, parquée,  au service ou pour le bon plaisir de l'homme...
Allons-y : Ce n'est pas ma volonté, ni ce que je souhaiterai en premier, mais le constat de ce qui reste disponible dans le monde actuel, si l'on veut que nos enfants aient encore autre chose à voir que des photos, comme nous regardons les dessins du Dodo.
Le grand Charles parlait de ceux qui réclamaient l'Europe, l'Europe en sautant sur leur chaise comme des cabris mais ne faisant rien avancer.
Une fois la critique posée que reste-t-il?
Continuer à gémir en maudissant le sort et les vilains pas beaux  (il est vrai qu'il n'est pas beau, ni même intéressant de tirer un aigle ou un buse, c'est trop facile), ou tenter de trouver et accepter ce qui est encore faisable dans le monde actuel?
Tu semble vouloir réformer le monde; je préfère que l'on fasse au mieux (ou au moins mal) avec. C'est une question de réalisme et de moyens.
Deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche ;)
Et s'il faut parquer derrière des grillages, pourquoi pas? Le monde idéal de tes rêves n'existera jamais; alors que peut-on faire pour que ce qui est acceptable par le monde moderne soit le moins pire possible?
N'oublie pas qu'il n'y a aucune sacralité sur les espèces protégées; c'est une décision d'hommes, fruit de marchandages politiciens, qui peuvent changer dans d'autres marchandages. La logique seule impose à chacun de ne pas faire disparaitre des espèces pour préserver l'avenir. C'est une question de raison, et de responsabilité individuelle, pas de règles qui peuvent changer d'une année sur l'autre.
Que tous les homme n'aient pas cette sagesse de base est évident, comme ils devraient avoir la sagesse de ne pas rouler bourrés ou shootés. Ce n'est pas pour cela qu'il faudrait interdire les boissons alcoolisées. Nous interdisons la drogue et cela ne change rien. On a interdit le commerce de l'ivoire et les abattages d'éléphants se sont amplifiés.
Tenter d'être réaliste n'est pas enthousiasmant, mais c'est la seule option qui ait une petite chance d'efficacité.
Le reste peut être satisfaisant intellectuellement, mais demeure un gaspillage d'énergie.
Technophile Père Siffleur

heneauol

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 2 573
  • Sexe: Homme
  • les hommes, les anges, les vautours...
Re : Re : Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #112 le: novembre 14, 2016, 15:55:45 »
Allons-y : Ce n'est pas ma volonté, ni ce que je souhaiterai en premier, mais le constat de ce qui reste disponible dans le monde actuel
 essayons de le changer alors
, si l'on veut que nos enfants aient encore autre chose à voir que des photos,
vous ne préférez pas montrer des photos de Cannelle à vos petits-enfants?
 comme nous regardons les dessins du Dodo.
Le grand Charles parlait de ceux qui réclamaient l'Europe, l'Europe en sautant sur leur chaise comme des cabris mais ne faisant rien avancer.
Une fois la critique posée que reste-t-il?
c'est un début, après on rassemble ceux qui souhaite un changement et passé un certain seuil on a de quoi faire pression .
Continuer à gémir en maudissant le sort et les vilains pas beaux  (il est vrai qu'il n'est pas beau, ni même intéressant de tirer un aigle ou un buse, c'est trop facile
pareil pour les grands carnivores?
), ou tenter de trouver et accepter ce qui est encore faisable dans le monde actuel?
Tu semble vouloir réformer le monde; je préfère que l'on fasse au mieux
pour vos intérêts?  ;)
(ou au moins mal) avec. C'est une question de réalisme et de moyens.
réalisme=passéisme pour fuir tout changement? et les moyens se trouvent quand on le veut vraiment
Deux intellectuels assis vont moins loin qu'une brute qui marche ;)
c'est pas faux

Et s'il faut parquer derrière des grillages, pourquoi pas?
berk!
 Le monde idéal de tes rêves n'existera jamais
l'espoir fait vivre
; alors que peut-on faire pour que ce qui est acceptable
qui a décidé de ce qui est acceptable? plomber un aigle est inacceptable!
par le monde moderne soit le moins pire possible?
N'oublie pas qu'il n'y a aucune sacralité sur les espèces protégées; c'est une décision d'hommes, fruit de marchandages politiciens

peut être aussi d'une prise de conscience
, qui peuvent changer dans d'autres marchandages. La logique seule impose à chacun de ne pas faire disparaitre des espèces pour préserver l'avenir
je ne crois pas que la bonté ou la clairvoyance  soit généralisée chez les hommes
. C'est une question de raison, et de responsabilité individuelle

je préfère un cadre strict/des sanctions effectives très lourdes pour l'exemple

, pas de règles qui peuvent changer d'une année sur l'autre.
Que tous les homme n'aient pas cette sagesse de base est évident
1% sur 1 million, c'est bcp de monde!
, comme ils devraient avoir la sagesse de ne pas rouler bourrés ou shootés. Ce n'est pas pour cela qu'il faudrait interdire les boissons alcoolisées. Nous interdisons la drogue et cela ne change rien.
se déplacer est devenu une nécessité, il faut tout faire pour les éviter mais j'accepte les nuisances/accidents (pas bourrés évidement), la chasse, c'est pas pour le bien commun ou une nécessité...insupportable pour moi!
 On a interdit le commerce de l'ivoire et les abattages d'éléphants se sont amplifiés.
pas facile en Afrique, mais on peut commencer par ici
Tenter d'être réaliste n'est pas enthousiasmant, mais c'est la seule option qui ait une petite chance d'efficacité.
faire un déni de tout ce qui peut atteindre ses intérêts n'est pas plus efficace, ni surtout très sincère!
Le reste peut être satisfaisant intellectuellement, mais demeure un gaspillage d'énergie.
on peut faire plusieurs choses à la fois

les hommes, les anges, les v..

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #113 le: novembre 14, 2016, 16:39:48 »
Je crois que tu as encore beaucoup trop d'illusions. C'est bien, mais ce n'est pas positif pour ce qui est l'objet de tes attentions.
Il y a un temps où il faut comprendre que le monde actuel ne laisse de place que dans des enclos plus ou moins grands, pour une bonne partie de la vie sauvage. C'est çà ou rien.
J'ai mis un moment à comprendre et surtout à admettre, qu'il valait mieux quelque chose d'imparfait qui puisse être réalisé, que quelque chose que je voulais parfait mais qui ne peut être réalisé dans les conditions existantes.
Technophile Père Siffleur

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #114 le: novembre 14, 2016, 19:16:37 »
Si tu allais un minimum sur le terrain, tu te rendrais compte par toi même que tu as tort sur bien des points.
En ce qui concerne les rapaces par exemple.
La quasi-disparition des rapaces est liée aux armes à feu, mais pas seulement. Il y a aussi le piégeage et l'empoisonnement. Une des raisons est aussi lié à la demande des Muséum pour leur vitrine à la fin du XIX siècle. Un comptage précis a été fait et pour certaines espèces, on compte jusqu'à 30 individus par muséum, qui dorment le plus souvent dans des caisses. C'était à qui en aurait le plus et les prix étaient délirants. Ils collectaient même les oeufs.
Bon nombre des populations ont été décimées à une époque où l'espace était bien moins occupé par l'homme.
Ce sont des pratiques qui n'ont plus court aujourd'hui, ou dans de rares cas exceptionnels.
Et sur des aires géographiques données, on enregistre une progression des populations.
Pour exemple, les vautours qui recolonisent des territoires, où je ne les observais pas il y a 10 ans.
Territoires qui de toute manière ne sont pas perdues pour l'homme puisque l'altitude est trop importante pour y faire pousser grand chose ni créer une activité économique viable.
La place disponible, on l'a. Et le retour naturel de ces grands rapaces est une richesse touristique incroyable.
Un peu de règlementation, de suivi, de sensibilisation et ça marche, sans qu'aucune activité humaine ne soit gênée dans les proportions ou tu l'entends.
Pas besoin de clôture, de parc fermé ni de corridor, ça se gère plutôt bien.
De toute manière, la quasi-totalité des touristes ignore ce qui leur passe à 15 m au-dessus. Et quand j'ai fièrement montré quelques images à des locaux de rapaces rares présents sur leur territoire, ils ont haussé les épaules en se demandant bien pourquoi j'étais si heureux.
Cela ne les dérange pas le moins du monde, ils n'y prêtent pas grand intérêt. Par contre ils tendent l'oreille quand on leur dit que des gens sont prêts à payer pour observer des grands planeurs.
Inutile de parler des programmes en cours et de ce qui marche et qui fait la fierté des territoires concernés, ça ne t'intéresse pas de toute façon.
Toujours est-il qu'il est faux de dire que l'espace disponible n'est plus assez vaste, c'est même le contraire qui se passe, avec par exemple la forêt qui regagne du terrain.
Et ça, c'est facilement vérifiable au point que je ne juge pas nécessaire d'insister.
Alors bien sur, tu vas renchérir en prétendant que nous n'avons plus de place et que tu en sais plus long que moi.
Ben en attendant, un territoire que je connais bien comptait encore quelques aigles il y a dix ans. Aujourd'hui 4 grandes espèces majeures sans compter les faucons et les autours sont présents et en conquête. J'y crois à fond et j'ai déjà commencé à remplir mes cartes mémoire cet été de manière déconcertante. Les photos ne sont pas encore au niveau et il manque le vautour et l'aigle, que j'ai quand même pu observé.

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #115 le: novembre 14, 2016, 20:07:20 »
Tu le fais exprès ou quoi?
Où as-tu vu que je préconisais de mettre les grands rapaces en cage? Ils ne gênent personne en montagne. Avec quelques télésiège, le populo peut venir les voir et c'est bon pour l'activité locale.
Par contre si l'on veut que les fauves survivent, il ne reste que les parcs parce que l'homme se multiplie et empiète sur leur territoire. Relis ce qu'écrit MDH sur les guépards et leur massacre des jeunes ou leur vente aux riches saoudiens. Lui sait de quoi il parle, je crois. Et encore, faut-il que les parcs africains soient sérieusement gardés. Les massacres d'éléphant et de rhinos sont là ,pour montrer que ce n'est pas le cas.
Pour l'espace disponible en France, n'était-ce pas toi qui protestait contre je ne sais plus quel projet d'aménagement local? Si on peut trouver encore de la place dans ta région, tant mieux, mais globalement l'augmentation de la population mondiale réduit inéluctablement l'espaces alloué à la vie sauvage et il faut prendre ce paramètre en compte.
Technophile Père Siffleur

Nemrod63

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 687
Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #116 le: novembre 14, 2016, 20:15:23 »
Si tu allais un minimum sur le terrain, tu te rendrais compte par toi même que tu as tort sur bien des points.
En ce qui concerne les rapaces par exemple.
La quasi-disparition des rapaces est liée aux armes à feu, mais pas seulement. Il y a aussi le piégeage et l'empoisonnement. Une des raisons est aussi lié à la demande des Muséum pour leur vitrine à la fin du XIX siècle. Un comptage précis a été fait et pour certaines espèces, on compte jusqu'à 30 individus par muséum, qui dorment le plus souvent dans des caisses. C'était à qui en aurait le plus et les prix étaient délirants. Ils collectaient même les oeufs.
Bon nombre des populations ont été décimées à une époque où l'espace était bien moins occupé par l'homme.
Ce sont des pratiques qui n'ont plus court aujourd'hui, ou dans de rares cas exceptionnels.
Et sur des aires géographiques données, on enregistre une progression des populations.
Pour exemple, les vautours qui recolonisent des territoires, où je ne les observais pas il y a 10 ans.
Territoires qui de toute manière ne sont pas perdues pour l'homme puisque l'altitude est trop importante pour y faire pousser grand chose ni créer une activité économique viable.
La place disponible, on l'a. Et le retour naturel de ces grands rapaces est une richesse touristique incroyable.
Un peu de règlementation, de suivi, de sensibilisation et ça marche, sans qu'aucune activité humaine ne soit gênée dans les proportions ou tu l'entends.
Pas besoin de clôture, de parc fermé ni de corridor, ça se gère plutôt bien.
De toute manière, la quasi-totalité des touristes ignore ce qui leur passe à 15 m au-dessus. Et quand j'ai fièrement montré quelques images à des locaux de rapaces rares présents sur leur territoire, ils ont haussé les épaules en se demandant bien pourquoi j'étais si heureux.
Cela ne les dérange pas le moins du monde, ils n'y prêtent pas grand intérêt. Par contre ils tendent l'oreille quand on leur dit que des gens sont prêts à payer pour observer des grands planeurs.
Inutile de parler des programmes en cours et de ce qui marche et qui fait la fierté des territoires concernés, ça ne t'intéresse pas de toute façon.
Toujours est-il qu'il est faux de dire que l'espace disponible n'est plus assez vaste, c'est même le contraire qui se passe, avec par exemple la forêt qui regagne du terrain.
Et ça, c'est facilement vérifiable au point que je ne juge pas nécessaire d'insister.
Alors bien sur, tu vas renchérir en prétendant que nous n'avons plus de place et que tu en sais plus long que moi.
Ben en attendant, un territoire que je connais bien comptait encore quelques aigles il y a dix ans. Aujourd'hui 4 grandes espèces majeures sans compter les faucons et les autours sont présents et en conquête. J'y crois à fond et j'ai déjà commencé à remplir mes cartes mémoire cet été de manière déconcertante. Les photos ne sont pas encore au niveau et il manque le vautour et l'aigle, que j'ai quand même pu observé.
Effectivement sur certains territoires européens  une prise de conscience collective a permis d'améliorer la situation de quelques  espèces dont les rapaces en particulier. Pour autant, je ne partage pas tout à fait ton optimisme car la situation à l'échelle mondiale reste critique!  L'Afrique "lieu de reproduction des beaucoup de nos espèces"  jusqu'alors relativement préservée va connaître sa révolution industrielle dans les décennies à venir et j'ai du mal à croire que cela sera sans conséquence et je ne parle pas des pressions de certains états pour exploiter les ressources minières, le pétrole et le gaz de l'Arctique.
Amicalement, Roger

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #117 le: novembre 14, 2016, 20:36:30 »
L'Afrique, c'est le gros problème et on y peut rien. Il y a quand même des zones qui restent inaccessibles. Mais je n'en ai pas parlé. J'aime bien la dérobade sur l'Afrique, qui montre bien que ce qui se passe en France n'est finalement pas pris en compte.
Mais toutes les espèces ne migrent pas, l'aigle, le gypaète, les vautours sont sédentaires.
Ce qui compte, c'est qu'on arrive à mettre en place ce qui marche.
Et il faut oser dire certaines choses au risque de passer pour un c..
J'y crois parce que des choses qu'on n'espérait même pas ont abouties avec finalement des moyens assez simples.
On réintroduit des marmottes et l'aigle revient.
On réintroduit du bouquetin et c'est le gypaète qui revient.
On fauche les prés et c'est le circaète qui revient sur zone.
Ce qui est profondément gênant, c'est ce discours qui consiste à dire qu'on ne peut plus faire quelque chose de viable et qu'il faut se contenter d'une vague préservation parce que la pression humaine est trop forte. Ce sont des foutaises et tu le sais trèèèès bien, Nemrod, surtout concernant les rapaces qui s'accommodent plutôt bien de la présence humaine.
Mais ça encore une fois, il faut aller sur le terrain pour s'en rendre compte. ;)

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #118 le: novembre 14, 2016, 21:05:49 »
Avec quelques télésiège, le populo peut venir les voir et c'est bon pour l'activité locale.
Ce ne sont pas des populos qui viennent les voir. Enfin si on considère qu'une personne ayant les moyens de s'équiper d'une jumelle d'exception, d'une longue vue du même tonneau et d'un téléobjectif type 500 n'est pas à priori un populo.
Et preuve en est que tu ne maîtrises pas le sujet. S'il suffisait de prendre un télésiège pour en voir, ça se saurait. Il existe un cas (à ma connaissance) ou ça marche mais il faut marcher. Pas ton truc.
Non, c'est bien plus marrant, il faut marcher des heures et des heures, dans le froid, le vent, parfois la neige ou en plein cagnard et emporter un peu de matériel pour espérer les voir.
Ils sont là où sont d'autres espèces, les skieurs, ça ne les intéresse pas.

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #119 le: novembre 14, 2016, 21:48:19 »
Il y a un temps où il faut comprendre que le monde actuel ne laisse de place que dans des enclos plus ou moins grands, pour une bonne partie de la vie sauvage. C'est çà ou rien.
J'ai mis un moment à comprendre et surtout à admettre, qu'il valait mieux quelque chose d'imparfait qui puisse être réalisé, que quelque chose que je voulais parfait mais qui ne peut être réalisé dans les conditions existantes.
Ah oui, au belge qui t'interpelle sur les rapaces, tu réponds texto pour une bonne partie de la vie sauvage.
Donc les rapaces pas en cage, mais le hic, c'est que ce qui vole dans les airs est tributaire de ce qui ne vole pas.
Si ce qui ne vole pas est en cage, et que le rapace ne l'est pas, de fait le rapace se verra contraint d'être là où est la cage.
Oui, c'est compliqué la nature.
Les rapaces sont des êtres étranges, qui savent être opportunistes. Les gypaètes n'hésitent pas à venir s'alimenter près des campements mongols dans les steppes sans craindre l'homme.
Une cage aura un peu le même effet, un peu comme un catalyseur. Les prédateurs qui laissent une partie de carcasse sur le lieu de prédation, c'est un trésor qu'ils laissent pour d'autres espèces.
Tout est étroitement lié sans que l'on puisse changer les choses. Ne reste alors que les charniers. Je t'arrête tout de suite.
Ca marche un temps puis les rapaces préfèrent parcourir un immense territoire à la recherche de vrais carcasses bio, pas du rapporté facile à emporter.
On le sait parce que c'est comme ça qu'ils ont réussi à réintroduire. Au bout d'un moment, ils ne venaient plus sur les charniers.
Alors comme je te voie venir, tu vas me dire que je me contredis parce que finalement les rapaces s'alimentent sur des restes laissés par l'homme, les mongols. Mais c'est un complément seulement, pas le principal. Et ça crée des conflits entre individus, seuls les plus forts s'alimentent.
Et les bergers mongols étant par essence itinérants, cela convient bien aux rapaces.
Voilà donc la solution ultime: créer un parc qui se déplace. ;D

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #120 le: novembre 14, 2016, 21:56:19 »
quote author=Broadpek link=topic=261461.msg6163781#msg6163781 date=1479153949]
....
[/quote]
Là tu reste dans les exceptions et tu le sais très bien. Avec ce que tu décris comme contraintes, combien seront prêts à payer pour observer des grands planeurs? Surtout s'il faut un 500m et des jumelles d'exceptions, ce n'est pas le lot de toute le monde. Marcher longuement en montagne pour voir "trois gros piafs" non plus. De là à ce que cela ait un impact sensible sur l'économie locale? Je reste dubitatif. Pour faire venir du monde, on en voit bien plus dans les voleries que dans ces conditions.
Mais c'est très bien de faire des choses simples localement et tant mieux si ça marche. Et tant mieux si quelques personnes font l'effort d'aller les voir sur place. Ce sera toujours ça de sauvé, au moins provisoirement.
Pour reprendre ton expression nous pourrions qualifier, mais je ne le ferai pas, ce que tu dis de dérobade par rapport à l'Afrique où la faune disparait  d'un continent entier à grande vitesse, malgré les parcs qui restent le seul espoir malgré tout.
Tu dois bien savoir qu'un sujet de ce type nécessite une zooming permanent du général au détail, et inversement. L'exemple local n'est pas toujours, voir rarement, généralisable et la règle générale s'accompagne d'exceptions locales. L'une n'est jamais le contre exemple de l'autre, mais le témoin de la nécessaire ouverture d'esprit et du pragmatisme dont il faut faire preuve.
Technophile Père Siffleur

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 48 647
  • Sexe: Homme
Re : Re : Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #121 le: novembre 14, 2016, 22:07:32 »
Ah oui, au belge qui t'interpelle sur les rapaces, tu réponds texto pour une bonne partie de la vie sauvage.
Donc les rapaces pas en cage, mais le hic, c'est que ce qui vole dans les airs est tributaire de ce qui ne vole pas.
Si ce qui ne vole pas est en cage, et que le rapace ne l'est pas, de fait le rapace se verra contraint d'être là où est la cage.
Oui, c'est compliqué la nature.
Les rapaces sont des êtres étranges, qui savent être opportunistes. Les gypaètes n'hésitent pas à venir s'alimenter près des campements mongols dans les steppes sans craindre l'homme.
Une cage aura un peu le même effet, un peu comme un catalyseur. Les prédateurs qui laissent une partie de carcasse sur le lieu de prédation, c'est un trésor qu'ils laissent pour d'autres espèces.
Tout est étroitement lié sans que l'on puisse changer les choses. Ne reste alors que les charniers. Je t'arrête tout de suite.
Ca marche un temps puis les rapaces préfèrent parcourir un immense territoire à la recherche de vrais carcasses bio, pas du rapporté facile à emporter.
On le sait parce que c'est comme ça qu'ils ont réussi à réintroduire. Au bout d'un moment, ils ne venaient plus sur les charniers.
Alors comme je te voie venir, tu vas me dire que je me contredis parce que finalement les rapaces s'alimentent sur des restes laissés par l'homme, les mongols. Mais c'est un complément seulement, pas le principal. Et ça crée des conflits entre individus, seuls les plus forts s'alimentent.
Et les bergers mongols étant par essence itinérants, cela convient bien aux rapaces.
Voilà donc la solution ultime: créer un parc qui se déplace. ;D

Amusante, ta logique tortillée. Il faudrait créer des villes à la campagne disait déjà A. Allais.
Tu n'aimes pas l'idée de parcs, et tu cherches à te persuader que tu as raison.
La société actuelle et celle à venir te suivront-elles?
J'ai comme un doute.
Au fait, dans ta logique, si les plus forts s'alimentent et en laissent, ou si c'est un complément, il y en a pour les autres, n'est-ce pas?
Dans le règne animal, c'est souvent le plus fort que mange le premier, et les autres qui jeûnent, rien d'anormal. Ce sont les plus défavorisés depuis de siècles, et c'est comme ça que la race a évolué.
Technophile Père Siffleur

Nemrod63

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 687
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #122 le: novembre 14, 2016, 22:44:07 »
J'aime bien la dérobade sur l'Afrique, qui montre bien que ce qui se passe en France n'est finalement pas pris en compte.
de quelle dérobade parles tu ??   ???

Effectivement sur certains territoires européens  une prise de conscience collective a permis d'améliorer la situation de quelques  espèces dont les rapaces en particulier.
.

Mais toutes les espèces ne migrent pas, l'aigle, le gypaète, les vautours sont sédentaires.
merci pour cette information  ::)
On réintroduit des marmottes et l'aigle revient.
On réintroduit du bouquetin et c'est le gypaète qui revient.
On fauche les prés et c'est le circaète qui revient sur zone.
La disponibilité des ressources alimentaires constituerait donc  un facteur déterminant dans la dynamique des populations des espèces, çà c'est un scoop !!  ;) .

Ce qui est profondément gênant, c'est ce discours qui consiste à dire qu'on ne peut plus faire quelque chose de viable et qu'il faut se contenter d'une vague préservation parce que la pression humaine est trop forte...
où est-ce que tu as lu que je tenais ce genre de discours  :o :o m'enfin avec 300 stations de skis et les milliers de pistes de skis en France, je n'ai pas besoin de te faire un dessin pour te montrer les impacts négatifs sur l'environnement en montagne car tu le sais trèèèès bien  ;)

Ce sont des foutaises et tu le sais trèèèès bien, Nemrod, surtout concernant les rapaces qui s'accommodent plutôt bien de la présence humaine..
. tout comme le Chocard à bec jaune et l'Accenteur alpin par contre les gallinacés de montagne un peu moins bien :-\
Amicalement, Roger

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #123 le: novembre 14, 2016, 23:13:27 »
Non, tu ne comprends pas.
Si tu vas sur le terrain, tu peux observer.
Et là, tu voies les choses, comment ça fonctionne.
Les rapaces voient leur population augmenter parce que d'autres espèces ont été réintroduites mais sur un vaste territoire.
C'est à la fois très simple si on veut bien voir et très compliqué si on ne veut pas voir.
Un couple d'aigles royaux s'est récemment installé dans une zone où il n'y a pas de marmottes.
Ca a fait du buzz.
Les naturalistes se sont posés la question de comment ils se nourrissaient alors que d'habitude, ce sont les marmottes qui font office de hors d'oeuvre.
Si cela est possible, c'est qu'il y a une biodiversité suffisante pour. Mais on ne sait pas s'ils vont rester.
Je ne cherche à me persuader de rien, je vais sur le terrain, je lis, j'échange y compris avec des scientifiques.
C'est bête mais c'est dingue ce qu'on peut devenir intéressant quand on fait de la photo sur certains sites. Des scientifiques, des gardes, des agents des parcs nous donnent des informations, nous demandent ce que l'on a pu observer. Et on apprend, on confronte les idées, et surtout on voit ce qui marche.
Bon sang de bois, ça fait un moment qu'on fait de la réintroduction et qu'on voit des espèces qui avaient disparu revenir, parce que marmottes, parce que bouquetin, parce qu'activité humaine de transhumance, parce que zone de quiétude, parce que forêt primaire préservée, parce que réserve biologique intégrale.
Tu crois quoi? Que ce sont des fous qui font que le retour d'espèces emblématiques des Alpes est en voie de réussir?
La société actuelle me suivra t-elle? Mais tu vis sur quelle planète??
Je ne suis l'initiateur de rien, je m'intéresse à ce qui se passe sur le terrain.
Une population de chamois ayant atteint un seuil critique de 120 individus sur un massif, que fait t-on? On croise les doigts et on pleure en prétendant qu'il n'y plus de place pour la faune sauvage???
On arrête complètement la chasse, on met en oeuvre un suivi, on fait des comptages réguliers, on capture avec des pièges (filets, hein) des individus avec un contrôle de l'état de santé.
20 ans plus tard, 1200 individus en bonne santé, un couple d'aigles royaux, des marmottes, 70 bouquetins, des espèces rares comme la Chevêchette et oh surprise au moins des passages d'un animal qu'on attendait pas.
Et la moitié des espèces répertoriées en France présentes sur l'ensemble du Massif.
Comment se portent les activités humaines?? Très bien.
T'as entendu parlé de tout ça, comme quoi ça posait problème??
Moi pas. Et d'autres espaces voient les choses s'améliorer, pour les rapaces comme pour d'autres espèces.
Rien n'est parfait mais des choses marchent.
Un corridor est en train d'être mis en place entre les Alpes et les Pyrénées pour relier deux populations. T'es au courant? T'as entendu dire que ça posait problème?
Dans le règne animal, c'est le plus fort? Ben non, en fait ça marche pas comme ça.
Les adultes virent les jeunes qui doivent trouver un nouveau territoire.
Les hardes de chamois fonctionnent comme ça, les oiseaux fonctionnent comme ça et ainsi de suite.
Voir trois gros piafs? T'as payé une fortune pour aller voir la faune d'Afrique, moi je sors pas un rond pour voir les plus grands piafs de l'arc alpin.
Chacun ses valeurs, il est des richesses qui se méritent, d'autres qui s'achètent.

Broadpek

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 5 406
  • Sexe: Homme
Re : Cohabitation touristes et vie sauvage?
« Réponse #124 le: novembre 14, 2016, 23:17:53 »
Nemrod, j'aime pas trop échanger avec toi car tu saisis pas trop mon propos.
Rien de tout ce que j'ai dit ne s'adressait à toi en termes critiques. T'es d'une susceptibilité qui me dépasse parfois.
Ma foi, si tu valides tout ou partie du discours de l'auteur du fil, libre à toi.
J'ai jamais compris ton point de vue et j'ai renoncé depuis longtemps à vrai dire.
Et les gallinacés ne sont pas des rapaces, merci du scoop.
Et j'aime pas les citations. Autant que peut se faire, j'évite. Ca devient incompréhensible mais je m'en fous.
De toute façon, le zèbre s'en tamponne complètement.