accueil Vie culturelle Clique clac #207

Clique clac #207

2005

Alors qu’elle suivait un cursus de psychologie, Clélia Odette Rochat a stoppé net ses études pour se lancer dans la photographie documentaire. Un choix peu compréhensible pour son entourage, mais une nécessité pour cette jeune femme de 24 ans qui voyait (et voit toujours) dans ce médium le véhicule idéal pour parler de féminisme. Son dernier travail en date, « Belles mômes », est une claque envoyée à celles et ceux qui pensent que la beauté féminine a un âge de péremption. Pour cette série de portraits, Clélia a fait poser dans le plus simple appareil 21 femmes de plus de 50 ans. « J’ai choisi la photographie comme mode d’expression, parce que c’est un bon moyen d’ouvrir les esprits sans avoir à passer par les mots », a-t-elle expliqué récemment à Madmoizelle. Ajoutant : « J’aimerais qu’en voyant ces photos, on puisse se poser des questions, et se dire « Peut-être que je me trompais et que la vieillesse n’est pas moche ». Il n’y a rien de moche dans la vieillesse !  Ce qui est moche, c’est de mettre les personnes âgées de notre société de côté. »


Partenaire du festival Visa pour l’Image, qui bat son plein actuellement à Perpignan, Arte propose sur cette page plusieurs documentaires et sujets illustrant les diverses facettes et les grandes figures du photojournalisme.


Une rentrée, la tête dans les étoiles…

• Oui, on peut se lancer dans la photographie nocturne avec un petit télescope et en habitant en centre-ville.
• Quelques conseils pour planifier vos séances d’astrophoto et réussir vos clichés de la voûte céleste.
• Chaque jour, la plateforme AstroBin présente une image astronomique réalisée par l’un de ses membres. Et comme on dit, y a du niveau !
• Un jour, une photo, c’est aussi le principe de ce site on ne peut plus basique tenu par la NASA.
• Découvrez les photos et timelapses récompensés au Photo NightScape Awards 2021.
• Alyn Wallace vous explique la notion d’ISO invariant et son utilité en photo astro (pour les non anglophones, voir ici).
• Pendant ce temps, Hubble photographie un anneau d’Einstein.
• Connaissez-vous la technique du « time-blending » ?
• En pointe sur la lutte contre la pollution lumineuse, l’International Dark-Sky Association a livré le palmarès de son concours photo annuel (les cynoctambulophiles apprécieront aussi cette série).


Si la chute du mur de Berlin a largement été documentée, sa construction le fut bien moins. C’est en tout cas ce que l’on croyait avant de tomber sur ces archives photographiques de Paris-Match. Ce reportage édifiant, signé par Patrice Habans, montre l’incrédulité puis la panique des habitants de Berlin-Est découvrant au matin du 13 août 1961 la clôture séparant leur ville en deux. Quinze jours plus tard, la clôture est devenue mur.


En complément de sa double émission estivale sur les Beach Boys, France Culture propose une analyse méticuleuse d’une planche-contact d’Alain Dister datant d’une séance d’août 1966. Sous les sourires de façade, déjà le début de la fin…


Depuis ses débuts en 2013, Giulia Frigieri s’évertue, notamment par le prisme de la photographie de sport, à démonter les stéréotypes associés aux femmes musulmanes. L’Italienne s’est d’abord fait connaître grâce à ce sujet consacré à Shahla Yasini, pionnière du surf en Iran (exposé cet été au festival MAP de Toulouse). Aujourd’hui installée à Paris, Giulia Frigieri a aussi suivi de jeunes footballeuses de Meaux, exclues des terrains par la FFF pour port du hijab.


Le 29 octobre prochain sortira Martha is Dead, un jeu vidéo empruntant aux codes du thriller psychologique et dont l’action se déroule en 1944 en Toscane. Harrison Abbott, journaliste à Newsweek qui a eu la chance de tester le jeu, souligne le soin avec lequel est simulé l’acte photographique, qui semble occuper une place principale dans l’enquête de l’héroïne que le joueur ou la joueuse incarne (plus de détails ici). Une référence de plus à ajouter à la longue liste des jeux vidéo qui font dégainer l’appareil photo.


Chinois exilé en Espagne, Xiao Yang n’est pas le premier à explorer les monuments abandonnés, il n’est pas non plus le premier à être fasciné par l’architecture brutaliste, mais il parvient à tirer son épingle du jeu en ajoutant à ses prises de vues une touche de lightpainting. Vous avez dit « futurbex » ?


Avis aux éditeurs, l’association Gens d’Images lance l’édition 2021 du Prix Nadar, qui récompensera un ouvrage de photographie publié entre le 1er octobre 2020 et 31 octobre 2021. Modalités ici.


Même fermé pour cause de déménagement, le Musée de l’Élysée (Lausanne) maintient le contact avec ses fidèles, d’abord en les informant de l’avancement du chantier (préparatifs ici, gestion des archives ), en proposant des immersions dans ses collections (Nicolas Bouvier par exemple) ou encore en organisant des concours en ligne. Pour le dernier en date, l’équipe de l’Élysée avait demandé aux habitués de la « Nuit des images » de raconter leur plus beau souvenir. Et l’heureuse gagnante est… Andrée Meister pour une jolie évocation de sa rencontre avec Sabine Weiss en 2015.


C’est un peu tirer par les dreads, on vous l’accorde, mais c’était la semaine ou jamais… et puis sans lumière, pas de photo !

« Clique clac », c’est chaque jeudi le résumé d’une semaine sur la Toile en dix entrées et quelques liens sélectionnés par la rédaction de Chasseur d’Images.
Photo d’ouverture : capture d’écran du compte Instagram de Clélia Odette Rochat