Forum Chasseur d'Images - www.chassimages.com


Auteur Sujet: Inquiet : diminution du nombre d’oiseaux et d’insectes volants  (Lu 8671 fois)

Katana

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 936
    • Patrick Aubé Photographie
Et humains , 24 à ce jour , sans parler des 5,5 millions d’hectares partis en fumée et c’est très loin d’être terminé . Le bilan va s’avérer catastrophique et irréversible !  :(

Si on en croit les connaisseurs, oui, c'est loin d'être fini, puisque les pluies tant attendues ne devraient pas arriver avant la mi mars. Humains, animaux, nature, ça va être sans doute la plus grosse catastrophe qu'on ait pu connaitre.
J'ai entendu que la France était prête à apporter une aide, mais à part des moyens humains, dont je ne sais pas si c'est ce dont ils ont le plus besoin, on ne peut pas leur envoyer ce qui manque peut être le plus: des moyens techniques conséquents (avions, hélicos) qu'il est impossible d'envoyer la bas. Même les incendies (pourtant énormes aussi) en Californie semblent moins dramatique en terme de conséquences.

Fred_76

  • Super actif
  • *
  • Messages: 1 247
  • Sexe: Homme
    • Galerie
Re : Inquiet : diminution du nombre d’oiseaux et d’insectes volants
« Réponse #26 le: janvier 14, 2020, 22:53:09 »
Le plus petit des incendies qui frappent l’Australie en ce moment est déjà plus gros que l’ensemble des incendies qui frappent la France en une année, alors leur apporter une aide est tout à notre honneur, mais franchement peu utile.

Et qui a parlé des incendies qui ont frappé la Sibérie cet été dont la surface est à peu près 2x plus grande que les incendies australiens ?

Un savant disait : « L’homme pardonne parfois, Dieu pardonne toujours, mais la nature ne pardonne jamais. »

Katana

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 936
    • Patrick Aubé Photographie
Re : Inquiet : diminution du nombre d’oiseaux et d’insectes volants
« Réponse #27 le: janvier 15, 2020, 17:46:49 »
Je ne sais pas qui est le savant qui disait ça, mais je lui donne raison, hormis pour dieu, parce que ne le connaissant pas, je ne peux rien en dire  ;D ;D ;D ;D

Katana

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 936
    • Patrick Aubé Photographie
Et qui a parlé des incendies qui ont frappé la Sibérie cet été dont la surface est à peu près 2x plus grande que les incendies australiens ?

A priori, pas grand monde et en tout cas, comparé  avec les infos relatant ce qui se passe chez les kangourous, c'est passé quasiment inaperçu.

kochka

  • Pilier du forum
  • *
  • Messages: 50 225
  • Sexe: Homme
Je ne sais pas qui est le savant qui disait ça, mais je lui donne raison, hormis pour dieu, parce que ne le connaissant pas, je ne peux rien en dire  ;D ;D ;D ;D

L'avantage avec la nature, c'est qu'elle se reconstitue après les incendies, mais nettement moins après les coupes à blanc que l'homme lui impose.
Technophile Père Siffleur

PhotoFauneFlore83

  • Très actif
  • *
  • Messages: 179
  • Sexe: Homme
Re : Inquiet : diminution du nombre d’oiseaux et d’insectes volants
« Réponse #30 le: janvier 16, 2020, 01:06:47 »
Je trouve difficile de se rendre compte par soi-même du recul de la faune. Il y a eu des article là-dessus, et quelques bouquins, disant que notre cerveau a tendance à se mettre à jour sur les effectifs actuels en "oubliant" ceux du passé. Donc si on n'a pas sous la main des relevés précis pris sur le terrain et assez complets pour avoir du sens...

Parfois aussi on surestime le problème (effet de l'émotion), pas mal de gens te disent qu'à tel endroit "il n'y a plus rien" alors que moi j'y observe pas mal d'espèces... "IL n'y a plus de rougegorges" m'a-t-on déjà dit alors que ça crépitait de sons de rougegorges tout autour... Et puis on ne sait pas si l'endroit que l'on visite régulièrement est représentatif du problème, dans un sens ou dans l'autre.

D'où l'intérêt d'entrer des données dans des bases de données naturalistes participatives comme https://www.faune-france.org/ et les différentes "faune-" régionales. Et appliquer quelques protocoles genre STOC, formulaires (entrer de manière complète tous les oiseaux en un temps compté typiquement 10 mn) etc. Participer à des recensements ouverts au public etc. Cf. différentes initiatives (pollinisateurs, libellules par ex) de sciences citoyennes.

Le problème est bien dramatique mais il est aussi utile de lire de temps en temps la littérature scientifique sur le sujet pour savoir ce qu'il en est vraiment :

Voici les références d'une revue d'études sur l'effondrement des insectes dans le monde :

"Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers", Francisco Sánchez-Bayoa, Kris A.G.Wyckhuys, Biological Conservation, Volume 232, April 2019, Pages 8-27

Lien : https://doi.org/10.1016/j.biocon.2019.01.020

C'est en anglais mais il y a Google trad' qui s'en sort très bien !

Extrait de la traduction du résumé :

"Les principaux moteurs du déclin des espèces semblent être par ordre d'importance :

    1. Perte d'habitat et conversion à l'agriculture intensive et à l'urbanisation ;
    2. La pollution, principalement celle des pesticides et engrais de synthèse ;
    3. Les facteurs biologiques, y compris les agents pathogènes et les espèces introduites ;
    4. Le changement climatique. Ce dernier facteur est particulièrement important dans les régions tropicales, mais n'affecte qu'une minorité d'espèces dans les climats plus froids et les montagnes des zones tempérées."

On trouve en général facilement l'article in extenso en pdf. ça vaut le coup de la lire en entier (20 pages) car l'évolution des effectifs est détaillée par ordres taxonomiques (lépidoptères, abeilles sauvages, odonates et d'autres).
Je croppe donc je suis.

Katana

  • Hyper actif
  • *
  • Messages: 4 936
    • Patrick Aubé Photographie
Je trouve difficile de se rendre compte par soi-même du recul de la faune. Il y a eu des article là-dessus, et quelques bouquins, disant que notre cerveau a tendance à se mettre à jour sur les effectifs actuels en "oubliant" ceux du passé. Donc si on n'a pas sous la main des relevés précis pris sur le terrain et assez complets pour avoir du sens...

Oui bien sur, la plupart d'entre nous, ne peut faire que des constats locaux. Mais la tendance générale est quand même bien cernée.

D'où l'intérêt d'entrer des données dans des bases de données naturalistes participatives comme https://www.faune-france.org/ et les différentes "faune-" régionales. Et appliquer quelques protocoles genre STOC, formulaires (entrer de manière complète tous les oiseaux en un temps compté typiquement 10 mn) etc. Participer à des recensements ouverts au public etc. Cf. différentes initiatives (pollinisateurs, libellules par ex) de sciences citoyennes.

Ca tombe bien que tu en parles. Le weekend des 25 et 26 janvier, le Gonm, organise un grand comptage des oiseaux de jardin. L'occasion de voir ce qui se passe à une échelle locale, par ses propres comptages, et en les comparant aux années précédentes, et aussi à des niveaux supérieurs (départemental, régional). Je suppose que derrière il y a regroupement des infos au niveau national (je n'ai pas encore tout lu sur les news qui sont publiées.